Afrique non francophone #Articles #Dans le Monde #NLQ

Nigéria – Nouvel enlèvement d’un prêtre

Le Nigeria est, une fois encore, le théâtre de l’enlèvement d’un prêtre. Selon des nouvelles parvenues à l’Agence Fides, le Père John Bako Shekwolo a été enlevé le 25 mars dans sa maison du village d’Ankuwa, dans l’Etat de Kaduna, au centre-nord du Nigeria. L’enlèvement a été confirmé par un communiqué portant la signature du Chancelier de l’Archidiocèse de Kaduna, Mgr Daniel J. Kyomm. « Nous sommes au regret d’annoncer que l’un de nos prêtres, le Père John Bako Shekwolo a été enlevé par des inconnus. Alors que nous demandons aux fidèles de prier pour une rapide libération du Père Shekwolo, nous faisons appel aux consciences de ceux qui l’ont enlevé afin qu’ils le relâchent sain et sauf ».
La police locale a promis de faire tout son possible pour libérer le Père Shekwolo, qui est Curé de la Paroisse Sainte Thérèse d’Ankuwa.
L’enlèvement du prêtre a été stigmatisé par l’Association des Chrétiens du Nigeria (Christian Association of Nigeria – CAN), qui rassemble les différentes confessions chrétiennes présentes dans le pays, au travers d’une déclaration de son président, le pasteur John Joseph Hayab. « La CAN condamne avec force l’enlèvement du Père John Bako Shekwolo. Alors que nous notons que le phénomène des enlèvements est devenu une véritable activité crapuleuse, nous invitons les ravisseurs à relâcher le prêtre ». « Il est triste que l’Etat de Kaduna soit devenu le centre des activités criminelles liées aux enlèvements, son gouvernement ne faisant presque rien pour y mettre un terme » indique le pasteur. « Le gouvernement et les agences de sécurité doivent prendre la responsabilité de protéger les vies et les propriétés, ce qui constitue l’essence de tout gouvernement » indique la conclusion de la déclaration.

 

Source Agence Fides

A la une #Afrique non francophone #Articles #Dans le Monde #NLH #NLQ

Nigéria : Les attaques des bergers peuls, une tragédie négligée et ignorée

Le nord du Nigeria subit les attaques de Boko Haram, organisation terroriste de renommée internationale. Mais il ne s’agit pas du seul défi auquel est confronté le pays le plus peuplé d’Afrique : les attaques sanglantes des Peuls contre les fermiers chrétiens se multiplient dans la ceinture centrale du pays.

https://www.aed-france.org/nigeria-les-attaques-des-bergers-peuls-une-tragedie-negligee-et-ignoree/

Afrique non francophone #Articles #Dans le Monde #NLH #NLQ

Nigéria : les manigances antichrétiennes d’Obama dénoncées

Et elles ne sont pas dénoncées par n’importe qui, mais par le précédent Président chrétien du Nigéria ! Aux deux questions posées par Raymond Ibrahim, dans un article de Gatestone Institute dont nous traduisons un passage saillant, les réponses sont sans doute pour la première et oui pour la seconde. L’article évoque Boko Haram mais non les musulmans peuls qui sont devenus, au fil des années, encore plus meurtriers pour les chrétiens que Boko Haram. Or le Président Buhari est musulman comme chacun sait, mais aussi peul ce que beaucoup ignorent…

D ans une révélation explosive, Goodluck Jonathan, ancien Président du Nigéria (20102015), a accusé le gouvernement d’Obama de s’être ingéré dans la politique de sa nation en vue de le remplacer par l’actuel Président Muhammadu Buhari que beaucoup blâment de favoriser la persécution des chrétiens. Dans son dernier livre, My Transitions Hours, Jonathan écrit : « Le 23 mars 2015, le Président Obama en personne a fait une démarche inhabituelle en diffusant un message vidéo directement aux Nigérians en leur disant pratiquement pour qui voter… Dans cette vidéo, Obama exhortait les Nigérians à ouvrir, par leurs votes, un “nouveau chapitre”. Ceux qui comprirent ce langage subliminal, entendirent qu’il encourageait l’électorat à voter pour l’opposition [dirigée par des musulmans] […]. » Un article de 2011 d’ABC fournit le contexte : « La vague actuelle d’émeutes [de musulmans] a été déclenchée par l’annonce faite lundi [18 avril 2011] par l’Independent National Election Commission (INEC) que le Président en exercice, le Dr Goodluck Jonathan, avait gagné le premier tour […]. Il n’est pas surprenant qu’il y ait eu des émeutes dans les États du Nord, majoritairement peuplés de musulmans, des États où la défaite de Muhammed Buhari était intolérable. Les Nordistes [musulmans] s’estimaient en droit d’obtenir la présidence car le vainqueur déclaré, le Président Jonathan qui a assumé cette charge après le décès en fonction du Président Umaru Yar’Adua l’année dernière, ainsi que les groupe radicaux du Nord [Boko Haram] avaient considéré l’ascension [de Jonathan] comme un événement temporaire qui serait corrigé lors des élections de cette année. Les voici désormais tous en colère, bien que les spécialistes et les observateurs s’accordent sur le fait que l’élection a été une des plus honnêtes et des plus indépendantes dans l’histoire récente du Nigéria. » Que le gouvernement d’Obama ait pu imposer sa volonté sur la politique […] dans un pays étranger n’est pas vraiment sans précédent. Souvenons-nous de la partialité du gouvernement an profit des Frères musulmans pendant et après les élections présidentielles de 2012 en Égypte, de ses efforts infructueux pour chasser le Premier ministre Netanyahu […], d’empêcher de candidat à la présidence Donald J. Trump d’être élu. […] Ainsi, au Nigéra, il semble bien que le gouvernement d’Obama ait cherché à redresser l’erreur apparemment intolérable d’un Président chrétien dûment élu dans un pays chrétien à plus de 50 %. Cela soulève deux questions. 1. Y a-t-il une preuve extérieure capable de corroborer les allégations de Johathan contre le gouvernement d’Obama ? 2. Est-ce que Buhari favorise le djihad contre ses compatriotes chrétiens ? Gatestone Institute, 23 décembre – © CH pour la traduction.

Afrique non francophone #Articles #Dans le Monde #NLQ

Nigéria : 539 églises détruites en 2018 dans un seul Etat

Lors d’une séance orale de questions et réponses à la Chambre des Communes de Londres le 29 novembre dernier, Fiona Bruce, députée du Parti conservateur, a fait remarquer à Caroline Spelman, commissaire en second de l’Église (anglicane) d’Angleterre pour son patrimoine, que « 539 églises chrétiennes avaient été détruites dans le seul État de Nasarawa [au cours du premier semestre] 2018 ». They Work for You, 29 novembre – © CH pour la traduction.

Source Christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les quatre premiers numéros gratuits

Afrique non francophone #Articles #Dans le Monde #NLQ

Nigéria : des dizaines de chrétiens tués sur un marché

Lu sur l’observatoire de la christianophobie :

On peut parler d’un massacre de masse puisque, selon les informations, 55 chrétiens auraient trouvé la mort sur un marché de la ville de Kasuwan Magani (à 36 km au sud de la ville de Kaduna dans l’État éponyme), jeudi 18 octobre dernier. Selon la reconstitution des faits, dans un premier temps un jeune musulman aurait crié « Au voleur ! Au voleur ! » en plein marché créant la panique chez les commerçants et les clients qui se sont dispersés dans tous les sens. Profitant de cette panique, d’autres musulmans, aux cris de « Allahu Akbar » ont ouvert le feu sur les gens qui fuyaient puis ont attaqué des maisons et des commerces appartenant à des chrétiens, et y ont bouté le feu. Au moins une église protestante aurait été incendiée selon le pasteur d’une autre église protestante (Evangelical Church Winning All). On aurait retrouvé 55 cadavres dont certains peu identifiables, car ayant été brûlés vifs dans leurs maisons. La ville de Kasuwan Magani avait déjà été le théâtre d’un autre massacre de chrétiens le 26 février de cette année

Source : Morning Star News, 22 octobre

Afrique non francophone #Dans le Monde #NLQ

Nigéria : Après avoir échappé à ses ravisseurs, un prêtre meurt des suites de son enlèvement

Un prêtre catholique nigérian est mort quelques jours seulement après être parvenu à échapper à ses ravisseurs. Il s’agit du Père Louis Odudu, qui a rendu l’esprit dans un hôpital de Warri, dans l’Etat du Delta, au sud du pays, le 19 septembre, quatre jours après sa fuite du repère de ses ravisseurs.
Les causes de sa mort ne sont pas claires mais elles pourraient être liées aux circonstances de l’enlèvement et de la fuite du prêtre.
Le gouverneur de l’Etat du Delta, Ifeanyi Okowa, a exprimé ses condoléances à S.Exc. Mgr John ’Oke Afareha, Evêque de Warri, suite à la disparition tragique du Père Odudu. Il a en outre réitéré l’engagement de son gouvernement en ce qui concerne la « garantie de la sécurité des vies et des propriétés ».
Le Père Odudu avait été ordonné prêtre pour le Diocèse de Warri en 1987 et a exercé son ministère au Royaume-Uni pendant des années. Il était revenu au Nigeria depuis cinq mois lorsqu’il a été enlevé.
Le Père Odudu était Aumônier du Seat of Wisdom Catholic Chaplaincy of the Petroleum Training Institute. Précédemment, il avait été Secrétaire général adjoint du Secrétariat catholique du Nigeria.
Plusieurs prêtres ont été enlevés dans l’Etat du Delta. Au cours de cette seule année en cours, pas moins de cinq prêtres ont été enlevés à des fins d’extorsion dans cet Etat du sud du Nigeria.

Source : Agence Fides 24/09/2018

A la une #Afrique non francophone #Dans le Monde #NLH #NLQ

Nigéria : l’enlèvement d’ecclésiastiques “atteint des proportions inimaginables”

Au Nigeria, les prêtres font régulièrement l’objet d’enlèvement. Un phénomène « qui a atteint des proportions inimaginables » et dont le père Christopher Ogaga a été victime, samedi dernier, avant d’être relâché mercredi, sain et sauf.

Lire la suite sur l’AED

Afrique non francophone #Dans le Monde #NLQ

Nigéria : le prêtre enlevé le 1er septembre dernier a été libéré

Le Père Christopher Ogaga, Curé de la Paroisse de l’Emmanuel d’Oviri-Okpe, dans l’Etat du Delta, enlevé dans la soirée du 1er septembre alors qu’il se rendait d’Okpe à Warri, dans le sud du Nigeria, a été libéré.

Selon le Père Clément Abobo, Chancelier du Diocèse de Warri, le prêtre a été libéré hier, 5 septembre, sans que n’ait été versée la rançon de 15 millions de nairas (environ 40.000 USD) réclamée par ses ravisseurs. « Dès qu’ils ont compris que personne n’aurait versé la rançon, ils l’ont laissé libre » a déclaré le Chancelier à l’Aide à l’Eglise en Détresse (AED). Selon le Père Abobo, les conditions du Père Ogaga sont bonnes. « Nous sommes allés le trouver hier à l’hôpital où il se trouve pour des contrôles. Au cours de son séquestre, il n’a pas été frappé mais a été tenu pendant l’ensemble du temps à l’extérieur, sous la pluie, sans nourriture ni eau. Maintenant il va bien et est naturellement heureux d’avoir été relâché »

Source : Fides.org

Afrique non francophone #Dans le Monde #NLQ

Nigéria : un prêtre enlevé contre une rançon

Enlèvement d’un prêtre dans le sud du Nigéria. Selon l’agence Fides, samedi 1er septembre, Don Christopher Ogaga, curé de l’Emmanuel Catholic Chuch, à Oviri-Okpe dans l’Etat du Delta, a été emmené de force par des hommes armés, alors qu’il était en route pour célébrer la messe dans une église voisine.

Ses ravisseurs ont exigé une rançon de 15 millions de naira (environ 40 000 dollars américains). Le jeune prêtre était également curé de deux autres paroisses, situées dans la même zone d’Okpe. Depuis des années, prêtres et religieux sont victimes d’enlèvements contre rançons par des bandes criminelles opérant sur tout le territoire, mais surtout dans des régions majoritairement chrétiennes, à l’instar de l’Etat du Delta.

En janvier, les évêques nigérians dénonçaient « la plaie des enlèvements » qui avaient atteint des « proportions inimaginables ». « Jour après jour, écrivaient-ils alors dans une déclaration, des citoyens sont enlevés, humiliés et traumatisés par des groupes lourdement armés. Leurs ravisseurs sont impitoyables et sans aucun scrupule. Dans leur volonté d’extorquer de fortes sommes d’argent, ils soumettent leurs victimes à des violences indicibles pouvant durer des semaines, sinon des mois ».

Dans ce même message, l’épiscopat alertait sur les véritables situations de guerre qu’on pouvait observer dans plusieurs régions du pays mises en coupe réglée par des groupes armés, sans parler des conflits ethniques et fonciers meurtriers entre éleveurs et agriculteurs, et des exactions continuelles de Boko Haram. Les évêques pressaient avec instance les autorités de sortir de leur inertie et de leur silence, et de remédier avec efficacité à l’insécurité problématique dans laquelle leur pays était plongé.

Source : Vatican News

Afrique non francophone #Dans le Monde #NLQ

Nigéria : 16 000 chrétiens tués en moins de trois ans

Une organisation non gouvernementale, la Société internationale pour les libertés civiles et la primauté du droit a critiqué la passivité du président Muhammadu Buhari face aux violences ethniques qui ravagent le pays.

Dans la lettre, également transmise à Donald Trump, intitulée « Chrétiens à la croisée des chemins au Nigéria », l’organisation présente des données selon lesquelles des centaines d’églises auraient été attaquées et 16 000 chrétiens auraient péri dans des violences, ces trois dernières années. Parmi les victimes, 2 050 seraient mortes suite à la « violence directe de l’Etat », 7 950 lors de gardes à vue ou de détentions pour motif ethnique, 2 050 seraient victimes de l’insurrection de Boko Haram et 3 750 victimes des éleveurs peuls.

Lire la suite sur Infochretienne.com