A la une #Tribunes et entretiens

Olivier Roy : “les populistes ne sont pas des chrétiens sauf en Pologne”

Olivier Roy est professeur à l’institut universitaire européen de Florence et Auteur de l’Europe est-elle chrétienne ? aux éditions du Seuil.

Selon Olivier Roy, “On a deux séries de valeurs opposées. Les valeurs libérales, issues des années 60, avec le féminisme et le droit des homosexuels, et les valeurs chrétiennes. Or l’église a des positions contraire à la libération sexuelle“.

Interrogé sur l’intégration des idées populistes par les chrétiens, Olivier Roy explique que “Les populistes défendent l’identité chrétienne mais pas les valeurs chrétiennes.Les populistes sont aussi des hédonistes, ils ont intégré les idées de 68. Les populistes ne sont pas des chrétiens sauf en Pologne“.

En France, “L’Eglise sait parfaitement que les valeurs ne sont pas les mêmes. Elle n’a pas soutenu la crèche dans la mairie de Montpellier” , mais il existe selon Olivier Roy, une “tentation populiste chez les catholiques“.

Dans le monde musulman, il estime que “la réaction fondamentaliste est une réaction à la sécularisation des sociétés musulmanes. C’est le cas en Iran, la société la plus séculière se trouve en Iran.  Car la religion y est un système imposé d’en haut. Dans le Maghreb il y a des gens athées, des gens qui affirment leur laïcité, des conversions au christianisme. Il y a une église protestante algérienne. Pour l’Egypte, Sissi criminalise l’athéisme car il y a de plus en plus de jeunes égyptiens se déclarent athées ; et ce sont les pays laïques qui se réclament des valeurs conservatrices de l’islam“.

De quoi les Gilets jaunes sont -ils le nom ?

Pour Olivier Roy, le mouvement des Gilets jaunes, en soi on ne peut pas le catégoriser comme d’extrême droite. “Manifestement le mouvement s’autodétruit sur le plan de la représentation politique. C’est un mouvement contre la norme. Anti-normatif. Prenons l’exemple de la limitation à 80 km/h. Cela apparaît comme punitif pour les gens, alors que pour le gouvernement c’est défendre une valeur, la vie. Et en fait les gens n’achètent pas ça.”

En France la conjonction des extrêmes est absolument évidente, “ça montre la disparition de la mémoire historique”