NLH #NLQ #Points non négociables PNN

L’idéologie transgenre imposée par Obama dans les prisons n’a plus cours aux USA

Le procureur général Jeff Sessions met fin à une des dernières décisions prises par le président Barack Obama, à savoir celle d’imposer l’idéologie transgenre dans les prisons fédérales. En janvier 2017, ce dernier avait effectivement ordonné aux autorités pénitentiaires d’autoriser les hommes à emménager dans les prisons pour femmes si les hommes revendiquaient une « identité de genre » féminine.

La politique révisée par Jeff Sessions stipule que les fonctionnaires « utiliseront le sexe biologique comme première détermination » lorsqu’ils affecteront des personnes à des prisons pour hommes ou pour femmes, selon le document politique publié le 11 mai par Buzzfeed.

Lire la suite sur réinformation.tv

Conférences/Formations #NLH #NLQ

Les Rendez-vous du Lac saison 2018 – conférences, projections… aux Bagnoles-de-L’Orne (61) du 17 mai au 11 octobre 2018

Proposés depuis de nombreuses années à Bagnoles de l’Orne par la paroisse du lieu et les soeurs de St François d’Assise pour les curistes, paroissiens et tous ceux qui le désirent, ces rendez-vous alternent projections vidéos, conférences, débats ou témoignages le jeudi après-midi à la belle saison. Téléchargez le tract recto et verso pour découvrir les thèmes abordés cette année.

Europe non francophone #NLQ

Bruxelles – Des Bibles derrière les barreaux

A dater de ce jour, Mercredi des cendres, l’Église de Bruxelles collecte des Bibles en toutes langues, pour les prisons bruxelloises.

On constate en effet qu’en prison, des détenus demandent à disposer d’une Bible pour connaître davantage Jésus. Dans le cadre du cheminement proposé par l’aumônier catholique, tant la prière que la lecture de la Bible sont centrales. Les aumôniers des prisons de Bruxelles continuent à chercher des moyens créatifs pour atteindre les personnes derrière les barreaux dans leur langue maternelle, à travers la Bible. Ceci reste un défi éminemment pastoral, car il est compliqué de trouver ou d’acheter suffisamment de Bibles, en différentes langues.

Boîte à Bible

Le Vicariat de Bruxelles veut soutenir le service des aumôneries par une action de récolte de Bibles. Les croyants sont invités à offrir une ou plusieurs Bibles (Nouveau Testament ou/et Ancien Testament, Psaumes), en autant de langues que possible.

Vous pouvez déposer votre Bible dans la « Boîte à Bible » prévue à cet effet dans les églises et autres lieux participants. Vous pouvez aussi les déposer ou les envoyer à l’attention d’Hellen Mardaga, au Centre pastoral, 14 rue de la Linière à 1060 Bruxelles.

Le point culminant de cette action se situera pendant la Semaine Sainte, mais la récolte s’étend du Mercredi des cendres (14 février) à la Pentecôte (20 mai).

Au nom de l’Eglise à Bruxelles, des aumôniers et des personnes détenues, je vous remercie.

Source Belgicatho

Conférences/Formations #NLQ

Sortir de prison : un défi ! Changer notre regard sur la prison – conférence à Evreux le 20 octobre

L’association ETINCELLE, dans la suite de l’année de la Miséricorde, organise à l’Espace Nétreville à Evreux une conférence débat donnée par Monsieur Alain CUGNO le 20 octobre à 20h30.

philosophe et rédacteur en chef de la revue de la FARAPEJ (Fédération des Associations “Réfléxion ; Action ; Prison et Justice”). Cette association française, créée le 6 avril 1991, a pour but de fédérer des associations souhaitant contribuer à l’amélioration du fonctionnement de la justice et de la police et agir pour limiter les effets destructurants de la prison.
Pour télécharger le tract

Présentation de l’Association ETINCELLE

L’association ETINCELLE a été fondée à l’initiative de deux anciens aumôniers de prison :Sœur Yannique Fréhart et Père Jean-François Berjonneau.
Par la création de cette association, ils ont voulu apporter leur contribution à une situation souvent dramatique : la sortie de prison.
L’un et l’autre, sur un laps de temps qui couvre plusieurs dizaines d’années, ont été témoins de ces « sorties » où des personnes qui avaient purgé leur peine sortaient de prison sans relations, sans logement, sans emploi et se retrouvaient à la rue, dans un dénuement complet. Cette situation est souvent un tremplin pour la récidive !

En lien avec le Service pénitentiaire d’insertion et de probation, cette association a pour but d’accompagner et de soutenir ces personnes souvent jeunes dans leur projet de retrouver une juste place dans la société.

Elle s’est aussi fixé l’objectif d’informer et de sensibiliser l’opinion publique sur les exigences de la réinsertion et sur le changement de regard sur la prison que cela implique  pour prévenir les risques de récidive.

En Afrique

MALAWI : La prison, de piège mortel à lieu d’espérance

   « La prison de Zomba, un piège mortel » titrait le Sunday Times du 4 décembre 2016. « Depuis des années, cette prison fait partie de l’histoire du Malawi. Construite en 1937, en ce qui était une sorte de camp de réfugiés, elle devait pouvoir accueillir au plus 800 détenus. Aujourd’hui, avec 2.400 présences, elle représente la prison de la mort » écrite depuis le Malawi à l’Agence Fides le Père Piergiorgio Gamba, missionnaire montfortain. « Cette prison est un peu le résumé de la trentaine de prisons environ, petites et grandes, se trouvant dans le pays et dans lesquelles sont enfermés quelques 15.000 détenus » explique le missionnaire qui rappelle que, « en 2014, l’Inspection des Prisons a envoyé un rapport au Parlement dans lequel sont dénoncées de terribles conditions sanitaires, de la nourriture immangeable, le surpeuplement, des abus sur la personne des détenus, le manque de ventilation des cellules, le fait que des personnes soient détenues plus de 48 heures après leur arrestation sans aucune preuve, la corruption du personnel carcéral et l’insuffisance des programmes de réhabilitation et d’apprentissage ».

 C’est justement en rapport avec l’apprentissage qu’est née « l’expérience de la Maison à mi-chemin, visant à transformer les prisons en de véritables centres de réforme pour ceux qui se trouvent derrière les barreaux et de ceux qui vivent au dehors ». Parmi les initiatives lancées, « grâce au soutien de Patrizia Lavaselli et du Groupe de San Marin, se trouve l’école maternelle de la prison de Zomba, qui est devenue une école de couture autofinancée et de promotion professionnelle, dont les examens sont reconnus par le Ministère du travail » explique le Père Gamba. « La section féminine est un coin de sérénité et le début d’un chemin de réhabilitation des femmes et des mères se trouvant derrière les barreaux » souligne le Père Gamba, parce que « des gardes de prison et des détenues vivent de manière nouvelle les années de coexistence au sein de la prison. La prison, piège mortel, peut devenir une grande expérience de vie » conclut le missionnaire.

Source : Fides.org