A la une #Articles #Asie #NLH #NLQ

Corée du Sud – Il est inconstitutionnel d’interdire l’avortement. Les évêques rappellent que c’est un péché

Les Evêques de Corée du Sud expriment leur « profond regret » suite à la décision de la Cour constitutionnelle qui a déclaré illégitime l’interdiction de l’avortement contenue dans une loi de 1953 encore en vigueur. Dans une décision historique rendue hier, 11 avril, la Cour a établi que l’interdiction d’avorter en vigueur dans le pays est inconstitutionnelle. Selon les normes en vigueur, les femmes ayant avorté peuvent faire l’objet d’amendes et de peines de prison, à l’exception des avortements pratiqués après viol, inceste ou présentant des dangers pour leur santé. La Cour a établi que la loi devra être révisée d’ici la fin 2020.
« La décision de la Cour constitutionnelle nie le droit fondamental du fœtus à vivre, alors Evêques de Corée qu’il s’agit d’une créature n’ayant pas la capacité de se défendre » affirme un communiqué des Evêques de Corée parvenu à Fides et signé par le Président de la Conférence épiscopale, S.Exc. Mgr Igino Kim Hee-jung. « En outre la responsabilité d’une grossesse non voulue est assignée aux seules femmes exemptant injustement les hommes » relève le texte.
« L’avortement est un péché comme l’est le fait de tuer pour tout motif une vie innocente dans le sein maternel. Tel est l’enseignement de l’Eglise qui ne peut jamais justifier une telle pratique » rappelle le communiqué.
Les Evêques remarquent que « l’Eglise en République de Corée continuera à offrir soutien et assistance aux femmes et aux hommes qui, dans les difficultés ou la souffrance, se trouvent à devoir vaincre la tentation de l’avortement en disant oui à la naissance d’une vie ». En outre, le texte affirme que « les portes de l’Eglise demeurent ouvertes aux femmes qui souffrent de blessures émotives, spirituelles et physiques et ont besoin de réconciliation et de guérison à cause de l’avortement ».
Les Evêques confirment que l’Eglise fera tout son possible pour « soutenir et promouvoir la vie », rappelant que « protéger la vie du moment de sa conception à la mort naturelle est de la responsabilité de tous les membres de notre société ». L’Eglise en Corée exhorte enfin « vivement le pouvoir législatif et l’exécutif à introduire des lois et des institutions qui encouragent les femmes et les hommes en des circonstances difficiles à choisir la vie plutôt que la mort ».
A Séoul, deux manifestations différentes ont eu lieu après la décision de la Cour, l’une de citoyens contraires à l’interdiction de l’avortement, favorable à la décision de la Cour et l’autre de personnes favorables au maintien du statu quo et donc de l’interdiction qui a suscité au cours de ces dernières année un vif débat au sein de l’opinion publique.

 

Source Agence Fides

Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Prédication du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine du 2 avril 2019 : “Faisons confiance à notre Jésus, qui peut tout !”

Suite à l’interview du père Michel-Marie sur la chaîne québécoise TVA dans l’émission La Victoire de l’Amour, le célèbre prédicateur, écrivain, auteur-compositeur et chanteur revient régulièrement pour commenter l’évangile du jour.

Ici Jn V, 1-16 :

Version audio seule.

Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Prédication du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine du 13 mars 2019 : “Il est encore temps d’embrasser le Christ et sa Sagesse, avant que la nuit ne nous surprenne !”

Suite à l’interview du père Michel-Marie sur la chaîne québécoise TVA dans l’émission La Victoire de l’Amour, le célèbre prédicateur, écrivain, auteur-compositeur et chanteur revient régulièrement pour commenter l’évangile du jour.

Ici Lc XI, 29-32 :

Version audio seule.

Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Les Journées Mariales de Pontmain (53) le 17 de chaque mois, d’avril à décembre 2019

Cette année, le sanctuaire de Pontmain propose des journées spirituelles mariales le 17 de chaque mois, d’avril à décembre. Chacune peut être vécue indépendamment. De belles journées “oasis” en perspective.

 

Une journée type

8h : Chant des Laudes
11h : Eucharistie suivie de l’Angélus à la colonne de l’Apparition.
15h : Conférence dans la salle Notre-Dame.
16h : Chapelet.
16h30 : Vêpres.
17h : Adoration.

Le programme des journées

 

Mercredi 17 avril : “Marie, Mère de Dieu” Pourquoi le titre « Théothokos » Mère de Dieu, et non pas Mère de Jésus (Christotokos » ? Comment Dieu a choisi une jeune fille de Nazareth pour être la mère de son Fils, Jésus. Cette expression, Mère de Dieu, ne dit pas que c’est Marie qui a par son engendrement donné à Jésus sa divinité. Mais elle dit que Marie a engendré selon la chair celui qui est éternellement engendré par Dieu.

 

Vendredi 17 mai : “La Virginité de Marie”

Marie toujours vierge et pourtant mère d’un enfant… Que nous disent les évangiles et les traditions de l’Egilse ? . (Attention : la conception virginale de Jésus par Marie n’est pas à confondre avec ce que l’Eglise catholique appelle l’Immaculée conception).

 

Lundi 17 juin : “Marie comblée de grâce, conçue sans péché” le 17 juin

C’est l’Ange dans l’annonciation appelle Marie « comblée de grâce ». Très rapidement les chrétiens ont médité sur la vie de Marie en s’interrogeant sur cette question : comment tenir ensemble la réalité pécheresse d’une mère, marquée comme tout être humain du péché originel par sa naissance, et la réalité non pécheresse d’un enfant comme Jésus ? A Lourdes, elle a révélé son nom à Bernadette Soubirous « Je suis Immaculée Conception ».

 

Mercredi 17 juillet : “Marie et la passion du Christ” Le rôle de Marie en ce qui concerne la passion et le sacrifice de la Croix est le prolongement jusqu’au calvaire de la mission maternelle qu’elle a assurée depuis l’incarnation. Le « oui » maternel que Marie prononça, au moment de l’incarnation, en communion avec le « oui » sacerdotal de Jésus, devrait lui aussi être consommé au calvaire : « Près de la croix de Jésus se tenait débout sa mère ».

 

Samedi 17 août : “L’Assomption de Marie”

Comment la vie terrestre de Marie s’est-elle terminée ? La Bible ne dit rien sur ce sujet et les traditions chrétiennes sont diverses. Ce n’est que le 1er  novembre 1950 que le pape Pie XII a solennellement défini, après consultation de tous les évêques qui étaient unanimes sur ce point, que « l’Immaculée Mère de Dieu, Marie toujours vierge, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, a été élevée en corps et en âme à la gloire céleste ».

 

Mardi 17 septembre : “Marie, Mère de l’Eglise”

Les premiers chrétiens ont très vite attaché beaucoup de prix à la présence de Marie au pied de la croix de son fils, Jésus. Ils se souviennent de ces paroles alors dites à Jean : « Voici ta mère » (Jn 19, 27). Mais l’expression Mère de l’Eglise n’a vu le jour qu’à la fin du concile Vatican II. Le pape Paul VI a alors proclamé Marie Mère de l’Eglise, c’est-à-dire Mère de ses fidèles et de ses pasteurs.

 

Jeudi 17 octobre : “Marie, diffusion de grâces ?”

Marie, en devenant la Mère de Dieu, Mère de l’Eglise a coopéré à la réalisation de notre salut. Mais cela ne signifie pas pour autant que Marie soit une seconde médiatrice à côté du Christ, comme si elle ajoutait quelque chose à l’œuvre de celui-ci. Marie est bien, comme nous, du côté des sauvés.

 

Attention : Pas de 17 novembre.

 

Mardi 17 décembre : “Peut-on prier Marie ?”

En toute rigueur, toute prière chrétienne ne s’adresse qu’à Dieu seul : que ce soit le Père, ou Jésus-Christ, ou l’Esprit Saint, ou encore la Trinité en tant que telle. Si nous avons recours à Marie et aux saints dans notre prière, c’est pour demander leur aide, leur intercession auprès de Dieu, en un mot leur prière. C’est ce que nous faisons en demandant dans le « Je vous salue Marie » de « priez pour nous pauvres pécheurs ». Le message de Pontmain est : « Mais priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps, mon Fils se laisse toucher ».

Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Prédication du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine du 13 février 2019 : “Gare à la diffamation et à l’orgueil, qui troublent les relations humaines !”

Suite à l’interview du père Michel-Marie sur la chaîne québécoise TVA dans l’émission La Victoire de l’Amour, le célèbre prédicateur, écrivain, auteur-compositeur et chanteur revient régulièrement pour commenter l’évangile du jour.

Ici Mc VII, 14-23

Version audio seule.

NLQ #Tribunes et entretiens

Prédication du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine du 6 septembre 2018 – “La fécondité de notre vie dépend de notre union à Dieu”

Suite à l’interview du père Michel-Marie sur la chaîne québécoise TVA dans l’émission La Victoire de l’Amour, le célèbre prédicateur, écrivain, auteur-compositeur et chanteur revient régulièrement pour commenter l’évangile du jour.

Ici  Lc V, 1-11

Version audio seule.

NLQ #Tribunes et entretiens

Prédication du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine du 27 juin 2018 – “N’utilisons que le seul critère des fruits pour juger de la valeur des êtres”

Suite à l’interview du père Michel-Marie sur la chaîne québécoise TVA dans l’émission La Victoire de l’Amour, le célèbre prédicateur, écrivain, auteur-compositeur et chanteur revient régulièrement pour commenter l’évangile du jour.

Ici  Mt VII, 15-20

Version audio seule.

Conférences/Formations #NLQ

Conférence de Mgr Aillet sur “La colère” le 17 avril 2018 à Bayonne (64)

Initialement prévue le 13 mars dans le cadre des cinq soirées de prière et de réflexion sur les sept péchés capitaux organisées à Bayonne par Palavra Viva durant le carême, la conférence de Mgr Marc Aillet sur la colère a été reportée au mardi 17 avril à 20h, à la maison diocésaine de Bayonne (10 avenue Jean Darrigrand).
ou 06 47 87 79 30
Illustration : Caïn et Abel, par Josep Vergara

A la une #Doctrine / Formation

Carêméditation #39 : La voie royale !

Comme promis dans notre édito du mercredi des cendres, chaque jour nous vous partageons à méditer un texte du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine.

Xavier, dans Le Passeur de Dieu, s’étonne que le Christ soit allé jusqu’à donner sa vie sur la Croix, et le père Stanislas lui répond…

– Xavier ! Seul ce qui est extrême et démesuré, et allons-y, fou, prouve l’engagement de la personne dans la cause qu’elle défend. Et c’est pour ne pas assez le croire, que nous nageons tous dans l’apathie, dans le consensuel, dans le médiocre, telles des lames de couteau qui ne coupent pas.”

Là, le moine ferma les yeux et m’apparut envahi d’une tristesse empreinte de dégoût. Puis il ajouta sur un rythme très lent :

“Le Christ, lui, notre frère, s’est emparé de la démesure pour exprimer l’amour et contrebalancer la tiédeur accumulée des hommes de tous les temps, et pour ce faire – et il a bien fait ! (le père serra les dents en prononçant ces derniers mots) – il a choisi le supplice de la croix, à la fois dégradant et écrasant, au sens strict du terme. C’était donc la voie royale, et non seulement il l’a choisie, mais il l’a même embrassée, cette croix, pour mettre à mort le péché de l’homme que Barrès définit comme “la tiédeur, le gris, le manque de fièvre, c’est-à-dire tout ce qui contrarie l’amour”, parole cueillie dans ma jeunesse, jamais oubliée.

Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, in Le Passeur de Dieu, p. 126

George Desvallières (1861-1950). “L’Eglise douloureuse”. Peinture à l’huile sur papier marouflé sur toile. 1926. Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais. Dimensions : 255 x 151 cm

A la une #NLQ #Rome

“Ne pas prier pour les dirigeants est un péché”, pape François

Lorsque nous avions impulsé la prière pour Emmanuel Macron, nous avions pris une petite volée de bois vert, alors que Benoît XVI lui-même invitait de façon répétée à prier pour nos adversaires. le pape François qui aime à allonger la liste des péchés en suggère un nouveau à confesser.

 

Prendre cinq minutes, aujourd’hui, pour réfléchir à son devoir de prier pour les dirigeants : c’est ce qu’a demandé le pape François, lors de la messe matinale à la Maison Sainte-Marthe, ce 18 septembre 2017. « Ne pas prier pour les gouvernants est un péché », a-t-il prévenu.

Dans son homélie rapportée par Radio Vatican en italien, le pape a commenté les lectures du jour, où saint Paul recommande de « faire des demandes, des prières… pour les chefs d’État et tous ceux qui exercent l’autorité » (1 Tm 2, 1-8) et où un centurion romain supplie Jésus de guérir son esclave (Lc 7, 1-10).

Ce centurion, a-t-il fait observer, « sentait le besoin de la prière » car « il avait conscience de ne pas être le maître de tout, de ne pas être le dernier ressort ». Au contraire, celui qui « ne prie pas, s’enferme dans son autoreférentialité ou dans celle de son parti, dans ce cercle dont on ne peut pas sortir ; c’est un homme fermé sur lui-même ».

Le dirigeant doit avoir « cette conscience de subalternité », il doit se souvenir « qu’il y en a un autre qui a plus de pouvoir que lui – qui a plus de pouvoir qu’un gouvernant ? Le peuple, qui lui a donné le pouvoir, et Dieu, duquel vient le pouvoir par le peuple. Quand un gouvernant a cette conscience de subalternité, il prie ».

La prière du gouvernant, a poursuivi le pape, « est la prière pour le bien commun du peuple qui lui est confié ». Aux incroyants, il a recommandé : « Si tu ne peux pas prier, confronte-toi… à ta conscience… aux sages de ton peuple… mais ne reste pas seul avec le petit groupe de ton parti. »

Et le peuple doit prier pour tous les dirigeants sans exception, a insisté le pape en prévenant les objections : « ‘Non, je n’ai pas voté pour lui… qu’il fasse ce qu’il veut’. Non, nous ne pouvons pas laisser les dirigeants seuls : nous devons les accompagner par la prière. Les chrétiens doivent prier pour les gouvernants. ‘Mais, Père, comment faire pour prier pour celui-ci, qui a fait tant de mauvaises choses ?’ – ‘Il en a encore plus besoin. Prie, fais pénitence pour le gouvernant’. »

« Je vous demande une faveur, a conclu le pape François : que chacun de vous prenne aujourd’hui cinq minutes, pas plus. S’il est gouvernant, qu’il se demande : ‘Est-ce que je prie celui qui m’a donné le pouvoir par l’intermédiaire du peuple ?’… S’il n’est pas gouvernant, ‘Est-ce que je prie … pour tous les dirigeants ?’ Si vous trouvez, lorsque vous faites votre examen de conscience pour vous confesser, que vous n’avez pas prié pour les dirigeants, apportez cela en confession. Parce que ne pas prier pour les gouvernants est un péché. »

 

Source Zenit