Articles #NLH #NLQ #Tribunes et entretiens

Emission Le Grand Témoin avec le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine du 9 octobre 2019 – Radio Notre-Dame

L’animateur Louis Daufresne recevait ce matin le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine dans son émission Le Grand Témoin. Auteur de nombreux livres et d’un disque de chanson française, le Père Michel-Marie présente son nouveau livre, sorti aujourd’hui : « D’un amour brûlant » (Artège)

Annonces #NLH #NLQ #Tribunes et entretiens

Pétition pour sauver Tafida Raqeeb

Tafida Raqeeb est une fille de cinq ans qui est dans un profond coma depuis plusieurs mois à la suite de saignements au niveau du cerveau. Les médecins britanniques veulent mettre fin à sa vie, même si elle n’est pas considérée comme étant  en état de mort cérébrale.

Il y a encore peu, Tafida Raqeeb était une enfant de 4 ans en bonne santé et pleine d’énergie, qui selon ses parents, touchait le cœur de tous ceux qu’elle rencontrait. La tragédie a frappé dans la soirée du 9 février de cette année, lorsque la petite Tafida a été transportée d’urgence à l’hôpital après avoir subi une rupture de malformation artério-veineuse cérébrale qui a provoqué des saignements au niveau du cerveau. Elle a été transportée au bloc opératoire pour des soins cardiaques et respiratoires cette nuit-là.

Tafida, fille de 5 ans, est dans une situation médicale difficile. Ainsi les médecins britanniques semblent avoir trouvé la solution miracle pour la « soulager », mettre fin à sa vie, or elle n’est pas dans un état de mort cérébrale.

L’équipe médicale propose des « soins de fin de vie » aux parents de Tafida, les parents refusent. Le sujet a ensuite été abandonné. Au cours des deux mois suivants, la famille de Tafida a constaté des signes d’amélioration de son état comme l’ouverture de ses yeux et qu’elle s’est remise à bouger ses bras, ses mains, etc.

Tafida a ensuite été transférée au Royal London Hospital où il a été confirmé qu’elle subirait une trachéotomie qui est le traitement standard. Au même moment, ses parents ont été informés à plusieurs reprises de se préparer à sa mort. Tafida a résisté à une mort considérée comme inévitable et à 3 autres opérations.

Il y a quelques semaines, les parents de Tafida ont rencontré l’équipe médicale au cours de laquelle, ils ont été informés que les médecins avaient l’intention de prendre des mesures pour mettre fin à sa vie. S’ils n’étaient pas d’accord, ils seraient alors traduits en justice.

Deux experts de l’hôpital pour enfants Gaslini de Gênes ont déclaré qu’ils étaient prêts à soigner Tafida en précisant qu’elle n’était pas en état de mort cérébrale. L’hôpital Royal London refuse d’admettre qu’il y a un espoir pour elle, malgré le fait qu’elle est capable de boire et de réagir à la douleur.

Nos enfants ne sont pas la propriété de l’État et de médecins apprentis sorciers, comme dans l’affaire Vincent Lambert.

Les parents ne devraient pas avoir à lutter contre l’État pour défendre le droit de vivre de leurs enfants et le fait qu’ils puissent être soignés. Comme dans le cas de Vincent Lambert, s’ils ne souhaitent pas soigner la personne, ils ne doivent pas s’opposer à son transfert afin que d’autres médecins puissent l’aider.

Disons au Royal London Hospital de libérer Tafida et d’autoriser son transfert en Ligurie (ou tout autre établissement souhaitant soigner cet enfant)

 

MISE À JOUR 17 juillet 2019 : le Président de la région italienne de Ligurie où se trouve l’hôpital pour enfants Gaslini de Gênes s’est prononcé en faveur du transfert de Tafida, louant l’excellence médicale et l’humanité de cet hôpital. L’hôpital Gaslini a également confirmé que le 5 juillet, une équipe de ses spécialistes a envoyé des documents au Royal London Hospital et a également tenu une vidéoconférence avec les médecins de Tafida.

Plus d’informations et signature

Annonces #Conférences/Formations #NLQ

« Jésus est mort et ressuscité pour nous sauver » – Les 14, 21 & 28 mars 2019 à Flers (61)

Soirées organisées par le CET de Caen, avec le Père François Quillet, à la Rotonde de Flers :

 

Articles #En France #NLQ

Préservons la principale librairie religieuse de Toulouse !

Le propriétaire de la librairie religieuse Jouanaud, rue la Trinité à Toulouse, a atteint l’âge de la retraite, et éprouve toutes les peines du monde à vendre son commerce. L’incertitude continue de planer sur la pérennité de cette institution chère aux chrétiens toulousains.

Préserver l’héritage religieux de Toulouse

Quel est l’enjeu de la sauvegarde de cette librairie ? Toulouse, quatrième agglomération de France, est une mégapole de plus d’un million d’habitants. Il serait désastreux pour l’évangélisation de la cité que celle-ci soit privée d’une librairie en rapport, de par sa taille et la qualité des conseils qu’elle dispense aux clients, avec le nombre de chrétiens qui y vivent. Notre ville, qui possède une des plus anciennes université d’Europe, et qui fut le berceau de l’ordre dominicain, ordre consacré à la prédication, a toujours été un haut lieu de l’intelligence théologique et spirituelle. Si la principale librairie religieuse venait à fermer définitivement ses portes, ce serait un coup très dur porté à l’annonce de Jésus-Christ.

On nous vante sans arrêt la nécessité de concilier foi et raison. Mais comment le faire, si aucun livre de théologie et de spiritualité n’est plus accessible ailleurs que sur Internet, si le client ne possède personne pour le guider dans son choix de lecture ?

Lire la suite

Annonces #NLH #NLQ #Sorties/Animations

6 avril 2019 de 14h à 18h : Sauvons la maison commune, l’appel de Laudato Si’ à Créteil (94)

« Nous avons besoin d’une conversion qui nous unisse tous, parce que le défi environnemental que nous vivons, et ses racines humaines, nous concernent et nous touchent tous. »

Pape François, Laudato Si’ (LS 14)

affiche laudato si diocese creteilPour répondre à cet appel du Pape François, l’Antenne de Créteil des Semaines sociales deFrance et l’Apostolat des laïcs du diocèse de Créteil organisent, à la demande de Mgr Santier, le samedi 6 avril 2019 de 14 h à 18 h, un forum à destination des mouvements, “Sauvons la maison commune, l’appel de Laudato Si’”.

Les quelques 80 mouvements seront plus particulièrement invités à participer, et le forum sera ouvert à tous.

L’objectif de cette rencontre est de sensibiliser les participants à Laudato si’, d’approfondir ensemble ce texte fondateur, mais aussi de faire réfléchir, à partir d’expériences vécues, de
témoignages, d’envies, à sa déclinaison dans notre quotidien, celui de nos paroisses, de nos équipes, de nos mouvements.

Le déroulé prévisionnel est le suivant

  • 13h30 : accueil
  • Conférence : 14h à 14h45
  • 2 ateliers au choix de 2*45 min parmi 7 ou 8 : 15h – 15h45 et 16h – 16h45
  • Clôture par une célébration présidée par Monseigneur Santier à 17h

Les ateliers sont organisés autour des 7 thématiques développées dans « Nouveaux modes de vie ? L’appel de Laudato Si’ » du Conseil Famille et Société de la Conférence des Evêques de France, à laquelle nous avons ajouté la transmission :

  • Mieux vivre le temps
  • Mieux consommer
  • Mieux utiliser l’argent
  • Mieux produire
  • Mieux habiter l’espace
  • Mieux répondre aux besoins sociaux
  • Mieux accueillir les migrants
  • Mieux transmettre

Les ateliers auront des formats différents, afin de répondre à diverses attentes.

La conférence aurait un enjeu double : présenter Laudato Si’ et présenter en quoi ce texte nous invite à (re)penser nos modes de vie, en quoi il nous touche et peut nous guider (en insistant sur le lien indispensable entre le social et l’écologie).

L’objectif poursuivi est à la fois de mieux faire connaître l’encyclique, et à la fois d’ouvrir sur les ateliers, en reliant les thématiques traitées à des balises développées par le Pape François. Des exemples concrets pourraient être intéressants ; le campus de la Transition, dans l’approche novatrice et intégratrice qu’il promeut, semble particulièrement pertinent.

Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Triduum de la Sainte Face du 3 au 5 mars 2019 à Tours (37)

Il a lieu cette année du 3 au 5 mars.

Au programme :

Dimanche 3 mars

  • 16h30 : conférence d’ouverture : « La vie spirituelle de Léon PAPIN-DUPONT révélée à travers ses écrits » par Sylviane FALCINELLI, historienne.

Lundi 4 mars

  • 12h30 : Messe en mémoire du Vénérable Léon Papin-Dupont, présidée par Mgr Bernard-Nicolas AUBERTIN, archevêque de Tours.
  • 20h30 : Conférence sur « L’Archiconfrérie de la Sainte Face, une mission actuelle ? », par F. Christian-Marie DONET, op, recteur.

Mardi 5 mars

  • 12h15 : Messe de la Sainte Face présidée par F. Christian-Marie DONET, op, recteur.
  • 15h-19h : Vénération de la Sainte Face. Accueil, confessions et prière.
  • 19h : Vêpres de la Sainte Face.
  • 20h30 : Conférence « Soigner, Guérir, Sauver » par le père Jean-Marie ONFRAY, prêtre diocésain.

CONTACT :

Oratoire de la Sainte-Face
8 rue Bernard Palissy 37000 TOURS
Tél. 02 47 66 05 47 (Oratoire) – 02 47 75 30 60 (Couvent)
Entrée libre

Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Deux minutes pour vous #43 – Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine – “Le mauvais larron aurait-il pu devenir bon ?”

Nous vous avions annoncé le lancement d’une série de vidéos régulières où le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine répond à vos questions sous un format très court :

Le mauvais larron aurait-il pu devenir bon ?


Version Audio seule

C’est avec beaucoup de bonheur que le Père Michel-Marie répond désormais à vos questions les plus concrètes. C’est toujours une vraie joie de l’entendre traiter, à sa façon et dans sa lumière, les sujets les plus divers. Bonne écoute ! N’oubliez pas de faire suivre à tous vos amis ces petites vidéos qui peuvent faire tant de bien… et de prier pour le Père Michel-Marie dont le ministère est très prenant.

Articles #En France #NLH #NLQ

Un appel pour sauver l’église de l’abbaye de Sénanque – Concert le 21 décembre 2018 pour récolter des fonds

L’église de l’abbaye de Sénanque, dont la structure menace la nef, est actuellement fermée. Les autres bâtiments de l’abbaye restent ouverts au public, et les visites assurées.

En raison d’un péril imminent, l’église de l’abbaye de Sénanque a été fermée dans l’urgence.
Des désordres structurels importants menacent l’édifice : cette situation dramatique inquiète les spécialistes qui redoutent la perte de l’église.

Plusieurs éléments structurels de l’église présentent une vulnérabilité alarmante :

  • Les contraintes sur les fondations sont excessives au regard de la résistance du sol d’assise
  • Les murs pignons sont désolidarisés des murs gouttereaux
  • Des devers prononcés sont constatés sur les murs gouttereaux
  • La voûte de la nef est en limite de stabilité

Pourquoi en sommes-nous là ?

Le mur du bas-côté Est présente un problème de stabilité grave qui met tout l’édifice en situation de risques d’effondrement.
Historiquement, ce mur était contrebuté par le terrain naturel.
Au XIXème siècle, l’édification d’une chapelle a servi de contrefort.
Lors de la destruction de ce bâtiment en 1974, le mur Est s’est retrouvé libre, dépourvu de butée. Cela entraîne une bascule de l’édifice.

Existe-t’il des solutions pour sauver l’église ?

L’édification de contreforts permettrait de contrebuter le bas-côté Est.
Associées à un remaillage et à un coulinage des fissures, à une reconnexion des murs pignons aux murs gouttereaux, ces techniques permettraient de sauver l’église.
Cette solution a également l’intérêt de préserver l’harmonie de l’ensemble architectural

Quel est le coût pour sauver l’église ?

Le budget prévisionnel est estimé à 1 200 000 €.

La DRAC et le Conseil Départemental apportent leur contribution à ce programme, mais il faut impérativement réunir encore la somme de 800 000 € pour financer l’intégralité des travaux de sauvegarde de l’église.

Et maintenant ?

Décision a été prise d’étayer sans attendre le bas-côté Est de l’église afin de prévenir tout risque sismique qui s’avérerait destructeur même à faible intensité.
Cette solution ne répond que partiellement aux risques qui frappent l’église et ne peut être que transitoire.

Les services de l’Etat sont mobilisés et mettent tout en oeuvre afin de lancer au plus tôt la campagne de sauvegarde de l’église.

Comment aider ?

Le financement de cette campagne de sauvegarde est à la charge de l’abbaye, qui lance un appel à tous ceux qui refusent de perdre l’église de Sénanque.

L’Abbaye de Sénanque s’appuie sur la Fondation des Monastères, fondation reconnue d’utilité publique, dont l’un des buts est précisément d’aider les communautés à conserver le patrimoine culturel des monastères.

Les dons donnent droit à des réductions fiscales, et peuvent être effectués sur le site de la Fondation des Monastères : https://don.fondationdesmonasteres.org/soutenir

Les moines de l’abbaye remercient par avance tous les contributeurs pour leur soutien et leur générosité.

Source : page Facebook de l’abbaye de Sénanque

Un concert de soutien est organisé le 21 décembre 2018 pour aider l’abbaye :

NLQ #Tribunes et entretiens

Prédication du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine du 11 avril 2018

Suite à l’interview du père Michel-Marie sur la chaîne québécoise TVA dans l’émission La Victoire de l’Amour, le célèbre prédicateur, écrivain, auteur-compositeur et chanteur revient régulièrement pour commenter l’évangile du jour.

Ici  Jn III, 16-21

Version audio seule.

A la une #Doctrine / Formation

Carêméditation #39 : La voie royale !

Comme promis dans notre édito du mercredi des cendres, chaque jour nous vous partageons à méditer un texte du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine.

Xavier, dans Le Passeur de Dieu, s’étonne que le Christ soit allé jusqu’à donner sa vie sur la Croix, et le père Stanislas lui répond…

– Xavier ! Seul ce qui est extrême et démesuré, et allons-y, fou, prouve l’engagement de la personne dans la cause qu’elle défend. Et c’est pour ne pas assez le croire, que nous nageons tous dans l’apathie, dans le consensuel, dans le médiocre, telles des lames de couteau qui ne coupent pas.”

Là, le moine ferma les yeux et m’apparut envahi d’une tristesse empreinte de dégoût. Puis il ajouta sur un rythme très lent :

“Le Christ, lui, notre frère, s’est emparé de la démesure pour exprimer l’amour et contrebalancer la tiédeur accumulée des hommes de tous les temps, et pour ce faire – et il a bien fait ! (le père serra les dents en prononçant ces derniers mots) – il a choisi le supplice de la croix, à la fois dégradant et écrasant, au sens strict du terme. C’était donc la voie royale, et non seulement il l’a choisie, mais il l’a même embrassée, cette croix, pour mettre à mort le péché de l’homme que Barrès définit comme “la tiédeur, le gris, le manque de fièvre, c’est-à-dire tout ce qui contrarie l’amour”, parole cueillie dans ma jeunesse, jamais oubliée.

Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, in Le Passeur de Dieu, p. 126

George Desvallières (1861-1950). “L’Eglise douloureuse”. Peinture à l’huile sur papier marouflé sur toile. 1926. Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais. Dimensions : 255 x 151 cm