A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ #Points non négociables PNN

Retour du projet de loi bioéthique : Mgr Aupetit s’insurge

Alors que le projet de loi bioéthique est à nouveau en cours de discussion à l’Assemblée nationale depuis le 29 juin dernier, l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, s’est étonné de la priorité donnée à ce texte dans une tribune publiée au Figaro (édition du 30 juin 2020). Ce texte prévoit notamment l’ouverture de l’accès de la PMA à toutes les femmes. Pour l’archevêque de Paris, c’est un « projet injuste et inégalitaire ».

Voici quelques extraits de sa tribune au Figaro :

Sans vergogne, alors que notre pays vient de traverser une crise sanitaire qui l’a mis à genoux, la priorité du gouvernement est de faire adopter à l’Assemblée nationale le projet de loi bioéthique.

 

« Alors que la crise sanitaire est toujours là, que la crise économique et sociale va gravement impacter la vie de nos compatriotes, (…) ce serait l’honneur de nos députés de remettre en cause ce projet injuste et inégalitaire pour se concentrer sur les vrais problèmes des Français.

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ

Paris : bénédiction de la réplique de la Vierge au pilier par Mgr Aupetit

L’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, a béni le mardi 16 juin 2020 la réplique de la statue de la Vierge au pilier sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Voici le tweet de Mgr Aupetit qui reprend la vidéo de la bénédiction de ce mardi matin :

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ

Paris : installation de la réplique de la statue de Notre-Dame de Paris sur le parvis de la cathédrale

Ce vendredi matin, la réplique de la statue de Notre Dame de Paris a été installée sur le parvis de la cathédrale. Cette démarche s’inscrit dans cette perspective d’ouverture du parvis au public.

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH

Prière des évêques de France à la basilique du Sacré-Coeur

Lundi dernier, les évêques de France se sont réunis à la basilique du Sacré-Coeur de Montmartre (Paris). Ils ont prié pour les défunts du Coronavirus, mais aussi pour l’avenir du pays. Une messe a même été célébrée en présence d’un assistance réduite, dans le respect le plus strict des consignes sanitaires.

Pour suivre la prière des évêques de France, on peut regarder la vidéo suivante :

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ

Ouverture au public du parvis de Notre-Dame de Paris

Un après l’incendie qui a frappé la cathédrale Notre-Dame de Paris, le parvis est enfin ouvert au public. Ce dimanche de Pentecôte, les parisiens ont pu se rendre sur cet espace situé devant la cathédrale parisienne. En effet, le vendredi 29 mai dernier, l’Agence régionale de Santé (ARS) d’Île-de-France avait émis un avis favorable à la réouverture du parvis. Mgr Michel Aupetit, l’archevêché de Paris, était ainsi présent, ainsi que le maire de Paris, Anne Hidalgo.

Une bonne nouvelle qui, notamment en ce temps de déconfinement, marque un signe de retour à la normale pour ce haut-lieu de foi et de prière. La cathédrale Notre-Dame de Paris reste cependant encore fermée au culte.

(Source : Vatican News)

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ

Journée des chrétiens d’Orient : message de Mgr Aupetit

Organisée sous l’égide de l’Œuvre d’Orient, la journée des Chrétiens d’Orient a eu lieu dans des conditions spéciales. Plusieurs messages ont pu été être entendus, dont celui de l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit :

Un autre évêque, Mgr Stepan Sus, évêque auxiliaire de l’archiéparchie majeure gréco-catholique de Kiev-Halyč, a également donné un message de soutien :

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ

Démission du Père Thierry Magnin comme porte-parole des évêques de France

Dans une lettre datée du 11 mai 2020, le Père Thierry Magnin a annoncé sa démission des fonctions de Secrétaire général et de porte-parole de la Conférence des évêques de France (CEF) qu’il exerçait depuis un an. Il cessera donc ses fonctions à la fin de cet été. S’il se déclare heureux pour l’exercice de ses missions, le père Magnin souligne ce « tourbillon qui ne finit jamais » et reconnaît qu’à l’âge de 67 ans, « on peut souhaiter vivre plus sereinement ses engagements ». La fonction de Secrétaire général de la CEF est un poste particulièrement important dans le travail de cette assemblée qui représente l’épiscopat français.

Né en 1953, le père Thierry Magnin a également un parcours de scientifique. Il avait été vicaire général du diocèse de Saint-Étienne de 2002 à 2010. Il avait également été recteur de l’Université catholique de Lyon peu avant sa nomination à la CEF (il exerçait cette fonction depuis 2011).

On pourra lire le communiqué publié aujourd’hui concernant le départ du Père Thierry Magnin.

Source : eglise.catholique.fr

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ

Reprise publique des cultes le 29 mai prochain ? Le Gouvernement se dit prêt à discuter

Malgré la déception des évêques de France et de nombreux fidèles, la date du 2 juin a été maintenue pour la reprise des cultes. Cependant, lors de la présentation du plan de déconfinement qui a eu lieu aujourd’hui au Sénat, Édouard Philippe s’est déclaré « prêt à étudier » la reprise du culte public à la date du 29 mai.

Le Premier ministre a affirmé que « la période du 29 mai au 1er juin correspond à un calendrier riche en fêtes religieuses. Nous étudierons la possibilité de reprendre les célébrations à partir du 29 mai. » En effet, cette date intervient la veille du triduum de Pentecôte. Or pendant ce triduum des baptêmes ont lieu (lors de la Vigile de Pentecôte), mais également deux pèlerinages qui réunissent plusieurs milliers de pèlerins sur les routes de Paris à Chartres ou de Chartres à Paris. Le Premier ministre a donc déclaré entendre « le désarroi des croyants, privés de rassemblements et de célébrations ». « Beaucoup de cultes ont fait des propositions, pour concilier le déroulement de leurs réunions avec les exigences de distanciation physique ».

 

 

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ

Reprise des cultes le 2 juin : la vive déception des évêques de France

Ils ont été déçus par la demande de l’exécutif visant à ce que les célébrations publiques ne reprennent qu’à partir du 2 juin prochain : les évêques de France ont ainsi fait part de leur amertume, parfois en des termes sévères et sans complaisance : “manque de respect à l’égard de la foi”, “manque grave de respect envers les catholiques”, etc.

L’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, confirme que les catholiques sont “extrêmement déçus” :

Pour l’évêque de Nanterre, Mgr Matthieu Rougé, la reprise du culte envisagée le 2 juin prochain traduit “un incompréhensible manque de respect à l’égard de la foi et de l’engagement de terrain des croyants” :

Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, estime que l’on ne peut “capituler sans discussion devant ce qui apparaît comme un manque grave de respect envers les catholiques. Nous sommes des gens responsables, capables, autant que les commerçants et les conservateurs de musées, de prendre des précautions sanitaires.”

L’évêque de Montauban, Mgr Bernard Ginoux, soulève le “cas de conscience” que représente le refus d’autoriser l’ouverture des cultes avant le 2 juin :

Quant à l’évêque de Gap, Mgr Xavier Malle, il s’exprime sur le ton de l’ironie et souligne le contraste avec d’autres activités autorisées :

 

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ

Coup de colère de Mgr Aupetit contre une intervention policière dans une église parisienne

Dans sa chronique quotidienne sur les ondes de Radio Notre-Dame, l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, a vivement dénoncé une irruption de la police dans une église parisienne dans des conditions qui ne justifiaient pas à un tel recours à la force publique.

En effet, le dimanche 19 avril dernier, des policiers armés sont intervenus à l’église Sain-André-de-l’Europe (8ème arrondissement de Paris) pour une messe – non publique – célébrée en présence seulement de sept personnes. D’après Le Figaro, Le curé de paroisse, l’abbé Philippe de Maistre, a eu la surprise de voir les policiers débarquer en pleine célébration. « Nous étions sept personnes : moi-même, un servant, un chantre, un organiste, et trois paroissiens pour donner la réplique et faire les lectures. Au milieu de la messe, trois policiers armés ont pénétré dans l’église. Or, l’autorité de police dans une église, c’est le curé ! À part les pompiers, la police ne peut entrer, tant qu’elle n’est pas appelée par le curé. » Ce qui a suscité une très vive réaction de la part de Mgr Michel Aupetit. « Il faut garder la tête froide et arrêter ce cirque. Sinon on va prendre la parole et (…) aboyer très fort ! », a-t-il déclaré. Réagissant à l’échange téléphonique entre le pape et le président Emmanuel Macron, l’archevêque de Paris a également mis en cause certains dialogues formels et purement protocolaires. « Je crois simplement au véritable dialogue. Celui qui ne fait pas de bruit, qui ne se met pas en scène dans les médias, mais qui agit. »

Selon la jurisprudence du Conseil d’État, l’autorité civile ne peut intervenir, sans l’accord du prêtre affectataire, que « dans des circonstances exceptionnelles et urgentes » et à la condition que l’exercice de ce pouvoir de police soit « limité aux mesures absolument indispensables à la sécurité publique ».

Source : Le Figaro/Radio-Notre-Dame