A la une #Afrique non francophone #NLQ

Centrafrique – Les évêques médiateurs au péril de leur vie face aux rebelles

Le Cardinal Dieudonné Nzapalainga, Archevêque de Bangui, se trouve à la tête de la mission de médiation qui a convaincu quelques centaines de rebelles à quitter Bangassou, ville du sud-est de la République centrafricaine, où ont eu lieu les épisodes de violence les plus dramatiques et les plus sanglants de ces dernières semaines.

Quelques centaines de rebelles appartenant aux antibalakas ont accepté de quitter la ville où 1.000 personnes avaient été contraintes à se réfugier dans la mosquée, 1.500 autres dans l’église et 500 à l’hôpital. De surcroît, 3.000 habitants de la ville ont cherché refuge en République démocratique du Congo.

Dimanche 14 mai, Mgr Juan Jose Aguirre Muños, (notre photo) évêque de Bangassou, a risqué sa vie pour défendre les 1.000 musulmans s’étant réfugiés dans la mosquée de la ville. Des miliciens, qui assiégeaient le lieu de culte islamique, avaient ouvert le feu, tuant une personne qui se trouvait aux côtés de l’évêque qui n’a pas été blessé.

La MINUSCA – Mission de l’ONU en Centrafrique – a affirmé que les opérations d’évacuation des fidèles réfugiés dans la mosquée sont en cours.

 

Source Agence Fides

Afrique non francophone #NLH #NLQ

L’évêque de Yei souhaite proposer sa médiation aux rebelles du Soudan du Sud

Décidément, que ce soit en Amérique du Sud ou en Afrique, l’Eglise joue presque quotidiennement son rôle de médiatrice pour la paix. C’est au tour de l’évêque de Yei de solliciter l’aide du gouvernement du Soudan du Sud pour lui faciliter une rencontre avec les rebelles.

« J’ai besoin de l’autorisation pour éviter d’inutiles soupçons aux différents barrages que je devrai passer » a déclaré Mgr Erkolano Lodu Tombe, évêque de Yei, au Soudan du Sud, au micro de Radio Easter, en expliquant qu’il a demandé au gouvernement l’autorisation de pouvoir se rendre dans les zones contrôlées par les rebelles afin de rechercher une médiation dans le cadre de la guerre civile.

« L’Eglise n’espionne pour le compte d’aucune des parties en cause et son intérêt dans le fait de chercher à rencontrer les rebelles consiste dans l’obtention de la fin des combats » a souligné l’évêque.


L’administration locale a déjà approuvé la demande de Mgr Lodu Tombe, mais le Ministre de l’Information de l’Etat de Yei, Stephen Lado Onesimo, a quant à lui déclaré que les autorités de l’Etat attendent actuellement la réponse et l’autorisation provenant du gouvernement national de Juba. A Yei, ville d’Equatoria, au Soudan du Sud, une vague d’homicides et de massacres attribués à des groupes armés mixtes civilo-militaires a frappé de présumés partisans de l’ancien Vice-président, Riek Machar. Les massacres ont été dénoncés à plusieurs reprises par Mgr Lodu Tombe

 

Source