A la une #Articles #Dans le Monde #Europe non francophone #NLH #NLQ

Le cardinal Sako invite les chrétiens d’Europe à témoigner avec courage

Le patriarche de Babylone des Chaldéens, présent à réunion de la COMECE – la Commission des Episcopats de l’Union européenne – à Bruxelles, fait part de ses attentes vis-à-vis des élections européennes à venir. S’il espère un nouveau plan d’action en faveur de la paix au Moyen-Orient, il se montre aussi positif à propos de l’évolution des relations entre chrétiens et musulmans dans la société irakienne.

Entretien réalisé par Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

« Il y a beaucoup de solidarité de la part des musulmans envers les chrétiens », fait d’emblée remarquer le cardinal Sako au micro de Vatican News. Le prélat irakien dresse un bilan encourageant de la situation de son pays, qu’il attribue notamment au nouveau gouvernement à la tête de l’Irak depuis fin octobre. Mais les défis restent immenses. Le cardinal Sako en identifie plusieurs : réformer la Constitution, les programmes scolaires, inciter les prédicateurs musulmans à plus de modération, et surtout – mais cela ne dépend pas que des hommes politiques -, promouvoir une culture du respect et de la fraternité, où chacun est perçu comme un citoyen à part entière et non en fonction de sa religion.

Les effets des visites du Pape
Le patriarche de Babylone des Chaldéens exprime également sa gratitude envers le Pape François, venu visiter plusieurs pays à majorité musulmane ces derniers mois : les Émirats Arabes Unis début février, le Maroc fin mars, sans oublier l’Égypte en avril 2017. Parmi les musulmans, « des millions et des millions ont suivi ces célébrations et ont découvert la réalité du christianisme », démentant souvent les rumeurs ou les préjugés. Ces rassemblements de la communauté catholique ont « touché le cœur des musulmans », reconnaît le cardinal Sako, et le changement de regard est désormais perceptible.

Enfin, le prélat irakien évoque les élections européennes qui se tiendront fin mai. Il invite les futurs élus à continuer leur mobilisation en faveur des pays du Moyen-Orient où les minorités sont menacées. Il encourage enfin les chrétiens à ne pas craindre d’exprimer leur foi et de défendre leurs valeurs, avec « courage » et « sincérité ». Des valeurs évangéliques, en faveur de la vie et à l’encontre du relativisme ambiant.

Ecouter l’entretien sur Vatican News

NLQ #Rome

Le pape François crée 14 nouveaux cardinaux dont 11 électeurs

Alors que Paul VI avait fixé le nombre de cardinaux électeurs à 120, limite confirmée par Jean-Paul II, le pape François a décidé la création de 14 nouveaux cardinaux dont 11 électeurs au consistoire du 29 juin 2018 et dépasse cette limite.

Il faudra attendre juillet 2019 pour que le collège des cardinaux électeurs ne redescende à 120.

Certaines nominations étaient attendues comme celles de Mgr Ladaria, préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi et de Mgr De Donatis, vicaire de Rome, ou encore celle de Mgr Becciu, substitut de la Secrétairerie d’Etat depuis 2011. Mgr Sako, patriarche chaldéen d’Irak, et Mgr Coutts, évêque missionnaire au Pakistan, dont les églises locales sont persécutées sont également promus.

Plus surprenante sont les nominations de Mgr Barreto, archevêque de Hauncayo, engagé dans l’écologie au Pérou et au synode sur l’Amazonie, de Mgr Krajewski ou encore de Mgr dos Santos Marto. Elles montrent où est retenue l’attention du pape François.

D’un point de vue général, le nombre d’européens et d’Italiens est en baisse et le notion de “siège cardinalice” semble abandonnée.

Avec ces nominations, le nombre d’électeurs nommés par François atteint les 47,2 %.