Articles #Doctrine / Formation #NLH #NLQ #Philosophie

Aristote philosophe aux dix visages

On ne sait ce qu’il faut admirer le plus chez Aristote (384-322 av. J.-C) : le politique, le moraliste, le chercheur ? Il fut aussi philosophe, critique d’art, de lettres et de musique, pédagogue, précepteur du plus grand empereur de tous les temps, et père de famille modeste et avisé.
Aristote est inépuisable. Fils de médecin, le soin des corps, les vertus des plantes, l’impact des saisons, le rôle du temps, le jeu des climats : tout l’intéresse. Pendant qu’il écrit ses livres sur la politique et la philosophie morale, il envoie ses élèves chercher dans les îles de la mer Égée tout ce que la faune et la flore peuvent lui apporter de connaissances nouvelles. Sa réflexion sur la vertu se nourrit des exemples les plus immédiats et les plus prosaïques, comme des textes les plus vénérables. Quand il accompagne son élève Alexandre, devenu le plus grand roi de l’univers, il observe les mœurs, les lois, les institutions des peuples de l’univers, de Gibraltar aux confins de l’Himalaya. Il juge beaucoup moins qu’il ne décrit. Son intelligence est constamment en éveil. Disciple de Platon, en vrai philosophe, il est d’abord «  l’homme qui s’étonne  ». La moindre herbe lui parle. Le vol des oiseaux l’instruit. La variété des constitutions l’émerveille. Il n’en finit pas de les comparer.

Dilemme résolu
C’est dans cette contemplation active qu’il résoudra, le premier et le seul, le problème, insoluble avant lui, de l’opposition entre l’Être et le mouvement, entre l’existence et l’essence des choses. Pour Platon et ses disciples de la stricte observance, seul compte l’Être. Le mouvement est pure illusion de nos sens. Pour Héraclite et son école au contraire, le changement est la seule réalité : «  On ne se baigne jamais dans le même fleuve  » ; «  Tout coule et se transforme.  »

Aristote, quant à lui, affirme que «  ce qui est est, ce qui n’est pas n’est pas.  » C’est le principe d’identité. Mais entre le néant et l’être, il distingue une autre forme qui est l’être en devenir. Ainsi l’enfant est en puissance d’être l’adulte qu’il deviendra, mais qu’il n’est pas encore. C’est pourtant le même, du berceau à la tombe, de la conception à la mort naturelle. Achille n’est plus le coureur «  immobile à grands pas  ». Il court vraiment, et chaque foulée est en acte et en puissance de la foulée suivante.

Fécondité de sa découverte
La fécondité de cette découverte est inépuisable. Il s’en déduira la distinction entre l’essence des choses qui ne change pas, et l’infinie variété des existences de ces mêmes choses. L’essence de l’homme est une : c’est l’humanité présente en chacun de nous. Mais les existences sont aussi diverses que les individus, dont aucun n’est absolument identique à un autre. La loi naturelle est ainsi l’essence du droit, mais les législations changent selon les lieux, les temps, les circonstances. Ce qui demeure n’est pas obligatoirement en contradiction avec ce qui évolue. Il n’est pas nécessaire d’opposer progressistes et conservateurs, mais simplement d’observer ce qui doit changer et ce qui ne peut pas disparaître. En politique, la distinction s’opère entre la doctrine qui ne change pas, et les programmes qui doivent évoluer.

Il se déduit aussi de ce dualisme qui se décline en «  matière et forme  », corps et âme, qu’il faut nécessairement à ces deux principes d’identité et de changement un principe extérieur, qui les unisse entre eux. Aristote le désignera comme «  l’acte pur », et la philosophie chrétienne du nom de Dieu.

Un Dieu qui n’est pas l’«  horloger  » de Voltaire, qui a fabriqué son horloge et la laisse tourner – effroyable régression de la pensée. Mais un Dieu qui crée et maintient dans l’être une création qui, sans Lui, disparaîtrait dans le néant. «  Dieu nous a tirés du néant pour nous appeler à l’Être  », disait Gustave Thibon, et le cardinal de Bérulle définissait l’homme comme «  un néant capable de Dieu  ».

La postérité spirituelle de cet humble chercheur qui fut aussi un géant de la pensée, ennemi de tout système parce qu’il est amoureux de ce qui EST, est presqu’aussi innombrable que celle d’Abraham. «  Aristoteles dixit  » écrivait saint Thomas d’Aquin. Et tout (ou presque) était dit.

Jacques Trémolet de Villers

 

Source France Catholique

 

Annonces #Conférences/Formations #NLQ

Colloque : “Aimé Forest, Une pensée du consentement” les 12 & 13 avril 2019 à Montpellier (34)

Vendredi 12 et Samedi 13 avril se tiendra le Colloque sur Aimé Forest , “Une pensée du consentement”, à Villa Maguelone et à l’Auditorium du site Universitaire Saint-Charles, à Montpellier.

Téléchargez le programme

Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Journée d’études. La quête du sens de la vie. Maurice Blondel et la “fin de la métaphysique” Le 25 avril 2019 à Namur (Belgique)

Journée d’études en philosophie.
Le 25 avril 2019 de 9h30 à 18h
Université de Namur
Rue de Bruxelles 61, 5000 Namur, Belgique

Programme

9h30 : accueil

9h45 : Nicolas Monseu (UNamur) : Présentation

10h00 : Andreas Lind (UNamur, Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris) : “L’Action, une phénoménologie de la vie ?”

Pause

11h15 : Marie-Gabrielle Lemaire (UNamur, Archives Henri de Lubac) : “Maurice Blondel : au départ de la théologie lubacienne”

12h15 : Claude Troisfontaines (UCL) : “La philosophie de l’action et la destinée de l’homme”

Déjeuner

14h45 : Paul Gilbert (Pontificia Universitas Gregoriana) : “Intentionnalité phénoménologique et sens de la vie”

15h45 : Dominique Lambert (UNamur) : “La philosophie de l’action et le réductionnisme scientiste”

Pause

17h : Jérémy-Marie Pichon (Sciences Po Aix, Paris IV Sorbonne) : “Maurice Blondel et les idéolâtres”

18h : Fin des travaux

Entrée libre

Institut ESPHIN, Centre Universitaire Notre-Dame de la Paix

Contact : Andreas Lind, Nicolas Monseu – 081/72 40 83 – andreasglindsj@gmail.com
Télecharger : vCal

Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Pourquoi être catholique aujourd’hui ? Colloque le 30 mars 2019 à Boulogne-Billancourt (92)

Colloque avec Denis Moreau et Guillaume Cuchet, animé par Natalia Trouiller.

Pas facile d’être catholique dans un monde qui a cessé d’être chrétien… tout le sujet est là.

Notre monde a perdu ses repères chrétiens progressivement, et l’analyse du recul du catholicisme en France depuis les années 60 qu’en fait Guillaume Cuchet est implacable…
Une « rupture religieuse » qui pour lui est
 un des faits les plus marquants et pourtant les moins expliqués de notre histoire contemporaine. 

Le croyant catholique n’en ressort pas indemne !
Autrefois bien situé dans la société, il est maintenant pour Denis Moreau parfois objet d’un étonnement qui évoque celui des Parisiens du XVIIIe siècle face au Persan de Montesquieu :  » Ah ! ah ! monsieur est catholique ? C’est une chose bien extraordinaire ! Comment peut-on être catholique ?  »
Nombre de nos contemporains ne comprennent plus 
comment ni pourquoi on peut (encore) adhérer à une telle vision du monde… quand ils n’affirment pas qu’elle est dénuée de sens.
Espèce en voie de disparition, ou de mutation génétique faisant de lui un inadapté à ce monde ? 

Le philosophe catholique fait le choix de s’expliquer sur sa foi en se plaçant sur le terrain de l’argumentation rationnelle.
Cela n’exclut ni la profondeur spirituelle, ni le témoignage, ni l’humour.
 Il ne convertira personne au catholicisme, ce n’est d’ailleurs pas son but.
Mais à ceux qui ne croient pas, il suggérera qu’un catholique n’est pas nécessairement un imbécile.
À ceux qui croient déjà, il fournira quelques arguments susceptibles d’affermir leur foi.
À tous, il expliquera que lorsque se pose la seule question qui vaille vraiment – » comment tenter de réussir sa vie ? « – le catholicisme constitue une des bonnes réponses envisageables. Et même un 
choix de raison. 

Plus d’informations et inscriptions

Annonces #Conférences/Formations #NLQ

“Vers la fin des fausses croyances ?” avec Brunor le 19 mars 2019 à Grenoble (38)

La paroisse Notre-Dame de l’Espérance (Grenoble) accueillera Brunor, illustrateur et scénariste de bandes dessinées et notamment de la série d’enquêtes “Les indices pensables” pour une conférence “Vers la fin des fausses croyances ?”. Rendez-vous le mardi 19 mars à 20h30 en l’église Notre-Dame Réconciliatrice de Grenoble, 12 rue Joseph Chanrion.

Site de la paroisse

Annonces #Conférences/Formations #NLQ

Conférence de Bertrand Vergely : “Prier, une philosophie” le 8 mars 2019 à Pau (64) et 9 mars à Urt (64)

  • Dans le cadre des “Plus de la Formation Permanente”, Bertrand Vergely, philosophe orthodoxe, donnera une conférence sur le thème : “Prier, une philosophie”, vendredi 8 mars 2019, à 20h, au Centre Diocésain du Béarn (11 avenue du Béarn) à Pau.
Libre participation.
Les personnes désirant prendre part à cette soirée sont priées de s’inscrire.
Renseignements ou inscriptions : sfp.cdb@wanadoo.fr
ou 05 59 84 94 23
  • L’abbaye Notre Dame de Belloc vous propose de participer, samedi 9 mars 2019, à 14h45, à la salle de conférence de l’abbaye, à la rencontre qu’elle organise avec le philosophe et théologien Bertrand Vergely sur le thème : “Prier : un philosophie”.
Entrée libre et libre participation aux frais.
Renseignements : belloc-accueil@orange.fr

Annonces #Conférences/Formations #NLQ

Bioéthique : soirée de réflexion sur l’Intelligence Artificielle le 28 février 2019 à Angers (49)

Le 28 février 2019 à 20H30
Amphi Bedouelle – Bât. Jeanneteau
Angers, Université Catholique de l’Ouest
3 place André Leroy

Description de l’évenement :

proposée par l’Université Catholique de l’Ouest, la paroisse Cathédrale et RCF Anjou.

En savoir plus cliquer sur “soirées de formation”

Entrée libre

Renseignements : Site

Articles #NLQ #Philosophie

Découvrez la box Ichtus de Noël

FAIRE UN CADEAU DE NOEL ET UN DON DÉFISCALISÉ
 C’EST POSSIBLE !
Chers amis,
Vous souhaitez soutenir Ichtus et offrir un cadeau utile à l’un de vos proches ?
C’est possible avec la BOX ICHTUS !
Grâce à la BOX ICHTUS, vous faites un don défiscalisé à Ichtus et vous parrainez une personne de votre choix en lui donnant accès à un parcours de formation. 
Grâce ce don, vous faites un cadeau doublement utile pour la formation des jeunes.
Découvrez vite la BOX ICHTUS ! 
Comment cela fonctionne ?
Avec la BOX ICHTUS, vous faites un don de 100€, et vous offrez en cadeau au bénéficiaire de votre choix l’accès à la série vidéo du Parcours Socrate.
La BOX comprend un don de 100€ et l’intégralité des 10 soirées-rencontres animées par Jacques Trémolet de Villers d’une valeur de 100€. Au total, la BOX ICHTUS ne vous coûtera après réduction fiscale que 33,33 , au lieu de 200.
Une BOX achetée, c’est une personne formée et heureuse !
Avec la BOX ICHTUS, offrez à vos proches des cadeaux utiles, et contribuez à la formation des jeunes ! 
Nous vous remercions de votre aide et vous souhaitez des joyeuses fêtes de Noël !
Guillaume de Prémare, Délégué Général
Bruno de Saint-Chamas, Président

Découvrir la Box Ichtus

Faire un don pour la formation des jeunes

 

Doctrine / Formation

Le combat de Robert Spaemann contre l’idéologie

Le 10 décembre 2018, le philosophe catholique allemand Robert Spaemann rendait son âme à Dieu. En hommage à l’homme et à sa pensée, L’Homme Nouveau a souhaité publier à nouveau plusieurs articles parus initialement dans les colonnes de sa version papier, à travers deux dossiers que nous lui avions consacrés. C’est dans ce cadre que nous reproduisons ici un entretien avec l’un des anciens élèves de Robert Spaemann, Walter Schweidler, professeur de philosophie à l’université catholique d’Eichstätt-Ingolstadt.

Lire la suite dans l’Homme Nouveau

Annonces #Conférences/Formations #NLQ

Conférences sur la famille les 20 & 27 novembre et le 4 décembre à Laval (53)

La famille ! Cellule fondamentale de toute société, point d’ancrage indéfectible des petits et des grands, référence incontournable pour comprendre la personne, est aujourd’hui malmenée, même, déconsidérée. Pour nous aider à mieux comprendre ses mutations, les associations familiales catholiques, en lien avec l’UDAF de la Mayenne, nous invitent à une série de trois conférences courant novembre.

Animées par Pascal Jacob, professeur agrégé de philosophie, il s’agira avec lui, de mieux comprendre les transformations de la famille ; de décrire les grandes mutations qui ont caractérisé les 30 dernières années et dont les impacts en termes d’autorité, d’éducation et de parentalité ont été importants. Trois thèmes ont été retenus.

Rendez-vous les 20, 27 novembre et 4 décembre, dans les locaux de l’UDAF, rue Calmette-et-Guérin à Laval.

Le programme des conférences

Mardi 20 novembre  à 20h15- ” L’émergence de l’individu”  : Il s’agira d’analyser le passage d’une société organique à une association contractuelle entre individus libres et égaux. Qu’est-ce qui nous lie  ? Avec l’avènement de l’individu, les chaînes de servitudes tombent en même temps que les chaînes de solidarité. La conquête de l’autonomie est aussi celle de la solitude. Quelles conséquences pour les être de relations que nous sommes ?

Mardi 27 novembre à 20h15 – Un nouveau rapport à l’autorité   : De la difficulté à transmettre à la mise en cause de l’autorité. Dans une société du contrat, la loi cède le pas à la volonté individuelle : quel avenir pour l’autorité menacée par l’obsolescence généralisée ?

Mardi 4 décembre à 20h15 – Être parents aujourd’hui : C’est quoi, un papa et une maman ? La déconstruction généralisée des genres remet en cause nos représentations. Faut-il s’abstraire de la nature pour s’émanciper ?