NLQ

Un site de référence sur le droit canonique

Un nouveau site de droit canonique avec les trois codes :

CIC 17 abrogé mais avec une version française
CIC 83 pour les latins
CCEO pour les orientaux
Mais aussi les sources du droit de l’Église : documents magisteriels et jurisprudentiels.

Une réalisation de qualité de la faculté de Droit canonique de Paris.

C’est en fait le seul endroit où l’on trouve la législation canonique à jour… Les réformes si fréquentes ont frappé l’obsolescence toutes les versions papier même l’excellente version faites par l’université de Navarre de mai 2016. Quant au site du Vatican il est hors course depuis au moins 10 ans.

NLQ #Rome

Visite du pape François au Conseil œcuménique des Églises (COE)

Invité à s’exprimer devant les membres du Conseil œcuménique des églises (COE) dans le cadre du soixante-dixième anniversaire de cette insititution, le pape François a notamment exhorté à « marcher sous la conduite de l’Esprit saint ». Le pape a ainsi donné une méditation sur un œcuménisme qui ne doit pas être guidé par des logiques de mondanité. InfoCatho reviendra sur ce discours prononcé par le souverain pontife.

Dans le Monde #Europe non francophone #NLQ

Quand Rome relaye l’inauguration d’un centre diocésain pour la vie

La nouvelle a été relayée par L’Osservatore Romano : un « centre diocésain pour la vie », qui constitue ainsi « le premier du pays, a été inauguré à Édimbourg, en Écosse, à l’initiative de l’archevêque de Saint Andrews et d’Édimbourg, Mgr Leo William Cushley ». Elle démontre l’attention des médias du Saint-Siège sur ces initiatives diocésaines pour la vie et surtout pour ce combat.

Ce centre aura donc des tâches multiples comme la coordination de la campagne contre l’avortement et pour la vie, l’accueil de femmes en situation de détresse, etc.

Cette campagne, que le centre doit animer, doit « créer un consensus démocratique avant le changement législatif ». Bref, il s’agit de contribuer à la diffusion d’une culture de la vie. Une tâche de longue haleine, où la question de l’opinion publique est posée. En tout cas, la démarche relayée par Rome pourrait peut-être inspirer d’autres diocèses. Car dans cette situation, tout compte. Et les soutiens en haut-lieu sont toujours bons à prendre.

Source Agence Zenith

Doctrine / Formation #NLQ

Un site de référence sur le droit canonique

Un nouveau site de droit canonique avec les trois codes :

CIC 17 abrogé mais avec une version française
CIC 83 pour les latins
CCEO pour les orientaux
Mais aussi les sources du droit de l’Église : documents magisteriels et jurisprudentiels.

Une réalisation de qualité de la faculté de Droit canonique de Paris.

C’est en fait le seul endroit où l’on trouve la législation canonique à jour… Les réformes si fréquentes ont frappé l’obsolescence toutes les versions papier même l’excellente version faites par l’université de Navarre de mai 2016. Quant au site du Vatican il est hors course depuis au moins 10 ans.

A la une #En France #NLQ

Retour sur la nomination du Père Matthieu Rougé au diocèse de Nanterre

Il doit succéder à Mgr Michel Aupetit, qui avait été nommé à Paris. Cette fois-ci, le parisien Matthieu Rougé arrive dans le diocèse qui était celui de son archevêque il y a encore peu de temps. Au-delà de ce chassé-croisé entre deux diocèses proches, une telle nomination est emblématique de cette nouvelle génération d’évêques qui s’installe dans les différents diocèses de France. À plus d’un égard, cette nomination est un signe.

De façon évidente, elle marqué la fructuosité de la génération “lustigérienne”. Formée dans le diocèse de Paris, elle tend à donner des “cadres” à l’Église de France. Les curés sont devenus évêques et deviendront, probablement, un jour, cardinaux. Ordonné en 1994, le Père Rougé avait été un proche collaborateur du cardinal Lustiger, dont il fut secrétaire particulier. Il a ensuite été un curé parisien, notamment à la paroisse Saint-Ferdinand-des-Ternes du 17ème arrondissement de Paris.

Mais le Père Rougé correspond aussi à un profil plus “engagé”, qui assume les choix catholiques dans l’espace public, tout en étant un homme de dialogue. De 2004 à 2012, il a été en charge du service pastoral d’études politiques (le fameux “SPEP”), dont l’une des particularités est d’organiser la messe annuelle des parlementaires. C’est donc un profil qui connaît le monde politique – le Père Rougé est probablement l’un des prêtres les plus introduits dans ce milieu. Il n’est pas innocent que Rome ait fait le choix d’un fin “connaisseur” des arcanes du pouvoir. Comme pour la nomination de Mgr Michel Aupetit, le pape François a voulu d’un profil capable de parler au monde politique.

Enfin, le parcours théologique du Père Rougé témoigne aussi d’un profil qui sait s’adresser au monde des idées et de la culture. Il a été enseignant et auteur de plusieurs ouvrages. Il enseigne à Paris depuis 1998, notamment dans les établissements “lustigériens” que sont l’École cathédrale, puis le Collège des Bernardins. Sa culture théologique fait qu’il peut parler à un public “demandeur” dans ces questions, qu’il soit catholique ou non.

Le Père Rougé n’est pas inconnu dans les différents milieux catholiques : prêtre diocésain, il a aussi été croisé sur les routes de Chartres. Il peut donc parler aux catholiques des différentes sensibilités liturgiques. Célébrant la forme ordinaire du rite romain, il connaît bien la forme extraordinaire. De même, il ne fuit pas les questions qui touchent à la vie.

Petite anecdote : le Père Rougé est né en 1966, l’année même où fut institué le diocèse de Nanterre. Il va désormais présider à ses destinées.

 

 

A la une #NLH #NLQ #Rome

Le pape écarte le document allemand permettant aux protestants de communier

C’est un tournant majeur dans la polémique qui opposait entre eux les évêques allemands sur l’accès à la communion eucharistique de conjoints protestants de couples mixtes. Cette polémique avait même soulevé un problème concernant l’attitude du pape François. Dans une lettre de la Congrégation pour la doctrine de la foi datée du 25 mai 2018 et approuvée par le pape François, le cardinal Ladaria indique clairement que « le Saint-Père est donc parvenu à la conclusion que ce document n’est pas mûr pour être publié ». Dans l’un des motifs invoqués par le cardinal Ladaria, on retrouve le fait que « la question de l’admission à la communion de chrétiens évangéliques dans des mariages interconfessionnels est un thème qui touche à la foi de l’Église et qui concerne l’Église universelle ». Il est donc bien question de foi et de doctrine. C’est donc un sujet qui ne pouvait donc être du seul ressort d’une conférence épiscopale car il dépasse ses pouvoirs.

La lettre est datée du 25 mai 2018. Elle est adressée au cardinal Marx, archevêque de Munich et président de la conférence épiscopale allemande. Comme l’écrit Sandro Magister, « le jour précédent, le 24 mai, François avait reçu Ladaria pour s’accorder avec lui sur la version définitive. » Avec l’approbation du pape François, on peut dire que la polémique, qui avait duré plusieurs semaines, a été tranchée par Rome. Plusieurs évêques allemands, parmi lesquels le cardinal Woelki, l’actuel archevêque de Cologne, qui avaient d’aileurs fait appel à Rome, ont contesté ce document. Cette lettre du cardinal Ladaria pourrait être lue comme une réponse aux dubia des évêques allemands. Si le débat continuera, on peut raisonnablement estimer que l’attitude du pape sera déterminante.

Voici la lettre intégrale du cardinal Ladaria, publiée par Sandro Magister :

Congrégation pour la Doctrine de la Foi
Prot. N. 212/2018 – 64727

Cité du Vatican
Palais du Saint-Office

Le 25 mai 2018

À son Éminence révérendissime
Monsieur le Cardinal Reinhard Marx
Archevêque de Munich et de Freising
Président de la Conférence Épiscopale Allemande
Kardinal-Faulhaber Stre. 77
D-80333 Munich
Bundesrepublik Deutschland

 

Éminence et cher Président,

 

Au terme de notre entretien fraternel du 3 mai 2018 sur le document « Mit Christus gehen… » [« Cheminer avec le Christ. Sur le chemin de l’unité. Mariages interconfessionnels et participation commune à l’eucharistie. Un guide pastoral de la Conférence épiscopale allemande »] nous avions convenu ensemble que j’aurais informé le Saint-Père de notre rencontre.

 

Au cours de l’audience du 18 mai 2018, j’avais déjà parlé avec le Pape François de notre rencontre et je lui avais remis une synthèse de l’entretien. Le 24 mai 2018, j’ai à nouveau discuté de cette question avec le Saint-Père. A la suite de ces rencontres, je voudrais les points suivants à votre connaissance, avec l’accord explicite du Pape.

 

1. Les nombreux efforts œcuméniques de la Conférence épiscopale allemande et en particulier l’intense collaboration avec le conseil de l’Église évangélique d’Allemagne méritent d’être reconnus et appréciés. La commémoration commune de la Réforme de 2018 a montré qu’au cours des années et décennies, on a trouvé une base susceptible de témoigner ensemble de Jésus Christ, le sauveur de tous les hommes, et de travailler ensemble de façon constructive et décisive dans de nombreux domaines de la vie publique. Tout cela nous encourage à aller de l’avant avec confiance sur le chemin d’une unité toujours plus profonde.

 

2. Notre entretien du 3 mai 2018 a montré que le texte du guide soulève une série de problèmes de grande importance. Le Saint-Père est donc parvenu à la conclusion que ce document n’est pas mûr pour être publié. Les raisons essentielles de cette décision peuvent être résumées comme suit :

 

a. La question de l’admission à la communion de chrétiens évangéliques dans des mariages interconfessionnels est un thème qui touche à la foi de l’Église et qui concerne l’Église universelle.

 

b. Une telle question a des impacts sur les rapports œcuméniques avec d’autres Églises et d’autres communautés ecclésiales qu’il convient de ne pas sous-estimer.

 

c. Cette thématique concerne le droit de l’Église, principalement l’interprétation du canon 844 CIC. Étant donné que dans certains secteurs de l’Église, il y a des questions ouvertes sur ce sujet, les dicastères compétentes du Saint-Siège ont déjà été chargés de fournir une clarification convenable sur ces questions au niveau de l’Église universelle. Il semble en particulier opportun de laisser l’évêque diocésain juger de l’existence d’une « grave nécessité ».

 

3. Il est très important pour le Saint-Père que l’esprit de collégialité épiscopale reste vivant au sein de la Conférence épiscopale allemande. Comme le Concile Vatican II l’a souligné, « les Conférences épiscopales peuvent, aujourd’hui, contribuer de façons multiples et fécondes à ce que le sentiment collégial se réalise concrètement. » (Constitution dogmatique « Lumen gentium », n°23).

 

Ayant porté cela à votre connaissance, je vous adresse mes salutations fraternelles et mes meilleurs vœux de bénédiction.

Vôtre dans le Seigneur,

Luis F. Ladaria, S.I.
Évêque titulaire de Thibica
Préfet

Copie à :

Son Éminence révérendissime
Monsieur le Cardinal Rainer Maria Woelki
Archevêque de Cologne

Son Éminence révérendissime
Felix Genns
Évêque de Münster

Son Éminence révérendissime
Karl-Heinz Wieseman
Évêque de Spire

Son Éminence révérendissime
Rudolf Voderholzer
Évêque de Ratisbonne

Son Éminence révérendissime
Gerhard Feige
Évêque de Magdebourg

 

Source Diakonos.be

Dans le Monde #Europe non francophone #NLH #NLQ

Macédoine : création d’une nouvelle éparchie de rite byzantin

Le 31 mai 2018, le Saint-Siège a érigé l’exarchat apostolique de Macédoine en éparchie. Désormais, l’éparchie de l’Assomption de la bienheureuse Vierge Marie de Stroumitsa-Skopje sera la structure épiscopale dédiée aux gréco-catholiques de Macédoine. On notera que son titulaire est en même temps l’évêque latin de Skopje. Pour rappel, l’exarchat apostolique de Macédoine avait été institué le 11 janvier 2001. Il répondait à la nouvelle situation issue du démembrement de l’ancienne Yougoslavie qui eut lieu au cours des années 1990. L’éparchie de Križevci, située en Croatie, était trop éloignée pour pourvoir aux besoins des fidèles gréco-catholiques d’un autre pays. Dans la création de cette nouvelle éparchie, on peut aussi voir un geste d’attention du pape François à l’égard des catholiques orientaux, démentant cette fausse idée selon  laquelle le gréco-catholicisme n’aurait plus aucune raison d’être.

Le titulaire de cette circonscription ecclésiastique est Mgr Kiro Stojanov, lequel aura donc cette particularité d’être simultanément le pasteur d’un évêché et celui d’une éparchie, ce qui est unique dans l’Église catholique.

Source catholic-hierarchy.org

A la une #Doctrine / Formation #NLH

L’ordination sacerdotale réservée aux hommes : une mise au point de la Congrégation pour la doctrine de la foi

Publiée dans l’Osservatore Romano, une tribune de l’actuel préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Luis Ladaria Ferrer, a voulu rappeler « le caractère définitif de la doctrine de Ordinatio sacerdotalis ». Pour le préfet de cette congérgation romaine, l’Église « ne possède pas la faculté de conférer aux femmes l’ordination sacerdotale ». En effet, c’est une « décision du Seigneur ».

Il entend aussi rappeler que cette décision du Seigneur ne signifie nullement une subordination des femmes aux hommes. Il s’agit bien d’une décision du Christ :

Le Christ a voulu conférer ce sacrement aux douze apôtres, tous des hommes qui, à leur tour, l’ont communiqué à d’autres hommes. L’Église s’est reconnue toujours liée à cette décision du Seigneur, qui exclut que le sacerdoce ministériel puisse être validement conféré aux femmes

Le cardinal cite également la lettre apostolique Ordinatio sacerdotalis (22 mai 1994) de Jean-Paul II pour clairement rappeler qu’il  s’agit « d’une vérité qui appartient au dépôt de la foi ».

Source Agence Zenith

A la une #Asie #Dans le Monde #NLQ

Chine : une curieuse vision de la répression contre des chrétiens

Alors que la répression s’intensifie dans la province du Henan, un site réputé proche du Vatican, Vatican Insider, publie un article de Gianni Valente. Ce dernier récuse le fait que l’Église catholique serait dans le collimateur du pouvoir et que l’ampleur de la répression dépasserait la simple province du Henan pour s’étendre à toute la République populaire de Chine. Cette analyse a été rapportée par Sandro Magister, dans un article relayé par le site Diakonos.be.

Cette répression aurait pour objet de contrer la prolifération des « Églises domestiques » protestantes et de sectes à caractère apocalyptique soutenues, dit-on, « par la droite religieuse des Etats-Unis dans le but de subvertir le régime chinois ». Quant à la répression touchant les communautés catholiques, elle ne serait qu’« un effet collatéral de ce tour de vis généralisé et justifié . » Mieux – ou, hélas, pire – : « la religion catholique serait une barrière efficace contre ces sectes subversives qui se répandent. Et un accord entre le Vatican et Pékin serait également bénéfique aux intérêts du régime chinois ».

Cette analyse laisse songeur. Elle a suscité la vive réaction d’un autre spécialiste des questions religieuses, Massimo Introvigne, dont l’analyse a été relayée par le même article de Sandro Magister. Cet universitaire italien met en cause la théorie du complot de cet article qui escamote – ou justifie, ce qui est pire – la répression par les autorités chinoises. La rhétorique complotiste est ainsi utilisée par Gianni Valente.

Or il faut bien souligner que le tour de vis touche toujours les communautés catholiques, qui restent surveillées, notamment dans les lieux où les catholiques sont isolés et peu nombreux (c’est, par exemple, le cas dans la province du Xinjiang). La répression ne cesse pas contre les catholiques, même quand elle est feutrée.

Enfin, une question, essentielle aux yeux des observateurs lucides, est posée : n’y a-t-il pas une atteinte à ce droit à l’immunité de contrainte (la liberté religieuse, pour faire simple) pourtant défendu par la déclaration Dignitatis Humanae de Vatican II ? Et surtout, quel peut être l’intérêt de la part de personnes ayant l’oreille de Rome de pointer du doigt les communautés évangéliques ? Peut-on affirmer que toute la répression n’est due qu’à l’ingérence de communautés américaine ? Pourtant, cette répression repose sur des raisons propres : la volonté de contrôler à tout prix le phénomène religieux sans lâcher l’ombre d’un pouce.

 

 

A la une #NLQ

L’édito – Les grands discours du pape et l’action du Vatican en mai 2018

 

En ce mois de Marie, le Vatican et le pape François se sont engagés sur divers terrains, du politique au spirituel, en passant par la vie quotidienne de la Curie.

Parmi les grands discours ou homélie du pape François (ou de ses proches), la défense de la vie a tenu une place prépondérante.

Le pape reçoit One Of Us – “Que toute vie soit respectée”

Le président de l’Institut Jean-Paul II prend la défense d’Humanae vitae

Le Pape invite la jeunesse de Sicile à s’élever contre la mafia

Le texte de base du prochain synode sur les jeunes a été approuvé

Messe à Sainte-Marthe : “la lumière du diable s’évanouit, celle du Seigneur est permanente”

Le plaidoyer du Pape François contre l’esclavage moderne

La défense de la famille constitue la “limite“ de l’obéissance à l’Etat – Pape François

Le pape prêche sur la protection de la vie de sa conception à sa fin naturelle

Prière, pauvreté et patience : les 3 piliers de la vie consacrée selon le Pape

Saint Joseph, un modèle pour les journalistes

La Pape rappelle la responsabilité éthique de la science

Pape François : “Le Ciel, c’est la rencontre avec Dieu”

Prêtre pour toute la vie ? Les conseils du pape pour cet engagement « plus difficile » aujourd’hui

 

Mais la grande annonce de ce mois de mai fut celle de la création des nouveaux cardinaux, suivie par le décret pour la cause de plusieurs vénérables et bienheureux, alors qu’est sortie récemment l’exhortation apostolique sur la sainteté.

Le pape François crée 14 nouveaux cardinaux dont 11 électeurs

Mgr Krajewski sera créé cardinal “pour les pauvres”

Le procès de canonisation du pape Pie IX progresse

Pape François : “la sainteté n’est pas le privilège de quelques-uns, mais la vocation de tous”

L’Église a douze nouveaux Vénérables Serviteurs et Servantes de Dieu

Une curieuse absence dans “Gaudete et exultate”

 

 

Si Gaudete et exultate a suscité bien des engouements mais aussi des contestations, ce ne fut pas la seule occasion de tension au Vatican, comme nous avons malheureusement pu le souligner.

 

Des chevaliers de l’Ordre de Malte demandent la démission du Grand chancelier Albrecht von Boeselager

L’intercommunion ou l’indépendance doctrinale des conférences épiscopales suscite de nouveaux “dubia”

Le pape François met des conditions à sa démission

Le C9, le groupe de cardinaux chargé de réfléchir à la réforme de la Curie, s’effrite. Trois cardinaux quittent le groupe.

Cinq ans de pontificat – Point de vue de Christophe Geffroy

 

Enfin, sur la scène internationale, le Saint-Siège est intervenu dans divers domaines, révélateurs des enjeux actuels.

Le Vatican publie une analyse et des préconisations sur le système économique et financier actuel

Le Saint-Siège alerte contre le côté obscur du numérique

Avant le synode sur l’Amazonie, le Saint-Siège intensifie sa diplomatie écologique

Le Pape rappelle au primat de l’Eglise orthodoxe de Tchéquie et de Slovaquie l’urgence de l’unité des chrétiens

Vatican – Document prévu contre la ‘théorie du genre’

Le sens de la présence du Saint-Siège à l’UNESCO : défendre la vérité et la liberté de la presse

Nullité de mariages : une instruction pour une meilleure formation du personnel

Le conseil des cardinaux (C9) planche sur une ébauche de la nouvelle constitution pour la curie romaine

 

Et pour finir, petite anecdote sur la croisette :

 

Le pape François à l’affiche d’un documentaire au Festival de Cannes