A la une #Articles #Culture #Doctrine / Formation #NLH #NLQ

Saint Jean Chrysostome – Jésus fait préparer le repas de la Pâque

Saint Jean Chrysostome (+ 407) :
Homélie 81 sur l’évangile de saint Matthieu : série de 90 homélies prononcées à Antioche sur Oronte (Syrie) vers 390 , alors qu’il était encore prêtre.

1. L’Evangéliste appelle « le premier jour des azymes », celui qui précédait cette fête. Car les Juifs avaient coutume de compter les jours à partir du soir. C’est ainsi que l’Evangile commence à compter celui-ci dès le soir précédent, auquel on devait immoler la Pâque.

Les disciples viennent donc trouver Jésus-Christ le cinquième jour de la semaine, que l’un des évangélistes appelle le premier avant les jours sans levain, marquant par là le jour auquel les disciples vinrent parler à Jésus-Christ, de ce qu’il tiendrait prêt pour faire la Pâque. Un autre évangéliste dit : « Le jour des  azymes était venu, auquel il fallait immoler la Pâque » (Luc. XXII, 1) ; nous faisant voir par ce terme, « était venu », que ce jour était proche, c’est-à-dire qu’on était au soir de la veille de ce jour. Et c’était alors que la fête commençait. C’est pourquoi tous les évangélistes ajoutent : « auquel il fallait immoler la Pâque ». Les disciples s’approchent donc de Jésus-Christ et lui disent : « Où voulez-vous que nous vous préparions à manger la Pâque » ?

Il paraît, par ces paroles, que Jésus n’avait aucune maison ni aucun lieu où il pût se retirer, et je crois même que ses disciples n’en avaient point, puisqu’apparemment s’ils en avaient eu, ils l’auraient prié d’y venir. Mais ils avaient tout quitté pour suivre Jésus-Christ leur maître. Mais pourquoi le Sauveur célébrait-il la Pâque ? Pour nous faire voir, jusqu’au dernier jour de sa vie, qu’il n’était point contraire à la Loi. Il les envoie chez un inconnu pour faire voir à ses disciples, par cette action d’autorité, qu’il lui eût été facile d’éviter tous les tourments qu’il allait souffrir. Car s’il avait assez de puissance pour persuader d’une parole à un homme qui ne le connaissait pas de le recevoir chez lui, que n’eût-il point fait à l’égard de ceux qui le crucifiaient, s’il n’eût désiré lui-même de souffrir la mort ?

Il use ici de la même conduite qu’il avait gardée à l’égard du maître de l’ânesse, dont il se servit pour son entrée à Jérusalem : « Si quelqu’un vous dit quelque chose, dites que le Maître en a besoin ». Et il fait dire ici : « Le Maître vous envoie dire : Je viens faire la Pâque chez vous avec mes disciples ». C’est pourquoi je vous avoue que j’admire cet homme, non-seulement parce qu’il fit cette action de charité à l’égard d’un inconnu, mais encore beaucoup plus parce qu’il voyait à quoi (24) cette charité l’exposait, et que, prévoyant qu’il allait être en butte à la haine et à une guerre sans trêve, il méprisa néanmoins ces suites si dangereuses pour obéir à la parole de Jésus-Christ.

Le Sauveur donne à ses disciples une marque pour connaître cet homme, et cette marque est presque la même que celle que Samuel donna autrefois à Saul : « Vous trouverez », lui dit-il, « un homme qui montera et qui aura un vase » (I Rois, XIX, 3) : Et Jésus-Christ dit ici que cet homme « porterait une cruche d’eau ».

Il faut encore remarquer combien Jésus-Christ fait paraître ici sa puissance. Il ne dit pas seulement : « Je fais la Pâque chez-vous » ; mais il ajoute ces autres paroles : « Mon temps est proche ». Il dit ce mot à dessein, parce qu’il voulait parler souvent de ses souffrances en présence de ses disciples, afin qu’ils méditassent longtemps à l’avance sur ce sujet, et que cette longue préméditation les empéchât d’en être troublés. Il voulait encore témoigner à tous ses disciples, et à cet homme même qui allait le recevoir chez lui, et généralement à tous les Juifs, que c’était volontairement qu’il s’offrait à la mort. Il dit qu’« il veut faire la Pâque avec ses disciples », afin qu’on préparât avec plus de soin tout ce qui était nécessaire, et que personne ne s’imaginât qu’il cherchait à se cacher.

« Le soir donc étant venu, il était à table avec ses douze disciples (20) ». Qui ne s’étonnera, mes frères, de l’impudence de Judas ? Il ose se mettre à table avec les autres ; il participe aux mêmes mystères. Et il ne rentre point en lui-même, quoique Jésus-Christ lui fasse un reproche secret, d’une manière si douce et si modérée, que tout autre que lui, qu’une brute même en eût été touchée. L’évangéliste marque à dessein que ce fut « lorsqu’ils étaient à table » que Jésus-Christ parla de celui qui allait le trahir, afin que le temps de la célébration de ces grands mystères, et la participation d’une même table, fissent voir avec plus d’horreur quelle était la malice de ce traître.

 

Illustration Cène, basilique St-Apollinaire le Neuf, à Ravenne (Ve siècle)

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Pèlerinage diocésain (Somme) à Notre Dame de Brebières (80) du 8 au 16 septembre 2018

La Basilique Notre-Dame de Brebières à Albert accueille le Pèlerinage diocésain
du 8 au 16 septembre 2018

« Marie, Mère du Bon Pasteur »

Programme du pèlerinage jour après jour

Samedi 8 septembre

« Tu lui donneras le nom de Jésus »

18h30 : Eucharistie d’ouverture de la Neuvaine
Entrée solennelle de la Statue de Notre-Dame de Brebières et de l’Icône de Jésus, Bon Pasteur

Dimanche 9 septembre

Journée de l’Hospitalité du Diocèse d’Amiens

10h00 : Préparation du Sacrement des malades
11h00 : Messe solennelle avec le Sacrement des malades
15h30 : Célébration mariale animée par l’Hospitalité

Lundi 10 septembre

« … Le Christ, notre Agneau Pascal … »

17h45 : Chapelet
18h30 : Messe

Mardi 11 septembre

Journée du Mouvement Chrétien des Retraités et des Retraités

9h30 – 10h15 : Confessions
10h30 : Messe solennelle
13h30 : Animations par le MCR
15h30 : Célébration mariale

Mercredi 12 septembre

« Jésus, fils de Marie, Sagesse éternelle de Dieu « 

17h45 : Chapelet
18h30 : Messe

Jeudi 13 septembre

Journée des prêtres jubilaires – Fête de saint-Jean Chrysostome, Docteur de l’Eglise

10h00 : Rencontre des prêtres avec Mgr Olivier Leborgne
11h00 : Eucharistie
14h30 : Chapelet
20h30 : Conférence  « Avec Saint-Jean Chrysostome,  » Comment vivre en chrétien dans un monde qui ne l’est pas »

Vendredi 14 septembre

 » La Croix Glorieuse « 

15h00 : Chemin de Croix
17h45 : Chapelet
18h30 : Messe

Samedi 15 septembre

 » Notre-Dame des Douleurs « 

10h30-11h30 : Confessions
18h30 : Eucharistie en l’honneur de Notre-Dame des Douleurs

Dimanche 16 septembre

Clôture de la Neuvaine en l’honneur de Marie, mère du Bon Pasteur

11h00 : Messe Solennelle de Clôture de la Neuvaine

(source)

Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Conférence et messe de l’Oeuvre d’Orient à Marseille (13) le 25 novembre

Mgr Pascal Gollnisch, directeur général de l’Œuvre d’Orient, est heureux de vous inviter à la messe annuelle de l’Œuvre d’Orient célébrée par Mgr Édouard Georges Daher, archevêque de Tripoli (Liban), selon le rite byzantin.


La divine Liturgie de Saint Jean Chrysostome sera célébrée à la Basilique du Sacré-Cœur de Marseille en présence Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille,
le samedi 25 novembre à 19h
.

A cette occasion, Mgr Pascal Gollnisch et Mgr Édouard Georges Daher donneront une conférence exceptionnelle à double voix :

« Dans la poudrière du Moyen-Orient, quelle place pour les chrétiens ? »

La conférence aura lieu à 17h15 et sera suivie de la messe.
L’événement est annoncé sur le site de l’Œuvre d’Orient :