Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Pourquoi être catholique aujourd’hui ? Colloque le 30 mars 2019 à Boulogne-Billancourt (92)

Colloque avec Denis Moreau et Guillaume Cuchet, animé par Natalia Trouiller.

Pas facile d’être catholique dans un monde qui a cessé d’être chrétien… tout le sujet est là.

Notre monde a perdu ses repères chrétiens progressivement, et l’analyse du recul du catholicisme en France depuis les années 60 qu’en fait Guillaume Cuchet est implacable…
Une « rupture religieuse » qui pour lui est
 un des faits les plus marquants et pourtant les moins expliqués de notre histoire contemporaine. 

Le croyant catholique n’en ressort pas indemne !
Autrefois bien situé dans la société, il est maintenant pour Denis Moreau parfois objet d’un étonnement qui évoque celui des Parisiens du XVIIIe siècle face au Persan de Montesquieu :  » Ah ! ah ! monsieur est catholique ? C’est une chose bien extraordinaire ! Comment peut-on être catholique ?  »
Nombre de nos contemporains ne comprennent plus 
comment ni pourquoi on peut (encore) adhérer à une telle vision du monde… quand ils n’affirment pas qu’elle est dénuée de sens.
Espèce en voie de disparition, ou de mutation génétique faisant de lui un inadapté à ce monde ? 

Le philosophe catholique fait le choix de s’expliquer sur sa foi en se plaçant sur le terrain de l’argumentation rationnelle.
Cela n’exclut ni la profondeur spirituelle, ni le témoignage, ni l’humour.
 Il ne convertira personne au catholicisme, ce n’est d’ailleurs pas son but.
Mais à ceux qui ne croient pas, il suggérera qu’un catholique n’est pas nécessairement un imbécile.
À ceux qui croient déjà, il fournira quelques arguments susceptibles d’affermir leur foi.
À tous, il expliquera que lorsque se pose la seule question qui vaille vraiment – » comment tenter de réussir sa vie ? « – le catholicisme constitue une des bonnes réponses envisageables. Et même un 
choix de raison. 

Plus d’informations et inscriptions

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Rendons grâce pour le miracle de la Marne, le 8 septembre 1914

« C’était la Sainte Vierge qui nous clouait sur place »

La bataille de la Marne (France) a lieu du 5 au 12 septembre 1914. Durant l’été, les troupes alliées sont en pleine retraite. Rien ne semble pouvoir contenir la puissance de l’offensive allemande. Quel facteur pourrait sauver le pays d’un désastre imminent ? Le 2 septembre, on prépare une contre-attaque commune généralisée à hauteur de la Marne. Le 5 septembre, les Alliés engagent le combat.

Les livres d’histoire parlent de « Miracle de la Marne », décrivant un effort surhumain d’une armée épuisée. C’est incontestable. Mais cette vision dite « rationnelle » n’a rien d’incompatible avec une intervention divine, qui donne un tout autre sens à l’expression « Miracle de la Marne ». Parmi les nombreux témoignages de la présence de la Sainte Vierge lors de cette bataille, voici celui de madame Tripet-Nizery, infirmière de 1914 à 1916. Un officier allemand, prisonnier, lui avoue : « Vous avez été étonnés de notre recul si subit quand nous sommes arrivés aux portes de Paris. Nous n’avons pas pu aller plus loin, une Vierge se tenait devant nous. Nous ne savions pas si c’était une de vos saintes nationales, Geneviève ou Jeanne d’Arc. Après, nous avons compris que c’était la Sainte Vierge qui nous clouait sur place. »

Pour en savoir plus sur l’histoire du miracle de la bataille de la Marne

Je vous salue, Marie pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
Amen.