A la une #Culture #Doctrine / Formation #NLH

100 ans de la révolution russe – Les chrétiens dans le viseur des bolchéviques

Il y a 100 ans, le 7 novembre 1917, en Russie, la prise du Palais d’Hiver et le renversement du gouvernement provisoire mis en place après la chute du tsarisme, consacraient la victoire de la révolution bolchévique. La première république soviétique socialiste, qui fut ensuite péniblement instaurée, démontra très rapidement une haine anti-religieuse implacable, surtout à l’égard de l’Église orthodoxe, perçue comme une des principales alliées du pouvoir tsariste honni, et donc comme un ennemi à abattre.

Une terrible répression se mit alors en place. Le pouvoir communiste n’aura de cesse de vouloir « purger » la nation russe d’une foi pourtant constitutive de son identité. Il se jura d’éradiquer la religion en Russie, et lui voua, pour cela, une guerre sans merci. Les biens du clergé furent d’abord saisis, les églises furent ensuite démolies, les monastères brûlés, les icônes et les reliques détruites, tandis qu’une active propagande s’attachait à extirper le moindre sentiment religieux et de lui substituer l’athéisme prôné par le marxisme-léninisme.

Dans le collimateur de cette persécution féroce et soigneusement planifiée : les simples croyants, et surtout les évêques, prêtres, et religieux qui furent arrêtés et déportés, quand ils ne furent pas exécutés. Ce long et douloureux calvaire des chrétiens russes, orthodoxes et catholiques, demeura longtemps inconnu.

Radio Vatican propose l’éclairage de Bernard Lecomte, journaliste et écrivain, auteur d’un récent ouvrage publié aux éditions First, L’Histoire du communisme pour les nuls. Il est interrogé par Manuella Affejee :

 

A la une #NLH #NLQ #Russie/Orthodoxie

Pour le patriarche de Moscou, il faut tirer les leçon de la révolution russe

Prenant la parole lors de la session du conseil suprême de l’Église orthodoxe russe,  Kirill, le patriarche de Moscou a ainsi évoqué le centenaire de la double révolution qui emporte l’empire des tsars et déboucha sur la création de l’Union soviétique.

« Il ne s’agit pas de fêter le centenaire de la tragédie mais de commémorer cette date consciemment, en l’accompagnant de réflexions profondes et de prières sincères, de manière à ce que les erreurs accomplies il y a un siècle enseignent à nos peuples, dans la phase actuelle de leur développement, à ne plus permettre de telles erreurs ».

A déclaré le patriarche de Moscou, selon l’Osservatore Romano.

« Cette année, nous devons promouvoir des prières spécifiques pour nos peuples, pour le pays qui était précédemment un seul État et qui est constitué maintenant de nations souveraines mais unies entre elles par des liens historiques, spirituels et culturels très étroits ». Il faut donc, selon le chef de l’Église russe, que cette année 2017 soit consacrée à des « réflexions sur ce qui s’est arrivé à notre peuple, sur ce que signifient tous ces bouleversements, quel est leur sens et quelles sont les conclusions que l’on peut tirer de l’histoire tragique du vingtième siècle ».

Kirill est également revenu lors de cette réunion sur l’année 2016. Il a parlé de la situation en Syrie, reconnaissant que « malgré les souffrances et les complications, certains changements ont eu lieu et ont donné des solutions à cette crise, sauvant peut-être le genre humain tout entier de développements politiques très dangereux ». Concernant l’Ukraine, le patriarche, renouvelant son souhait d’une solution au conflit, a rappelé que « l’Église a un seul rôle et un seul objectif, celui de servir, même par la prière, la réconciliation du peuple ukrainien ».

Source Radio Vatican XS