Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Messe pour la libération de Paris le 26 août 2018

Messe présidée par Mgr Denis Jachiet, évêque auxiliaire de Paris.

Conformément à la convention signée le 26 juin 2002 entre la Fondation Charles de Gaulle, la Fondation Maréchal Leclerc de Hauteclocque et l’archevêché de Paris, une messe anniversaire de la Libération de Paris est célébrée chaque année.

Dans le chœur de Notre-Dame, une plaque commémorative fait mémoire du 26 août 1944 et de la signature de cette convention.

Paris garde ainsi la mémoire religieuse de sa libération. Le 26 août 1944 en effet, après avoir triomphalement descendu l’avenue des Champs-Elysées, le Général de Gaulle avait tenu à se rendre à la cathédrale Notre-Dame, accompagné du Général Leclerc, libérateur de Paris à la tête de la 2ème Division blindée, et des chefs de la Résistance française. Dans une atmosphère chargée d’émotion, et alors que des coups de feu se font encore entendre, le chant du Magnificat avait retenti dans la cathédrale.

Ce grand moment de ferveur est, depuis lors, commémoré par la célébration d’une messe annuelle en la cathédrale Notre-Dame de Paris, à l’initiative de la famille du Maréchal Leclerc et des mouvements de résistance. La messe pendant laquelle est chanté le Magnificat, est célébrée à l’intention explicite du Général de Gaulle, du Maréchal Leclerc, de tous les résistants, victimes civiles et militaires de la guerre de 1939-1945, ainsi que pour la paix.

26 août à 11h30

6 parvis Notre-Dame – Place Jean-Paul II, 75004 Paris 75004 Paris

En France #NLQ

Le clocher de l’église Saint-Eustache à Paris victime de vandalisme

Lu sur l’observatoire de la christianophobie :

Je ne sais trop comment qualifier l’acte qu’un énergumène, qui n’en est pas à son premier coup, a commis jeudi 28 juin, en grimpant sans autorisation sur le clocher de l’église Saint-Eustache à Paris. Masquer la croix du clocher avec une sorte de cerf-volant, ne me semble pas un acte bienveillant envers les chrétiens mais, curieusement ( ?), on ne retient de l’acte de l’homme que son côté dangereux pour sa personne et pour d’autres. Il sera sans doute condamné, mais légèrement. Il est à craindre que la justice aura la main moins lourde envers l’olibrius qu’envers les cinq militants de Génération Identitaire condamnés en octobre dernier, à 10 000 € d’amende et à un an de prison avec sursis pour avoir occupé, à Poitiers, le toit d’une mosquée en cours de construction…

Scène surréaliste ce jeudi matin. Et déploiement important de policiers et d’unités d’élite des pompiers dont le Grimp (Groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux). Un homme de 42 ans a été délogé délicatement mais sans appel du clocher de l’église Saint-Eustache, aux Halles (1er). Il a été ensuite placé en garde à vue au commissariat du 1er arrondissement. Le funambule improvisé avait, sans l’autorisation du curé, grimpé les 35 mètres du clocher et s’était installé avec une harpe et un immense cerf-volant bleu ! En bas, les gens brandissaient leur smartphone pour immortaliser la scène. « Oh ! Un homme oiseau, a commenté sur Twitter un certain Vincent Ollivier. Ça, c’est Paris ! » […] Côté église, les péripéties matinales ont très moyennement amusé le curé anglais de la paroisse Saint-Eustache. Pas plus qu’elles n’ont impressionné le maire (LR) du 1er arrondissement : « C’est un récidiviste qui escalade les parties les plus hautes », déplore Jean-François Legaret.

Source : Le Parisien, 28 juin (merci Cril17 pour ce signalement)

NLQ #Sorties/Animations

Pique-nique estival organisé par Ecologie Humaine le 12 juillet 2018 à Paris

Pique-nique organisé par Ecologie Humaine :

ON SE RENCONTRE ?

Parce qu’il n’y a rien de plus sympa, en cette saison, que de passer du temps ensemble sur un coin de verdure !

RDV pour un pique-nique estival
jeudi 12 juillet, à partir de 19h30

Avenue de Breteuil (Paris 7)
Place el Salvador
(Métro l.13 St François-Xavier)

>> Inscription obligatoire en cliquant ici.

 

Culture #NLQ

La Chapelle saint Aignan (XIIe siècle) sur l’Île de la Cité à Paris

Située au nord de Notre-Dame de Paris, adossée aux remparts, la chapelle Saint-Aignan faisait parti du quartier canonial.

Elle est le seul vestige de la vingtaine d’églises et chapelles que comportait la Cité au XIIe siècle. Fondée vers 1116 par Étienne de Garlande, doyen de Saint-Aignan d’Orléans et chancelier du roi Louis VI le gros, deux chanoines la desservaient. On dit que saint Bernard y venait prier, ainsi qu’Abélard.

La chapelle comportait trois travées, une pour le chœur et deux pour la nef soit à peu près 10 m sur 5 m. Fermée presque toute l’année au XVIIIe siècle, elle fut vendue en 1791 et partagée entre deux propriétaires. Des prêtres réfractaires y sont venus dire la messe pendant la Terreur.

Les chapiteaux ainsi que les voûtes romanes sont assez bien conservés

Après divers usages profanes, la moitié restante fut restaurée et rendue au culte pour le service des séminaristes du diocèse et aujourd’hui pour les vicaires généraux. Le chœur a disparu, et il reste une travée et demi et l’une des deux portes d’entrée. Un puits existe encore entre les deux portes à l’extérieur. Un bénitier ancien se trouve près de l’entrée.

L’ensemble a été aménagé en ajoutant une Vierge du XVe siècle et un crucifix du XIXe.

Privé, ne se visite pas.

(source)

NLQ #Sorties/Animations

Visite guidée du Collège des Bernardins tous les jours (sauf 14 & 15 juillet) jusqu’au 20 juillet 2018 à Paris

Connaissez-vous ce joyau de l’architecture cistercienne ? Visite guidée tous les jours à 16h (sauf pendant la période de fermeture d’été du 20 juillet au 20 août 2018).

Tarifs : 6€ (plein) / 3€ (réduit : moins de 26 ans et demandeurs d’emploi) / Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.

Pour les groupes : sur réservation uniquement, au 01 53 10 74 40 ou par mail à visites@collegedesbernardins.fr

Ouvert à tous, ce joyau de l’architecture cistercienne invite à la rencontre et au dialogue. 150 000 visiteurs par an de tous horizons et de tous âges, familles, étudiants, enseignants chercheurs, acteurs du monde économique, social, politique… viennent apprendre, se fortifier et réfléchir aux questions contemporaines à la lumière de la sagesse chrétienne.

Le Collège des Bernardins propose un large éventail d’activités dans les domaines intellectuel, culturel et spirituel. Tout au long de l’année, formations, débats, séminaires de recherche et création artistique se répondent.

Informations


https://www.collegedesbernardins.fr/qui-sommes-nous/informations-pratiques

NLQ #Rome

Remise par le pape du pallium à Mgr Michel Aupetit : un geste, une question

Present à Rome le 29 juin 2018 en la fête des saints apôtres Pierre et Paul, Mgr Aupetit a reçu des mains du pape François le pallium – plus exactement, le paquet dans lequel figure le pallium. En effet, ce dernier  doit être remis par le nonce apostolique au cours d’une cérémonie qui doit se tenir à la cathédrale Notre-Dame de Paris, le dimanche 7 octobre prochain.

On peut cependant regretter la remise en deux temps du pallium qui aboutit à la confusion du geste par son « saucissonage » : normalement, le pape François a fait le choix de remettre le pallium dans les Églises métropolitaines par le nonce apostolique, mais, en l’espèce, comme les archevêques – parmi lesquels figuraient Mgr Michel Aupetit – étaient présents à Rome, il a donc remis le pallium mais enfermé dans une boîte.

Mgr Michel Aupetit recevra donc le pallium le 7 octobre 2018, à Paris, des mains de Mgr Luigi Ventura. Cela permet de sauvegarder le choix de sa remise par le nonce apostolique, mais au prix d’une certaine diachronie dans le geste. La logique aurait peut-être été de remettre intégralement le pallium dès lors que le pape et les archevêques sont réunis. Mais la « remise sans remise » conduit à une confusion qui brouille la compréhension du geste. Après tout, la pallium exprime l’unité du pape avec ses métropolitains. Et une remise « moins compliquée » aurait facilité cette compréhension.

NLH #NLQ #Tribunes et entretiens

Les manants du Roi, le nouveau film de Patrick Buisson sur le génocide vendéen – Un nouvel éclairage politique

Photo : Les manants du Roi

Hier (28 juin 2018) se déroulait au Grand Rex l’avant-première du film Les manants du Roi, nouveau film de Patrick Buisson, réalisé par Guillaume Laidet et dont les textes sont écrits par Michel Chamard. Co-produit par la chaîne Histoire et la société Erealprod, ce docu-fiction inédit nous plonge en toute vérité historique entre 1793 et 1796, dans les guerres de Vendée et le génocide qui s’ensuivit, à travers les narrations de six personnages emblématiques et humains, tous servis par d’excellents comédiens ! Un chouan, le “gâs” Jean ; un prêtre réfractaire, l’Abbé Vincent Huguet ; un capitaine “bleu”, François Sauvage ; un bourgeois révolutionnaire nantais, Percier de Fontaine,  un député montagnard, Carré de Longwy (qui évoque directement Jean-Baptiste Carrier) ; une noble amazone insurgée, Céleste de Boismé (inspirée de Céleste Bulkeley), qui prouve que les femmes et leur courage n’étaient pas en reste, surtout face à la misogynie de la Révolution Française ainsi que l’évoque la peintre Elisabeth Vigée Le Brun dans ses Souvenirs :  “Les femmes régnaient alors, la Révolution les a détrônées.”.

Stanislas de La Tousche, magistral dans le rôle du “gâs” Jean

Cette fresque historique se structure autour de moments narratifs où chaque personnage partage ses opinions et son vécu au sein de cette tourmente, que viennent appuyer de nombreux éléments cinématographiques extraits de films sur la chouannerie, de la Cinéscénie du Puy du Fou, d’aperçus de vitraux et de chansons révolutionnaires et contre-révolutionnaires.

Discours préambule de Patrick Buisson, photo par Les manants du Roi

La projection, agrémentée avant et après de chants par le célèbre chœur Montjoie Saint-Denis a été ouverte par un fracassant discours de Patrick Buisson, vibrant hommage aux martyrs de Vendée, qui par leur courage et leurs sacrifices surent préserver la liberté de culte aux catholiques, contre le fanatisme sanglant et totalitaire de La Convention et de l’esprit Révolutionnaire. Buisson attaque le négationnisme qui nimbe la Révolution Française, révolution fondamentalement bourgeoise malgré ce que la propagande républicaine martèle depuis deux cent ans, et fondé sur un gigantesque holocauste fondateur : la Terreur et le génocide programmé de la Vendée (loi du 1er août 1793). La Révolution Française acheva de libérer les puissances d’Argent en détruisant le garde-fou du catholicisme : libéralisations (loi du 4 août 1789 sur l’abolition des privilèges, loi Le Chapelier du 14 juin 1791…), allongement du temps de travail et suppression du chôme du dimanche… La maltraitance des prêtres, la conscription forcée ne purent que mettre le feu aux poudres chez un peuple qui au départ accueillait la Révolution comme une réforme nécessaire, pour rapidement se rendre compte qu’elle n’était qu’un pas en avant vers son oppression.

Le Chœur Montjoie Saint Denis en grande forme !

Ce film, qui sera diffusé sur la chaîne Histoire le 4 juillet 2018 est un pendant à l’excellent travail réalisé par Daniel Rabourdin, dont le film La Rébellion cachée se structure davantage comme un docu-fiction à l’américaine : reconstitutions historiques, interviews d’historiens, documents à l’étude…

A voir absolument ! Le DVD est d’ailleurs disponible ici. Daniel Rabourdin a aussi publié un livre : Comment faire un film indépendant.

Ces deux films donnent raison à Joseph de Maistre lorsqu’il déclare, et Patrick Buisson l’a rappelé dans son discours, que “L’histoire est une conspiration permanente contre la vérité”. Complotisme ? rétorquerait-on… Non ! tout simplement intérêts bassement humains plus ou moins concordants. Le seul complot est celui de Satan.

Il est grand temps que la France se rende compte de cette part de son histoire, qui inspira toutes les révolutions et totalitarismes dans le monde ; qu’elle médite sur son régime républicain, qui montre de plus en plus ses déficiences et son manque de démocratie réelle (tout comme il n’y avait que très peu d’artisans et ouvriers parmi les premiers députés, il en est de même aujourd’hui), sans compter la trahison incessantes de nos “élites”, continuant de brader la France au Marché, que ce soit directement ou à travers l’emprisonnement de l’Union Européenne, véritable stratagème des chaînes comme l’explique François Asselineau.

Rappelons-nous aussi cette mémorable scène du film Le Président, par Henri Verneuil, où Jean Gabin, royal, propose une Europe fondée sur les souverainetés des nations plutôt que sur des trusts financiers qu’il dénonce avec panache :

Il ne s’agit pas de revenir en arrière, mais de redonner le pouvoir au tissu social et pourrait-on dire féodal (hiérarchie des services, prenant racines dans l’exemple du Christ qui lave les pieds des apôtres), à travers le respect du principe de subsidiarité, une économie humaine et sociale dotée de libertés ciselées de contraintes, telles que le christianisme, qui forgea la France, les a toujours prônées. Un roi ? L’élection de Macron, prétendu au dessus des partis (ce qui est vrai, mais son monarchisme est financier et international…) a montré que les français désiraient être gouverné par un monarque, mais encore faut-il restaurer tout d’abord ce tissu social fait de libertés réelles, sortir de la logique libérale-socialiste de l’Etat moderne, et retrouver un corps, dont on pourra ensuite choisir la tête, à la Grâce de Dieu !

NLQ #Sorties/Animations

Fête du cinéma : Cinéma et spiritualité à Paris du 30 juin au 3 juillet 2018

Les films s’inspirant de thématiques spirituelles et religieuses réussissent à s’adresser à un public large car leurs enjeux sont universels.
C’est pourquoi l’association Art, Culture et Foi / Paris, partenaire de l’édition 2018 de La Fête du Cinéma, vous convie à une table ronde et à trois projections exceptionnelles.

A l’occasion de La Fête du Cinéma 2018, dont Art, Culture et Foi / Paris est partenaire, vous êtes convié à ces événements exceptionnels.

Table ronde au Collège des Bernardins : Eric Rohmer- conteur spirituel
Projections-rencontres des films au cinéma Mac-Mahon en présence des réalisateurs ou d’acteurs
Des hommes et des dieux, 2010
Le fils de Joseph, 2016
Les innocentes, 2016

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Messe pour les jeunes et les vocations et veillée festive le 29 juin 2018 à Paris

Rendez-vous à Saint-Sulpice ! Au programme de cette veille d’Ordinations : messe, apéritif puis veillée animée par les scouts sur le parvis. Invitez largement !

29 juin à 19h

Eglise Saint-Sulpice 2 rue Palatine 75006 Paris

En cette année de synode des jeunes, ce sont les scouts de Paris qui invitent ! Scouts et Guides de France, Guides et Scouts d’Europe et Scouts Unitaires de France animeront la messe puis vous invitent à une veillée scoute sur le parvis de Saint-Sulpice.

Messe pour les jeunes et les vocations

19h – La messe sera présidée par Mgr Jérôme Beau, évêque auxiliaire de Paris.
Ornements blancs. (Ce sera une messe votive, pas celle de Saint-Pierre et Saint-Paul)

Apéritif et veillée

20h30 – Apéritif sur le parvis
21h – Lancement de la veillée
22h30 – Possibilité de prolonger la soirée dans l’église où le Saint Sacrement sera exposé

Les ordinations sacerdotales auront lieu le lendemain, samedi 30 juin 2018 à 9h30 à Notre-Dame de Paris.

- Découvrir le Séminaire de Paris
- Informations sur les vocations sur mavocation.org
- Faire un don pour la formation des prêtres

Conférences/Formations #NLH #NLQ

Sagesse et médecine : enseigner l’éthique à l’école de Jérôme Lejeune – formation d’octobre 2018 à avril 2019 à Paris ou sur internet

« Passionnant, expert et stimulant intellectuellement ». Ce sont les mots des étudiants de  la 1er Master-class Science et éthique Jérôme Lejeune pour qualifier ces cours d’expertise en bioéthique qu’ils ont suivi pendant 6 mois, jusqu’en avril dernier. Devant le succès de cette première promotion, qui a réuni 160 étudiants, et l’intérêt partagé par tous, la Master-class dédiée aux professionnels de santé ouvrira à nouveau ses portes en octobre 2018. Jeunes professionnels ou étudiants des métiers de la santé, (médecins, infirmiers, sages-femmes) chercheurs, biologistes, mais aussi philosophes et juristes, s’interrogeant sur la portée des développements scientifiques qui bouleversent leur champ professionnel, peuvent postuler. Délivrée par des professeurs universitaires, médecins, chercheurs, philosophes, juristes, membres de comités d’éthique internationaux, cette formation propose un enseignement de haut niveau personnalisé, à Paris ou à distance (e-learning).

 

Le professeur Jérôme Lejeune disait “ la science est cumulative mais la sagesse ne l’est pas ”. De fait, les études de médecine dispensent une formation scientifique et technique complète et dense. L’étudiant en médecine accumule beaucoup d’informations au cours de son cursus. Mais elles ne fournissent pas des éléments pour construire une sagesse qui puisse sous-tendre la pratique. L’éthique y est trop souvent abordée sous l’angle du respect des procédures (procéduralisme) et des discussions entre professionnels (éthique de la délibération).  La question du juste (quelle est la justesse morale de l’acte à poser ? ) et la question de la dignité (qu’est-ce qui est irréductiblement digne dans le patient, quel que soit son état ? ) sont évacuées par ces éthiques procédurales. La sagesse s’acquière. Elle a besoin de jalons pour pouvoir être assimilée, puis exercée.

 

La Master-Class Science et éthique Jérôme Lejeune propose de poser ces jalons sapientaux au coeur de la pratique du médecin. Elle propose une formation à la croisée des différents niveaux de connaissance, théoriques ou pratiques, permettant à l’étudiant d’ancrer sa réflexion aussi bien dans la connaissance des concepts anthropologiques nécessaires que dans l’actualité des publications scientifiques les plus récentes, celles-là même qui réinterrogent l’éthique biomédicale. Les différents intervenants discutent les problématiques concrètes du métier pour en tirer la susbtantifique moelle. Les thématiques sont problématisées et analysées  : CRISPR-Cas9, les dons d’organes, les transplantations, le handicap, l’eugénisme, les maladies génétiques et chromosomiques, le dépistage prénatal et le diagnostic préimplantatoire, les thérapies géniques et cellulaires, les maladies dégénératives,… (cf. programme disponible ici). Enfin, la Master-Class Jérôme Lejeune, fidèle au nom qu’elle porte, offre un module de formation sur la trisomie 21 (annonce, accueil, soin, …), sujet totalement absent des cursus habituels. La formation ne se réduit donc pas aux questions de début et de fin de vie.

 

La direction scientifique de la Master-class est confiée à Mgr Jacques Suaudeau, médecin et chirurgien, ancien chercheur aux NIH (National Institutes of Health, USA) et directeur de la section scientifique de l’Académie pontificale pour la Vie jusqu’en 2015. Il est actuellement membre du Comité d’éthique du Conseil de l’Europe et participe au Comité d’éthique de l’UNESCO. Les cours sont dispensés par des professeurs universitaires, médecins, chercheurs, philosophes, juristes, membres de comités d’éthique internationaux. C’est le philosophe Rémi Brague qui prononcera la Leçon inaugurale pour le lancement de la promotion 2018.

 

 

En Bref

1 – Où ? En e-learning ou sur place Centre de bioéthique Jérôme Lejeune, 37 rue des Volontaires, Paris 15ème.

2 – Quand ? 3 mardis soir/mois (20h-22h) et 2 samedis /semestre (9h-17h), d’octobre 2018 à avril 2019

3 – Diplômant ? Les étudiants qui le souhaitent et qui répondent aux conditions universitaires requises, peuvent obtenir un certificat d’anthropologie.

4 – Inscription et information : https://www.fondationlejeune.org/master-class-bioethique/ 

(source : L’Homme nouveau)