En France #NLQ

Neuvaine à Saint Maximilien Kolbe du 6 au 14 Août 2018 avec Hozana.org

Nous sommes invités du 6 au 14 août à prier la neuvaine au père Saint Maximilien Kolbe, saint patron des radioamateurs, journalistes et prisonniers politiques.

Qui est le père Kolbe ?

Saint Maximilien Marie Kolbe, frère mineur, martyr, fondateur de la Milice de l’Immaculée, naît à Lodz en Pologne. Il entre à 16 ans chez les Franciscains conventuels de Lvov. En 1917, alors qu’il est encore étudiant, il fonde avec quelques frères “la Milice de l’Immaculée”, mouvement marial au service de l’Eglise et du monde.

Prêtre en 1918, il enseigne la philosophie et l’histoire.

Dès 1922, il fonde un mensuel pour diffuser la pensée de la Milice et, un peu plus tard, il crée un centre de vie religieuse et apostolique appelé “la Cité de l’Immaculée”.

En 1930, il se rend au Japon où il fonde encore une autre “Cité”. Maximilien est très soucieux de la diffusion de la pensée religieuse par les moyens modernes, les medias. Il rentre définitivement en Pologne en 1936.

Fait prisonnier en 1939, battu, libéré, puis de nouveau arrêté en février 1941, il est déporté au camp d’Auschwitz en mai. A la suite d’une évasion, dix prisonniers sont condamnés à mourir de faim, enfermés dans un bunker. Parmi eux, un père de famille. Maximilien s’offre de mourir à sa place. On lui demande “Qui es-tu ?” – “Prêtre catholique !” Répond-il. Il meurt dans le bunker de la faim, le dernier, après avoir aidé ses compagnons dans la patience, la paix et le réconfort. Le père de famille sera présent au jour de la canonisation du Père Kolbe à Rome, le 10 octobre 1982.

Cette neuvaine, a pour but de demander la puissante intercession de ce martyr de la charité que le serviteur de Dieu, le pape Jean Paul II, a proclamé : « Patron de cette période difficile » et « Prophète de la civilisation de l’amour ».

Saint Maximilien disait que ceux qui sont dans les cieux, libérés des préoccupations et des engagements sur la terre, travaillent « avec leurs deux mains », pour les besoins particuliers de ceux qui appellent leur secours.

Programme :

Chaque jour vous recevrez :

  • Un passage de l’Evangile
  • Une prière
  • Je vous salue Marie, Notre Père, Gloire au Père

NEUVAINE à Saint Maximilien Kolbe du 6 au 14 Août 2018 sur Hozana

Asie #NLQ

Inde – Appel en faveur de la remise en liberté des sept chrétiens de l’Orissa en détention depuis 2008

«  Les chrétiens de l’Orissa – et du district de Kandhamal en particulier – ont dû souffrir des brutalités et des violences. Sept chrétiens innocents se trouvent encore en prison et nous en demandons la libération. Il est urgent de montrer davantage de solidarité envers les chrétiens de Kandhamal et de diffuser le message de leur témoignage ». C’est l’appel lancé par le cardinal George Alencherry, archevêque majeur d’Ernakulam-Angamaly des syro malabars.
Au cours de ces jours derniers, en intervenant devant le Kerala Catholic Episcopal Council (KCBC), en présence de plus de 40 évêques et de 150 Supérieurs religieux, le cardinal a présenté l’œuvre d’Anto Akkara, journaliste qui a réalisé une enquête détaillée sur les massacres antichrétiens ayant eu lieu en Orissa en 2008.
Suite au mystérieux homicide du responsable hindouiste Swami Laxmanananda Saraswati, le 23 août 2008 à Kandhamal, les nationalistes hindous accusèrent les chrétiens du meurtre. Une véritable chasse à l’homme fut alors ouverte, qui aboutit au massacre d’une centaine de chrétiens. Dans le cadre d’une vague de violence organisée ayant duré quelques semaines, les fondamentalistes hindous ont saccagé et incendié plus de 6.000 maisons appartenant à des chrétiens et 300 églises, provoquant la fuite de 56.000 chrétiens hors du district.
Pour écrire son livre enquête intitulé « Qui a tué Swami Laxmanananda ? », publié en 2016, Anto Akkara a effectué 23 voyages à Kandhamal et interrogé des centaines de personnes. Après son enquête, le journaliste indique que sept chrétiens innocents – dont six analphabètes – ont été injustement accusés et frauduleusement condamnés à la réclusion à perpétuité pour le meurtre présumé de Swami Laxmanananda Saraswati. L’auteur a lancé une pétition en ligne, exhortant les autorités à libérer ces sept innocents, encore actuellement détenus.
« Anto Akkara a enregistré méticuleusement les témoignages et les souffrances des chrétiens de Kandhamal et tiré au clair l’histoire des sept innocents qui se trouvent en prison. Son livre a une grande importance pour nous » déclare le cardinal Alencherry, en marge de la rencontre avec les évêques. « Ce livre touche un nerf découvert de la conscience humaine, au travers de détails de la souffrance et du témoignage des chrétiens de Kandhamal qui invitent tout citoyen indien, chrétien ou non, à regarder en face la vérité » souligne par ailleurs Mgr Callist Soosa Packiam, archevêque de Trivandrum des Latins et Président de la KCBC.
« L’incroyable témoignage des chrétiens de Kandhamal porte la marque du Christ crucifié. Ce livre a le pouvoir d’encourager la foi et la vie chrétienne chez ses lecteurs » relève pour sa part le cardinal Baselios Cleemis, archevêque de Trivandrum des Syro malankars et Président de la Conférence épiscopale d’Inde (CBCI). « Les chrétiens de Kandhamal ont répondu à l’invitation de Saint Thomas qui déclarait : allons mourir avec le Christ » conclut Mgr Andrews Thazhath, archevêque de Trichur des Syro malabars et Vice-président de la CBCI.

Source : Agence Fides

Agenda / Annonce

Evry – Jubilé des prisonniers

Dimanche 6 novembre – à partir de 11h – Cathédrale de la Résurrection, Évry. Dans le cadre de l’année de la Miséricorde, et en lien avec le pape qui célèbrera la messe du Jubilé des prisonniers à Rome, l’aumônerie de la prison de Fleury-Mérogis fête le Jubilé des prisonniers. 
Au programme :
• Messe à 11h à la cathédrale d’Évry, animée par l’aumônerie de la prison de Fleury.
• Dans la salle de la cathédrale, repas tiré du sac.
• A 14h30, un membre de l’Administration Pénitentiaire viendra présenter son travail à Fleury. 
• De 15h45 à 17h, le Père Jean-François Penhouet, aumônier général des prisons, donnera une conférence “Derrière les barreaux, des hommes, des femmes – et des croyants”.
Participation des aumôniers et des personnes intervenant à la prison pour animer les assemblées dominicales. 
Ouvert à tous : venez nombreux !