A la une #NLQ

L’édito – Un nouveau Notre Père ?

Dans un raccourci commode, nous entendons parler du nouveau Notre Père, pour évoquer la nouvelle traduction, non du Notre Père, mais de cette petite phrase qui fit couler beaucoup d’encre, « Ne nos inducas in tentationem ». InfoCatho a publié depuis l’annonce de cette « mise à jour », une série d’articles pour expliquer tout autant la polémique, la réforme que le sens profond de cette petite phrase qui suscita dès les premiers temps de l’Eglise diverses explicitations. Au fil du mois de décembre, nous poursuivrons notre excursion, riche d’enseignements et de médiations. La rapide confusion d’un chroniqueur radio pour qui cette nouveauté hurlait aux oreilles, l’anti-islamisme a eu le mérite de pousser les fidèles à se renseigner sur les tenants et aboutissants de ce nouveau changement de traduction. Car le chemin ne va pas de soi du « ne nous laisse pas succomber », à « ne nous laisse pas entrer » en passant par « ne nous soumets pas » à la tentation.

Tout d’abord, tout traducteur, tout linguiste sait que traduire c’est forcément interpréter, c’est-à-dire trouver la formulation la plus proche du sens du mot, sachant que les transferts mots pour mots sont rares, du fait de la polysémie propre à chaque langue. Mais, si traditor traditus, le traducteur est un traitre, interpréter n’est pas forcer le sens. C’est ici que l’idéologie peut subrepticement se glisser. Dans le cas d’une traduction francophone, il convient également de prendre en compte les référents culturels de chaque pays de langue française. Au Canada par exemple, certains mots sacré sont devenus des insultes ou jurons qu’il devient difficile de glisser dans la liturgie, comme calice ou tabernacle.

Chaque mot traduit du latin, du grec ou de l’araméen porte en lui une riche exégèse que les Pères de l’Eglise et les plus grands mystiques n’ont cessé de déployer. Une occasion donc pour nous de ruminer ce notre Père, mot après mot, pour se l’approprier. C’est ce que nous vous proposerons de faire sur InfoCatho, au fil de l’eau. Mais pour qui veut une belle lecture spirituelle pour se préparer à Noël, la médiation du Notre Père par saint Cyprien de Carthage est un bijou que le pape Benoît XVI ne s’est pas privé de présenter au cours de ses catéchèses.

 

Cyril Brun, rédacteur en chef

A la une #Doctrine / Formation #Théologie

Pater, tentation ou épreuve, un peu de vocabulaire pour y voir clair

Peirasmos / tentatio  : un peu de vocabulaire pour faire un point sur les difficultés de traduction du Notre Père

Dans la formulation actuelle du Notre Père en français, nous disons : « Ne nous soumets pas à la tentation mais délivre nous du Mal ». Faut-il rappeler que quand cette formule a été imposée, voici seulement quelques décennies, nombre de catholiques qui priaient depuis leur enfance : « Ne nous laisse pas succomber à la tentation mais délivre nous du mal » n’ont pas compris pourquoi on leur « changeait le Notre Père », faisant de Dieu, leur semblait-il, la source d’une tentation maligne dont toute notion de mise à l’épreuve en vue d’un progrès semble évacuée.

Dans Le Notre Père. De la Prière de Jésus à la prière des disciples (Paris, Gallimard, 2001), Marc Philonenko se fondant sur nombre d’études philologiques, exégétiques et littéraires, loin de toute polémique, propose de traduire la sixième demande : « Et fais que nous n’entrions pas dans l’épreuve, mais délivre-nous du Malin » (p. 155).

Faut-il rappeler que dit en araméen le texte du Notre Père a été conservé et transmis en deux endroits des évangiles : Luc 11, 2-4, texte court comportant cinq demandes, et Matthieu 6, 9-13, texte long comportant sept demandes. Le texte liturgique cité en Didachè 8, 2 est proche de Matthieu  ; sa mise par écrit (en grec) à partir de la tradition orale peut lui être quelque peu antérieure. Les deux formules remontent à un original araméen dont on a une trace chez Jérôme.

Le Catéchisme de l’Église catholique, 2ème section : La Prière du Seigneur « Notre Père », traite de la 6ème demande aux § 2846-2849 ; 2863.

« De toutes les demandes du Notre Père, la sixième est peut-être la plus discutée » note M. Philonenko (p. 139) : « L’étude du substantif peirasmos, rendu par temptatio, dans la Vulgate, et traduit, le plus souvent, dans les traductions françaises du Notre Père par « tentation » doit, elle, être reprise d’entrée de jeu ». Ce terme rarissime dans la littérature grecque profane est fréquent dans la version grecque des Septante, où il est considéré comme un néologisme. Le verbe peirazein y est employé une soixantaine de fois. Il traduit toujours le terme hébreu nsh dont le sens premier est « mettre à l’épreuve ». La première attestation en Gn 22, 1 : « Dieu mit à l’épreuve (epeirazen) Abraham » est maintes fois citée, notamment par Jérôme (Lettre 130, 7). Elle a une valeur archétypale : il s’agit de mettre quelqu’un à l’épreuve pour éprouver sa fidélité. L’initiative vient de Dieu. D’autres personnages sont eux aussi « mis à l’épreuve ». Dans la Vulgate le terme tentatio est utilisé avec ce sens. Ainsi à propos de la cécité du vieux Tobie : « Dieu permit que cette épreuve (tentationem) lui arrivât, afin que sa patience, comme celle du saint homme Job, fût donnée en exemple à la postérité » (Tb 2, 12) et l’ange Raphaël lui déclare : « Parce que tu étais agréable à Dieu, il a fallu que l’épreuve (tentatio) te confirmât ». En l’occurrence l’épreuve a été imposée par Dieu. Mais dans certains cas, ce n’est pas Dieu qui met à l’épreuve mais celui à qui il a donné licence de le faire, c’est le cas pour Job ; ou encore Épître de Jacques 1, 13 : « Dieu ne met lui-même (autos) à l’épreuve personne ».

La traduction de peirasmos par tentatio au sens d’épreuve va de soi.  Le verbe tentare signifie d’abord « mettre à l’épreuve », « éprouver par le malheur, les contrariétés … » ; puis « attirer au mal, chercher à séduire, à corrompre, tenter » ex. tentari a diabolo  ; et enfin « tenter Dieu, provoquer sa patience ». Tentatio signifie : « épreuve par les soucis, les souffrances, l’adversité » ; « adversité, tribulation, châtiment » ; « tentation venant de l’intérieur ou de l’extérieur, excitation, entraînement au péché » et, là seulement, référence est faite dans les dictionnaires à Mt 6,13 et Lc 4,13. Dans le vocabulaire chrétien, c’est ce sens qui s’est imposé notamment en français où le plus souvent tentatio signifie tentation par le Malin.  Alors que dans l’usage courant, le terme n’est pas toujours utilisé en mauvaise part : on peut être tenté de partir en voyage, de faire un achat et même d’accomplir une bonne action !

Commentant le Notre Père dans le De oratione dominica, catéchèse destinée aux nouveaux baptisés après le rite de la traditio du Pater, saint Cyprien, à Carthage, au milieu du IIIe siècle utilise une formule latine antérieure de plus d’un siècle à la Vulgate, et dit : « Selon l’enseignement du Seigneur il est nécessaire que nous disions ensuite dans la prière : « Et ne souffre pas que nous soyons induits en tentation – et ne patiaris nos induci in temptationem ». Cette phrase montre que l’Adversaire ne peut rien contre nous sans la permission préalable de Dieu. Toute notre crainte, notre piété, notre vie religieuse doivent être orientées vers Dieu, puisque dans les tentations le Malin n’a aucun pouvoir si ce n’est celui qui lui est donné […] Mais ce pouvoir est donné contre nous à double fin : soit pour nous punir lorsque nous avons péché, soit pour nous éprouver en vue de notre glorification. » (loc. cit. 25-26, trad. M. Réveillaud). En fait trois formules sont attestées en Afrique à cette époque. Tertullien au début du siècle dit : ne nos inducas in temptationem (De oratione, 8, 1) et Augustin écrit plus tard : « Nous-mêmes disons à Dieu : Ne nos inferas in tentationem … Mais plusieurs fidèles prient ainsi : Ne patiaris nos induci in tentationem  ; c’est ce qu’on peut lire en de nombreux manuscrits et le bienheureux Cyprien a suivi cette lecture » (De dono perseverantiae, 6, 12). Si Jérôme adopte la même lecture que Tertullien, Ambroise suit le texte de Cyprien (De sacramentis, 5, 29) et Hilaire de Poitiers n’en est pas loin quand il écrit : «   nous abandonne pas dans la tentation : non dereliquimus nos in temptatione » (Tract. In Ps. 118).  

Nous voyons donc que dans les formules qui avaient cours aux IIIe-IVe siècles dans l’Occident chrétien, le terme tentatio, même au sens qu’il a pris d’excitation au péché par le Malin, garde aussi son sens de mise à l’épreuve permise par Dieu. Dans le contexte de la persécution en 250, la mise à l’épreuve majeure était la tentation d’apostasie, mais aussi la tentation de l’orgueil pour certains confesseurs qui usurpaient des prérogatives qui étaient celles de l’évêque.  Cyprien ajoutait donc : « Quand nous demandons de ne point venir en tentation, nous sommes donc rappelés au souvenir de notre insuffisance et de notre faiblesse afin que personne ne s’élève avec insolence, que nul ne s’enorgueillisse présomptueusement, que nul ne s’attribue la gloire de sa confession et de sa passion. Le Seigneur a lui-même enseigné l’humilité […] Si on commence par une confession humble et soumise, et que l’on attribue tout à Dieu, quelle que soit la supplication qu’avec crainte et révérence on lui adresse, dans sa bonté il l’exauce » (Ibid. 26).

 

 

A la une #En France #NLH #NLQ

Un nouveau Notre Père à la fin de l’année

La formule « Ne nous laisse pas entrer en tentation » du Notre-Père entrera en vigueur à partir du 3 décembre 2017.

Explications de la Conférence des Evêques de France.

Et une explication sémantique

 

A la une #Europe non francophone #NLQ

Une nouvelle traduction néerlando flamande du Pater contestée

Les traductions liturgiques n’en finissent pas de poser problème. Délicate par essence, une traduction est toujours une trahison. Quant il s’agit du contenu de la foi la trahison peut s’avérer dramatique. Aux impératifs linguistiques, s’ajoutent les nécessités pastorales et les ambiguités propres à chaque culture. Ainsi est-il difficile d’avoir une traduction francophone uniforme, tant certains mots au Québec seraient insultants dans le contexte liturgique.

Quand il faut encore prendre l’œcuménisme en considération, s’ajoute une difficulté autrement plus théologique où la trahison peut devenir contre productive. En gommant les différences, on peut en effet en venir à renoncer à la vérité.

Le Credo, comme le Pater, sont donc deux “textes” au contenu hautement sensible et disons-le fortement clivant puisqu’ils sont la quintessence de notre foi.

La traduction du Notre Père pose, depuis le début, en France de graves problèmes que l’habitude a fini par faire oublier. Elle pose pourtant la question de notre relation au Mal, comme au mal et particulièrement celle de la place respective de Dieu et du démon. Épreuve, tentation, libre arbitre c’est bien cela qui se cache derrière Ne nos inducas in tetationem. 

C’est aussi ce que rappelle la commission de laïcs Vox populi au sujet de la nouvelle traduction néerlando-falamande.

Le 27 novembre 2016 une « nouvelle traduction néerlando-flamande commune » du Pater entrera en vigueur. Vox Populi, une commission de laïcs catholiques qui fait partie du Forum Laïc Catholique Romain ASBL, oppose de sérieuses objections à cette nouvelle traduction du Pater. Elle se demande si cela est le « problème » le plus urgent auquel l’Église doit actuellement faire face. Et pourquoi cette « réforme » serait-elle nécessaire ? Il n’y a aucune raison d’ordre pastoral exigeant l’imposition d’une « nouvelle traduction néerlando-flamande » du Pater. Cette initiative des évêques flamands et néerlandais ne fera qu’intensifier la confusion au sein de l’Église et, partant, augmenter la crise religieuse. La plus grande pierre d’achoppement est la nouvelle imploration « et ne nous soumets pas à l’épreuve » qui doit remplacer « et ne nous soumets pas à la tentation ». Le mot grec « peirasmos » se laisse aussi bien traduire par « épreuve » que par « tentation ». Mais dans le contexte du Pater, il est impossible de traduire « peirasmos » par « épreuve ». Dans le contexte du Pater, le Catéchisme de l’Église catholique fait, lui aussi, une distinction explicite entre « tentation » (= tentatio) et « épreuve » (= probatio)« Et ne nous soumets pas à la tentation » est dès lors la seule traduction correcte. On dirait que les évêques néerlandais et flamands ont agi à dessein en altérant la prière que Jésus Lui-même nous a apprise. Cette nouvelle « traduction » néerlando-flamande du Pater cache de sérieux problèmes linguistiques, théologiques, pastoraux et doctrinaires. En réalité, nous ne sommes pas confrontés ici à une « traduction » plus moderne ou meilleure, mais plutôt à une nouvelle interprétation idéologique du texte. Vox Populi appelle donc les Conférences épiscopales de Belgique et des Pays-Bas à renoncer à cette expérience néfaste dont le Pater fait l’objet.