Annonces #NLH #NLQ #Sorties/Animations

Rassemblement pour les jeunes étudiants et jeunes pros à Mandeure (25) du 23 au 25 août 2019

Avec la pastorale des jeunes des huit diocèses de Franche- Comté, Lorraine et Alsace, nous organisons un grand rassemblement en août 2019 du vendredi 23 août au 25 août 2019 pour les jeunes étudiants et jeunes pros à Mandeure. (diocèse de BELFORT).
Le thème qui portera l’ensemble du rassemblement sera le verset de la lettre de Pierre “Soyez toujours prêts à rendre compte de l’espérance qui est en vous”. 1 Pierre 3, 15.

Ce thème se vivra dans les temps de prière, de rencontres, de conférences, d’ateliers et les concerts.
Le tarif du week-end, 50€, comprend le logement sur le camping (chacun apporte sa tente), et les repas du samedi midi au dimanche midi. Si besoin de loger en dur, c’est possible il suffit de se signaler (dans la limite des places disponibles).

La billetterie pour l’inscription est d’ores et déjà accessible en ligne : Clic

L’animation musicale et les concerts du vendredi et du samedi soir seront portés par les groupes ORA et OMG. Les services des vocations de tous les diocèses seront présents durant tout le week-end.
Ce week-end sera aussi l’occasion de découvrir et de pratiquer diverses formes de prières : laudes, louanges, lectio divina, adoration, …

 Les ateliers porteront sur des thèmes aussi variés que : – la bio-éthique, l’espérance dans le Métal, l’œcuménisme , aimer en vérité, les migrations, rencontre avec l’Arche, synode des jeunes, évangélisation et réseaux sociaux, chrétien en politique,…. Tous les évêques seront présents.
Une conférence sera donnée également par le Père René Luc.

Plus d’informations : Facebook-Mandeure / jeunescathos39@eglisejura.com

Nous pouvons organiser un bus au départ de Lons le Saunier, Poligny, Dole, si nous sommes un minimum de 30 personnes.

Plus d’informations

Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Prédication du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine du 6 juin 2019 – “Sans unité, pas de fécondité !”

Suite à l’interview du père Michel-Marie sur la chaîne québécoise TVA dans l’émission La Victoire de l’Amour, le célèbre prédicateur, écrivain, auteur-compositeur et chanteur revient régulièrement pour commenter l’évangile du jour.

Ici Jn XVII, 20-26

Version audio seule.

A la une #Articles #NLQ

L’édito – Eucharistie œcuménique, communion ou sacrilège ?

En quinze jours, deux archevêques ont présidé une messe d’apparence œcuménique. Le premier, dans le sud de la France, a invité un pasteur à se joindre à la concélébration. Le second a invité le chœur anglican d’une cathédrale jumelée à chanter la messe qu’il présidait. Communion ou sacrilège ? Nous pâtissons aujourd’hui d’une incompréhension du geste liturgique, réduit à l’état de symbolique horizontal, il a peu à peu perdu le sens de la symbolique verticale. Nous avons tendance à multiplier les gestes d’ouverture fraternelle pour manifester une communion imparfaite. En faisant cela, nous voulons mettre en valeur ce qui nous rassemble et nous unit plus que ce qui nous divise et nous sépare. Louable intention, reposant sur les semina verbi, ces semences du Verbes présentes en toute erreur. Mais, en refusant de voir la vérité de ce qui blesse la communion, nous préférons parler de communion imparfaite, glissant peu à peu vers une communion à géométrie variable, elle-même glissant à un minimum suffisant pour parler de communion, là où, la vérité est, en réalité, absence de communion. Nous avons tellement peur de la différence que nous en venons à avoir peur de la vérité et entrons dans un relativisme symbolique dangereux pour la vérité et par là pour le salut. Saint Cyprien de Carthage, en prise avec les schismatiques, invitait à regarder la cohérence du symbole et du réel. La liturgie est symbolique si elle est cohérente avec ce qu’elle signifie. Or, si, comme le dit le pape d’Afrique, les fidèles sont unis dans le pain eucharistique, comme les grains de blé dans le pain quotidien, c’est parce qu’ils sont en communion avec le Christ, Fils et tête de l’Eglise qu’est l’évêque, ce sacrement d’unité visible. Il ne peut y avoir de communion entre fidèles si ceux-ci ne sont pas unis au Christ tête. Et comme le dit le même saint Cyprien, il ne peut y avoir deux autels de Dieu. Où les fidèles sont sacramentellement unis au Christ par l’Eglise et sont en Lui, par Lui et avec Lui à l’autel, où, même physiquement présents au cours d’une messe, ils ne sont pas présents à cet unique autel. Multiplier les passerelles, dialoguer sereinement, prier ensemble sont de bonnes choses évidemment. Mais célébrer l’eucharistie sans la communion est peut-être une volonté visible de rapprochement, mais ce n’est pas une réalité spirituelle. L’illusion de communion en surface n’est pas cohérente avec la vérité de rupture des Eglises. Ainsi, au moment le plus pur de notre relation intime avec Dieu, de notre communion dans et par l’Eucharistie, nous introduisons un élément impur s’il en est, le mensonge. L’acte liturgique de la messe pour être communion doit effectivement être communion et non symbolique de rapprochement. De multiples autres lieux et actes sont possibles et même souhaitables, mais la vérité, même refusée, reste la vérité. Si proches sommes-nous, nous ne sommes pas en communion. Outre le sacrilège de déchirer le lien entre acte liturgie et cohérence de la vérité, nous introduisons un relativisme dangereux, par lequel la vérité elle-même semble diffractée dans des communions aux contours flous et finalement sur mesure.

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

“Loire en Gloire” : rassemblement dans l’unité des chrétiens le 27 octobre 2018 à Saint-Etienne (42)

Nous aurons la joie d’accueillir comme orateur principal le pasteur Carlos Payan lors de notre prochain rassemblement dans l’unité des chrétiens.

Autres orateurs : Le Père Rodolphe Berthon, le pasteur Florence Maréchal, Cyril Faure

Le prix du billet couvre les frais d’inscription, une libre offrande sera faite sur place pour permettre de couvrir l’ensemble des frais du rassemblement. Inscription gratuite pour les mineurs.

L’inscription est gratuite pour les pasteurs, les prêtres et les consacrés, cliquez ici.

Horaires :

Vendredi 26 octobre : 20h > 22h30 (accueil à partir de 19h)

Samedi 27 octobre : 9h30 > 22h30 (accueil à partir de 9h)

Inscriptions

Culture #NLQ

« Les voix de l’unité », CD disponible dans les bacs en octobre 2018 ! Concert le 11 octobre 2018 à Paris

L’amitié qui unit le séminaire catholique Saint-Sulpice d’Issy-les-Moulineaux et le séminaire orthodoxe Sainte-Geneviève d’Epinay-sous-Sénart depuis de longues années les conduit aujourd’hui à accorder leurs voix pour honorer leurs si riches traditions liturgiques et musicales.

Avec l’aide des Editions JADE, les séminaristes orthodoxes de Sainte-Geneviève et catholiques de Saint-Sulpice forment aujourd’hui les Voix de l’Unité.

Ce CD sera disponible dans les bacs en octobre 2018. L’intégralité des bénéfices sera reversée à un fonds de soutien aux Eglises chrétiennes de Syrie.

Благодаря многолетней дружбе между Русской духовной семинарией во Франции и Католической семинарией Святого Сюльпиция сегодня через голоса семинаристов встречаются две богатейшие литургические и музыкальные традиции.

При поддержке французского издательского дома JADE хор Русской духовной семинарии и Католической семинарии Святого Сюльпиция выпускают совместный альбом « Голоса единства ».

Диск поступит в магазины в Октября 2018 года. Все полученные от продаж средства будут направлены в фонд поддержки христиан Сирии.

Voici la vidéo teaser du Notre Père :

Et le lien vers la page Facebook

Le reportage de Kto sur l’aventure de l’enregistrement :

Les voix de l’unité sera en concert le 11 octobre 2018 à Paris

Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

UPMB : Ultra Pray du Mont-Blanc du 31 août au 1er septembre au Col des Montets (74)

Quelle que soit votre confession religieuse ou votre spiritualité, n’hésitez pas à venir nous rejoindre au col des Montets (74660 Vallorcine )
à partir de 20h, dans la nuit du vendredi 31 août au samedi 1er septembre pour un temps, de prière, d’écoute, de méditation…et/ou pour la célébration fraternelle le samedi à 8h !

Le col des Montets effectue la liaison entre la vallée de Chamonix en France, et le Valais en Suisse. Il culmine à 1 461 mètres d’altitude
Altitude : 1 461 m
Route : Route nationale 506

À l’occasion de l’Ultra Trail du Mont-Blanc (UTMB) et avec l’autorisation de la Réserve des Aiguilles Rouges et des organisateurs de l’UTMB, est proposée “une nuit pour prier, écouter, méditer, rencontrer d’autres religions, d’autres confessions, d’autres paroles (UPMB)…” lecture de textes sacrés (bible, coran, etc…) au col des Montets , du vendredi 31 août à 20h au samedi 1er septembre à 9h. La rencontre se terminera par une célébration fraternelle le samedi à 8h.

Contacts : 
Église Réformée Arve Mont-Blanc : 04 50 55 85 60 –
Brigitte (paroisse Saint François d’Assise en vallée d’Arve) : 06 47 96 10 25
Anne-Marie (paroisse Saint Bernard du Mont-Blanc) : 06 40 17 50 34″

L’UTMB (Ultra-Trail du Mont-Blanc) est un évènement sportif composé de sept trails (course à pied) dont quatre en ultra-endurance en pleine nature et de très longue durée, qui traverse trois pays (France / Italie / Suisse), trois grandes régions alpines (Auvergne-Rhône-Alpes, la Vallée d’Aoste, le Valais) et dix-huit communes françaises, italiennes et suisses du pays du Mont-Blanc. Il emprunte principalement le sentier de grande randonnée tour du Mont-Blanc.

Plus d’info : https://utmbmontblanc.com/

Tribunes et entretiens

L’oecuménisme à haut risque du Pape François

Cette note est parue dans « L’Espresso » n. 32 de 2018, en vente en kiosque le 12 août, à la page d’opinion intitulée « Settimo Cielo », confiée à Sandro Magister.

Sur le terrain œcuménique aussi, le Pape François emprunte de nouveaux chemins

Aucun pape avant lui n’aurait nommé un protestant directeur de « L’Osservatore Romano ».  Mais lui, il l’a fait, en nommant directeur de l’édition argentine du journal officiel du Saint-Siège le presbytérien Marcelo Figueroa, son ami de longue date.

Aucun pape n’avait jamais pu organiser une rencontre avec le patriarche orthodoxe de Moscou. Mais lui y est parvenu, en lui donnant rendez-vous à l’aéroport de La Havane.

En ce qui concerne le dialogue avec les non-catholiques, Jorge Mario Bergoglio ne néglige vraiment personne. Il accueille avec le sourire même les interlocuteurs les plus difficiles comme ces courants évangéliques et pentecôtistes qui font des ravages dans les rangs des catholiques chez lui en Amérique latine.

Son ami Figueroa, de souche calviniste, vient de signer dans le dernier numéro de « La Civiltà Cattolica » une attaque frontale contre la soi-disant « théologie de la prospérité » professée par un courant pentecôtiste né aux États-Unis et qui est en train de se répandre dans le Sud du continent selon lequel la pauvreté serait coupable alors que la vraie foi permet de vivre riche, en bonne santé et heureux.

Pourtant, un leader de cette théologie, le pasteur texan Kenneth Copeland a été l’invité de marque du Pape au Vatican.  Et le Pape François déclaré à une occasion, au cours d’une conversation : «  Dieu est avec nous où que nous allions.  Pas parce que je suis catholique, ni parce que je suis luthérien, ni parce que je suis orthodoxe », car si tel était le cas, a-t-il ajouté, nous serions dans un « asile théologique ».

Dans le bulletin du Vatican qui retranscrit ses conversations, on trouve à cet endroit, entre parenthèses, la mention « rires ». Et on trouve d’autres « rires » et « applaudissements » après cette autre boutade : « Que les théologiens fassent leur travail.  Mais n’attendons pas qu’ils se mettent d’accord ».

François l’a répété des dizaines des fois. Les monumentales divergences de foi qui divisent le monde chrétien doivent être mises sur le côté.  Son œcuménisme est un œcuménisme de l’action, en faveur de la paix entre les peuples.

En ce qui concerne l’unité de la foi, en revanche, pour lui être baptisé c’est déjà beaucoup et, pour le reste, « on n’a qu’à mettre les théologiens sur un île déserte pour qu’ils discutent entre eux ». Le Pape François répète souvent cette plaisanterie qu’il attribue au patriarche œcuménique de Constantinople Athénagoras, celui de la mémorable embrassade avec Paul VI à Jérusalem en 1964.  Il ne semble pas que ce patriarche l’ait jamais prononcée mais elle fait désormais partie du répertoire du Pape actuel.

Cet œcuménisme de l’action est pourtant problématique et a des répercussions dramatiques dans l’Église et en-dehors.

Pour les catholiques, par exemple, la communion à la messe est très différente de la manière dont la voient les protestants. Mais François, en répondant il y a trois ans à une luthérienne qui lui demandait si elle pouvait communier avec son mari catholique, lui a d’abord dit oui, puis non, puis je ne sais pas, et enfin faites comme vous voulez.

Le résultat est qu’en Allemagne, où les mariages interconfessionnels sont courants, la majorité des évêques consent à donner la communion aux deux conjoints. Même si sept évêques allemands, dont un cardinal en ont appelé à la Congrégation pour la doctrine de la foi qui a bloqué cette pratique en exigeant, sur un sujet aussi sensible, de d’abord parvenir à un accord non seulement dans l’Église catholique toute entière mais également parmi les autres confessions chrétiennes.  Ce qui revient à dire jamais, étant donné que les orthodoxes sont radicalement opposés à toute forme d’ « intercommunion » qu’ils considèrent comme une étant un abomination.

L’Ukraine constitue un autre exemple de sujet explosif. Là-bas, les orthodoxes dépendent depuis des siècles du patriarcat de Moscou.  Mais aujourd’hui ils veulent leur indépendance avec le soutien de leurs compatriotes grecs-catholiques et l’appui du patriarcat de Constantinople Bartholomée.

Moscou refuse naturellement de céder et entretemps, le président russe Vladimir Poutine a annexé la Crimée et agressé militairement l’Ukraine. Et François ?  Il a rejoint le camp de Moscou en réprimandant publiquement les grecs-catholiques et en leur intimant l’ordre de ne pas « s’immiscer ».  Car c’est cela aussi, l’œcuménisme de François.

Source : diakonos.be

A la une #NLQ #Rome

Le Pape François déplore que le Moyen-Orient soit devenu une terre d’émigration

À l’invitation du Pape François, la quasi-totalité des patriarches des Églises orientales, orthodoxes comme catholiques, ainsi que des représentants du protestantisme se sont retrouvés ce samedi 7 juillet à Bari pour une journée de prière et de réflexion pour le Moyen-Orient.

Arrivé à Bari en hélicoptère en début de matinée, le Pape François a accueilli, un à un, les patriarches à l’entrée de la basilique Saint-Nicolas. Il est ensuite descendu avec eux dans la crypte pour vénérer les reliques du saint du IVème siècle, un pont entre l’Orient et l’Occident. Chaque année, des dizaines de milliers de pèlerins, aussi bien catholiques qu’orthodoxes, prient sur ses reliques.

Saint Nicolas représente un pont entre Orient et Occident pour une Église qui en a besoin et qui compte sur la prière pour ramener de l’espérance et de la paix dans une région encore déchiré par les armes. Le cardinal Sandri préfet de la Congrégation des Eglises orientales rappelle que cette journée vise à interpeller les leaders du monde qui ont la capacité de ramener la paix dans la région. Une journée qui veut aussi apporter un témoignage d’unité entre les différentes Eglises, montrer que l’œcuménisme passe aussi par ce travail pour la paix.

Applaudi par la foule, le Pape et les patriarches ont ensuite rejoint le bord de mer, dans un minibus blanc sans vitre, déjà surnommé « la papamobile œcuménique ». La rencontre de prière à quelques mètres de la mer Méditerranée, a été brièvement introduite par le Pape François, qui a prononcé une allocution fixant le cadre de cette rencontre.

L’unité pour résister à la tentation de l’indifférence

« Nous sommes venus comme pèlerins à Bari, une fenêtre ouverte sur le Proche-Orient, portant dans le cœur nos Églises, les peuples et les nombreuses personnes qui vivent dans des situations de grande souffrance », a rappelé le Pape François. « Nous leur disons : nous sommes proches de vous. (…) Au Moyen-Orient, se trouvent les racines de nos propres âmes. Mais sur cette splendide région, une dense couche de ténèbres s’est épaissie, surtout ces dernières années : guerres, violences et destructions, occupations et formes de fondamentalisme, migrations forcées et abandons, le tout dans le silence de beaucoup et avec de multiples complicités », a déclaré l’évêque de Rome.

François a une nouvelle fois évoqué le drame de l’émigration de nombreux chrétiens. « Le Moyen-Orient est devenu une terre de personnes quittant leurs terres, a-t-il déploré. Et le risque existe que la présence de nos frères et sœurs dans la foi disparaisse, défigurant le visage même de la région, car un Moyen-Orient sans chrétiens ne serait pas le Moyen-Orient (…) Prions unis, pour invoquer du Seigneur des cieux cette paix que les puissants de la terre n’ont pas encore réussi à trouver », a insisté le Saint-Père, avant de lancer cette exhortation : « Répétons : que la paix soit avec toi ! Avec le psalmiste implorons-le particulièrement pour Jérusalem, une ville sainte aimée de Dieu et blessée par des hommes, sur laquelle le Seigneur pleure encore : que la paix soit avec toi ! (…) L’indifférence tue, et nous voulons être la voix qui contraste le meurtre de l’indifférence. Nous voulons donner la parole à ceux qui n’ont pas de voix, à ceux qui ne peuvent que boire leurs larmes, car aujourd’hui le Moyen-Orient pleure, souffre et se tait, tandis que d’autres le piétinent à la recherche du pouvoir et de la richesse. Pour les petits, les simples, les blessés, pour ceux pour lesquels Dieu est à leur côté, nous implorons : que la paix vienne ! », a-t-il conclu.

Parmi les nombreux responsables présents pour cette prière œcuménique figuraient notamment Mgr Pierbattista Pizzaballa, administrateur apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem, le patriarche Bartholomée 1er de Constantinople, ou encore le Pape copte Tawadros II.

Source : Vatican News

A la une #NLQ

L’édito – Le pape, entre fermeté et apaisement ?

 

 

Le mois de juin a été un mois plutôt varié pour ce qui touche à l’activité du Vatican. Mais de toutes les publications qu’InfoCatho a pu relayer (et qui ne sont pas exhaustives), il semble que le pape joue la carte de l’apaisement sur les sujets les plus sensibles. Immigrations, œcuménisme, communion, le Saint-Père prend du recul sans pour autant être moins ferme.

 

Sur la question des migrants, le pape François invite à la prudence tout en condamnant la politique américaine.

Migrants : le pape rappelle la prudence comme vertu du gouvernement

Le Pape François critique la politique migratoire de Trump

Le pape presse les Etats à adopter le Pacte mondial sur les réfugiés

 

Sur la famille et la vie, en revanche, il ne lâche rien.

Journée mondiale des parents à l’ONU : intervention du Saint-Siège

Le pape compare certains avortements à un eugénisme “en gants blancs”

La journée pour la vie organisée au Royaume-Uni soutenue par le pape

 

L’œcuménisme fut le temps fort du voyage à Genève, sur fond de crise allemande quant à l’accès à la communion des conjoints protestants.

Le pape écarte le document allemand permettant aux protestants de communier

L’œcuménisme, axe central du pontificat : le pape à Genève

Visite du pape François au Conseil œcuménique des Églises (COE)

 

Le Saint-Père s’est exprimé sur divers sujets socio-économiques, invitant à des prises de conscience et à un meilleur engagement.

Le Pape invite les travailleurs à agir pour l’éthique et l’inclusion sociale

Pape François : “Internet est un don de Dieu, mais c’est aussi une grande responsabilité”

Le Pape invite les journalistes à promouvoir la vérité et l’espérance

Pape François : “l’exploitation dans le travail est un péché”

Le Pape François défend l’humanisation de la médecine

 

Sur les sujets spirituels, le mois du Sacré-Cœur a retenu particulièrement son attention.

Pape François – Le mois de juin est traditionnellement consacré au Sacré Cœur, un symbole réel d’où a jailli le salut

Pape François : “le démon attaque l’homme et la femme car ils sont l’image de Dieu”

Le pape François encourage à une “prière fervente” au Coeur du Christ

Le pape commence une série de catéchèse sur les commandements

Pape François : “Que Dieu nous libère de la volonté de détruite la bonne réputation de l’autre”

Le pape appelle à affronter les racines spirituelles de la crise écologique

Le pape François adresse un message aux sportifs chrétiens

 

Enfin quelques « faits divers » du quotidien romain, de la FIFA à la réforme de la Curie…

 

Le programme du voyage du Pape pour la Rencontre des familles à Dublin est public

Synode des Jeunes : l’instrument de travail des pères synodaux dévoilé

Une vidéo du Saint-Siège primée au Festival international de la publicité sociale

Le cardinal Parolin présent à la réunion du groupe de Bilderberg

Le Vatican explique la présence du cardinal Parolin au groupe Bilderberg

L’histoire de la réforme depuis la curie romaine depuis 2013

Le C9 a préparé un nouveau projet de Constitution apostolique pour concrétiser la réforme de la Curie

Coupe du monde FIFA 2018 : les encouragements du Pape François

Le pape accepte la démission de trois évêques du Chili suite à leur mise en cause dans des affaires d’abus sexuels

Les martyrs du communisme honorés au Latran

Lutte contre la mafia : le pape François se déplacera en Sicile

 

NLQ #Rome

Les martyrs du communisme honorés au Latran

Une exposition consacrée aux martyrs de l’Eglise orthodoxe de Russie au XXe siècle a été inaugurée le 30 mai 2018 dans le Palais apostolique du Latran. La mémoire martyrielle faite par Rome à ces persécutés symbolise les rapprochements grandissants entre le Vatican et le Patriarcat de Moscou.

« Le concept si noble du martyre est perverti par le fondamentalisme islamique », a regretté lors de cette inauguration le cardinal Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical pour la culture, rapporte imedia, l’agence de presse spécialisée sur le Vatican, jeudi 31 mai.

« Compatriotes en esprits » des premiers martyrs romains
Le cardinal Ravasi a rappelé à cette occasion combien le concept de martyre « unissait les Eglises catholique et orthodoxe ». Sous le joug communiste, les Russes orthodoxes étaient « des compatriotes en esprit » des premiers chrétiens, persécutés par Rome, a souligné le métropolite Tikhon, président du Conseil patriarcal de Moscou pour la culture et primat de l’Église orthodoxe russe en Amérique, relève imedia.

Cette exposition, organisée par le patriarcat orthodoxe de Moscou, a déjà été présentée dans différentes villes de Russie. Interactive, l’exposition relate les actes antireligieux commis par les bolcheviques, à partir de 1917.

Eradiquer la religion, centre du projet bolchevique
Cette volonté d’éradiquer toute croyance religieuse était au cœur du projet de Lénine, à la suite de sa prise de pouvoir en 1917.

Le révolutionnaire écrivait ainsi que la religion était semblable à « une sorte d’alcool spirituel dans lequel les esclaves du capital niaient leur image humaine et leur revendication d’une existence tant soit peu digne de l’homme ».

En 1932, Staline fit même lancer comme slogan de son plan quinquennal de « solution finale » sur la question religieuse : « Plus de Dieu en 1937 ». Ce travail sur les consciences modifia considérablement la paysage religieux russe. Entre 1927 et 1940 par exemple, le nombre d’églises orthodoxes dans la république soviétique chuta de 29 584 à moins de 500.

Depuis, nombre de martyrs, morts pour la défense de la foi orthodoxe ont été alors canonisés, à l’instar du métropolite Vladimir de Kiev (mort en 1918), celui de Saint-Pétersbourg, Benjamin (mort en 1922) et la Grande-Duchesse Élizabeth de Russie, massacrée avec toute la famille impériale en juillet 1918, après être devenue moniale et dévouée aux plus pauvres à la suite de l’assassinat de son mari.

Le rapprochement entre Saint-Siège et Patriarcat de Moscou
Dans la foulée du prêt des reliques de St Nicolas, conservées à Bari (Italie) depuis 930 ans, et exposées en juillet dernier à Moscou et Saint-Pétersbourg ; de la visite historique en Russie du cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège en août 2017 ; ou de l’exposition « Rome éternelle », organisée par les Musées du Vatican et abritée par la prestigieuse galerie Tretiakov de Moscou, cet hommage rendu par la basilique papale Saint-Jean de Latran  aux martyrs orthodoxes russes, acte de la vivacité du dialogue œcuménique entre le Saint-Siège et le Patriarcat de Moscou.

Source : Vatican news – Delphine Allaire