En France #NLQ

Meaux : grève des professeurs du lycée Sainte-Marie pour empêcher un candidat proche de l’Opus Dei de diriger l’établissement

Meaux (Seine-et-Marne), ce lundi. Evénement rare, une large partie des professeurs du collège Sainte-Marie s’est mise en grève durant une heure pour protester contre l’arrivée possible d’une directrice proche de l’Opus Dei, une institution de l’Eglise catholique.

L’arrivée annoncée d’un membre d’une organisation controversée de l’Eglise à la tête de ce collège privé catholique sous contrat a entraîné une mobilisation inédite des enseignants.

C’est une mobilisation inédite qui a eu lieu ce lundi derrière les hauts murs de pierre du collège Sainte-Marie à Meaux. « Un beau bordel », résume plus prosaïquement un professeur.

Ce lundi, une partie des enseignants de cet établissement catholique fréquenté par quelque 1 300 élèves s’est mise en grève durant une heure. Plus des trois quarts d’entre eux — 75 sur 94 selon un porte-parole de la délégation — ont signé une lettre ouverte adressée au directeur diocésain du département.

La raison de la colère porte un nom, celui de Virginie Maury. Cette proche de l’Opus Dei, une institution controversée de l’Eglise catholique, était pressentie pour succéder à Bertrand Thomas, le chef d’établissement qui s’apprête à partir à la retraite.

Devant le tollé suscité par sa possible nomination, la candidate « a quitté la procédure de recrutement », annonce Benoît Lecoutère, le directeur diocésain de l’enseignement catholique en Seine-et-Marne.

Une candidate trop proche de l’Opus Dei
Virginie Maury est actuellement responsable du lycée Gerson à Paris (XVIe). En 2014, sa direction avait été accusée d’exercer une « influence intégriste » sur l’enseignement prodigué en classe.

L’association pro-vieAlliance Vita était intervenue à Gerson lors d’un cours de catéchèse. Il aurait été enseigné aux élèves qu’« une fille qui avorte commet un homicide volontaire », alors que cet acte est dépénalisé depuis 1975 et la loi Veil.

« Virginie Maury a été la directrice du collège des Vignes à Courbevoie (Hauts-de-Seine), un établissement lié à l’Opus Dei, pointe un porte-parole des enseignants. Elle a aussi publié un livre dans une maison d’édition proche de cette organisation (NDLR : les éditions Le Laurier). »

Contactée, la principale intéressée ne nous a pas répondu. Ni l’actuel chef d’établissement de Sainte-Marie ni le rectorat — les professeurs de cet établissement sous contrat sont rémunérés par l’Education nationale — n’ont souhaité s’exprimer.

« Cette situation est aberrante »
Selon le directeur diocésain, Virginie Maury n’était pourtant qu’« une candidate parmi d’autres ». « Cette situation est aberrante, estime-t-il. J’ai proposé plusieurs noms à l’évêque, dont le sien. Madame Maury a visité l’établissement mercredi dernier, comme c’est le cas pour chaque candidat lors d’une procédure de recrutement. »

Benoît Lecoutère rappelle au passage que les responsables du lycée Gerson avaient été blanchis, par le ministère de l’Education nationale, de l’accusation de dérive intégriste.

Les enseignants rejettent tout « procès d’intention ». Selon eux, la nomination de Virginie Maury remettait en cause « l’esprit Sainte-Marie », où « toutes les sensibilités s’expriment ». Certains évoquent les « valeurs humanistes » de l’institution. Un professeur résume : « Nommer quelqu’un comme Virginie Maury, aux positions radicales, aurait mis en danger cet équilibre. »

Des parents d’élèves soulagés

La nomination annoncée de Virginie Maury à la tête du collège Sainte-Marie n’était pas du goût d’une partie des parents d’élèves.

Ce lundi, Rémi et Karine ont habillé leur fille, en cinquième au collège Sainte-Marie, avec des vêtements sombres. « Pour dire au revoir à Monsieur Thomas (NDLR : le chef d’établissement qui part à la retraite) et pour soutenir les professeurs contre la candidature de Madame Maury », explique le quadragénaire.

Comme chez les enseignants, la nomination annoncée de l’actuelle responsable du lycée parisien Gerson a heurté une large partie des parents d’élèves.

« J’étais prête à enlever mon fils de 11 ans du collège, indique Sonia. Je suis catholique, pas fanatique, et cette femme semble porter une vision rétrograde de l’Eglise. »

Même chose chez cette autre mère de famille : « Si ce qu’on dit d’elle est exact, je retirerai ma fille du collège l’année prochaine. »

Source : Le Parisien

Brèves

L’enseignement sous contrat peut-il retrouver sa liberté ?

Deux articles du Parisien publiés aujourd’hui peuvent nous en faire douter.

Le premier concerne le collège Sainte-Marie à Meaux, où le directeur Bertrand Thomas s’apprête à partir à la retraite. Une partie des enseignants s’est mise en grève durant une heure. Plus des trois quarts d’entre eux — 75 sur 94 — ont signé une lettre ouverte adressée au directeur diocésain du département. Ils s’opposent à la nomination de Virginie Maury, qui a commis le crime d’être… proche de l’Opus Dei, d’être actuellement responsable du lycée Gerson à Paris où l’association pro-vie Alliance Vita était intervenue. Virginie Maury a été la directrice du collège des Vignes à Courbevoie (Hauts-de-Seine), un établissement lié à l’Opus Dei. Virginie Maury n’était qu’une candidate parmi d’autres. Devant l’hostilité, elle a jeté l’éponge.

L’autre concerne le lycée parisien Saint-Jean de Passy, où des parents et des enseignants dénoncent un virage « tradi » de la part de la direction. Les initiatives du chef d’établissement, François-Xavier Clément, ne plaisent pas à certains professeurs, venus dans cet enseignement catholique pour d’autres raison que la religion. Pour le moment, l’APEL soutient ce directeur, qui ne faiblit pas face à l’hostilité : port de l’uniforme obligatoire depuis la rentrée 2017, pour les filles et les garçons de la 6e à la Seconde,  érection dans la cour d’honneur d’une imposante statue de la Vierge, flanquée de deux drapeaux, français et européen, départ de cadres et de professeurs (6 des 14 professeurs de prépa), deux procédures de licenciement.

Il n’est pas simple pour des directeurs catholiques de l’enseignement diocésain de vouloir recatholicier leur école, devenues des boîtes à fric et à bac. Il faut alors subir l’hostilité de certains enseignants et de certains parents, venus dans ces établissements bien souvent pour des raisons confort social.

Source : Riposte-catholique

Brèves

Opus Dei : 31 nouveaux prêtres pour rendre le Christ présent parmi nous

Le cardinal Robert Sarah a ordonné samedi matin (5 mai 2018) 31 prêtres de la prélature de l’Opus Dei en la basilique romaine Saint-Eugène. « Demandons au Seigneur de nous donner beaucoup de saints prêtres » a-t-il supplié.

Ces 31 ordinants sont issus de quinze pays différents : Argentine (1), Brésil (1), Colombie (2), Côte d’Ivoire (1), Espagne (13) , France (1), Italie (1), Kenya (1), Nigeria (3),  Ouganda (1), Pays-Bas (1), Philippines (2), Slovaquie (1), Uruguay (1),Venezuela (1). Ils ont reçu leur ordination presbytérale après avoir exercé leur profession durant des années.

“Qu’est-ce qu’un prêtre, exactement ?” : telle est la question posée lors de l’homélie du cardinal Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements.

“La Bible présente le prêtre comme l’homme de la Parole de Dieu” […] L’homme contemporain s’adresse au prêtre en cherchant le Christ. Il peut consulter bien d’autres personnes compétentes sur des sujets économiques, sociaux ou politiques. Le prêtre est le prédicateur de la vérité du Christ, « il parle avec charité et, en même temps, avec une vraie liberté ».

Dans la Sainte Écriture, « le prêtre est aussi présenté comme l’homme du pardon […] Comme le saint curé d’Ars ou le Padre Pio, le prêtre est l’apôtre du confessionnal, disait le pape François, il y a quelques jours »

Le cardinal Sarah a aussi évoqué le prêtre “ami du Christ”. Un ami que l’on reconnaît tout spécialement dans l’Eucharistie « puisqu’il n’y a pas d’Eucharistie sans prêtre, tout comme il n’y a pas de sacerdoce sans eucharistie.[…] Aussi avons-nous besoin chaque jour de l’Eucharistie, pour vivre notre sacerdoce et être d’audacieux messagers de l’Évangile au cœur des souffrances, des difficultés et des hostilités qui peuvent nous assiéger”.

Le cardinal Sarah a invité les nouveaux prêtres à rechercher la sainteté et à être des hommes “d’une profonde vie intérieure ”. En citant saint Josémaria, il a expliqué que « le sentier qui conduit à la sainteté est un sentier de prière ; et la prière doit prendre peu à peu dans l’âme, comme la petite graine qui deviendra plus tard un arbre feuillu. » (Amis de Dieu, n. 295)

Le sacerdoce est un service envers l’Église et toutes les âmes. “Comme vous l’avez appris de saint Josémaria et de tous ses successeurs, soyez toujours très loyaux envers le Souverain Pontife, les évêques -successeurs des Apôtres-, et votre Prélat ; aimez les prêtres de tous les diocèses ; priez instamment le Seigneur d’envoyer beaucoup d’ouvriers à toute sa moisson, de nous donner beaucoup de saints prêtres, établis comme gardiens pour paître l’Église du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang (Act 20, 28)”

Le cardinal a félicité les parents, les frères et sœurs des nouveaux prêtres : “Désormais, vous avez quelqu’un de votre sang qui va spécialement intercéder pour vous devant le Seigneur. En même temps, nous devons tous prier pour eux, plus qu’auparavant, puisqu’ils ont assumé une grande responsabilité”.

À la fin de la cérémonie, le cardinal a offert à chaque nouveau prêtre un chapelet et une petite icône de la Vierge de la Tendresse.

“ Je vous la donne pour que vous soyez plus étroitement unis à la Très Sainte Vierge Marie et pour vous demander aussi de prier pour moi”

Source : Belgicatho

A la une #NLQ #Points non négociables PNN

Pérou : Succès de la Marche pour la Vie

Pérou : des milliers de personnes manifestent contre l’avortement

Des milliers de Péruviens ont participé ce samedi à Lima à une grande marche contre l’avortement, un événement organisé depuis six ans par le cardinal péruvien conservateur Juan Luis Cipriani.

Le président du Congrès Luis Galarreta, des religieux catholiques et évangéliques, des politiques, des familles, des militants pro-vie ainsi que des membres d’établissements scolaires privés liés à l’Église ont participé à cette marche pacifique.

Les manifestants ont défilé en musique et au son des tambours sous des banderoles proclamant “Unis pour la vie”.

L’édition 2017 de cette marche annuelle avait été suspendue par l’Eglise catholique en signe de solidarité avec les centaines de victimes des inondations au Pérou. “Ce n’est pas une célébration organisée contre quelqu’un, c’est une célébration pour la vie”, a déclaré le cardinal et archevêque de Lima, Juan Luis Cipriani, membre de l’Opus Dei, la puissante organisation catholique conservatrice.

Cet événement est depuis 2012 un des plus grands rassemblements publics du Pérou, un pays très conservateur qui compte 30 millions d’habitants, dont 26 millions de catholiques selon le Vatican. L’avortement est légal en cas de malformation grave du fœtus ou lorsque la vie de la mère est en danger.

Source : RTBF via Belgicatho

 

Dans le Monde #NLQ

Bruxelles – Après les Saints-Apôtres et les Fraternités de Jérusalem, l’Opus Dei… ?

Voici l’avis que les fidèles ont trouvé apposé, ce week-end, à l’entrée de l’église Saint-Jacques sur Coudenberg. Nous ne disposons pas d’informations fiables sur les causes exactes de cette décision. Les prêtres de l’Opus Dei pourraient, nous dit-on, reprendre du service ailleurs à Bruxelles.

“Avis aux fidèles

En raison de diverses circonstances et en concertation avec les autorités ecclésiastiques, la prélature de l’Opus Dei a pris la décision de renoncer aux services que ses prêtres rendaient depuis 2012 dans la paroisse de Saint-Jacques sur Coudenberg. Leur travail se terminera le 25 décembre 2017 avec la messe du jour de Noël, à  18h00.

A partir du 26 décembre, ils n’assureront donc plus les messes de semaine à 12h30, ni la messe dominicale à 18h00. Les temps de confession en semaine (12h00-12h30 et 13h00-14h00), le samedi et le dimanche (16h30-18h00) seront également supprimés ainsi que l’adoration eucharistique du dimanche.

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui nous ont appuyés par leur prière et leur travail pendant cette période.

Abbé Stéphane Seminckx

Vicaire”

 

Source

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Longpont – Installation et vénération des reliques de saint Josémaria Escriva et bienheureux Alvaro del Portillo, fondateurs de l’Opus Dei

Dimanche 25 juin – à partir de 16h –

Basilique Notre-Dame de Bonne Garde, Longpont-sur-Orge

Durant l’été 1966, Dom Josémaria Escriva de Balaguer et Dom Alvaro del Portillo ont fait un séjour d’un mois à Avrainville (91).

La prélature de l’Opus Dei confie à la basilique de Longpont des reliques de ces deux saints fondateurs. 


- 16h – conférence saint Josémaria Escriva et bienheureux Alvaro del Portillo, par Mgr Guillaume Derville directeur spirituel de l’Opus Dei 
- 17h30 – vénération des reliques. Confessions possibles 
- 18h – messe présidée par Mgr Guillaume Derville suivie de la procession d’installation des reliques dans la vitrine des saints qui sont passés en Essonne

Dans le Monde #NLQ

Opus Dei – 31 nouveaux prêtres

Ce samedi 29 avril 2017 en la Basilique Saint-Eugène à Rome trente et un numéraires de l’Opus Dei ont été ordonnés prêtres par le cardinal Giuseppe Bertello, président du Gouvernorat de l’Etat de la Cité du Vatican.

Les futurs prêtres avaient reçu l’ordination diaconale des mains de Mgr Echevarria, le prélat de l’Opus Dei décédé le 12 décembre dernier. « Vous devez exclusivement vous donner au service de tous, avec joie et générosité » avait-il dit à cette occasion.

« Etre ministre du Christ  suppose un changement profond dans la vie, c’est une grâce qui nous dépasse, un don immérité que l’on reçoit pour le mettre au service des autres «  (Mgr Echevarria).

 

 Vidéo en ligne ici

En Europe

Opus Dei – Messe à Bruxelles pour Mgr Echevarria

Ce samedi 17 décembre, à 11h00, une messe solennelle sera célébrée en l’église Saint-Jacques sur Coudenberg, Place Royale, pour le repos de l’âme du prélat de l’Opus Dei, décédé lundi 12 décembre. 

Source

Brèves

Mort du prélat de l’Opus Dei

Dom Javier n’est plus. L’ancien secrétaire particulier de saint Josémaria Escriva, fondateur de l’Opus Dei, s’est éteint ce lundi 12 décembre vers 21h20 à Rome (Italie).

Hospitalisé depuis le 5 Décembre au Campus policlinique biomédical de Rome pour soigner une infection pulmonaire légère, sa situation s’est compliquée au cours des dernières heures. Il est mort à l’âge de 84 ans des suites d’une insuffisance respiratoire.

 

Lu sur Zénith