Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Prédication du Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine du 26 décembre 2019 – “Jésus place la vraie richesse dans le coeur, et non dans les coffres !”

Suite à l’interview du père Michel-Marie sur la chaîne québécoise TVA dans l’émission La Victoire de l’Amour, le célèbre prédicateur, écrivain, auteur-compositeur et chanteur revient régulièrement pour commenter l’évangile du jour.

Ici Mt X, 17-22

Version audio seule.

A la une #Amérique latine #Articles #NLQ

Crèche du monde – En partance pour le Pérou

Nous poursuivons notre exposition universelle des crèches par la Pérou.

A la une #Amérique latine #NLH #NLQ

Gender – L’archevêque de Lima accuse l’ONU de colonisation “gardez vos grandes théories pour l’Europe”

L’ONU s’est opposé à la suppression de l’enseignement du Gender au Pérou. Le cardinal Cirpiani à tenu à répondre en bonne et due forme.

 

“Nous voulons aider mais pas sous le prisme de la colonisation (parce que c’est ce dont il s’agit) de l’ONU, qui veut coloniser le Pérou. ONU  gardes  tes grandes théories pour l’Europe !  Respectes que ce peuple veille continuer à avoir une sérieuse éducation humaniste”

Source

Amérique latine #NLQ

Au Pérou – L’épiscopat met en pratique les appels du Pape

Stimulés par le voyage du Pape sur leurs terres, les évêques péruviens vont créer une commission spéciale pour tous les sujets urgents abordés par le Pape durant ses quatre jours de visite.

Trafic et traite des personnes, violences faites aux femmes, ou pollution de l’environnement, autant de dossiers auxquels compte s’attaquer l’épiscopat péruvien, remotivé par le tout récent voyage apostolique du Pape dans le pays (18-22 janvier).

Création d’une commission

Une commission spéciale au sein de l’épiscopat sera chargée de ces questions, qui seront ultérieurement approfondies, lors de l’assemblée plénière de la conférence épiscopale péruvienne (CEP) en mars prochain. C’est ce qu’a annoncé Mgr Miguel Cabrejos, archevêque de Trujillo, lors d’un point presse destiné à dresser le bilan de la visite papale et les prochaines étapes de la vie de l’Église dans le pays, le 22 janvier.

« Loin d’être un point final, la visite du Pape est un nouveau départ pour l’Église du Pérou », a renchérit Mgr Norberto Strotmann, évêque de Chosica (province de Lima), secrétaire général de la CEP et coordinateur de la visite papale.

Première étape du Synode pour l’Amazonie

Lors ce voyage apostolique, le Saint-Père s’est amplement saisi des enjeux environnementaux du dossier amazonien,  lui impulsant une nouvelle dynamique.

Prémices du Synode pour l’Amazonie qui se tiendra en octobre 2019 au Vatican, le Pape a appelé à « rompre avec le paradigme historique qui considère l’Amazonie comme une réserve inépuisable des États sans prendre en compte ses populations ». Devant les populations indigènes de l’Amazonie réunie à Puerto Maldonado, le Saint-Père a aussi relié cette défense de la terre à « la défense de la vie » même, encourageant l’Église locale à retrouver « son visage amazonien ».

Source Vatican News

 

NLQ #Rome

Pérou – 1,3 million de fidèles à la messe du pape

1,3 millions de personnes, selon une estimation des autorités, ont assisté à la Messe célébrée par le Pape François à Lima au Pérou, ce dimanche 21 janvier 2018

 

Source

NLQ #Rome

Pérou – Le pape à la rencontre des indigènes d’Amazonie

Le Pape François a toujours eu une affection particulière pour l’Amazonie et ses habitants, en particulier pour les peuples autochtones. L’Encyclique Laudato Si ou la création du Réseau ecclésial pan amazonien représentent des exemples de cette attitude.

La rencontre de Puerto Maldonado promet d’être, comme le confirme à l’Agence Fides Hector Sueyo Yumbuyo, responsable indigène du peuple Harakbut de Madre de Dios, « une rencontre historique », une démonstration du fait que les indigènes sont « soutenus par l’Eglise catholique au travers de sa plus haute autorité, le Pape François, un soutien spirituel qui concerne toutes les activités que les indigènes effectuent pour survivre et affronter les problèmes tels que l’abattage des arbres, l’extraction illégale (de minerais NDT) et les problèmes sociaux provoqués par cette activité ».
Le responsable indigène de la région dans laquelle se rendra le Pape continue en outre à expliquer voir dans ce voyage apostolique une « reconnaissance de l’œuvre évangélisatrice accomplie par le Vicariat apostolique de Puerto Maldonado », débutée en 1920 par un missionnaire que les indiens connaissaient sous le nom de Apantonek, Papá Viejo. Certains des sages avec lesquels il vécut exécuteront un chant rituel de bienvenue du peuple Harakbut.

Dans le même sens, le Président de la Fédération des autochtones de Madre de Dios, Julio Cusurichi Palacios, qui s’est vu décerner le Goldman Environmental Prize en 2007, souligne pour Fides l’importance singulière de cette rencontre, au cours de laquelle doit être mis en évidence « le manque de sécurité légale des territoires, rendant ainsi public le danger de certaines règles que le Congrès péruvien adopte actuellement, portant notamment sur des projets de routes qui passeraient par les territoires indigènes de peuples isolés ou à l’intérieur de zones naturelles protégées ». Selon Julio Cusurichi Palacios, il s’agira d’un moment permettant de rendre visible « l’importante contribution que les populations indigènes apportent à la conservation des forêts, aidant à mitiger les grands problèmes environnementaux ». Malgré cette contribution, poursuit-il, « nous ne sommes pratiquement pas reconnus. Les bénéfices n’arrivent pas aux populations indigènes mais demeurent au niveau d’institution environnementales ou gouvernementales ».

Julio Cusurichi Palacios considère la rencontre avec le Pape une chance pour ce dernier « d’insister afin que les gouvernements prennent leurs responsabilités et travaillent à des politiques publiques incluant les requêtes des peuples indigènes, afin que ces mêmes gouvernements puissent atteindre leur inclusion sociale ». « Le Pape renforcera l’unité entre l’ensemble des peuples indigènes et engagera l’Etat péruvien de manière à ce qu’il puisse satisfaire aux besoins du territoire, de l’économie et de l’organisation » conclut Hector Sueyo. Il réaffirme enfin qu’il s’agit là « d’une opportunité afin de rendre visibles les problèmes des populations indigènes d’Amazonie ainsi que la richesse culturelle, la connaissance ancestrale, de manière à ce que l’Etat puisse les reconnaître comme patrimoine culturel de la nation et sauvegarder les générations à venir ».

 

Source agence fides

Amérique latine #NLQ

Les statistiques de l’Église catholique au Chili et au Pérou

À quelques jours de la visite du Pape François au Chili et au Pérou, la Salle de Presse du Saint-Siège a communiqué, ce jeudi 11 janvier 2018, les statistiques de l’Église catholique dans ces deux nations latino-américaines.

 

Sur un plan global, ces deux pays partagent un même ancrage dans la tradition catholique, avec une écrasante majorité qui frôle les 90 % de catholiques au Pérou (l’une des plus fortes proportions au monde), et qui demeure élevée au Chili, avec 74 % de catholiques recensés. Le catholicisme demeure dans ce pays une force majoritaire, malgré une tendance forte à la sécularisation dans certains pans de la société.

Le nombre de prêtres demeure relativement faible dans ces deux pays, par rapport au nombre global de baptisés : 2 283 prêtres au Chili, et 3 361 au Pérou. Le nombre de séminaristes est beaucoup plus élevé au Pérou (1 539 hommes y sont en chemin vers le sacerdoce) qu’au Chili, qui compte seulement 568 séminaristes.

Des stratégies missionnaires différentes

Le plus fort décalage enregistré entre ces deux nations concerne le nombre de diacres permanents : 1 138 au Chili contre seulement 65 au Pérou. La forte différence s’explique probablement par des stratégies différentes déployées par les conférences épiscopales à la suite de la réinstauration du diaconat permanent, dans les années qui suivirent le Concile Vatican II. L’Église du Pérou a en revanche beaucoup plus recours aux missionnaires laïcs, qui sont environ 11 000, que sa voisine du Chili où ils ne sont que 1 500. Les religieuses sont également plus nombreuses au Pérou (près de 5 600) qu’au Chili (4 000), alors que les religieux non-prêtres sont légèrement plus nombreux, au contraire, au Chili (546), qu’au Pérou (422).

Il y a enfin 50 évêques au Chili et 68 au Pérou.

Une forte présence dans les domaines sanitaire et scolaire

Les statistiques évoquent aussi la présence de l’Église dans le domaine scolaire et universitaire. Chacun de ces pays recense près de 1 500 institutions scolaires administrées par l’Église. Au Chili, on dénombrait officiellement fin 2015 près de 260 000 enfants inscrits dans ces écoles primaires ou maternelles, contre 250 000 au Pérou. Le décalage est plus important aux échelons supérieurs : près de 393 000 jeunes sont scolarisés dans des établissements du secondaire au Chili, contre 196 000 au Pérou. Enfin, les universités et établissements catholiques d’enseignement supérieur semblent beaucoup plus développés au Chili, avec 321 000 étudiants recensés, qu’au Pérou, qui n’en dénombre que 69 000.

Enfin, les données présentent aussi les infrastructures sanitaires de l’Église catholique : 18 hôpitaux au Chili contre 38 au Pérou. Les maisons pour personnes âgées et handicapées sont plus nombreuses au Chili (318) qu’au Pérou (90), mais les centres de consultation familiale sont à l’inverse plus nombreux au Pérou (145) qu’au Chili (30).

 

Source Radio Vatican

A la une #Amérique latine #NLQ

Crèche du monde – Signée Chulucanas (au Pérou)

Merci à V et L pour leur collection privée que nous vous présentons tout au long de l’Avent.

A la une #Amérique latine #NLQ

Crèche du Monde – En route vers le Pérou

 

Collection V et Y

Amérique latine

Le Pape François a reçu en audience au Palais apostolique le président de la République du Pérou

Dans la matinée de ce vendredi 22 septembre 2017, le Pape François a reçu en audience au Palais apostolique le président de la République du Pérou, Pedro Pablo Kuczynski Godard, qui a ensuite rencontré le cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’État, accompagné par Mgr Antoine Camilleri, sous-secrétaire pour les Rapports avec les États.

Au cours de ces entretiens, qui se sont déroulés dans un climat cordial, ont été évoquées les bonnes relations qui s’écoulent entre le Saint-Siège et la République du Pérou, qui connaîtront un moment significatif lors du prochain Voyage apostolique du Pape François dans le pays.

Par ailleurs ont été abordés certains thèmes d’intérêt commun, parmi lesquels l’éducation des jeunes, la sauvegarde de l’environnement, le développement et la lutte contre la pauvreté. Dans ce contexte, il a été fait référence à la contribution que l’Église offre à la société péruvienne. Des questions liées à la situation régionale et internationale ont également été abordées.

Le Pape se rendra dans le pays du 18 au 21 janvier prochains. Il sera le deuxième Pape à visiter le Pérou, après saint Jean-Paul II, qui s’y était rendu à deux reprises, en 1985 et 1988.

source : Radio Vatican