Annonces #Conférences/Formations #NLQ

Conférence : “GPA-PMA : quel avenir pour l’humanité ?” le 12 décembre 2018 à Toulouse (31)

Mercredi 12 Décembre à 20h30

Lieu : Salle paroissiale du Christ-Roi, 26 rue de l’Aude à Toulouse

Annonces #Conférences/Formations #NLQ

Conférence d’Aude Mirkovic – « PMA pour tous : vers un droit à l’enfant ? » – 23 novembre 2018 au Mans (72)

Articles #NLQ #Points non négociables PNN

Tribune du Père Stalla-Bourdillon contre “la capitulation anticipée” sur le droit de la filiation

Le Père Stalla-Bourdillon refuse une certaine capitulation – exprimée par certains – concernant les évolutions du droit de la filiation. Il réagit notamment à la “résignation” de Martin Stephens à l’égard de la “PMA pour toutes”. Il récuse aussi cette logique qui consiste à s’en remettre à la Miséricorde de Dieu, alors que les errements sont flagrants.

Extraits significatifs :

Six ans à peine après la contestation massive du mariage de personnes de même sexe, une capitulation anticipée face à la volonté politique majoritaire de réécrire le droit de la filiation, semble pour certains une sage option. D’ailleurs, la foi chrétienne n’assure-t-elle pas la beauté d’une Origine qui dépasse les modalités de notre commencement ? « Après tout… A quoi bon … et de toute façon, Dieu nous assume et nous aime. Nos errances ne sont-elles pas le lieu de la rencontre de sa miséricorde ? » Pour consolante que soit cette vision des choses, elle ratifie la totale soumission de la société aux revendications catégorielles. Or, la mission des baptisés ne consiste-t-elle pas justement à oser un optimisme de la raison face à la foi technologique ? L’Esprit-Saint trouve dans l’esprit de chaque personne son lieu d’action de prédilection. La résignation de Martin Stephens enjambe la réalité du débat parlementaire à venir. 

On peut lire la tribune ici.

 

Brèves

L. Wauquiez : la PMA “mènera nécessairement” à la GPA

L’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes “mènera nécessairement” à la gestation pour autrui, “la marchandisation des gamètes” et “l’eugénisme”, a estimé dimanche le patron de LR Laurent Wauquiez, en faisant une référence au régime nazi.

“Oui, c’est un engrenage. Et cet engrenage mènera nécessairement à la marchandisation des gamètes”, a affirmé le président des Républicains devant les troupes de Sens commun, le courant conservateur de LR.

“Tout ceci a un nom, c’est l’eugénisme ; tout ceci a été fait par un régime, c’est le nazisme”, a poursuivi le leader de l’opposition de droite, en considérant également que “cet engrenage nous mènera inéluctablement à la gestation pour autrui, parce que tout le raisonnement intellectuel sur lequel il repose (y) mène évidemment”.

“Et on considère que tout ceci est sans merci et n’a aucune conséquence ?”, a-t-il encore interrogé, en appelant à “défendre le mode naturel de reproduction, de filiation, de transmission”.

“Au-delà des souffrances, des demandes, des attentes de couple, il y a aussi ce que nous voulons pour l’avenir de notre pays”, a fait valoir M. Wauquiez, en estimant que “l’enfant n’est pas un droit, l’enfant, c’est un devoir”.
La procréation médicalement assistée par don de gamètes anonyme est  aujourd’hui autorisée en France pour les seuls couples de sexes différents  infertiles ou risquant de transmettre une maladie à l’enfant.
Un projet de loi, qui doit être présenté par le gouvernement au premier semestre 2019, prévoit de l’ouvrir aux couples de femmes, ainsi qu’aux célibataires.

Le discours de Laurent Wauquiez avait valeur de test chez Sens commun. Fer de lance de l’opposition au mariage pour tous puis fidèle soutien de François Fillon durant la campagne présidentielle, le mouvement se veut désormais un aiguillon conservateur chez LR.
“Je suis pragmatique, j’écoute les discours et je regarde les actes de Laurent Wauquiez : pour l’instant, ça va dans le bon sens”, s’est réjouie dimanche la présidente du mouvement, Laurence Trochu, qui avait réuni environ  500 personnes dans la banlieue parisienne pour des débats et tables rondes. Le mouvement revendique 9.000 sympathisants.

 

Annonces #Conférences/Formations #NLQ

Conférence sur la P.M.A. par Aude Mirkovic le 30 novembre 2018 à Tours (37)

Conférence sur la P.M.A. vendredi 30 novembre à l’espace Jacques Villeret (Quartier des Fontaines à Tours Sud) à 20h30, avec Aude Mirkovic, maître de conférence en droit privé et porte-parole de l’association Juristes pour l’enfance. Cette conférence est organisée par les A.F.C., Associations Familiales catholiques.

Entrée libre.

Articles #NLQ #Points non négociables PNN

Marlène Schiappa persiste et signe sur la « PMA pour toutes »

 

Malgré les accusations de chercher à différer la « PMA pour toutes », Marlène Schiappa persiste et signe. Elle souhaite bien que ce sujet soit rapidement abordé. La secrétaire d’État avait même récemment indiqué que la PMA ouvertes à toutes les femmes serait remboursée.

Comme l’indique le compte Twitter du Gouvernement, « le texte de loi permettant la procréation médicalement assistée #PMA sera bien présenté début 2019 » :

Brèves

La PMA sans père sera “bien évidemment” remboursée par la sécurité sociale

Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes, a annoncé jeudi que la procréation médicalement assistée pour toutes les femmes serait « bien évidemment »remboursée par la sécurité sociale.

 

Elle a précisé que le projet de loi de bioéthique devait être « d’abord envoyé au Conseil d’Etat fin 2018, début 2019 ».

Source : genethique.org

Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Conférence avec le Père de Blignières, Patrick Buisson et Charlotte d’Ornellas – “Vers une société sans père ?” le 23 novembre 2018 à Paris

Le vendredi 23 novembre 2018, la Fraternité Saint-Vincent Ferrier organise une grande conférence à Paris sur le thème :

1968-2018 : vers une société sans père ?

 

Cette conférence s’inscrit parfaitement dans le débat actuel qui mènera à la prochaine révision des lois de bioéthique.

Elle réunira de manière exceptionnelle le Père Louis-Marie de Blignières, fondateur et prieur de la Fraternité Saint-Vincent-Ferrier, et Patrick Buisson, politologue, essayiste et historien.

 

En 1968, on défilait sous le slogan : « Ni patron, ni patrie, ni pater ». En 2018, on discute sur la « PMA sans père ». Le Père de Blignières et Patrick Buisson présenteront, chacun à leur manière, 50 ans après mai 68, un bilan de ce projet de (dis)société dont la paternité est exclue.

Un débat suivra les conférences, il sera animé par Charlotte d’Ornellas, journaliste à Valeurs Actuelles et chroniqueuse sur CNews.

 

La Fraternité Saint-Vincent-Ferrier, dont le siège se trouve à Chéméré-le-Roi, en Mayenne, est une communauté religieuse d’inspiration dominicaine qui puise ses forces dans l’observance régulière et la liturgie traditionnelle.

Disciples de saint Thomas d’Aquin, les frères sont avant tout des apôtres, dont la prédication est orientée au « salut des âmes par la lumière » (sainte Catherine de Sienne).

Pour en savoir plus : https://www.chemere.org

 

INFOS PRATIQUES

 

Vendredi 23 novembre 2018 à 20h30 Théâtre St Léon

11 place du cardinal Amette -75015 Paris RSVP à versunesocietesanspere@gmail.com

Contact Presse : 06 19 55 20 72

Annonces #Conférences/Formations #NLQ

AFC – Conférence “De la PMA à l’euthanasie” le 15 novembre 2018 à Auxerre (89)

Conférence organisée par les A.F.C. d’Auxerre, avec Nicolas SEVILLA, de la Fondation Jérôme Lejeune, le 15 novembre 2018 à 20h15, Salle Marie-Noël, 47 rue de Paris à Auxerre.

A la une #Articles #NLH #NLQ #Points non négociables PNN

PMA : le projet de loi décalé au printemps, son contenu se précise

La mesure ouvrant la PMA à toutes les femmes devrait figurer dans le projet de le loi prévu au Conseil des ministres au printemps 2019, et non plus fin 2018 comme initialement annoncé. Si aucune date n’est encore certaine, la « fenêtre de tir » est « relativement étroite » : pas en janvier, où l’Assemblée travaillera sur la révision constitutionnelle, ni pendant la campagne des élections européennes au printemps. De plus, le gouvernement souhaite que l’adoption du projet la loi suive de près sa publication, afin d’empêcher les opposants de s’organiser. Le député LREM, Guillaume Chiche, appelle à la tenue d’un « débat rapide » sur les lois de bioéthique. D’où la mise en place souhaitée d’une consultation de parlementaires avant la présentation du projet de loi (cf. Révision de la loi de bioéthique : vers la mise en place d’un groupe de travail réunissant députés et sénateurs ?).

 

Maintenant que les auditions de la Mission d’information parlementaire sont terminées, le contenu du projet de loi commence à se dessiner, Agnès Buzyn s’appuyant sur les recommandations de Jean-Louis Touraine, rapporteur de cette mission d’information parlementaire.

  • Reconnaissance des deux mères : Jean-Louis Touraine, député LREM et rapporteur de la mission d’information parlementaire, recommande une démarche avant la naissance, comme pour les couples hétérosexuels non mariés, afin d’éviter de passer par l’adoption, impossibles aux femmes non mariées. Agnès Buzyn, ministre de la santé, ajoute que la parenté masculine du donneur doit être mentionnée, même s’ « il faut faire apparaître que cette filiation est d’un autre type ». Le député souhaite aussi « élargir cette question » aux enfants nés de GPA, pour « en finir avec le système qui considère que la mère est celle qui accouche ».
  • Remboursement par la Sécurité Sociale : Jean-Louis Touraine préconise un remboursement intégral pour toutes, pour ne pas créer une « discrimination » selon les revenus. Agnès Buzyn soutient cette proposition.
  • PMA post-mortem : la ministre de la Santé y est favorable, ajoutant que cela « nécessiterait toutefois quelques précautions », comme celle de « s’assurer qu’un projet d’enfant existait avant le décès du conjoint et que la volonté du défunt était connue ».
  • Anonymat du don de gamètes : Agnès Buzyn souhaite que les donneurs aient l’obligation de laisser « un certain nombre de données personnelles et médicales ainsi que leurs coordonnées », qui seraient accessibles à l’enfant dès sa majorité. Elle préconise que cette mesure ne soit pas rétroactive. Elle craint par ailleurs que la fin de l’anonymat du don soit un frein pour de potentiels donneurs.

Source : genethique.org