NLQ #Rome

Journée mondiale des parents à l’ONU : intervention du Saint-Siège

Mgr Auza souligne le rôle des parents pour construire un monde de paix : « Puisque l’avenir du monde passe par les familles d’aujourd’hui, les parents et les futurs parents doivent être préparés, soutenus et encouragés à remplir leur rôle indispensable, individuellement et mutuellement, en tant que duo dynamique engagé ».

La Mission permanente d’observation du Saint-Siège à l’ONU, ainsi que la Fédération universelle pour la paix, ont tenu une conférence au quartier général de l’ONU, à New York, le 1er juin 2018, intitulée « L’impact d’une bonne éducation sur les enfants et la société : encourager l’intégrité des enfants à la maison apporte de nombreux bénéfices ». La conférence, qui s’est tenue le 1er juin, devait marquer la Journée mondiale des parents, adoptée par les Nations Unies en 2012.

Mgr Bernardito Auza, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies, a souligné que le rôle des parents dans la création d’environnements de paix à la maison est le principal pilier de la construction d’une communauté d’enfants qui deviennent des adultes en quête de paix et qui façonneront l’avenir du monde.

« Une bonne parentalité est essentielle pour réaliser les plus grands espoirs que la communauté internationale s’efforce d’accomplir ici aux Nations Unies », a déclaré Mgr Auza. « Puisque l’avenir du monde passe par les familles d’aujourd’hui, les parents et les futurs parents doivent être préparés, soutenus et encouragés à remplir leur rôle indispensable, individuellement et mutuellement, en tant que duo dynamique engagé ».

Source

 

 

A la une #NLH #NLQ #Rome

Le Saint-Siège rappelle devant l’ONU que l’avortement ne peut être une mesure de “santé reproductive”

Mgr Ivan Jurkovic, Observateur du Saint-Siège auprès de l’Onu, est intervenu le 25 mai 2018 à Genève pour rappeler que les services sanitaires ne peuvent pas être destinés à œuvrer contre la vie des enfants à naître.

« Le Saint-Siège s’oppose fermement à tout effort des Nations Unies ou de ses agences spécialisées en vue de promouvoir des législations nationales qui permettent de tuer la vie de l’enfant à naître », a martelé Mgr Jurkovic, observateur permanent du Saint-Siège auprès des institutions de l’Onu à Genève, à l’occasion de la 71e assemblée de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dédié à l’examen de la nouvelle stratégie globale pour la santé des femmes, des enfants et des adolescents lancée en 2015.

Préoccupation face à l’inclusion du soi-disant “avortement sûr” dans les nouvelles lignes stratégiques globales

Tout en partageant de nombreux objectifs fondamentaux de l’OMS, comme la promotion d’un service de santé universel, la lutte contre la violence faite aux femmes et aux enfants, la mise à jour des programmes en faveur de l’enfance pour l’étendre jusqu’au 18e anniversaire, Mgr Jurkovic s’est dit préoccupé de l’inclusion du soi-disant “avortement sûr” dans les nouvelles lignes stratégiques globales pour la santé, sur la période 2016-2030. « Le Saint-Siège, a-t-il affirmé, ne considère pas l’avortement et les services abortifs comme des mesures pour la santé reproductive », a précisé le diplomate pontifical.

Le Saint-Siège est opposé à toute légalisation de l’avortement

Mgr Jurkovic a donc exprimé sa préoccupation face à la participation de l’OMS et d’autres organisations onusiennes à une banque de données contenant des informations complètes sur les lois et politiques en matière d’avortement, sous prétexte de protéger les droits des femmes. Pour le Saint-Siège, il est contradictoire et inacceptable de présenter « l’avortement sûr comme un moyen pour protéger les droits humains de femmes et d’enfants, quand de fait, il nie à l’enfant à naître le droit le plus fondamental : celui à la vie ». Comme l’a souligné le Pape François, a conclu Mgr Jurkovic, le droit à la vie est « sacré et inviolable », et « il n’est subordonné à aucune condition ».

Source : Vatican News

En France #NLQ

Mgr Aupetit a été reçu par le pape François

Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, et ordinaire des catholiques orientaux résidant en France, a été reçu en audience au Vatican par le pape François ce jeudi matin, 26 avril 2018, indique le Saint-Siège, sans autre communiqué.

En France, rien n’a filtré de l’entrevue.

Source : Zénit

NLH #NLQ #Rome

Saint-Siège à l’ONU : n’accorder aucun brevet sur les formes de vie, y compris sur les êtres humains

Monseigneur Ivan Jukovic, représentant permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies, est intervenu devant le Comité intergouvernemental de la propriété intellectuelle relative aux ressources génétiques, aux savoirs traditionnels et au folklore (IGC), à Genève, le 21 mars 2018. Il a souligné que la Déclaration des Nations Unies  sur le clonage humain  « insiste pour que les États adoptent toutes les mesures nécessaires pour protéger adéquatement la vie humaine dans l’application des sciences de la vie ».

 

Au sujet de la vie humaine, Mgr Jukovic  a rappelé l’article 4 de la Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l’homme qui stipule que : « Le génome humain dans son état naturel ne doit pas engendrer de gains financiers[1] », ainsi que l’article 21 de la Convention du Conseil de l’Europe pour la protection des droits de l’homme et de la dignité de l’être humain, en ce qui concerne l’application de la biologie et de la médecine, qui stipule que « le corps humain et ses parties ne doivent pas, en tant que tels, donner lieu à des gains financiers »[2].

 

« La Déclaration des Nations Unies sur le clonage humain reconnaît les préoccupations éthiques que certaines applications des sciences de la vie en développement rapide peuvent soulever en ce qui concerne la dignité humaine, les droits de l’homme et les libertés fondamentales des individus »,explique-t-il, et nous ne devons pas « ignorer les préoccupations économiques, environnementales et éthiques majeures concernant le brevetage de la vie, car une telle action aurait un impact négatif sur les droits des consommateurs, la conservation de la biodiversité, la protection de l’environnement, les droits autochtones, la liberté scientifique et académique et, en fin de compte, le développement économique de nombreux pays en développement dans la mesure où il dépend des nouvelles technologies ».

 

Il a demandé qu’« aucun brevet sur les formes de vie, y compris les êtres humains », ne soit accordé.

[1]  Nations Unies, A / 53/152 du 9 décembre 1998 ; Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Actes de la Conférence générale, 29ème session, Paris, 21 octobre-12 novembre 1997, Résolution 6.
[2]  Conseil de l’Europe, STE n ° 164, Oviedo, 4 avril 1967

 

Source Généthique.org

NLQ #Rome

Le Saint-Siège invité aux Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang.

Pour la première fois, le Comité international olympique a formellement invité une délégation du Saint-Siège, guidée par le sous-secrétaire du Conseil pontifical de la Culture, Mgr Melchor Sanchez de Toca.

Le prélat espagnol sera invité à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang, le 9 février, tout comme il avait assisté à celle des Jeux olympiques d’été de Rio en 2016. Mais cette année il participera aussi à la session du CIO, du 5 au 7 février, en tant qu’observateur.

« L’ouverture des Jeux d’hiver à Pyeongchang, près de la frontière qui sépare les deux Corée, la frontière la plus militarisée du monde, a une valeur symbolique unique grâce à la présence d’athlètes d’athlètes de Corée du Nord qui participeront en formant un unique comité avec les collègues de la Corée du Sud », dans une logique conforme à l’esprit de la trêve olympique, a-t-il expliqué à nos collègues de L’Osservatore Romano.

Comme signe d’amitié, Mgr Sanchez de Toca remettra au président du CIO, Thomas Bach, et aux athlètes coréens, les maillots de l’Athletica Vaticana, l’équipe de course à pied composée d’employés du Saint-Siège, que la Secrétairerie d’État a placée sous l’égide du Conseil pontifical de la Culture.

 

Source Vatican News

NLQ #Rome

Saint-Siège – L’ignorance est une des pires pauvretés de notre temps

Pour le Saint-Siège, « l’ignorance est une des pires pauvretés de notre temps ». Ainsi « combattre l’ignorance et l’analphabétisme par la culture fait partie des moyens efficaces de lutte pour restaurer la dignité des plus pauvres et cela notamment en libérant leur parole créatrice plutôt que d’imposer des modèles ».

Natasa Govekar, Directrice de la Direction Théologique-Pastorale du Secrétariat pour la Communication, a prononcé un discours le 7 novembre 2017, à la « Commission Communication et Information » de la 39e session de la Conférence générale de l’Unesco.

Intervenant sur le thème « Communication et croissance des flux migratoires  : Promouvoir un discours d’ouverture d’accueil mutuel, de participation et d’inclusion », elle a invité notamment à « dépasser une conception naïve des médias numériques en soulignant la supériorité de la dimension anthropologique par rapport à une vision réductionniste et technocratique de la réalité ».

 

Retrouvez l’Intervention du Saint-Siège à l’Unesco

 

NLH #NLQ #Rome

ONU – Le Saint-Siège pour une éducation aux droits de l’homme « harmonieusement ordonnés au plus grand bien »

« Si les conventions internationales et la législation nationale sont des instruments indispensables pour lutter contre toutes les formes de discrimination raciale (…), l’éducation aux droits de l’homme joue un rôle essentiel pour favoriser la cohésion sociale et promouvoir le respect de la dignité humaine », a déclaré Mgr Auza.

Mgr Bernardito Auza, nonce apostolique et observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies, est intervenu à la troisième commission de la soixante-douzième session de l’Assemblée générale des Nations Unies, sur le point 70 de l’ordre du jour : Élimination du racisme, de la discrimination raciale, de la xénophobie et de l’intolérance, à New York, le 31 octobre 2017.

Reprenant les paroles du pape François, le représentant du Saint-Siège a précisé que « si les droits de chaque individu ne sont pas harmonieusement ordonnés au plus grand bien, ces droits finiront par être considérés comme illimités et par conséquent deviendront une source de conflits et de violence ».

Voir la traduction par Zenit du discours prononcé en anglais par Mgr Auza.

 

A la une #NLH #NLQ #Rome

Le Vatican réaffirme son opposition à la Franc-maçonnerie

Selon le quotidien italien Il Messaggerole Saint-Siège refuse de valider la nomination de Johnny Ibrahim à l’ambassade du Liban près du Saint-Siège, en raison de son appartenance à la franc-maçonnerie.

Johnny Ibrahim, 48 ans, était consul général à Los Angeles depuis 2012, marié et père de 3 enfants. Le pape François aurait refusé de donner son approbation pour deux raisons :

  • le nom de Johnny Ibrahim a été divulgué dans des médias locaux et les cercles ecclésiastiques avant que le Saint-Siège ait donné son agrément. Or de telles fuites, qui vont à l’encontre des protocoles diplomatiques, sont généralement interprétées de manière négative.
  • Johnny Ibrahim serait engagé dans la franc-maçonnerie, une secte hostile à l’Eglise catholique.

De source diplomatique au Liban, on confirme la raison de ce refus du Saint-Siège.

Source

 

Après la polémique entre la France et le Saint-Siège qui ne voulait pas d’un locataire homosexuel à la villa Bonaparte, le Vatican réaffirme certains principes clairs. Pour qui en doutait encore, la Franc-maçonnerie n’est toujours pas catho-compatible.

 

Voir notre dossier spécial Franc-maçonnerie

A la une #NLH #NLQ #Rome

ONU – Pour le Saint-Siège, sécurité des frontières et bien-être des réfugiés ne s’opposent pas

« La sécurisation du contrôle des frontières et le bien-être des réfugiés et des demandeurs d’asile ne doivent pas être considérés comme une dichotomie, mais plutôt comme un renforcement mutuel », affirme Mgr Jurkovic.

Mgr Ivan Jurkovič, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies et des autres organisations internationales à Genève, est intervenu lors de la deuxième discussion thématique sur un Pacte mondial sur les réfugiés, Panel 3 : « Comment pouvons-nous aider les États qui accueillent à identifier les personnes ayant besoin d’une protection internationale ? », le17 octobre 2017, à Genève.

« Aborder le problème de l’identification des personnes ayant besoin d’une protection internationale du point de vue des déracinés peut aider la communauté internationale à concevoir un programme d’action plus complet et plus humain », estime Mgr Jurkovic. « À cet égard, les expulsions arbitraires et collectives ne peuvent jamais être une option viable ».

Voir la traduction de l’intervention de Mgr Jurkovic, par Zenit

 

NLQ #Rome

ONU – L’espace extra-atmosphérique est un bien commun, par Mgr Auza

Dénonçant « la pollution de l’espace extra-atmosphérique » qui « s’est accrue à un rythme alarmant », Mgr Auza exhorte à « une coopération entre les États pour protéger l’espace contre la contamination ». « L’espace extra-atmosphérique en tant que patrimoine commun de l’humanité est un bien commun que nous transmettons aux générations futures », a-t-il souligné.

Mgr Bernardito Auza, nonce apostolique, observateur permanent du Saint-Siège auprès de l’Organisation des Nations Unies, est intervenu à la quatrième commission de la soixante-douzième session de l’Assemblée générale, sur le point 52 de l’ordre du jour : Coopération internationale dans le domaine des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique, à New York, le 17 octobre 2017.

« De meilleures normes pour la protection de l’espace sont un impératif », a recommandé le représentant du Saint-Siège. Il a espéré que « le développement d’un système normatif international adéquat pour protéger l’espace extra-atmosphérique et notre Terre d’une dégradation ultérieure ne tardera pas à venir, pour la santé de notre planète et pour le bien de toute l’humanité ».

Voir la traduction de la déclaration de Mgr Auza.