A la une #Tribunes et entretiens

La loi Schiappa et les pompiers pyromanes de la débauche

de Guillaume de Thieulloy dans les 4 vérités hebdo :

Il ne m’arrive pas souvent de trouver des points d’accord avec des militants d’extrême gauche, mais je me suis surpris à approuver au moins certains points d’une longue tribune signée d’une cinquantaine de militants, dirigeants associatifs ou médecins, pour beaucoup issus de l’extrême gauche, et parue le 19 août sur le site du « Journal du dimanche ».

Cette tribune concerne la toute récente loi du 3 août 2018 « renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes », dite « loi Schiappa ».

Avant d’aller plus loin, je précise qu’évidemment, je suis ulcéré par l’usage de l’écriture dite « inclusive » dans cette tribune (vous savez, cette façon d’écrire « militant… e », qui est le propre des lobbies féministes et LGBT et qui se répand partout).

Mais je trouve un point d’accord avec cette tribune bizarrement écrite et signée de toutes sortes de groupuscules improbables : la loi a loupé son principal objectif qui consistait à protéger davantage les enfants des agressions sexuelles d’adultes.

Cette « loi Schiappa » a vu le jour dans un double contexte.

Du côté féministe, le contexte était celui de l’affaire Weinstein et de la vaste et malsaine campagne de délation intitulée « Me too ». Du côté de la protection de l’enfance, on se situait juste après deux affaires ahurissantes où des gamines de 11 ans avaient été déclarées « consentantes » pour des relations sexuelles.

La suspicion généralisée de « harcèlement » est inquiétante. Elle incite à la délation et à l’accusation sans la moindre preuve de n’importe quel homme par n’importe quelle femme, pour n’importe quoi (même tenir simplement une porte, par courtoisie élémentaire, peut devenir la base d’une accusation de nature à briser une vie).

Mais le laxisme en matière de protection de l’enfance n’est pas moins inquiétant. La loi Schiappa a donc refusé – et c’est ce que dénonce à juste titre la tribune – de donner un âge au-dessous duquel tout acte sexuel est, ipso facto, un viol, puisqu’il ne peut pas y avoir de consentement.

La colère des signataires est d’autant plus justifiée qu’au départ, la loi devait contenir une « présomption de non-consentement » pour les mineurs.

La sémillante Secrétaire d’État a affirmé que cette présomption avait été retirée pour éviter une censure du Conseil constitutionnel. C’est possible, mais je ne vois pas pourquoi le Conseil aurait nécessairement censuré l’automaticité de la sanction dans un cas bien précis. Si ma mémoire est bonne, il n’avait pas censuré les peines planchers qui n’étaient pas moins « automatiques ».

Au total, cette loi me semble bien mal « ficelée ».

Mais, surtout, on ne peut s’empêcher de penser que tous ces braves libertaires, y compris au gouvernement, qui invoquent la protection de l’enfance ou la protection de la femme à longueur de journée, sont de dangereux pompiers pyromanes.

Ils applaudissent tous à la révolution sexuelle, moquent la fidélité conjugale, célèbrent « les familles multiples », et s’indignent des conséquences !

La réalité, c’est que l’une des causes majeures de la pauvreté en France est le divorce (que chaque majorité successive se vante de faciliter et qui, désormais, peut se faire par simple envoi de lettre recommandée).

C’est que les agressions sexuelles doivent beaucoup à la propagande pornographique qui se répand partout (et notre charmante ministre en sait quelque chose, puisque, naguère, elle était auteur, à succès paraît-il, de romans pornos).

Mais si vous détruisez les mœurs, ne vous étonnez pas des conséquences. Toutes les lois du monde n’y feront rien. Avec des législateurs et des « experts » comme vous, les pédophiles et les violeurs ont de beaux jours devant eux !

 

Brèves

Marlène Schiappa prend les femmes pour des attardées

NLQ #Points non négociables PNN

ONU – Avortement- Magistrale réponse d’un trisomique à Marlène Schiappa

« Considérez-moi comme un homme, non comme une anomalie congénitale ou comme un syndrome. Je n’ai pas besoin d’être supprimé. Je n’ai pas besoin d’être soigné. J’ai besoin d’être aimé, mis en valeur, éduqué et, parfois, aidé. » Frank, porteur de trisomie21 à l’ONU.

Source

Nous sommes loin des déclarations de Marlène Schiappa

En France #NLQ

ONU – La France déplore que ses alliés remettent en cause l’avortement

Brèves

Marlène Schiappa met ses filles chez les cathos et n’aime pas que ça se sache ?

Marlène Schiappa ne semble pas très confiante dans le système scolaire de la république. On doute en effet qu’elle confie ses filles à l’enseignement catholique pour des motifs religieux…

 

Mais visiblement elle n’a pas très envie que ça se sache !

 

NLQ #Points non négociables PNN

Perversion de la médecine – 7000 cartons rouges envoyés à Marlène Schiappa

Ce mardi 30 janvier 2018, Droit de Naître a remis à Mme Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes, plus de 7000 cartons rouges envoyés par les amis de l’association afin de protester contre son projet de rendre légale la PMA pour les couples de lesbiennes et les femmes seules.

Le même jour, Droit de Naître a déposé près de 10 000 pétitions au Conseil national de l’Ordre des Médecins, afin que son président, le docteur Patrick Bouet, prenne position contre le souhait du Haut conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes et du Planning familial de voir supprimée la clause de conscience qui permet aux médecins de refuser de pratiquer des avortements.

Ces deux projets, s’ils se réalisaient, conduiraient à une perversion insupportable de la profession de médecin. Dans le premier cas, il ferait de ce dernier le complice de la privation délibéré d’un enfant de son père et dans l’autre il conditionnerait l’exercice de la médecine à l’acceptation de supprimer une petite vie innocente !

Une telle dérive n’est pas une fatalité pour notre pays. Afin d’empêcher le pire il faut poursuivre sans relâche et sans compromis la mobilisation pour la vie. C’est ce que fera Droit de Naître tout au long de l’année 2018.

 

Source

Brèves

Quand le gouvernement agit dans l’ombre pour tenter de contrer La Manif et ses amis

Décidément, notre édito tombait à pic, lorsque nous affirmions que le gouvernement avait peur de La Manif et de ses amis et quand nous indiquions qu’ils agiraient par des biais détournés, acculés au mensonge. En voici une nouvelle illustration.

 

Promesse de campagne d’Emmanuel Macron, l’ouverture de la PMA à toutes les femmes est un sujet délicat que l’Elysée souhaite aborder avec des pincettes. Afin que le débat ne soit pas aussi passionnel que celui sur le mariage pour tous, Marlène Schiappa multiplie les rendez-vous avec les associations LGBT à qui elle divulgue d’astucieux conseils.

 

Lire l’article sur Closer

 

A la une #Brèves #NLH

Bioéthique – La peur du gouvernement : surtout ne pas réveiller la Manif pour tous

Cyril Brun pointait justement dans son édito du jour la crainte que les bienpensants avaient de ce réveil incompréhensibles pour eux des catholiques. En voici une nouvelle illustration.

Ne surtout pas réveiller la Manif pour Tous ! Alors que la très controversée question de la PMA pour toutes les femmes – une promesse de campagne d’Emmanuel Macron- sera abordée lors des Etats généraux de la bioéthique, le gouvernement avance à pas de velours sur ce dossier potentiellement explosif. Non seulement il prend tout son temps : le projet de loi, porté par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, sera présenté après les quatre mois de dialogue des Etats généraux, en 2019. Mais il s’emploie à tout faire pour le dépassionner.

La secrétaire d’Etat chargé l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, multiplie ainsi les rencontres avec les associations LGBT pour les inciter à ne pas mettre d’huile sur le feu : « Laisser la Manif pour Tous s’énerver toute seule, ne débattez pas avec Ludovine de la Rochère (NDLR : la figure de proue des anti mariage gay) », leur a-t-elle glissé. Leur conseillant même carrément « d’être cool, calme, d’aller sur le terrain, avec des fleurs, de l’amour, des bons sentiments… Une jolie photo d’un couple de femmes avec un bébé Cadum habillé en Petit Bateau, ce serait une super pub ».

Le gouvernement cherche aussi à se rassurer. « La Manif pour Tous n’a plus le même poids. Ils ont enregistré des échecs successifs », assène un conseiller ministériel, en citant les derniers sondages qui soulignent qu’une majorité de Français sont favorables à l’extension de la PMA. Et ce même conseiller d’anticiper, d’ores et déjà, que le sujet pourrait être moins clivant qu’annoncé : « On n’exclut pas que les Français y soient relativement indifférents. Ce qui nous semble plus explosif aujourd’hui, c’est le débat sur la fin de vie. »

Source

 

La Manif pour tous quant à elle demande dans un tweet :   à quand un rendez-vous pour échanger sur les droits de l’enfant ? Notre lettre attend toujours sa réponse. 

Brèves

A partir de 13 ans ce ne sera plus un viol !

Interrogée sur la non condamnation du prédateur sexuel sur la fillette de 11 ans, la secrétaire d’Etat à l’égalité homme femme a déclaré :

“L’âge est un sujet sur lequel nous sommes en train de débattre. Il y a différentes recommandations. Le Haut Conseil à l’Egalité parle de 13 ans. Des parlementaires et des experts parlent plutôt de 15 ans. Il faut que l’on regarde l’âge médian européen, l’âge de la maturité affective. Mais ça se jouerait à priori entre 13 et 15 ans”, selon Marlène Schiappa 

Voilà qui va faire plaisir à nombre de pédophiles, en attendant de l’abaisser… jusqu’à quel âge ?

 

Décidément nos politiques ne pensent qu’au sexe

A la une #En France #NLQ

PMA Marlène Schiappa- Quand les droits des uns supposent de spolier le droit des autres

Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat dédiée exclusivement à l’égalité entre les hommes et les femmes n’hésite pas, au nom de cette égalité, à porter atteinte à la liberté d’expression.

Une méthode bien connue qui ne cesse d’accumuler les dérives liberticides, après la loi sur le délit d’entrave numérique.

Voici donc que le secrétaire d’Etat souhaite faire retirer une affiche de la Manif Pour Tous dont le but est de faire réfléchir aux enjeux de la PMA dite pour toutes.

Réfléchir, voici bien ce dont les élites censeurs de la pensée unique ont le plus peur.

La Manif Pour tous demande donc un rendez-vous à Marlène Schiappa et appelle à un véritable débat.