A la une #Articles #Doctrine / Formation #Morale #NLH #NLQ

Connais-toi toi-même à la lumière de l’Evangile

L’anthropologie chrétienne pour le quotidien, tel est le thème du livre de Cyril Brun, Connais-toi toi-même, les fondements chrétiens de l’anthropologie chrétienne.

Un livre, mais aussi des conférences et formations à organiser en paroisse, en communauté, au Lycée…

Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Prédication du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine du 28 avril 2019 – “Jésus nous veut libre, et c’est pourquoi il a inventé la confession”

Suite à l’interview du père Michel-Marie sur la chaîne québécoise TVA dans l’émission La Victoire de l’Amour, le célèbre prédicateur, écrivain, auteur-compositeur et chanteur revient régulièrement pour commenter l’évangile du jour.

Ici Jn XX, 19-31 :

Version audio seule.

A la une #Doctrine / Formation

La Béatitude d’Aristote à Thomas d’Aquin

La quête universelle de l’homme

Depuis que l’homme existe, qu’il en ait conscience ou non, nous pouvons dire qu’il cherche le bonheur. Il cherche à être heureux et parfois ce ‘être heureux’ semble se confondre avec ‘ne pas souffrir’. De nombreuses écoles ont vu le jour au fil de l’histoire pour tenter de répondre à cette quête de la félicité. Certaines ont cherché la félicité absolue, d’autres ont voulu se préserver du mal, d’autres l’ont fui ou l’on refusé. Ainsi l’épicurisme véritable – non l’épicurisme dévié de l’époque moderne – mais celui d’Épicure ou de Lucrèce, a cherché à vivre des plaisirs justes et équilibrés, à se satisfaire des plaisirs réels. Le stoïcisme, dans une forme d’ascèse, a voulu se préserver du mal en se fortifiant face à lui, tandis que l’hédonisme a fait du plaisir sa forme normative de la félicité. Le bouddhisme pour sa part offre par une sorte d’abstraction des plaisirs du monde, une solution par le sevrage, pour ne pas souffrir d’un manque inévitable de biens. D’autres faisant de l’opium leur dérivatif, ont voulu fuir le mal en l’oubliant, le cachant. Certains encore le repoussent dans l’au-delà, tandis que d’autres, tombant dans l’absurde ou le nihilisme, le nient. Alors qu’en est-il vraiment ? Cette quête du bonheur par l’homme est-elle réellement sans fin, sans but ? Est-elle une utopie, un rêve, un dérivatif ? En fin de compte, est-il possible à l’homme d’être heureux ?

 Cyril Brun

Lire la suite

la-beatitude-de-l-homme.pdf la-beatitude-de-l-homme.pdf

 


A la une #Doctrine / Formation #NLH #Philosophie

Le monde du livre et le livre du monde : deux visions de l’écologie

Pour participer à la journée de prière pour la Création, Infocatho vous propose de redécouvrir cet article de Vivien Hoch, publié le 6 juin 2017.

 

Alors que l’ONU, se lançait hier (5 juin 2017)dans sa journée de l’environnement, nous vous proposons une vision spirituelle et philosophique de l’écologie, avec une étude de Vivien Hoch

 

L’encyclique du pape François est sujette à de nombreuses interprétations ; laudatives quand on y voit une critique du « système », soupçonneuses quand on y voit un discours moralisateur et défaitiste. J’y vois pour ma part la réactivation d’une problématique théologique, qui a eu ses grandes heures à l’époque de l’opposition entre le franciscain Bonaventure et le dominicain Thomas d’Aquin sur la question de la théologie du monde créé. Pour saint Bonaventure, suivant en cela son fondateur saint François, le monde est un livre : on lit Dieu en lui, et il suffit d’ouvrir les yeux, comme frère François a ouvert les yeux sur la création ; c’est le livre du monde. Pour saint Thomas d’Aquin, la mission consiste plutôt à prêcher, et à transformer l’auditeur par le message : c’est le monde du livre. La vision chrétienne de la nature ne peut faire l’économie de ce débat.

Lire la suite sur Cyrano.net