NLQ #Points non négociables PNN

Le droit à la vie selon le planning familial

La notion de droit à la vie faisant son chemin, les spécialistes de la comm du planning familial se sont sans doute inquiétés de voir l’avortement entrer en concurrence avec un thème porteur. Alors qu’à cela ne tienne, l’avortement n’est plus seulement un droit des femmes, mais… un droit à la vie…

Ont-ils bien compris ce qu’avortement et vie ont de contradictoire, ou la notion d’antipodes ne fait pas partie de leur bagage culturel.

Bien entendu l’amalgame porte sur le droit à la vie de la mère en danger de mort dans certaines pratiques “sauvages”.

Cela étant, rappelons avec Cyril Brun que parler de droit à la vie est un abus de langage. Il convient de parler de droit au respect de la vie.

A la une #Brèves

Le planning familial américain menacé par une enquête pour n’avoir pas signalé des abus sexuels

L’administration Trump a récemment érigé de nouvelles règles concernant les subventions accordées au titre du Titre X concernant la planification familiale.

Alors que les règles proposées doivent interdire aux fonds fédéraux d’être attribués aux établissements qui pratiquent des avortements ou qui renvoient les clients vers des centres d’avortement, un autre volet de la nouvelle loi a jusqu’ici peu attiré l’attention (cf. Les nouvelles allocations des subventions du gouvernement Trump se font au détriment du Planned Parenthood). Il concerne les abus et viol. Une étude de 2014 menée sur le trafic sexuel a révélé que le Planned Parenthood était l’établissement le plus concerné par cette population, juste près les urgences des hôpitaux.

Cependant, une lettre adressée jeudi au ministère de la Santé et des Services sociaux, signée entre autres par deux sénateurs, accuse le Planned Parenthood de pratiquer régulièrement des avortements « sur des enfants de 12 et 13 ans » maltraités, avant de les renvoyer à leurs agresseurs sans avertir les autorités. Chris Smith, du New Jersey, a déclaré que le Planned Parenthood s’est livré à une « dissimulation inhumaine et abusive des abus sexuels sur des enfants ».

De nombreux témoignages ont été rassemblés comme celui de Sue Thayer qui gérait une clinique du Planned Parenthood à Storm Lake, dans l’Iowa. Elle a déclaré que les employés étaient « découragés ».Ils signalaient des cas présumés d’abus, mais le Planned Parenthood « ne voulait pas avoir de problèmes, avec le parent en colère, le petit ami en colère, quels qu’ils soient ». Plus d’une fois, il lui a été répondu : « ce n’est pas à signaler ». Faute de ces signalements, ces situations d’abus ont perduré pendant des mois, voire des années.

Une enquête a été demandée. Le Planned Parenthood pourrait être privé de son financement public annuel, soit de 60 millions de dollars.

Source : genethique.org

A la une #NLQ #Points non négociables PNN

Prochain liberticide en vue – La liberté de conscience

Alors que certains demandent qu’on reconnaisse la liberté de conscience comme un droit fondamental, d’autres veulent la limiter.

Cecile Richards, ex-présidente de Planned Parenthood Etats-Unis, s’insurge contre le droit à l’objection de conscience contre l’avortement

Pourtant, si la loi peut interdire de recourir à sa liberté de conscience, aucune loi ne peut empêcher d’avoir une conscience. C’est bien ce qui fait peur aux idéologues. En revanche, une conscience se forme ou se déforme. tel est l’enjeu de l’éducation. Au fond ce qui se joue dans l’éducation et la culture c’est la liberté de conscience et donc la liberté tout court. Or, pour être libre, il faut être formé par la vérité…

Brèves #NLH

Totalitarisme, choix idéologique – Les survivants contre le planning familial

La plateforme HelloAsso a choisi de suspendre la campagne des Survivants pour se financer.

Dans un tweet explicatif, la plateforme, visiblement désireuse de se faire bien voir du gouvernement et peut-être téléguidée par lui prend bien soin de mettre en “copie” le ministre de l’égalité homme femme, l’idéologue Madame Schiappa. qui bien entendu, dans un scénario déjà bien rodé de la macronie, a répondu en règle.

 

 

Fidèle à elle-même le ministre avait soutenu les femen pourtant condamnées par la justice.

 

Rappelons toutes fois à Madame Schiappa que l’IVG n’est nullement un droit, mais la dépénalisation d’un crime (voir notre article).

 

Par ailleurs, HelloAsso n’a visiblement aucun problème à être hors la loi, puisqu’elle maintient le soutien aux associations en faveur de la GPA et au planning familial venant en aide aux avortements hors délais.

Les Survivants ont réagi à cette décision et, dans une courte vidéo, expliquent comment il vous est possible de leur venir en aide.

 

 

NLH #NLQ #Points non négociables PNN

“Nous ne reconnaissons pas l’avortement en tant que méthode de planning familial” – Les USA bloquent une résolution de l’ONU

Le Conseil de l’ONU des droits de l’homme a adopté aujourd’hui une résolution condamnant les abus et discriminations à l’encontre des femmes, mais les Etats-Unis ont refusé d’approuver un paragraphe mentionnant l’accès à l’avortement dans des conditions sanitaires sûres.

La résolution, présentée par le Canada, déplore “la persistence et l’omniprésence de toutes formes de violence à l’encontre des femmes et des filles dans le monde”, et appelle les pays à prendre des mesures immédiates pour prévenir la violence et les discriminations basées sur le sexe.

La résolution a été adoptée unanimement sans vote mais plusieurs pays, dont le Bangladesh, la Chine et l’Egypte, ont exprimé leur désaccord avec tout ou partie du texte.

Le représentant des Etats-Unis Jason Mack a exprimé son soutien à “l’esprit” de la résolution.

Mais il a souligné que les Etats-Unis ne pouvaient pas se joindre au consensus autour de la résolution en raison d’un paragraphe relatif au droit des femmes à l’avortement dans des conditions médicales sûres.

Le paragraphe en question appelle les pays à faire en sorte que leurs services de santé procurent aux femmes des soins “complets et de qualité concernant la sexualité et la procréation”, y compris “un avortement sûr lorsque de tels actes sont autorisés par la législation nationale”.

“Les Etats-Unis soutiennent pleinement le principe d’un choix volontaire concernant la santé maternelle et infantile et le planning familial”, a déclaré M. Mack.

“Mais nous ne reconnaissons pas l’avortement en tant que méthode de planning familial, et nous ne soutenons pas l’avortement dans nos programmes d’assistance à la santé en matière de procréation”, a-t-il dit.

Depuis que le président Donald Trump est arrivé au pouvoir en janvier, son gouvernement a tari l’aide américaine aux organisations étrangères qui pratiquent ou même fournissent des informations sur l’avortement.

 

Source Le Figaro

Brèves #NLH

Meurtre de masse, dépeçage cynique, trafic d’organes : des membres du Planning démasqués par la nouvelle vidéo (interdite depuis) du CMP sur l’avortement

La tragédie que constitue l’avortement de masse connaît un nouveau développement aux Etats-Unis avec la publication par le Center for Medical Progress (CMP) d’une vidéo montrant des fonctionnaires et des avorteurs de Planned Parenthood se livrant à des tractations sordides, ce qui vaut à son auteur d’être traîné en justice. Les conversations, assorties de lourdes plaisanteries, tournent autour de la vente de morceaux de corps des bébés avortés. La vidéo a été tournée en 2014 et 2015 par des enquêteurs anonymes du CMP lors de conventions, à San Francisco, de la Fédération nationale pour l’avortement (NAF) américaine, principale structure de commerce des avorteurs. (elle a été depuis interdite) Aux Etats-Unis, le nombre annuel d’avortements dépasse le million, après un pic à 1,3 million en 1990.

Lire la suite

Brèves #NLH

USA- Une directrice pro-vie à la tête du planning familial

Dans la droite ligne de ses premières décisions[1], le président Donal Trump a nommé Teresa Manning à la tête du Planning Familial américain, qui dépend du ministère de la santé. Une nomination qui a suscité la controverse, car cette ancienne avocate et professeur de droit ne cache pas son engagement « pro-vie ».  Aux commandes du programme « Title X », elle devra « gérer un budget annuel de 280 millions de dollars (environ 256 millions d’euros) » jusque-là consacré à « l’accès à la contraception ».

[1] USA : les Etats peuvent interdire le financement public des avortementsLes Etats-Unis ne financeront plus le “recours forcé à l’avortement en Chine”Le Sénat américain vote la fin des financements publics du Planning familialDonald Trump supprime le financement des ONG soutenant l’avortement

 

Source Généthique.org

Brèves

USA – Les Etats peuvent interdire le financement public des avortements

On lit partout que Donald Trup a coupé les vivres des cliniques avorteuses du planning Familial.

Précisément, le Président américain, Donald Trump, vient de promulguer « une loi abrogeant une directive de l’ère – Obama » visant à « sanctuariser  » le financement des cliniques du planning familial par des fonds publics.

En application de cette nouvelle loi, les Etats peuvent désormais interdire le transfert de fonds publics à destination des cliniques pratiquant des avortements aux Etats-Unis.

Source Généthique.org

 

Brèves

Le monde serait-il en train de tourner ? Le Sénat américain vote la fin des financements publics du Planning familial

Jeudi, à l’issu d’un vote serré, « départagé de façon exceptionnelle par le vice-président Mike Pence, qui en a le pouvoir en tant que président du Sénat », le Sénat américain a abrogé une directive de l’Obamacare « destinée à sanctuariser les financements publics des cliniques du Planning familial ».La mesure avait été approuvée en février dernier par la Chambre des représentants. Le texte doit maintenant être promulgué par le Président Donald Trump.

Aux Etats-Unis, la loi actuelle ne permet pas le financement de l’avortement sur les fonds publics.

Localement, si une douzaine d’Etats avaient pris des mesures pour « interdire le transfert d’argent public à toute clinique qui pratiquerait des avortements », elles ont été interdites en décembre dernier par une directive de l’administration Obama.

Pour l’élue républicaine du Tennessee Diane Black : « Les femmes vulnérables qui cherchent de véritables soins de santé généralistes méritent mieux que des établissements centrés sur l’avortement comme Planned Parenthood ».

 

 Source Généthique.org

NLH #NLQ #USA

Le rapport du congrès américain confirme que le planning familial a bien vendu des organes de bébés avortés

Le rapport de la commission spéciale du Congrès des Etats-Unis sur le scandale du trafic d’organes de fœtus par le Planning familial américain a été publié mercredi ; riche de quelque 500 pages, il aboutit à la conclusion que Planned Parenthood USA a bien violé des lois et des règlements fédéraux en vendant des tissus et des organes des bébés avortés ou en méconnaissant les procédures du don. Le rapport confirme également que dans des avortoirs du Planning américain, des enfants ont été tués après être nés vivants lors d’une procédure d’avortement.

Lire la suite