A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ

France : les cloches sonneront le 25 mars à l’Annonciation

Dans le contexte actuel de propagation du coronavirus, les évêques de France ont appelé à un “geste commun” le mercredi 25 prochain à l’occasion de l’Annonciation. Outre le dépôt d’une bougie par les catholiques et même les autres français, les cloches sonneront ce jour à 19h30 pour marquer une “communion de pensée et de prière avec les défunts, les malades et leurs proches, avec tous les soignants et tous ceux qui rendent possible la vie de notre pays.” “Ce sera aussi l’expression de notre désir que la sortie de l’épidémie nous trouve plus déterminés aux changements de mode de vie que nous savons nécessaires depuis des années”, écrit Mgr de Moulins-Beaufort et président de la Conférence des évêques de France (CEF). “Nous, catholiques, demanderons en même temps à la Vierge Marie de remplir nos cœurs de foi, d’espérance et de charité en ces temps et de nous obtenir la grâce de l’Esprit-Saint pour que nous sachions trouver les gestes nécessaires.”

Voici le message des évêques de France :

Notre pays, avec de nombreux autres, traverse une grande épreuve. Le chef de l’État nous appelle à laisser de côté nos divisions et à vivre ce temps dans la fraternité. C’est pourquoi nous avons voulu que ce message destiné en premier lieu aux catholiques s’adresse aussi à tous nos concitoyens sans distinction.

Nous le faisons dans un esprit d’humilité, mais avec la certitude que la foi chrétienne a une mission spécifique dans ce monde et qu’elle ne doit pas s’y dérober. Nous pensons aussi à tous ceux et celles qui partagent avec nous la foi en Dieu et la conviction qu’Il accompagne notre vie. Nous pensons enfin à tous ceux et celles qui ne croient pas mais souhaitent que la solidarité et l’esprit de service s’accroissent entre les hommes.

À tous, nous disons notre désir que notre communauté nationale sorte grandie de cette épreuve. Depuis bien des années déjà notre humanité a l’intuition qu’elle doit changer radicalement sa manière de vivre. La crise écologique nous le rappelle sans cesse, mais la détermination a fait largement défaut jusqu’ici pour prendre ensemble les décisions qui s’imposent et pour s’y tenir. Osons le dire, l’égoïsme, l’individualisme, la recherche du profit, le consumérisme outrancier mettent à mal notre solidarité. Nous avons le droit d’espérer que ce que nous vivons en ce moment convaincra le plus grand nombre, qu’il ne faut plus différer les changements qui s’imposent : alors, ce drame porteur d’angoisse n’aura pas été traversé en vain.

Un peu partout en France, les cloches de toutes les églises sonneront pendant dix minutes, non pour appeler les fidèles à s’y rendre, mais pour manifester notre fraternité et notre espoir commun.

Elles sonneront comme elles ont sonné aux grandes heures de notre histoire, la Libération par exemple. En réponse à ce signe d’espoir, nous invitons tous ceux qui le voudront à allumer des bougies à leur fenêtre. Ce geste, qui est de tradition dans la ville de Lyon, est un signe d’espérance qui transcende les convictions particulières : celui de la lumière qui brille dans les ténèbres !

CE QUI SUIT S’ADRESSE MAINTENANT AUX CATHOLIQUES.

Mercredi 25 mars, nous fêterons l’Annonciation du Seigneur. Elle eut lieu à Nazareth, chez une jeune fille, Marie. Dans sa maison, le Ciel rencontre la terre ; dans sa maison, le salut du monde est conçu ; dans sa maison, une joie nouvelle apparaît, la joie de l’Évangile, une joie pour le monde : « Car rien n’est impossible à Dieu » (Lc 1, 37).

Cette année, sans l’avoir voulu, nous fêterons l’Annonciation, confinés, dans nos maisons ! Pouvons-nous célébrer cette fête plus en vérité, plus intensément, plus en communion ?

Quand les cloches sonneront, le 25 mars, à 19h30, que chaque disciple de Jésus, dans sa maison, ouvre sa Bible (ou son ordinateur) et lise, seul ou en famille, le récit de l’Annonciation, dans l’Évangile selon saint Luc, chapitre 1, versets 26 à 38.

Et qu’au même moment chaque maison allume une ou plusieurs bougies, à sa fenêtre, pour dire son espérance et conforter celle de ses voisins.

Nous prierons en communion par l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie en nous unissant au chapelet récité, à Lourdes, chaque jour à 15h30. Nous demanderons à Marie de nous protéger et de nous aider à mieux accueillir Jésus dans nos maisons, dans nos cœurs, dans nos vies comme elle l’a fait elle-même pour nous : « Que tout m’advienne selon ta parole » (Lc 1, 38) – [1re dizaine].

Nous confierons à Marie qui devient Mère du Sauveur et qui deviendra notre Mère, nos frères et sœurs malades, nos frères et sœurs soignants, notre communauté humaine éprouvée. Nous lui dirons que nous voulons les aimer comme nous aimons Jésus, « le fruit béni de ses entrailles » (cf. Lc 1, 42), Lui qui a pris sur lui nos souffrances et nos péchés [2e dizaine].

Nous pourrons aussi confier nos craintes et nos doutes à celle qui fut toute bouleversée et s’interrogea : « Comment cela va-t-il se faire ? » (Lc 1, 34). La peur d’une vie remise à Dieu, différente de celle dont nous rêvons, rejoint la peur de la mort. Marie la connaît de l’intérieur et nous pouvons lui dire sans cesse : « Prie pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort », comme l’Église nous l’a appris [3e dizaine].

Enfin, poussés par l’Esprit, nous pourrons dire à Jésus : « Guéris-nous ! » Nous ne savons pas quelle sera la réponse sinon que, dans quelques jours, nous fêterons la passion, la mort et la résurrection de Jésus, le premier-né d’une multitude de frères qu’il fait entrer dans la vie de Dieu [4e dizaine.]

[5e dizaine avec intentions particulières].

Ouvrir sa fenêtre, allumer une bougie est un geste de communion que nous voulons offrir à toute la nation pour qu’elle rende hommage aux défunts, victimes du Covid-19, et aussi à ceux qui donnent de l’espoir, soignants, autorités mais aussi famille, amis, voisins.

C’est pourquoi nous vous demandons de relayer ce message très largement autour de vous, par tous les moyens autorisés à votre disposition !

LES ÉVÊQUES DE FRANCE

Source : site des évêques de France

 

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ

Île-de-France : suspension des célébrations dominicales

En raison de la propagation du coronavirus et dans le sillage de l’arrêté du ministre des Solidarités et de la Santé du 13 mars 2020 qui impose l’interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes, Mgr Michel Aupetit a annoncé la décision des évêques d’Île-de-France de suspendre la célébration des messes dominicales à partir de ce samedi 14 mars, et ce jusqu’à une date indéterminée.

Voici un extrait de cette annonce :

C’est aussi par souci des fidèles qu’il m’a fallu prendre des décisions de
prévention élémentaire pour nos églises. Nous avons à transmettre la grâce
divine, pas les virus qui ne viennent pas des dons de Dieu mais de la fragilité de
la condition humaine. Aujourd’hui, comme il était à prévoir, le discours du
président de la République et les mesures prises par le gouvernement obligent
la communauté catholique à prendre sa part du sacrifice demandé à l’ensemble
de nos concitoyens. Le fait de réduire les réunions à moins de 100 personnes ne
nous permet pas de maintenir les messes dominicales à Paris. Même en
augmentant le nombre de célébrations cela nous conduirait dans certains lieux
à sélectionner les personnes à l’entrée en fonction de leur âge ou de leur état de
santé ce qui n’est ni réalisable ni juste. Aussi, en accord avec tous les évêques
d’Ile-de-France, nous avons décidé que les messes dominicales en présence de
fidèles soient suspendues pour un temps encore à définir, ceci à partir de demain
14 mars

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ

Paris : remise de la citoyenneté d’honneur de la ville de Paris à Asia Bibi

Comme cela avait été relaté hier soir sur InfoCatho, Asia Bibi a été honorée de la citoyenneté d’honneur de la ville de Paris. Voici quelques photos de cette émouvante cérémonie qui a eu lieu à l’Hôtel de Ville de Paris :

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ #Points non négociables PNN

Projet de loi Bioéthique : le Sénat adopte le texte à une faible majorité

Le mardi 4 février 2020, le Sénat a adopté par 153 voix contre 143 le projet de loi bioéthique. Ce texte ouvre notamment la voie à la PMA pour les femmes seules et les couples de femmes malgré un dispositif ambigu. En revanche, il exclut le remboursement de la PMA pour toutes ou la double filiation maternelle des enfants nés de PMA pour toutes ou de GPA. De même, il a  rejeté l’autorisation d’auto-conservation de gamètes sans raison médicale ou refusé la création d’embryons transgéniques ainsi que la limitation de l’interdiction de création d’embryons chimériques ; l’article 17 permettant donc cette création d’embryons transgéniques et cette dérogation limitée à l’interdiction des embryons chimériques a ainsi été supprimé par 170 voix contre 121. Le texte ne satisfera personne et sera probablement remanié à l’Assemblée nationale.

Agenda / Annonce #Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

“le progrès c’était mieux avant ! Mythes et mensonges du progressisme” : conférence avec Patrick Buisson et l’abbé Matthieu Raffray (IBP)

Le mardi 4 février, à 20h30, au théâtre du Ranelagh aura lieu une conférence-débat intitulée : “le progrès c’était mieux avant ! Mythes et mensonges du progressisme”. Organisée par l’Institut du Bon Pasteur, elle se tiendra en présence de Patrick Buisson, historien et essayiste, et de l’abbé Matthieu Raffray, prêtre et professeur de philosophie. La conférence-débat sera animée par Gabrielle Cluzel, écrivain et rédactrice en chef de Boulevard Voltaire.

Un cocktail sera donné à l’issue de cette conférence.

Contacts :
contact@ibpmail.org / +33 6 19 55 20 72

Pour s’inscrire, on peut cliquer ici.

Adresse :

Théâtre du Ranelagh
5 Rue des Vignes
75016 Paris
France

 

Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ

Paris : montée des chrétiens d’Orient à Montmartre

Le samedi 25 janvier 2019, des paroissiens de plusieurs églises catholiques de rit oriental parisiennes ont participé à une montée sur la Butte Montmartre, puis à des prières organisées dans la basilique. Des vêpres ont ainsi été dites dans les différentes langues liturgiques de ces rites (syriaque, guèze, copte). Cette montée était organisée sous l’égide de l’Oeuvre d’Orient. Son directeur général, Mgr Pascal Gollnisch, également vicaire général pour l’ordinariat des catholiques orientaux de France, a notamment appelé à prier pour les quatre salariés de l’association SOS Chrétiens d’Orient disparus le 20 janvier dernier à Bagdad.

A la une #Articles #En France #NLH #NLQ #Points non négociables PNN

Sénat : rejet de l’autoconservation des gamètes pour des raisons non médicales

Alors que deux amendements tendant au rejet de l’article avait été rejetés ce matin, l’article qui permet notamment l’autoconservation des gamètes pour des raisons autre que médicales n’a pas été adopté l’après-midi. En effet, aucune majorité ne s’est dégagée pour l’adoption de l’article 2 en raison d’un scrutin partagé : 119 voix contre 119.

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ #Points non négociables PNN

Sénat : adoption de l’article 1er qui ouvre la voie à la PMA pour toutes

Malgré des amendements tendant au rejet de l’article 1er, ce dernier a été adopté hier soir par 160 voix contre 116. L’article le plus emblématique du projet de loi contesté et critiqué a donc été maintenu dans le texte relatif à la bioéthique.

La plupart des élus du groupe Les Républicains ont voté contre (87 au total), et ce malgré 22 votes favorables et 23 abstentions, sans parler des 12 sénateurs qui n’ont pas pris part au vote (comme le Président du Sénat, Gérard Larcher). En revanche, la division est plus significative parmi les sénateurs du groupe Union Centriste : 14 pour, 20 contre, 11 abstentions et 6 n’ayant pas pris part au vote.

Le résultat du scrutin numéro 69 révèle de fortes divisions parmi les sénateurs issus des zones urbaines (en partie ou en totalité), si on se limite aux seuls membres du groupe Les Républicains du Sénat. Si à Paris Céline Boulay-Espéronnier et Pierre Charon ont voté contre, Philippe Dominati et Catherine Dumas ont voté pour l’article 1er. De même, on constate les vote favorables à cet article litigieux de  la part de sénateurs comme Roger Karoutchi (Hauts-de-Seine), Sophie Primas (Yvelines) ou Laure Darcos (Essonne).

Quelques sénateurs issus de la gauche ou de LREM ont aussi voté contre cet article, qu’il s’agisse de Pierre-Yves Collombat (groupe communiste, républicain et citoyen du Var), de Arnaud de Belenet (LREM de Seine-et-Marne) ou de Martin Lévrier (LREM des Yvelines).

En revanche, le Sénat a rejeté par 176 voix contre 142 la prise en compte par l’assurance-maladie  des PMA qui interviendraient pour des raisons autre que médicales. Il n’y aura donc pas de remboursement de la PMA pour toutes. À cet égard, 139 sénateurs issus du groupe LR ont refusé ce remboursement.

En France #NLH #Rome

Paris : Mgr Celestino Migliore nouveau nonce apostolique

Le samedi 11 janvier dernier, un nouveau nonce apostolique a été nommé en France. Mgr Celestino Migliore remplace Mgr Luigi Ventura, qui avait démissionné en raison de ses 75 ans. Né le 1er juillet 1952, Mgr Migliore a notamment exercé en Pologne (il avait été nommé à Vasrovie en 2010) et en Russie (il avait été nommé à Moscou en 2016). Mais il a déjà accompli ses fonctions en France. En effet, Jean-Paul II l’avait désigné en 1992 comme envoyé spécial avec les fonctions d’observateur permanent auprès du Conseil de l’Europe à Strasbourg. Mgr Migliore a par ailleurs été consacré évêque le 6 janvier 2003.

SourcePeuples du Monde

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ #Points non négociables PNN

Censure de la part de la mairie de Paris ? Alliance Vita obtient gain de cause de la part de la justice

La polémique a notamment eu lieu sur les réseaux sociaux. À la suite d’une campagne d’affichage d’Alliance Vita, appelant à « respecter la maternité », « la paternité » et « la vie », certains ont vu une mise en cause de certaines pratiques comme l’avortement ou la PMA pour toutes, qui romprait avec la neutralité qui devrait convenir aux lieux publics comme les gares SNCF. Anne Hidalgo, maire de Paris, avait même demandé par tweet interposé le retrait de ces affiches, se considérant « profondément choquée et indignée par cette campagne anti-IVG et anti-PMA à la Gare du Nord et dans plusieurs autres lieux de la capitale. Je demande à @ExterionMediaFR et #Mediatransports que ces affiches soient retirées immédiatement. »

À la suite de cette injonction, le GIE Mediatransport et les SNC MediaGare et MediaRail, qui gèrent la location d’espaces publicitaires dans les gares SNCF, avaient dû retirer les affiches litigieuses qui, en l’espèce, étaient les suivantes :

Mais Alliance Vita a saisi le juge des référés. Dans une décision rendue le samedi 4 janvier dernier, le tribunal judiciaire de Paris a demandé la reprise immédiate de l’affichage de la campagne de communication d’Alliance Vita sous peine d’astreinte financière en cas de non-exécution de la décision. Cette décision affirme notamment qu’« il convient de faire droit à la demande de l’association Alliance Vita (…) de reprendre l’exécution du contrat (…) en replaçant les affiches (…) sur les espaces publicitaires loués (…) ». Autrement dit, si ces organismes ne remettent pas les affiches retirées, ils devront payer une compensation financière par jour de non-exécution.

C’est donc une victoire pour Alliance Vita, même si la décision du juge des référés peut faire l’objet d’un appel dans des délais extrêmement brefs. Affaire à suivre.