En France #NLQ

Neuvaine à sainte Anne pour les couples en espérance d’enfant

En marche vers Noël, l’absence d’enfant peut se ressentir plus douloureuse encore pour le couple. Confions à Sainte Anne cette blessure, pour mieux accueillir Jésus en sa Nativité.

Rejoignez cette neuvaine de prière proposée par Hozana.

 

En nous mariant, nous nous étions engagés à accueillir les enfants nés de notre union. Après de longs mois, de longues années, il n’y a toujours pas d’enfant annoncé dans notre foyer, ou il n’y a pas le nombre que nous espérions. Ce manque, ce vide est source d’une grande souffrance. Jean-Paul II, dans son exhortation Salvifici Doloris, (sur le sens chrétien de la souffrance) reconnaissait d’ailleurs l’absence de descendance comme cause d’une des plus grandes douleurs de l’être humain.

Alors que Noël approche, que tous les préparatifs (ou presque !) sont à destination des enfants, cette souffrance en est souvent exacerbée, au point qu’il peut être difficile de recevoir le don de Dieu dans sa Nativité.

En ce temps de l’Avent – temps de l’attente, confions-nous à Sainte Anne, elle qui avec Joachim priait pour la venue du Messie, confions-nous à elle comme à une grand-mère, en toute simplicité, elle qui a connu la douleur de la stérilité. Pendant vingt ans, elle a prié. Et finalement, la naissance de Marie est venue réjouir son coeur. Elle est devenue un maillon indispensable pour que Dieu se fasse chair, pour que l’homme soit sauvé.

En apparaissant à Yvon Nicolazic, paysan breton au 17e siècle, elle se manifeste sous le signe de la lumière, annonçant la lumière du Christ. En permettant au voyant d’avoir quatre enfants après une dizaine d’années de stérilité, elle montre qu’elle désire être priée à cette intention. Confions lui notre souffrance, notre désir, et demandons-lui de nous rendre féconds, ouverts à la volonté de Dieu sur notre couple, notre famille. Que la naissance du Sauveur soit source de consolation, de paix, et même de joie !

Les intentions de la Neuvaine

  • 16/12 La promesse de la fécondité (Dieu nous veut féconds : « Soyez féconds et multipliez-vous ». Genèse. Abraham. Isaak. Jacob)
  • 17/12 Dieu nous veut heureux : les Béatitudes Dieu a un projet précis pour notre couple, un projet de bonheur.
  • 18/12 La tentation de la jalousie, de l’envie = Rachel et Léa
  • 19/12 La tentation des solutions faciles ( ?) qui ne conduisent pas au bonheur (PMA…) Sara et Abraham
  • 20/12 La tentation du désespoir : « Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » / « venez à moi vous tous qui ployez sous le poids du fardeau »
  • 21/12 Le Christ en croix et le cœur transpercé
  • 22/12 Persévérer dans la prière = la veuve qui insiste pour obtenir justice
  • 23/12 La prière purifie le désir, pour désirer ce que Dieu veut pour moi, pour mon couple, ma famille.
  • 24/12 Consentir à la Volonté de Dieu « l’Annonciation à Marie, à Joseph »
  • 25/12 Noël : cadeau de paix, de joie, de consolation

Le contenu de la Neuvaine

En vous inscrivant sur Hozana, chaque jour, vous recevrez un extrait de la Parole de Dieu, ainsi qu’une méditation. Vous pourrez dire un Notre Père, un Je vous Salue Marie, ainsi qu’un Gloire au Père, et terminer par l’invocation “Sainte Anne, priez pour nous”

Comment vivre la Neuvaine

1) Les couples “en espérance d’enfant” pourront prier pour bien se préparer à Noël et demander la grâce d’un enfant

2) Vous connaissez d’autres couples qui comme vous sont en souffrance ? Proposez-leur de vivre la neuvaine en communion de prière. Car à plusieurs, on est plus forts ! “Quand deux ou trois sont réunis en mon nom…(Mt 18,19-20)

3) Idée de cadeau de Noël : Vous ne vous sentez pas concernés directement, mais vous souhaitez prier pour un couple de votre entourage,. Il suffira de modifier la prière ainsi : 

Sainte Anne, nous te demandons 
d’entendre la prière de tel et telle
Pour que leur attente soit comblée. (etc)

Bonus de la Neuvaine

Se confesser pour faire plus de place aux cadeaux de Noël de Sainte Anne. Notre grand-mère du Ciel veut nous gâter !

NLH #NLQ #Sorties/Animations

7e nuit de la Terre Sainte à Sainte-Anne d’Auray (56) le 25 novembre

Les Veilleurs de la Paix organisent la 7e nuit de la Terre Sainte, à la basilique sainte Anne d’Auray, dans le Morbihan (56), le samedi 25 novembre.

Programme

18h30 : Messe à la basilique animée par la chorale irakienne du Morbihan.

19h45 :  Dîner tiré du sac

21h : Intervention de Mme Vera Baboun, première femme maire de Bethléem et dédicace de son livre “Pour l’amour de Bethléem” (couronné par le prix littéraire de l’Oeuvre d’Orient) dans la basilique.

22h30 : Adoration eucharistique dans la basilique

Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Pèlerinage des agriculteurs à sainte Anne d’Auray le 8 octobre, et hommage aux familles d’agriculteurs suicidés

Pel_agriculteurs.JPG

 

Messe à 11h – Basilique de Sainte Anne d’Auray

Le dimanche 8 octobre 2017

Lieu : Sainte Anne d’Auray

Plus d’informations sur Wikiagri, notamment sur l’hommage aux familles d’agriculteurs suicidés

En France #NLH #NLQ

“Les parents de la Vierge Marie ont eu un rôle important dans l’histoire du Salut” : retrouvez l’homélie de Mgr Dognin à l’occasion de Pardon de sainte Anne

Alors que les acteurs du son et lumière retraçant l’histoire de sainte Anne et d’Auray peaufinent leur spectacle, nous relayons l’homélie que Mgr Dognin a donnée à l’occasion du grand Pardon de Sainte Anne d’Auray le 26 juillet dernier.

Chers Amis,

Nous n’avons aucun doute sur le fait que les parents de la Vierge Marie, Sainte Anne et Saint Joachim, ont eu un rôle important dans l’histoire du Salut puisque, par l’éducation qu’ils ont donnée à leur fille, ils l’ont préparée à répondre à sa vocation de devenir la Mère du Sauveur. Ils ont bien accompli la mission d’éducateurs que le Seigneur leur avait confiée.

A partir des textes de la Liturgie que nous venons d’entendre, j’aimerais méditer avec vous sur l’importance de l’éducation que nous pouvons donner aux enfants d’aujourd’hui comme contribution essentielle au dessein de Salut que Jésus est venu apporter au monde et qu’il continue de réaliser par son Esprit.

Quand nous parlons de la transmission de la foi, de quoi parlons-nous ? Dans la première lecture du livre de Ben Sirac le Sage, l’auteur évoque « les gens dont le souvenir s’est perdu », c’est à dire qu’ils n’ont rien transmis de marquant à leur descendance. Leur vie apparaît comme stérile. En revanche, il évoque ce qui est mémorable dans la vie de ceux dont le souvenir ne s’est pas perdu et qui a porté du fruit auprès de leurs enfants. Et il cite trois choses : la miséricorde et les œuvres de justice, la persévérance dans les lois de l’Alliance et la sagesse.

Dans la miséricorde et les œuvres de justice, nous pouvons comprendre l’engagement auprès des plus pauvres, les œuvres sociales. Autrement dit, une charité active.

La persévérance dans les lois de l’Alliance, c’est la fidélité à lire la Parole de Dieu, à la méditer, à la mettre au plus profond de son cœur, à la faire connaître, à l’enseigner, mais aussi à la mettre en œuvre dans sa vie. Ce qui est magnifiquement représenté par la statue de Sainte Anne montrant et expliquant les Saintes Écritures à sa fille.

Enfin la sagesse. « Les peuples raconteront leur sagesse… ». Mais de quelle sagesse s’agit-il ? Comme le dit Saint Paul : « …c’est bien de sagesse que nous parlons devant ceux qui sont adultes dans la foi, mais ce n’est pas la sagesse de ce monde, la sagesse de ceux qui dirigent ce monde et qui vont à leur destruction. Au contraire, ce dont nous parlons, c’est de la sagesse du mystère de Dieu, sagesse tenue cachée, établie par lui dès avant les siècles, pour nous donner la gloire » (1 Co 2, 6-7). La Sagesse du croyant, c’est de se laisser conduire par l’Esprit de Dieu dont Saint Paul dit que les fruits sont : « amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi. » (Ga 5, 22-23)

Nous voyons bien que ce qui sera vraiment transmis aux générations futures, ce que nous pouvons leur laisser, ce n’est pas seulement un savoir, une morale, des valeurs, même si tout cela fait aussi partie de l’éducation, mais un témoignage authentique de vie et de foi.

La transmission de la foi est sans doute plus difficile aujourd’hui qu’il y a quelques décennies car le contexte a beaucoup changé. La Vérité avec un grand V, celle dont Jésus dit qu’il est, Lui, « le Chemin, la Vérité et la Vie », n’est plus acceptée d’emblée par les jeunes générations. Tout est remis en cause et chacun se forge sa vérité à partir de ce qu’il entend dans les média, ce qu’il trouve sur Internet, ce qui circule dans les réseaux sociaux. Pour beaucoup de gens il n’y a plus de vérité objective reconnue. Il y a, de fait, un décalage de plus en plus important entre les opinions multiples qui sont ainsi véhiculées et la parole du Magistère qui se fonde sur l’Évangile, notamment à propos des questions morales, éthiques. Ce n’est pas nouveau puisque Saint Paul avait déjà mis en garde les fidèles : « Ne prenez pas pour modèle le monde présent, mais transformez-vous en renouvelant votre façon de penser pour savoir reconnaître quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui est capable de lui plaire, ce qui est parfait ».(Rm 12, 2)

Beaucoup de parents sont bien à la peine pour transmettre leur foi à leurs enfants. Ils ont le sentiment de toujours aller à contre-courant ! J’entends des parents qui perdent courage en voyant que, malgré l’éducation chrétienne qu’ils ont donnée à leurs enfants, ces derniers ont abandonné la foi et ont choisi des modes de vie assez éloignés de l’Évangile. Nous ne devons pas nous décourager pour autant car l’Esprit de Dieu travaille dans le cœur de tous les hommes. Ce que le Seigneur attend de nous en revanche, et l’auteur du livre de Ben Sirac nous l’a rappelé, c’est un témoignage de vie et de foi qui traversera les siècles car c’est l’œuvre de Dieu qui s’accomplit en nous et par nous. C’est notre contribution à son dessein de salut. Soyons des croyants authentiques et faisons confiance au Seigneur. Cette difficulté à transmettre la foi aujourd’hui, n’est-elle pas aussi une grâce pour nous, car elle nous oblige à approfondir notre propre foi, à nous laisser vraiment conduire par l’Esprit. C’est la persécution qui a poussé les chrétiens au cours des siècles à être des témoins crédibles.

Comme Jésus nous le dit dans l’Évangile de ce jour : « A vous il est donné de connaître les mystères du Royaume des cieux. Heureux vos yeux car ils voient, et vos oreilles car elles entendent ! ». Et ce mystère du Royaume, c’est que Jésus est venu pour nous sauver, c’est à dire nous libérer du mal et nous faire entrer dans la vie de Dieu pour toujours. Comme le rappelait le Pape dans La Joie de l’Évangile : « Sur la bouche du catéchiste revient toujours la première annonce : “Jésus Christ t’aime, il a donné sa vie pour te sauver, et maintenant il est vivant à tes côtés chaque jour pour t’éclairer, pour te fortifier, pour te libérer” » (Evangelii Gaudium 164).

Il me semble que, ces dernières années, nous n’avons pas suffisamment insisté dans notre prédication, notre catéchèse ou dans la transmission de la foi en famille, sur le fait que Jésus nous sauve, nous guérit. Montrer que le message Évangélique n’est pas seulement un beau témoignage que Jésus nous donne par son attitude vis-à-vis des pauvres, des malades, des exclus, ou même que ses paroles sont édifiantes pour notre cœur et notre intelligence. Comme on l’entend souvent : « Le message de l’Évangile, c’est de s’aimer les uns les autres ». Mais c’est beaucoup plus que cela ! Jésus a donné sa vie pour nous. Par sa mort et sa Résurrection, il nous ouvre le chemin de la Vie. Il agit aussi en nous si nous le voulons bien et cela change beaucoup de choses dans notre existence. Comme le rappelle le Pape François : « On ne peut persévérer dans une évangélisation fervente, si on n’est pas convaincu, en vertu de sa propre expérience, qu’avoir connu Jésus n’est pas la même chose que de ne pas le connaître…  » (Evangelii Gaudium 266)

Chaque année, nous lisons dans les lettres des catéchumènes adultes, des magnifiques témoignages de foi. Certains venant de milieux totalement athées, et n’ayant donc reçu aucune transmission de la foi de la part de leurs parents, mais qui ont rencontré Jésus de façon souvent étonnante parce qu’ils ont rencontré des témoins de la foi, et ils ont fait l’expérience que Jésus avait vraiment changé quelque chose dans leur vie. Ils se sont sentis libérés du mal et remplis de joie spirituelle. Leur vie de couple, leur vie de famille et même leurs relations professionnelles en ont été illuminées. Nous aussi, nous faisons cette expérience salutaire quand nous nous tournons avec foi vers Jésus.

La transmission de la foi passe par le témoignage du salut que Dieu accomplit en nous, dans notre vie de prière, notre méditation de la Parole de Dieu et par les sacrements qui accomplissent en nous ce qu’ils signifient. Par nos paroles et nos actes, faisons expérimenter à nos enfants que Jésus est vraiment le Sauveur des hommes et que cela change tout dans notre vie de mettre sa foi en Lui.

Comme le dit Jésus : « beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu ».

Sainte Anne, venez en aide à tous les parents, les éducateurs, les jeunes. Priez pour nous. Priez pour toutes les familles de notre Bretagne et d’ailleurs.

AMEN

Laurent DOGNIN

Évêque de Quimper et Léon

Source

 

A la une #NLH #NLQ #Rome

Sainte Anne – L’hommage du pape aux grands-parents

« Combien sont importants les grands-parents dans la vie de la famille, pour communiquer le patrimoine d’humanité et de foi essentiel pour toute société ! » Avec ce tweet publié en neuf langues sur son compte @pontifex, le Pape François rappelle au monde entier le rôle central des plus anciens, gardiens et rempart de notre société aussi liquide qu’incertaine. Aujourd’hui, l’occasion de ce rappel est la mémoire liturgique des saints Anne et Joachim, parents de Marie et grands-parents de Jésus. Mais pour François, les “abuelos”, comme il le dit dans sa langue natale, sont une pensée constante.

En rencontrant 7000 adhérents d’une organisation italienne en Salle Paul VI le 15 octobre 2015, dans le cadre de la Fête des grands-parents, le Pape avait rappelé que « l’Église regarde les personnes âgées avec affection, reconnaissance et une grande estime. Vous êtes une présence importante parce que votre expérience constitue un trésor précieux, indispensable pour regarder le futur avec espérance et responsabilité. Votre maturité et sagesse, accumulée au fil des ans, peuvent aider les plus jeunes. Les anciens, en effet, témoignent que, même dans les épreuves les plus difficiles, il ne faut jamais perdre la confiance en Dieu et en un futur meilleur. Ils sont comme des arbres qui continuent à porter du fruit : malgré le poids des années, ils peuvent donner leur contribution originale pour une société riche de valeurs et pour l’affirmation de la culture de la vie. »

 

Source Radio Vatican

Voir aussi : Le Saint-Siège alerte sur la vulnérabilité des personnes âgées

En France #NLH #NLQ

Du 18 au 26 juillet, une neuvaine à sainte Anne pour les familles

Célibat, mariage, infertilité, difficultés conjugales, maternité, veuvage, Sainte Anne a tout vécu. Comme une grand-mère, elle veille sur ses petits enfants et nous mène à Jésus… Le site Hozana relaie une nouvelle proposition de neuvaine. 

Le but de la neuvaine

Sainte Anne est la mère de la vierge Marie et la grand-mère de Jésus. Elle a connu le célibat, le mariage, l’infertilité puis la maternité, la séparation, le veuvage, sa fille Marie était consacrée au Seigneur. C’est sur les genoux d’Anne que Marie a été initiée à la prière et à la connaissance de la Parole de Dieu. Si nous croyons que Marie est notre maman du Ciel, alors, nous pouvons croire que Sainte Anne est notre « grand-maman » du Ciel ! Son nom signifie « Grâce ». Elle nous ouvre et nous offre son cœur de grand-mère. Alors avec elle, rendons grâce pour nos familles et par elle, demandons les grâces dont nous avons besoin pour nos familles, pour chacun de ses membres particulièrement dans un contexte social et politique de fragilisation des familles.

Au cours de cette neuvaine, prions les uns pour les autres, quelle que soit notre situation familiale, dans un esprit de solidarité.

Contenu de la neuvaine

En vous inscrivant sur Hozana, vous recevrez chaque jour une intention particulière avec :

  • Un extrait de la parole de Dieu
  • Une courte méditation à partir de la vie de Sainte Anne en lien avec l’histoire de Sainte Anne d’Auray
  • Un extrait de l’enseignement de l’Eglise autour de l’intention (discours de papes, encycliques, catéchisme de l’Eglise Catholique…)
  • Une prière à Sainte Anne
  • La prière pourra être conclue, selon le temps dont on dispose :

> Pour les gens pressés, par :

  • Un Notre Père,
  • Un Je vous salue Marie, (Je vous salue Marie, fille de Sainte Anne, vous êtes pleine de grâce, le Seigneur est avec vous,…
  • Un Gloire au Père
  • Et une invocation à Ste Anne, priez pour nous et pour nos familles.

> Pour ceux qui ont davantage de temps,

  • Par une dizaine de chapelet, voire… un chapelet
  • Des pistes d’approfondissement pour ceux qui ont le temps… Ou pour plus tard

 

Prière à Sainte Anne d’Auray

Sainte Anne, nous te prions, Sois la gardienne De la foi en nos cœurs, De la grâce en nos âmes, De la solidité de nos foyers De l’amour dans notre famille De la réconciliation dans l’Eglise De la paix dans le monde. Garde vivante en nous La vertu d’espérance. Sainte Anne, mère de Marie et grand-mère de Jésus, veille sur nous.

Les intentions de la neuvaine

Jour 1 (Mardi 18/7)  Célibataires

Jour 2 (Mercredi 19/7) Fiancés, Epoux

Jour 3 (Jeudi 20/7) Couples hypofertiles, infertiles ou stériles

Jour 4 (Vendredi 21/7) Couples qui vivent des difficultés conjugales

Jour 5 (Samedi 22/7) Femmes enceintes et enfants à naître

Jour 6 (Dimanche 23/7) Pères et mères de familles

Jour 7 (Lundi 24/7) Enfants et jeunes, avenir de l’Eglise, de la société, du monde !

Jour 8 (Mardi 25/7) Personnes consacrées / Vocations de prêtres et de consacrés,

Jour 9 (Mercredi 26/7) Grands-parents, personnes âgées, veufs et veuves

Comment vivre la neuvaine ?

Le principe de cette neuvaine est de la vivre dans la solidarité familiale : chacun d’entre nous pourra se sentir plus concerné par telle ou telle intention, selon sa vie personnelle ou selon les personnes qui l’entourent. Par exemple, le jour 1, un célibataire priera pour trouver l’âme sœur, ou pour mieux vivre son état d’attente, le jour 2, il priera pour tels amis qui viennent de se fiancer, etc. Le jour 1, un père de famille priera pour sa sœur qui souffre de son célibat, le jour 6, il priera pour que Sainte Anne l’aide à bien éduquer ses enfants…

Les bonus de la neuvaine

Bonus 1 : Recevoir le sacrement de la réconciliation pendant la neuvaine et communier aux intentions de la neuvaine, si possible le 26 juillet, fête de sainte Anne

Pour aller plus loin… Qu’est-ce qu’un Pardon en Bretagne ? 

C’est une fête qui célèbre le saint auquel est dédié un lieu. Le plus célèbre est le Grand Pardon de Sainte Anne d’Auray. A cette occasion les pèlerins se rendent à pied à la chapelle, se confessent puis participent à l’Eucharistie.

Bonus 2 : faire une démarche de pèlerinage au cours de la neuvaine. Pourquoi ne pas participer au Grand Pardon de Sainte Anne d’Auray ?

Si on habite loin, on peut trouver près de chez soi une église, une chapelle dédiée à Ste Anne. Ou encore certaines églises ont une statue ou un vitrail représentant la mère de Marie. On peut s’y rendre pour prier aux intentions de la neuvaine, ne serait-ce qu’une fois, idéalement le 26 juillet.

Pourquoi Sainte Anne ? Et Sainte Anne d’Auray ?

Sainte Anne, mère de Marie, est fille d’Israël. Avant de se rencontrer et de se marier, la Tradition nous rapporte qu’Elle et Joachim ont prié longuement Dieu pour rencontrer « l’époux / l’épouse voulu(e) par Dieu pour chacun d’entre eux. Après leur mariage, ils ont mené une vie pieuse, attentifs aux affaires du Seigneur, et aux pauvres, dans une grande unité conjugale. Ils ont dû attendre une vingtaine d’années avant de devenir parents (fête de l’Immaculée conception le 8 décembre / fête de la Nativité de la Vierge le 8 septembre). Quand Marie a eu 3 ans, Anne a sevré sa fille, puis l’a conduite au temple avec Joachim (fête de la Présentation de Marie le 21 novembre)

Au 17e siècle, Sainte Anne est apparue, revêtue de lumière, et tenant un flambeau à la main, à Keranna, (aujourd’hui Sainte Anne d’Auray). Elle s’est présentée à Yvon Nicolazic, un paysan breton en lui disant : « Je suis Anne, mère de Marie, Dieu veut que je sois honorée ici… Reconstruis la chapelle, voilà 924 ans et 6 mois qu’elle est détruite ».

Yvon Nicolazic était un homme droit, de bon conseil, habile pour gérer sa ferme, profondément humble, attaché à la prière du chapelet, ayant une grande dévotion pour Sainte Anne, qu’il appelait sa « bonne maitresse ». Par souci de simplicité, il n’avait pas appris le français, ni fait d’études d’aucune sorte, mais sa vive intelligence compensait son manque d’instruction. Marié à Guillemette depuis une dizaine d’années au moment des apparitions, le couple n’avait pas d’enfants – c’était sa grande douleur. Trois ans après la fin des apparitions, après que la chapelle a été reconstruite, ils ont eu la joie d’avoir un premier fils, qui est devenu prêtre, puis une fille. Ils ont eu ensuite deux autres enfants, morts en bas âge. Il nous offre la figure d’un juste, qui malgré les difficultés et les souffrances a toujours mis sa confiance en Dieu, avec le secours et le soutien de sainte Anne. Nous pouvons prier pour obtenir sa béatification, en demandant un miracle par son intercession. Confions-lui nos intentions.

Père, nous te louons pour ton serviteur, Yvon Nicolazic, et nous te demandons par l’intercession de la Vierge Marie et de sainte Anne, qu’il puisse être un jour déclaré bienheureux et que nous ayons le privilège de pouvoir l’invoquer. Nous te le demandons à toi qui vis et règnes dans les siècles des siècles.