A la une #Articles #Dans le Monde #NLH #NLQ

Vatican : les statistiques de l’Eglise catholique pour 2018, la population catholique augmente dans le monde !

 

A l’occasion de la 92ème Journée missionnaire mondiale du Dimanche 21 octobre 2018, l’Agence Fides présente comme d’habitude un certain nombre de statistiques choisies de manière à offrir un panorama de l’Eglise dans le monde. Les tableaux sont extraits du dernier Annuaire statistique de l’Eglise (mis à jour au 31 décembre 2016) et concernent les membres de l’Eglise, ses structures pastorales, les activités dans le domaine sanitaire, de l’assistance et de l’éducation. Entre parenthèses est indiquée la variation – augmentation (+) ou diminution (-) – par rapport à l’année précédente, selon la comparaison effectuée par l’Agence Fides.

Population mondiale

Au 31 décembre 2016, la population mondiale s’élevait à 7.352.289.000 personnes, avec une augmentation de 103.348.000 par rapport à l’année précédente. L’augmentation totale concerne cette année encore tous les continents, y compris l’Europe, qui voit pour la seconde année consécutive sa population s’accroître à nouveau après la diminution des années précédentes. Les augmentations les plus consistantes concernent, une fois encore, l’Asie (+49.767.000) et l’Afrique (+ 42.898.000), suivies par l’Amérique (+ 8.519.000), l’Europe (+ 1.307.000) et l’Océanie (+ 857.000).

Nombre de catholiques

A la même date du 31 décembre 2016, le nombre des catholiques était de 1.299.059.000, avec une augmentation totale de 14.249.000. L’augmentation concerne tous les continents à l’exception, pour la troisième année consécutive, de l’Europe (- 240.000), et se trouve être plus importante, comme par le passé, en Afrique (+ 6.265.000) et en Amérique (+ 6.023.000), continents suivis par l’Asie (+ 1.956.000) et l’Océanie (+ 245.000).

Le pourcentage des catholiques au sein de la population mondiale a diminué de 0,05 %, la même diminution que l’année précédente, arrivant à représenter 17,67 %. S’agissant des continents, on enregistre des augmentations en Amérique (+ 0,06 %), en Asie (+0,01 %) et en Océanie (+ 0,02 %) et des diminutions en Afrique (- 0,18 %) et en Europe (- 0,11 %).
Habitants et catholiques par prêtre

Le nombre d’habitants par prêtre a globalement augmenté cette année encore de 254 unités cette fois, atteignant le total de 14.336. La répartition par continent enregistre des augmentations en Afrique (+ 271), en Amérique (+ 108), en Europe (+ 66) et en Océanie (+ 181), la seule diminution concernant l’Asie (- 264).

Le nombre des catholiques par prêtre a augmenté globalement de 39 unités, atteignant le chiffre de 3.130. Des augmentations sont enregistrées en Afrique (+ 7), en Amérique (+ 74), en Europe (+ 22) et en Océanie (+52) alors qu’une diminution se confirme, comme l’année passée, en Asie (- 13).

Circonscriptions ecclésiastiques et stations missionnaires

Le nombre des circonscriptions ecclésiastiques a augmenté de 10 par rapport à l’année précédente, arrivant à 3.016, avec de nouvelles circonscriptions créées en Afrique (+ 3), en Amérique (+ 3), en Asie (+ 3) et en Europe (+ 1). Aucune variation n’est enregistrée en Océanie, tout comme les années précédentes.

Le nombre des stations missionnaires avec prêtre résident est au total de 2.140 (soit 581 en plus alors que l’année précédente, leur nombre avait diminué). Il a diminué seulement en Afrique (- 63) alors qu’il a augmenté en Amérique (+ 98), en Asie, (+ 151), en Europe (+ 364) et en Océanie (+ 31).
Le nombre des stations missionnaires sans prêtre résident a diminué globalement de 513 unités, leur nombre s’établissant désormais à 142.487.

Elles voient leur nombre augmenter en Afrique (+ 135), en Europe (+ 456) et en Océanie (+91) alors qu’elles diminuent en Amérique ( – 35) et en Asie (- 1.160).

Evêques

Le nombre total des Evêques dans le monde a augmenté de 49 unités atteignant un total de 5.353. Cette année le nombre d’Evêques diocésains augmente tout comme celui des Evêques religieux. Le nombre des Evêques diocésains est de 4.090 (27 de plus que l’année précédente) alors que les Evêques religieux sont au nombre de 1.263 (22 en plus).

L’augmentation du nombre des Evêques diocésains concerne l’Amérique (+ 20), l’Asie (+ 9), l’Europe (+ 3) alors qu’il diminue en Afrique (- 2) et en Océanie (- 3). Les Evêques religieux voient leur nombre augmenter sur tous les continents à l’exception de l’Asie (- 7), l’Afrique en gagnant 5, l’Amérique 14, l’Europe 8 et l’Océanie 2.

Prêtres

Le nombre total des prêtres dans le monde a diminué cette année encore, atteignant le chiffre de 414.969 (- 687). Le continent où l’on constate encore une diminution consistante est une nouvelle fois l’Europe (- 2.583), auquel s’ajoute cette année l’Amérique (- 589). Les augmentations concernent l’Afrique (+ 1.181) et l’Asie (+ 1.304), l’Océanie demeurant stable.

Le nombre des prêtres diocésains a augmenté globalement de 317, atteignant le chiffre de 281.831, avec une seule diminution, cette année encore : l’Europe (- 1.611), les augmentations concernant l’Afrique (+ 983), l’Amérique (+ 180), l’Asie (+ 744) et l’Océanie (+ 21).

Le nombre des religieux prêtres a quant à lui diminué globalement de 1.004 unités, soit le triple de l’année précédente, pour s’établir à 133.138. Consolidant la tendance de ces dernières années, leur nombre augmente en Afrique (+ 198), en Asie (+ 560) mais diminue en Amérique (- 769), en Europe (- 972) et en Océanie (- 21).

Diacres permanents

Le nombre des diacres permanents dans le monde a, cette année également, augmenté de 1.057 et arrive au total de 46.312. L’augmentation la plus forte concerne encore une fois l’Amérique (+ 842), suivie par l’Europe (+ 145), l’Océanie (+ 45), l’Afrique (+ 22) et l’Asie (+ 3).

Le nombre total des diacres permanents diocésains dans le monde est de 45.609, avec une augmentation global de 982 unités. Cette croissance concerne tous les continents à l’exception de l’Asie (- 38). Ainsi leur nombre augmente en Afrique (+ 36), en Amérique (+ 807), en Europe (+ 130) et en Océanie (+ 47).

Le nombre total des diacres permanents religieux est de 703, avec une augmentation de 75 unités par rapport à l’année précédente, sachant que les augmentations concernent l’Asie (+ 41), l’Amérique (+ 35) et l’Europe (+ 15), alors que les diminutions ont lieu en Afrique (- 14) et en Océanie (- 2).

Religieux et religieuses

Le nombre des religieux non prêtres a diminué globalement pour la quatrième année consécutive, en contre tendance avec les années précédentes, de 1.604 unités et arrive à un total de 52.625. Les diminutions, beaucoup plus consistantes que l’année précédente, s’enregistrent partout dans le monde : en Afrique (- 50), en Amérique (- 503), en Asie (- 373), en Europe (- 614) et en Océanie (- 64). Se confirme également la tendance à la diminution globale du nombre des religieuses, de 10.855 unités cette année, inférieure à celle de l’année précédente. Les religieuses sont globalement au nombre de 659.445. Les augmentations concernent, une fois encore, l’Afrique (+ 943) et l’Asie (+ 533) alors que les diminutions sont relatives à l’Amérique (- 3.775), à l’Europe (- 8.370) et à l’Océanie (- 216).

Membres des Instituts séculiers

Le nombre des membres des Instituts séculiers masculins est globalement de 618, et diminue (- 79) après la hausse de l’année précédente. Au niveau continental, il connaît une augmentation en Afrique (+ 2) et en Asie (+ 4) alors qu’il diminue en Amérique (- 77) et en Europe (- 8), la situation, cette année encore, demeurant stable en Océanie.

Le nombre des membres des Instituts séculiers féminins a diminué globalement de 459 unités, pour un total de 22.400 membres. Il augmente seulement en Afrique (+ 113), alors qu’il diminue en Amérique (- 33), en Asie (- 35), en Europe (- 502) et en Océanie (- 2).

Missionnaires laïcs et catéchistes

Le nombre des missionnaires laïcs de par le monde est de 354.743, soit une augmentation globale de 2.946, particulièrement sensible en Amérique (+ 4.728) et en Afrique (+ 759). Leur nombre diminue en revanche en Asie (- 1.565), en Europe (- 921) et en Océanie (-55).

Le nombre des Catéchistes de par le monde a diminué globalement de 36.364 unités pour atteindre le chiffre de 3.086.289. La seule augmentation s’enregistre en Afrique (+ 10.669) alors qu’il diminue en Amérique (- 20.407) en Asie (- 12.896), en Europe (- 13.417) et en Océanie (- 313).

Grands Séminaristes

Le nombre des grands séminaristes, diocésains et religieux, a globalement diminué cette année encore, de 683 unités, pour un total de 116.160. Les augmentations les plus consistantes concernent l’Afrique (+ 1.455) et, de manière plus limitée, l’Asie (+ 9) alors que les diminutions touchent l’Amérique (- 1.123), l’Europe (- 964) et l’Océanie (- 60).

Le nombre des grands séminaristes diocésains est de 71.117 (+ 999 par rapport à l’an dernier) et celui des séminaristes religieux est de 45.043 (- 1.682). Pour les séminaristes diocésains, l’augmentation de leur nombre intéresse l’Afrique (+ 1.059), l’Amérique (+ 16) et l’Asie (+ 310) alors que ce dernier diminue en Europe (- 381) et en Océanie (- 5). S’agissant des grands séminaristes religieux, leur nombre augmente seulement en Afrique (+ 396) alors qu’il diminue en Amérique (- 1.139), en Asie (- 301), en Europe (- 583) et en Océanie (- 55).

Petits séminaristes

Le nombre total des petits séminaristes, diocésains et religieux, a diminué cette année, en contre tendance par rapport à l’année précédente, de 2.735 unités, pour atteindre un total de 101.616. Ils ont vu leur nombre diminuer sur tous les continents : en Afrique de 69, en Amérique de 1.299, en Asie de 871, en Europe de 581 et en Océanie de 5 unités.

Le nombre total des petits séminaristes diocésains est de 78.369 (- 1.729) et celui des religieux de 23.247 (- 1.006). S’agissant des petits séminaristes diocésains, l’augmentation s’enregistre cette année en Afrique (+ 236) et en Océanie (+ 7). Leur diminution concerne en revanche l’Amérique (- 684), l’Asie (- 988) et l’Europe (- 300).

Le nombre des petits séminaristes religieux connaît en revanche une augmentation seulement en Asie (+ 207) alors qu’il diminue en Afrique (- 305), en Amérique (- 615), en Europe (- 281) et en Océanie (- 12).

Instituts d’instruction et d’éducation

Dans les domaines de l’instruction et de l’éducation, l’Eglise gère de par le monde 72.826 écoles maternelles pour un total de 7.313.370 élèves ; 96.573 écoles primaires pour 35.125.124 élèves et 47.862 établissements d’enseignement secondaire pour un total de 19.956.347 élèves. Elle suit en outre 2.509.457 jeunes d’écoles supérieures et 3.049.548 étudiants.

Instituts sanitaires, de bienfaisance et d’assistance

Les instituts de bienfaisance et d’assistance gérés par l’Eglise dans le monde comprennent : 5.287 hôpitaux avec une présence plus importante en Amérique (1.530) et en Afrique (1.321) ; 15.937 dispensaires pour la plus grande partie en Afrique (5.177), en Amérique (4.430) et en Asie (3.300) ; 610 léproseries principalement en Asie (352) et en Afrique (192) ; 15.722 maisons de retraite pour personnes âgées, malades chroniques et handicapés, pour la plus grande partie en Europe (8.127) et en Amérique (3.763) ; 9.552 orphelinats dont la majeure partie en Asie (3.660) ; 11.758 jardins d’enfants dont la majeure partie en Amérique (3.191) et en Asie (3.295) ; 13.897 dispensaires de consultations matrimoniales distribués en grande partie en Europe (5.664) et en Amérique (4.984) ; 3.506 centres d’éducation ou de rééducation sociale et 35.746 institutions d’un autre genre.

Circonscriptions ecclésiastiques dépendant de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples

Les Circonscriptions ecclésiastiques dépendant de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples (CEP) sont globalement au nombre de 1.114, en octobre 2018 soit trois circonscriptions de plus que l’année précédente. La majeure partie d’entre elles se trouve en Afrique (511) et en Asie (482). Viennent ensuite l’Amérique (75) et l’Océanie (46).

Source : Agence Fides

A la une #Brèves #NLH

L’Afrique est devenu le premier continent chrétien devant l’Amérique latine

Pour la première fois, le nombre de chrétiens africains dépasse celui des chrétiens latino-américains. Selon une étude du Centre pour l’étude du christianisme mondial (Center for the Study of Global Christianity) du Gordon-Conwell Theological Seminary de Boston (Massachusetts), le nombre de chrétiens s’établirait, aujourd’hui, à 631 millions en Afrique contre 601 millions en Amérique latine. En Afrique, on a enregistré une augmentation d’environ 50 millions de chrétiens sur une année, soit du fait des naissances dans des familles chrétiennes, soit du fait de conversions – notamment depuis l’islam.

Source : Riposte-catholique

 

A la une #Dans le Monde #NLH

L’état du monde catholique – Le nombre de catholiques augmente

Le nombre de catholiques continue d’augmenter dans le monde, notamment en Afrique et en Asie, affirme l’Osservatore Romano le 12 juin 2018, à l’occasion de la parution de l’Annuaire pontifical 2018

Les catholiques dans le monde sont désormais 1,3 milliard, soit 17 % de la population mondiale, selon les statistiques de l’Annuarium statisticum Ecclesiae portant sur les chiffres de 2016. Un chiffre en légère augmentation depuis le dernier relevé.

Notamment du fait de l’Afrique, qui abrite plus de 17 % des baptisés dans le monde – 228 millions en valeur absolue. La hausse des catholiques se confirme et se renforce cette année, avec 23 % de plus.

Cette bonne santé se double d’une hausse constante en matière de vocations sacerdotales. Avec des évolutions impressionnantes dans certains pays comme l’Ouganda (+31 %), la Tanzanie (+39 %) ou encore Madagascar (+65 %). En revanche, un pays comme le Kenya est en baisse de 13 % sur la période.

Situations contrastées 

L’Amérique, nord et sud confondus, continue de réunir près de la moitié des catholiques dans le monde, avec un très net penchant en faveur du sud (57 %). A lui seul, un pays comme le Brésil en concentre près d’un tiers, confirmant ainsi sa position de pays le plus catholique des cinq continents. Cette situation masque cependant une diminution réelle des vocations sacerdotales, surtout en Amérique du Sud. Avec un nombre de séminaristes par catholiques le plus bas au monde (5 %), en-dessous même du niveau européen.

L’Asie, en comparaison, reste en devenir pour l’Eglise. Avec 11 % de catholiques – pour plus de 60 % de la population mondiale – elle connaît des situations très contrastées, avec notamment un pays comme les Philippines qui comprend 76 % des fidèles du continent, mais où les vocations sont en berne. Alors qu’au Vietnam, les vocations sont en hausse de 48 %.

En Océanie, les 10 millions de catholiques sont eux aussi en hausse de 10 % environ.

L’Europe, enfin, confirme sa tendance “la moins dynamique“ de toutes, avec 22 % des baptisés, et une croissance d’à peine 0,2 %. Là encore, quelques pays sortent du lot, comme l’Italie, l’Espagne et la Pologne, qui compte encore 90 % de catholiques dans sa population.

A l’heure d’aujourd’hui, le clergé mondial compte 466 000 membres environ, dont 5 300 évêques, 414 000 prêtres – dont les deux tiers de diocésains, pour un tiers de religieux – et 46 000 diacres permanents.

Etre chrétien en Europe de l’Ouest 

Selon une récente étude du Pew Research Center, l’Europe de l’Ouest est devenue l’une des régions les moins religieuses dans le monde. Bien que la vaste majorité des adultes soient baptisés, nombre d’entre eux ne se décrivent pas comme étant chrétiens. L’enquête montre aussi que ceux qui se déclarent chrétiens non pratiquants représentent la majeure partie de la population dans cette région. Dans tous les pays, à l’exception de l’Italie, ils dépassent le nombre de chrétiens pratiquants. Toutefois, l’étude du Pew Research Center, reposant sur 24 000 entretiens téléphoniques auprès d’un échantillon aléatoire d’adultes dont environ 12 000 chrétiens non pratiquants, a conclu que l’identité chrétienne est encore un marqueur identitaire important en Europe de l’Ouest, même parmi ceux qui n’assistent que rarement à des services religieux. Il ne s’agit pas simplement d’une identité symbolique sans importance dans la pratique. Au contraire, les opinions religieuses, politiques et culturelles des chrétiens non pratiquants sont souvent différentes de celles des chrétiens pratiquants et/ou des adultes sans appartenance religieuse.

(In)tolérance religieuse

En effet, l’identité chrétienne en Europe de l’Ouest est associée à des niveaux plus élevés de sentiment négatif à l’égard des immigrés et des minorités religieuses. Par exemple, en France, 45 % des chrétiens pratiquants déclarent que l’islam est fondamentalement incompatible avec la culture et les valeurs françaises, comme le font environ le même pourcentage de chrétiens non pratiquants (41 %). Mais une tendance générale et constante émerge : les chrétiens, qu’ils soient pratiquants ou non, sont plus susceptibles que les adultes sans appartenance religieuse en Europe de l’Ouest d’exprimer des opinions anti-immigration, anti-minorités et nationalistes. Ce fait mérite d’attirer notre attention et de nous … alarmer ! L’enquête souligne néanmoins que d’autres facteurs, autres que l’identité religieuse, sont étroitement liés à ces opinions.

Lire l’étude en intégralité

Source : cathobel

Dans le Monde #Europe non francophone #NLH #NLQ

Adieu à la “très catholique”Espagne, dans une Europe de plus en plus sécularisée. Aux USA, en revanche…

de Sandro Magister sur diakonos.be :

Dans la dernière enquête exceptionnelle du Pew Research Center de Washington sur l’état du christianisme en Europe occidentale, les données qui frappent le plus sont celles de l’Espagne et de sa mutation accélérée de « catholique » à ultra-sécularisée.

L’enquête mérite d’être lue dans son intégralité :

> Being Christian in Western Europe

Mais nous nous limiterons ici à en rappeler quelques données. Avant tout, la stabilité numérique du christianisme en Italie, au Portugal et en Irlande où les quatre-cinquièmes de la population continuent à se dire chrétiens et où ils sont 40 % à pratiquer leur religion au moins une fois par mois en Italie, 35 % au Portugal et 34 % en Irlande.

Dans ces trois pays, ils ne sont que 15 %, c’est-à-dire relativement peu, à se dire athées, agnostiques ou sans aucune religion particulière, ce sont les « nones » du tableau reproduit ci-dessus.

Ces derniers sont en revanche très nombreux dans les quatre pays les plus sécularisés d’Europe occidentale :

  • la Hollande, où les sans religion sont désormais plus nombreux que les chrétiens, 48 % contre 41 % ;
  • la Norvège, avec 43 % de sans religion contre 51 % de chrétiens ;
  • la Suède, avec 42 % de sans religion contre 52 % de chrétiens ;
  • la Belgique, avec 38 % de sans religion contre 55 % de chrétiens.

Et dans quatre autres pays d’Europe, la sécularisation est à un stade très avancé : il s’agit de la France, de l’Allemagne, de la Suisse et du Royaume-Uni. Dans ces pays, ce processus remonte à longtemps et progresse à un rythme moins soutenu, avec un nombre de sans religion qui oscille aujourd’hui entre 21 % et 28 %.

La grande surprise vient en revanche d’Espagne où les athées, les agnostiques et les sans religion représentent aujourd’hui déjà 30 % de la population et sont arrivés à ce niveau dans un laps de temps très court.

Pour bien comprendre à quel point la sécularisation a été aussi brutale en Espagne, il suffit de noter qu’en l’espace de quelques années, l’augmentation des sans religion a positionné l’Espagne presque au même niveau que les quatre pays les plus sécularisés d’Europe occidentale, c’est-à-dire la Hollande, la Norvège, la Suède et la Belgique.

Mais avec cependant une grande différence. Alors que dans ces quatre pays, ceux qui se déclarent aujourd’hui sans religion sont dans la plupart des cas nés et ont grandi dans un milieu familial éloigné de la foi, en Espagne cinq sur six d’entre eux étaient catholiques dans leur enfance et la quasi-totalité ont été baptisés.

Le tableau de l’Espagne se présente comme suit :

  • chrétiens qui pratiquent au moins une fois par mois : 24 %
  • chrétiens non pratiquants : 44 %
  • sans religion : 30 %

Il faut en outre remarque que même chez les pratiquants, la fidélité à l’Église sur certaines questions essentielle est très incertaine. En Espagne, 49 % d’entre eux sont favorables à la légalisation de l’avortement et 59 % sont en faveur du mariage des homosexuels, dans des proportions supérieures à celles – s’élevant quand même à 40 % – que l’on rencontre chez les chrétiens pratiquants des trois pays les plus « catholiques » d’Europe occidentale : l’Italie, le Portugal et l’Irlande, ce dernier pays venant tout juste de se prononcer par référendum sur la question de la légalisation de l’avortement, avec une victoire du « oui » s’élevant à 66 %.

La façon dont on abandonne la foi dans les différents pays européens est décrite par les personnes sondées comme un « éloignement graduel » de cette dernière, non traumatique. Mais en Espagne, trois sondés sur quatre l’attribuent aux « scandales qui impliquent des responsables et des instituts religieux ».

Dans l’ensemble, l’enquête révèle une grande disparité entre l’Europe occidentale et les Etats-Unis.

Alors qu’en Europe, 31 % des chrétiens pratiquent au moins une fois par mois, ils sont plus du double aux Etats-Unis, soit 64 %. Et là-bas, même 9 % des citoyens qui se disent sans religion particulière pratiquent un culte au moins une fois par mois.

En Europe, alors que 14 % des chrétiens déclarent prier tous les jours, ils sont 68 % aux Etats-Unis, auxquels s’ajoutent 20 % des sans religion.

En Europe, 23 % des chrétiens croient en Dieu avec certitude, contre 76 % aux Etats-Unis, ainsi que 27 % des sans religion.

Ils sont 14 % en Europe à considérer que la religion tient une place « très importante dans leur vie » contre 68 % aux Etats-Unis, plus 13 % de ceux qui ne s’identifient avec aucun confession religieuse particulière.

Source : Diakonos.be

Dans le Monde #En Europe #Europe non francophone #NLH #NLQ

L’émancipation des jeunes en Europe

Par F.-X. Esponde

Une enquête d’Eurostat rendue publique récemment donne une carte chiffrée intéressante de l’age auquel les jeunes européens prennent leur autonomie familiale pour construire leur avenir.

1 – Les différences notables entre le nord de l’europe et le sud des pays de l’Union démontrent les disparités existantes.

En Espagne on quitte à 28,9 ans le domicile familial, et 8 sur 10 des jeunes adultes de cet age vivent chez leurs parents jusqu’à 30 ans et pour un quart suivant de 30 à 34 ans.

En Europe la moyenne donne 26,1 ans.

La Suède fait exception à 19,6 ans, au Danemark à 21 ans, en Finlande 21,9 ans comparativement à l’Espagne.

Cette courbe de la durée accrue du séjour en famille avait déjà commencé en 1980, connut des évolutions puis la crise économique s’ajoutant, le nombre des jeunes résidant chez leurs parents n’a cessé de croître ces dernières années.

2 – Le manque de travail, le chômage des jeunes jusqu’à 24 ans élevé en Espagne, les difficultés de logements et le manque de parc social, le bien être familial et le peu de bourses pour aider les jeunes dans leur quête et formation professionnelle, n’ont cessé d’augmenter le nombre des trentenaires vivant dans le foyer des parents dans tout le pays.

3 – L’Espagne ne dispose que de 1,1 % de logements sociaux face aux Pays Bas qui atteignent 32 % des disponibilités dans ce sens, l’Autriche 23 %, le Royaume Uni 18 %.

Pour un salaire mensuel de 600 euros un jeune Espagnol ne pouvant accéder à un loyer de 650 euros mensuel, la solution durable est de se maintenir à la maison familiale le plus longtemps possible.

Ainsi donc 21,8 % à peine des jeunes de ces années 20-30 ans se sont émancipés de cette situation familiale qui les préserve en attendant.

Si le parc résidentiel locatif européen atteint 38 %, l’Espagne est à 20 points de moins aujourd’hui.

Dans les années 50 et suivantes jusqu’à 60, il y avait beaucoup de résidences locatives dans le pays ; dans les années 70 une politique à la construction et des aides publiques permirent à des centaines de milliers d’Espagnols de devenir propriétaires de leur maison.

4 – La crise économique ayant changé la donne, la tendance actuelle revient vers le parc locatif plus partagé par le plus grand nombre.

5 – La démographie reste un autre sujet sensible pour le pays avec 1,3 enfant par couple, l’une des moyennes les plus basses de l’Europe, le retard pour prendre son autonomie familiale, les problèmes de travail en sus, les Espagnols tardent à infléchir leurs habitudes et particulièrement chez les jeunes où le travail temporaire et le manque de travail réel ne rendent pas l’autonomie possible ou envisageable.

6 – En regardant la carte des Pays Européens, on note les moyennes des âges de la jeunesse à l’heure de s’émanciper de leurs parents.

En Suède, au Danemark, au Luxembourg, autour de 21 ans,

en Finlande, en Estonie, en Belgique autour de 22 ans,

en Hollande, en Allemagne, en France autour de 23/24 ans,

Au Royaume Uni, en Autriche et en Lituanie autour de 24/25 ans,

La moyenne pour l’Union européenne étant de 28 ans, on trouve en Irlande et en Tchéquie 26 ans,

en Lituanie, à Chypre et en Hongrie 27 ans,

En Pologne, en Roumanie et en Slovaquie, 27 / 28 ans

En Bulgarie, au Portugal et en Espagne, 28/29 ans,

En Grèce, en Italie et en Tchécoslovaquie, 29/30ans,

En Croatie et Malte enfin 31/32 ans.

Le nord de l’europe marque une précocité de dix ans sur le sud pour la même tranche de population concernée par le sujet.

Les analystes ajoutent le terreau socio culturel et religieux catholique des pays du sud pourrait expliquer les raisons de ce lien intrinsèque avec la famille originelle.

D’autres préconisent une explication somme toute plus ponctuelle aux conditions économiques actuelles.

La grande maison commune européenne est ainsi portée par des traditions différentes, qu’il est difficile de ne pas observer dans le contexte présent de la famille qui reste une bastide protégée pour les enfants et les adultes confrontés aux duretés réelles de la vie !

Source : France catholique

Brèves

Le nombre de mariages entre personnes de même sexe continue à baisser

Sur 228 000 mariages célébrés en 2017, il y en a eu 7 000 entre personnes de même sexe.

Depuis 2014, le nombre de mariages entre personnes de sexe différent a baissé de 4 % alors que le nombre de mariages entre personnes de même sexe a baissé de 33 %. On constate par ailleurs une augmentation de 13 % du nombres de PACS conclu sur la même période.

 

Source Famille Chrétienne

Quand on dit qu’eux-même n’en voulait pas !

A la une #En France #NLQ

Reims – En 10 ans 50 prêtres de moins pour 50 diacres de plus

Statistiques au 1er Janvier 2018 (d’après l’annuaire diocésain 2018). Les chiffres en rouges sont ceux de 2018. Les chiffres entre parenthèse sont ceux de 2017.

LES PRÊTRES

  • Nombre de prêtres présents dans le diocèse : 103 (101).
  • Nombre de prêtres incardinés (1) dans le diocèse de Reims : 82 (81).
  • Nombre de prêtres présents dans le diocèse et incardinés (1) ailleurs (religieux ou prêtres d’un autre diocèse) : 21 (20).

  • Nombre de prêtres présents dans le diocèse ayant plus de 75 ans : 54 (56) soit 55,52 %, dont 24 ont plus de 85 ans.
  • Nombre de prêtres présents dans le diocèse ayant entre 50 et 74 ans : 33 (30), soit 33,99 %.
  • Nombre de prêtres présents dans le diocèse ayant moins de 49 ans : 17 (15) soit 17,51 % (2 ont moins de 40 ans) dont 21 venant pour un temps d’autres diocèses ou d’une congrégation religieuse. Soit 21,63 %.

  • Moyenne d’âge des prêtres actuellement dans le diocèse : 67,64 (71,16).
  • Moyenne d’âge des prêtres incardinés (1) dans le diocèse de Reims : 76,98 (75,78).
  • Moyenne d’âge des prêtres présents dans le diocèse mais incardinés (1) ailleurs (religieux ou prêtres d’un autre diocèse) : 58,85 (55,15).

(1) Incardiné : signifie que le prêtre ou le diacre est relié à un diocèse ou à une communauté religieuse.

LES DIACRES

  • Nombre de diacres présents dans le diocèse : 33 (35).
  • Nombre de diacres ayant 75 ans et plus : 11 (10) soit 36,3 %.
  • Nombre de diacres ayant entre 50 et 74 ans : 22 (25) soit 74,25 %.
  • Moyenne d’âge des diacres présents dans le diocèse de Reims : 79,57 % (69,31).

LAÏCS AYANT REÇU UNE LETTRE DE MISSION

  • Femmes : 18 (17).
  • Hommes : 2 (2).
  • Couples d’accueil : 1 (3).

IL Y A 10 ANS, CHIFFRES DE L’ANNÉE 2008

Nombre de prêtres présents dans le diocèse : 151

Nombre de prêtres incardinés (1) dans le diocèse de Reims : 127

Age moyen des 151 prêtres : 73,13

… dont 82 de plus de 75 ans (54,30 %)

… 56 entre 50 et 75 ans (37,09 %)

… 13 de moins de 50 ans (8,61 %)

 

Source diocèse de Reims

En Afrique #NLH #NLQ

Statistiques de l’Eglise : l’Afrique apparaît comme le continent de l’espérance

Le nombre de catholiques dans le monde poursuit son expansion, surtout en Afrique, d’après les chiffres tirés de l’annuaire statistique de l’Église, mis à jour au 31 décembre 2014 et publiés le 23 octobre dernier par l’agence Fides à l’occasion de la Journée missionnaire mondiale.

Le Bureau Central des Statistiques de l’Église, évoque une Église dynamique dans un monde en mutation. L’Afrique apparait comme le continent de l’espérance pour l’Église catholique tandis que le nombre des ministres ordonnés, notamment religieux, enregistre un fléchissement surtout en Europe. Première donnée réconfortante : entre 2005 et 2014 (la période prise en considération par les auteurs de l’étude) le nombre des catholiques baptisés a augmenté à un rythme qui dépasse largement celui de la population mondiale : + 14,1 % contre + 10,8 %, à l’exception de l’Océanie.

En 2014, le monde comptait ainsi 1272 millions de catholiques, soit 157 millions de plus qu’en 2005. 23 % de la communauté catholique mondiale vit en Europe, mais ce continent est le moins dynamique du monde, du point de vue du catholicisme. Depuis plusieurs années, les baptisés catholiques constituent environ 40 % de la population européenne. Au contraire, le continent africain est de loin le plus dynamique. Le rythme de croissance des baptisés catholiques dépasse 40 %, alors que la population africaine croit au rythme de 23,8 %. Les catholiques africains représentent désormais 17 % des catholiques du monde entier. L’Amérique enregistre un léger fléchissement mais continue d’accueillir près la moitié des catholiques baptisés.

En Afrique, le nombre des prêtres, diocésains et religieux, a augmenté de 32,6 % entre 2005 et 2014, En Europe il a chuté de plus de 8 %. Par ailleurs, autre donnée étonnante : après une période de dynamisme entre 2005 et 2011, la croissance s’est arrêtée et ce phénomène se poursuit. Cela vaut aussi pour le nombre des séminaristes dont la diminution à partir de 2011 touche tous les continents à l’exception de l’Afrique et atteint 17,5 % en Europe.

En 2014, les séminaristes d’Afrique et d’Asie représentaient 53,9 % du total mondial. L’Afrique compte actuellement 66 séminaristes pour 100 prêtres, ce qui laisse espérer un renouvellement générationnel, tandis que l’Europe n’en compte que 10 contre 100, ce qui laisse présager un vieillissement rapide du clergé. Le clergé religieux est plus touché que le clergé diocésain. En ce qui concerne les vocations féminines, 38 % des religieuses vivent encore en Europe, mais c’est justement sur le vieux continent, ainsi qu’en Amérique et en Océanie que leur nombre décline sensiblement.

Source