Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Veillée de prière en union avec les chrétiens persécutés le 11 avril 2018 à Pau (64)

Une veillée de prière en union avec les chrétiens persécutés aura lieu en l’église Sainte-Bernadette de Pau jeudi 11 avril 2019 de 20h30 à 21h30, en présence du délégué régional de l’AED (Aide à l’Église en Détresse).

Articles #En France #NLH #NLQ

11e Nuit des Témoins de l’AED – du 23 au 29 mars 2019 en France

L’AED invite des grands témoins pour honorer les martyrs de la foi, prêtres, religieuses, religieux et laïcs engagés ayant perdu la vie ces derniers mois par fidélité au Christ.

Au cours de la Nuit des témoins, les personnalités suivantes donneront leur témoignage sur la réalité de la situation des chrétiens dans leur pays respectif :

Mgr Fridolin AMBONGO (République démocratique du Congo)

Archevêque de Kinshasa

« Vouloir établir la paix et la justice dans un pays où il n’y a ni vraie paix, ni vraie justice, où le peuple croupit dans la misère en raison du mauvais cœur des hommes, constitue un travail à haut risque » admet Mgr Fridolin Ambongo avec un franc-parler assumé.

Fils d’un saigneur d’arbre à caoutchouc, le nouvel archevêque de Kinshasa depuis le 1er novembre dernier a développé tôt un intérêt profond pour les questions de justice et de paix : au contact des Frères capucins de sa paroisse d’abord, puis au cours de ses études, à Kinshasa puis à Rome.

Ordonné prêtre en 1988, nommé évêque de Bokungu-Ikela en 2005 par le pape Jean-Paul II – dont l’engagement pour son pays l’a beaucoup marqué – puis de Mbandaka-Bikoro en 2016, il découvre alors la dimension socio-politique du ministère épiscopal qu’il occupe.

Fervent partisan d’un Etat de droit, il prend en 2008 la présidence de la commission Justice et Paix, l’organe politique de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et se fait connaître sur la scène internationale.

Vice-président de la Cenco depuis juin 2016, il participe à la négociation de l’accord de la Saint-Sylvestre qui prévoit l’organisation d’élections en 2017 alors que le président Kabila refuse de quitter le pouvoir. Le non-respect de cet accord conduit des laïcs à organiser des marches de protestation, sévèrement réprimées, auxquelles Mgr Ambongo et l’Église apportent leur soutien.

Inscrivant son action dans la continuité de celle de son prédécesseur, le cardinal Laurent Monsengwo, Mgr Ambongo dénonce ceux qui profitent du système actuel et les carences de l’Etat auxquelles l’Eglise tente de suppléer. Il s’indigne en particulier de la « mauvaise compréhension de l’exercice d’autorité » des responsables de son pays et de leur cupidité. Une cupidité qui plonge dans la misère tout un peuple, faisant de ce pays qui dispose pourtant d’abondantes ressources naturelles une vallée des larmes. « Mais quelle que soit la longueur de la nuit, le jour finira par se lever », confie-t-il.

Mgr Theodore MASCARENHAS (Inde)

Évêque auxiliaire de Ranchi, secrétaire général de la conférence épiscopale indienne

« Depuis plusieurs années, la pression des extrémistes hindous s’accroit sur les chrétiens » dénonce Mgr Theodore Mascarenhas. Secrétaire général de la conférence épiscopale indienne depuis 2016, il s’indigne régulièrement des attaques dont font l’objet les chrétiens à travers le pays. A l’approche des élections législatives qui auront lieu en avril prochain, les manifestations d’hostilité à l’égard des chrétiens risquent d’augmenter.

Une situation d’autant plus déplorable que l’Église catholique en Inde remplit un rôle social incontestable, indique Mgr Mascarenhas. Les écoles et les hôpitaux dont elle s’occupe ont une excellente réputation et sont situés dans les zones les plus inaccessibles. Mgr Mascarenhas connait bien cette réalité : jeune prêtre, il a mené des activités pastorales et éducatives à Bhatinda, au Pendjab, dans le nord-ouest de l’Inde ; depuis 2014, il est évêque auxiliaire de Ranchi, dans un des Etats les plus pauvres du pays.

« L’Église aide les plus pauvres en Inde, ce qui lui vaut la méfiance des plus riches » résume Mgr Theodore Mascarenhas. En prenant soin des plus démunis, en particulier des dalits et des minorités ethniques, les chrétiens vont à l’encontre du système des castes, officiellement interdit mais encore très prégnant dans la société indienne.

En période électorale, la parole de l’Eglise se fera plus discrète, confie Mgr Mascarenhas – pour éviter toute récupération politique – sans pour autant se renier. « Nous faisons la promotion de la paix et de l’harmonie dans le pays, nous voulons construire des ponts avec les gens de toutes les religions, explique le porte-parole de la conférence épiscopale. Mais nous continuerons à revendiquer la justice sociale, la liberté religieuse, nous continuerons à travailler avec les plus pauvres parmi les pauvres, sans avoir peur de ceux qui voudraient nous en empêcher. »

Soeur Mona ALDHEM (Syrie)

Religieuse de la congrégation des Sœurs de la Charité de Sainte Jeanne-Antide Thouret

« Nous pensions que la guerre serait courte », se souvient sœur Mona Aldhem, responsable d’une école patriarcale greco-catholique dans la banlieue de Damas, quand les combats éclatent en 2011.

« Et depuis, tous les jours, nous avons été confrontés à la douleur des souffrances partagées : les bombardements, les enlèvements, les déplacements de population, la mort qui rôde, … J’ai vécu la guerre avec la peur au ventre. » Une peur d’autant plus vive que les combats gagnent bien vite le quartier où se situe l’école. Face à l’insécurité croissante, celle-ci déménage – les anciens locaux seront bien vite saccagés – et les effectifs fondent – deux-tiers des élèves quittent l’école. Mais sœur Mona décide de rester en Syrie, sa terre natale : « c‘était mon devoir de soutenir mon peuple dans sa souffrance », confie-t-elle.

Envoyée par sa communauté à Beyrouth pendant deux ans, elle revient en Syrie en 2016. C’est dans la région du Hauran, à Khabab, qu’elle assure le service pastoral et social dans cinq villages, en compagnie d’une autre religieuse. « Les gens me confient leurs souffrances et leurs problèmes et j’essaie de les écouter, de les soutenir. Après huit années de guerre, les gens sont fatigués ; ils aspirent à une vraie paix et souhaitent que leurs enfants retournent de l’étranger. »

 Si elle confie avoir éprouvé de la peur, sœur Mona ressentait également « un courage et une force extraordinaires » qui lui ont permis d’apporter un soutien moral, spirituel et matériel à ceux qui lui étaient confiés et qui, bien souvent, avaient tout perdu. Un courage et une force qui, désormais, lui permettent de les aider à se reconstruire. « Libérés de leur peur-panique d’être chassés de leur maison, les habitants restés sur place secouent la poussière de la guerre, observe-t-elle, et retrouvent, peu à peu, la joie de vivre ».

 

Ils donnent leur vie pour le Christ, venez prier pour eux !
(cliquez ici pour voir les dates et les lieux)

Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Prier… et marcher ! Chaque 1er vendredi du mois à Toulouse (31) – Prochain rdv le 1er mars 2019

Comme chaque 1er vendredi du mois, la prochaine marche avec l’intention du pape aura lieu :

le vendredi 1er mars à 9h,
RDV au 9 rue de Montplaisir à Toulouse

 

en lien avec les communautés chrétiennes persécutées, celles qui sont menacées à cause de leur Foi, dans des pays où l’environnement culturel, politique, social, ou militaire est hostile.

Le pape nous les confie par ces mots :

Reconnaissance des droits des communautés chrétiennes : Pour les communautés chrétiennes, en particulier celles qui sont persécutées, afin qu’elles sentent la proximité du Christ et que soient reconnus leurs droits.

Nous proposons un départ de la rue Monplaisir à Toulouse (au n° 9, Maison des Jésuites et Siège des activités du Réseau Mondial de Prière Francophone). Accès notamment par les bus 44 et linéo L7 ou le métro ligne B : arrêts Palais de justice ou F. Verdier.

Nous aurons le témoignage de personnes qui par leur vécu, concret, ont expérimenté, touché de près la réalité contemporaine de ces chrétiens.

Comme d’habitude, nous marcherons (dans les pas de Yves) pendant 80 mn environ, en silence. Après un temps de pause et de partage, nous finirons le parcours vers midi à l’église Saint-Jérôme où la messe est priée particulièrement avec l’intention.

Nous pouvons prévoir ensuite, de partager notre petit repas sorti du sac ou acheté dans les parages de la rue Alsace, une salle peut être mise à disposition à proximité.

Venez nombreux, il fait de plus en plus beau !

Et si vous ne pouvez pas venir ce vendredi, n’hésitez pas ce mois-ci à prier en union avec le pape (il nous redit tout le temps qu’il en a grandement besoin ! !…) avec sa VIDEO : accueillir les victimes de la traite des personnes.

En France #NLH #NLQ

Jusqu’au 2 septembre, prions pour le Père Anselme Wasikundi avec l’AED

L’AED vous remercie de tout cœur de vous unir à notre chaîne de prière pour les prêtres et religieux pris en otage.

Jusqu’au 2 septembre, prions pour le Père Anselme Wasikundi
Prêtre assomptionniste congolais (République démocratique du Congo), le Père Wasikundi a été enlevé, avec deux autres prêtres, dans la soirée du 19 octobre 2012, dans la paroisse Notre-Dame des Pauvres de Mbau, à l’est du pays.

Père Anselme
S’inscrire à la chaîne de prière

« Que le Dieu Miséricordieux touche le coeur des ravisseurs, et accorde au plus vite à nos frères d’être libérés et de pouvoir revenir dans leurs communautés.  » Pape François

Conférences/Formations #NLQ

Conférence de Mgr Ryszard Wasik (AED) – « Chrétiens persécutés- Chrétiens oubliés ? » le 21 avril 2018 à Nevers (58)

L’Aide à l’Eglise en Détresse à NEVERS
Maison du diocèse, 21, rue Gustave Mathieu à Nevers

SAMEDI 21 AVRIL 2018, à 17h

« Chrétiens persécutés- Chrétiens oubliés ? »

Conférence – Témoignage de Mgr Ryszard Wasik
Prédicateur-conférencier de l’AED, ancien ami du père Jerzy Popieluszko

Chrétiens persécutés, chrétiens oubliés ?

Plus de 200.000 chrétiens à travers le monde connaissent la discrimination ou la persécution à cause de leur foi. Vexations, brimades, discriminations dans leurs droits civiques ou religieux, peines de prison,menaces, violences… les chrétiens du 21e siècle ne sont pas épargnés dans de nombreux pays.
Envers et contre tout, ils tiennent à leur foi et gardent l’espérance, mais à quel prix ? Combien de victimes innocentes, combien de familles en deuil, notamment dans les pays du Proche-Orient qui ont connu récemment la guerre et la persécution ?

A travers la présentation de situations concrètes dans des pays d’Afrique, du Proche-Orient, d’Asie, MgrRyszard Wasik, nous aidera à mieux connaître ces chrétiens du monde soumis à rude épreuve. Ilprésentera aussi des pistes concrètes pour leur venir en aide avec l’Aide à l’Eglise en détresse (AED).

Mgr Ryszard Wasik

Mgr Ryszard Wasik est né en 1947. Originaire du diocèse de Tarnow (Pologne), il a été l’un des compagnons du père Popieluszko au temps des “bataillons de séminaristes”, quand les autorités polonaisesde l’époque tentaient de briser la vocation des futurs prêtres.
Nommé vicaire d’une paroisse dans le sud de la Pologne, puis envoyé au Congo-Brazzaville par son évêque, comme prêtre fidei donum, il fait connaissance avec l’association AED qui l’aide sur place dans son travail pastoral et social.

En France depuis plusieurs années au service de l’AED, il témoigne au nom de ceux qui donnent leur liberté, parfois leur vie, pour leur foi.
Il témoigne aussi du courage du dialogue et de la force du pardon qui animent aujourd’hui de nombreuxchrétiens à travers le monde, confrontés à la discrimination et à la persécution.

L’AED (Aide à l’Eglise en détresse)

Fondation de droit pontifical et membre du Comité épiscopal pour la Solidarité de l’Eglise de France, l’AEDaide les chrétiens persécutés, menacés dans leur foi, réfugiés, ou sortant de la persécution religieuse.L’AED répond ainsi aux besoins des Eglises locales les plus souffrantes ou les plus démunies dans 130 pays du monde, du Brésil au Vietnam, de l’Inde au Soudan…

600.000 chrétiens dans le monde (dont 70.000 en France) s’associent à la mission de l’AED et participent à sa triple action de solidarité spirituelle, d’information et de partage avec les Eglises souffrantes.

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Vénération de la Sainte Epine et de la Sainte Croix à la Cathédrale de Sées (61) le 30 mars 2018

Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Veillée de prières pour les chrétiens persécutés à Rouen (76) le 14 mars 2018

Soirée pour ceux qui souffrent de persécution ou de discrimination à cause de leur foi.

  • Quandle 14/03/2018 de 20h00 à 22h00
  • Rouen
  • Qui
  • Téléphone 02.32.39.11.19

Pour la 10ème année consécutive depuis 2009, l’Aide à l’Eglise en Détresse consacre une soirée toute particulière pour ceux qui souffrent de persécution ou de discrimination à cause de leur foi.

La nuit des témoins

Cette année, la veillée aura lieu à Rouen le mercredi 14 mars de 20 h à 22h, à la Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption. Elle sera présidée par Mgr Lebrun.

Pour la 10ème année consécutive depuis 2009, l’Aide à l’Eglise en Détresse consacre une soirée toute particulière pour ceux qui souffrent de persécution ou de discrimination à cause de leur foi. Cette Nuit des Témoins a lieu dans sept villes.
Ces veillées d’une heure et demi rendent hommage à ceux qui ont été tués dans l’année parce qu’ils étaient des disciples du Christ ; les martyrs d’aujourd’hui. Elles alternent méditations, chants, lecture du martyrologe, procession des portraits des martyrs, témoignages et prière. Elles permettent aussi de porter dans la prière ceux qui souffrent toujours et d’écouter leur témoignage, pour mieux comprendre les défis auxquels ils sont exposés dans leur pays.

Cette année, viendront en autre témoigner Mgr Kyrillos William Samaan, l’évêque copte-catholique d’Assiout, en Égypte et le Père Paul-Elie Cheknoun, algérien, ancien musulman ordonné prêtre en 2016

Un évènement dans 7 villes

La Nuit des Témoins se déroulera sous forme de tournée à travers sept villes, du 12 au 19 mars, en France et à l’étranger (Montpellier, Rouen, La Roche sur Yon, Paris, Luxembourg et Rome) rassemblant plus de 7.000 personnes.

Comment est née La Nuit des Témoins ?

Marc Fromager, directeur d’AED France : « Il nous a semblé important, voire indispensable, de faire mémoire de ces martyrs au moins une fois par an, ne serait-ce que pour leur rendre hommage et aussi pour encourager ceux qui poursuivent le témoignage là où ils sont. Au départ, il y a quelques années, nous proposions alors une simple minute de silence et de prière pour les témoins de notre temps. Puis, nous avons organisé un rassemblement à Montmartre, le mont des martyrs, où nous gravissions les marches pour monter à la basilique en égrenant cette fameuse liste de « martyrs ». Il y a maintenant sept ans, nous avons eu l’idée d’en faire une veillée le soir à un horaire plus commode pour ceux qui travaillent ou étudient, car nous constatons qu’il y a toujours énormément de jeunes qui nous rejoignent. »

Diocèse d’Évreux
11 bis rue Jean Bart – CS 40165 – 27001 Évreux Cedex
Tel :  02 32 62 82 20 – Fax : 02 32 62 40 66

NLQ #Sorties/Animations

Concert de charité pour les chrétiens persécutés en Irak à Courbevoie (92) le 2 février 2018

L’Ensemble Musical de Hautefeuille

– Direction Andéol Chartier –

présente son

Concert de charité

Pour venir en aide
aux chrétiens persécutés en Irak

Vendredi 2 février, 20 h
dans l’église Saint Maurice de Bécon, Courbevoie

Participation libre sur place (intégralement pour Fraternité en Irak)

Venez écouter l’EMH chanter et jouer dans des styles et des formations très variés !
Une quarantaine de chanteurs et instrumentistes de la sixième à la terminale
–  voix d’enfants, voix muées, cuivres, cordes, bois…  –
sur un programme multilingue :

 


Allemand
Rosmarin, Brahms (XIXème)

Russe
Tibié paiom, Bortnianski (XVIII-XIXème)

Anglais
If ye love me, Tallis (XVIème)
Abide with me, Monk (XIXème)

Latin
Sub tuum praesidium, Ropartz (XXème)
Fiat mihi, Chartier (XXIème)

Français
Mille regretz, Desprez (XV-XVIème)
Contentez-vous, Certon (XVIème)
Marche des Rois, Lully (XVIIème)
Miserere de la mer, Cockenpot (XXème)

Italien
El Grillo, Desprez (XV-XVIème)
Signore delle cime, Marzi (XXème)

 

 

 À très bientôt,

L’EMH.

A la une #Tribunes et entretiens

Mgr Pascal Gollnisch : « Les coptes passent de discriminés à persécutés »

Un car de pèlerins a été attaqué le 26 mai par des hommes armés. Il y a 28 victimes, dont des enfants. Cet attentat est le dernier d’une longue série d’attaques qui ciblent les coptes.

DES ATTENTATS À RÉPÉTITION

L’attentat a été revendiqué par le groupe État Islamique. Avec 10 millions de personnes, l’Égypte est le pays qui accueille la plus grande minorité copte. Une minorité aujourd’hui clairement persécutée selon Monseigneur Pascal Gollnisch, président de l’Œuvre d’Orient qui vient en aide aux chrétiens de la région.

Mgr Pascal Gollnisch rappelle que des attentats avaient eu lieu dans deux églises lors du dimanche des Rameaux. Ces attentats avaient eu lieu pendant des moments « spirituels et liturgiques ». La multiplication des attaques montre que ce n’est pas seulement le statut des coptes qui est mis en cause, mais « leur survie ».

Les terroristes ont demandé aux chrétiens d’abjurer leur foi. Mais il ont tous refusé un à un avant d’être exécutés par les hommes de l’Etat Islamique, selon l’AFP.

Le Conseil des Églises Chrétiennes de France adresse un message aux coptes d’Égypte, ainsi qu’une prière extraite de l’Oraison copte pour les malades, de l’office de l’encens du matin. Vous pouvez consulter cette prière en cliquant ici. 

UNE MINORITÉ DISCRIMINÉE

« On ne peut pas mettre un escadron de gendarmerie autour de chaque lieu de culte. » Si Monseigneur Gollnisch reconnaît que la sécurisation maximum serait difficile, il estime tout de même que le gouvernement égyptien devrait prendre les mesures nécessaires.

Le statut de citoyens de seconde zone des coptes n’aide pas. Pour Monseigneur Gollnisch, les discours discriminants sur la minorité chrétienne du pays contribuent à « banaliser la persécution ». Pour le président de l’Œuvre d’Orient, le gouvernement égyptien doit réagir « extrêmement vivement » car il ne s’agit d’une tragédie pour tout le pays.

« IL FAUT PRENDRE LA MESURE DE LA SITUATION »

Les attentats visent aussi les insitutions et le tourisme de l’Egypte. À travers la minorité chrétienne, c’est tout le pays qui est visé par les terroristes. Ils cherchent à créer des divisions en s’attaquant à cette minorité discriminée.

Le patriarche copte Ibrahim a exhorté ses fidèles à ne pas céder à la haine. Pour Mgr Gollnisch, les chrétiens de France doivent être « fermes », et demander aux candidats aux législatives de s’exprimer clairement sur ce drame. « Il faut prendre la mesure de la situation. »

 

Source L’Oeuvre d’Orient

NLH #Tribunes et entretiens

Steve Banon, stratège de Trump et soutien des chrétiens persécutés

Le patron du puissant site d’information Breitbart, est désormais le stratégiste en chef de Trump ! Mais qui est ce personnage vilipendé par toute la presse de l’établissement ? Le mieux est d’écouter ce qu’un de ses amis nous en dit. Jason Jones est un catholique – tout comme Bannon – qui réalise des films et une figure importante du militantisme pro-vie aux États-Unis. Il vient d’écrire pour le site Catholic Vote « Le Steve Bannon que je connais », un touchant portrait du patron de Breitbart, dont voici les principaux extraits. C’est encourageant pour notre combat de défense des chrétiens persécutés…

 

Vous ne sauriez être surpris d’entendre des leçons profondes sur un authentique enseignement social catholique lors d’une conférence au Vatican. Sauf si la personne qui vous les donne est le patron de Breitbart.com et se trouve être, désormais, le stratégiste en chef de Donald Trump […]. Cela ne me surprend personnellement pas. Des années avant que Bannon prenne la direction de Breitbart, je l’avais rencontré au Ritz Carlton d’Hollywood avec un important producteur de cinéma. Avant qu’il me mène rencontrer Bannon, mon ami producteur m’avait dit que Bannon était un ancien banquier de Goldman Sachs. Et donc, celui que je m’apprêtais à rencontrer ne pouvait être qu’un prétentieux, un triathlète amateur, une personnalité fade aux mais pâles et non calleuses. Au lieu de cela, j’ai rencontré l’homme de forte personnalité et de grand talent qu’est Steve Bannon. Nous avons parlé affaires, mais il ne fallut pas attendre longtemps pour qu’on se mette à discuter du génocide arménien. […] En vérité, quasiment à chaque fois que nous nous sommes rencontrés pour décider des détails d’un projet médiatique, Steve finissait toujours par me régaler sur le danger menaçant les minorités chrétiennes au Moyen-Orient ou en Afrique, sur l’horreur de l’avortement et sur ce que nous devrions faire pour y mettre un terme. Ce ne sont pas les sujets habituels abordés lors de déjeuners d’affaires à Hollywood. […] Si vous êtes engagé en faveur d’un authentique enseignement social catholique – la paix, les marchés libres et ouverts, le caractère sacré de la vie humaine –, alors Steve est votre homme.

 

Je l’ai rencontré grâce à une personne que nous aimions tous les deux : Andrew Breitbart. Ensemble, deux catholiques et un juif, nous esquissions de nouveaux moyens de promouvoir les idéaux prophétiques de justice si souvent oubliés dans notre monde post-théiste. Bien qu’Andrew nous ait quittés, je suis sûr qu’il sourit de là-haut en voyant Steve dans les corridors du pouvoir et main droite du futur Président qui, assurément, apprendra beaucoup de Bannon sur le mal commis par Planned Parenthood, sur la détresse des Yézidis, des chrétiens et des juifs au Moyen-Orient et sur la nécessité d’écrabouiller le “capitalisme de connivence” qui menace le développement de notre pays. J’espère que les catholiques se rallieront désormais à Bannon, alors qu’il subit actuellement l’épreuve du creuset. Nous ne trouverons pas de meilleur ami aux causes qui sont chères à notre cœur et au Cœur de Notre Seigneur.

 

Source : Catholic Vote – © CH pour la traduction

Vous pouvez vous abonner ici