Brèves

PMA : un dîner organisé dans la discrétion à l’Elysée

Le 23 mai, Emmanuel Macron a reçu très discrètement à dîner une vingtaine de personnes pour débattre de la PMA, l’un des sujets les plus sensibles de la révision des lois de la bioéthique.

Parmi les convives du dîner qui a duré plus de trois heures : le père Brice de Malherbe, spécialiste de la bioéthique et codirecteur du département « éthique biomédiciale » du Collège des Bernardins à Paris, le grand rabbin de France Haïm Korsia, le ministre de la santé Agnès Buzyn, le delegué général d’Alliance Vita Tugdual Derville, le président de l’association des familles homoparentales Alexandre Urwicz, le président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français François Olivennes, le président du Comité d’éthique Jean-François Delfraissy…

La question de la PMA et de sa possible extension aux couples de femmes ou aux femmes seules, a occupé la place majeure dans la discussion. Selon le quotidien La Croix, Emmanuel Macron est resté à l’écoute sans se prononcer clairement sur la question. Ce n’est pas le premier dîner au sujet de la bioéthique organisé par Emmanuel Macron. Le premier s’est tenu à la mi-février et portait plus particulièrement sur la fin de vie. Une troisième consultation devrait avoir lieu à l’Élysée, elle concernerait la question de l’intelligence artificielle.

A la une #NLH #Tribunes et entretiens

La République peut-elle nous demander l’impossible ? Tugdual Derville

J’étais lundi au collège des Bernardins pour la rencontre proposée par les évêques de France au président de la République avec des personnalités catholiques. Tous arrivés en avance, comme il sied, nous avons attendu l’hôte du jour en discutant. Occasion de faire le point, de nouer des contacts. On oppose trop souvent les chrétiens selon qu’ils ont – prétend-on – la fibre sociale ou la fibre sociétale. Mon expérience auprès d’enfants porteurs de handicap éprouve l’absurdité de séparer respect de la vie et soutien aux personnes fragiles. La richesse des échanges avec d’autres responsables associatifs le confirme.

Pour un peu, l’arrivée d’Emmanuel Macron, imposant le silence, nous aurait frustrés… En écoutant les humbles ou brillants discours, chacun a pu noter la priorité faite aux plus vulnérables et leur juste place au premier rang dans la hiérarchie de l’Église. Mon vieil ami d’À Bras Ouverts, Gilbert, originaire de Guyane, connu lorsqu’il avait 6 ans, a même pu saluer de son fauteuil électrique le chef de l’État.

Du discours de ce dernier, répondant à Monseigneur Pontier, je retiens un paragraphe magnifique : « Vous avez (…) établi un lien intime entre des sujets que la politique et la morale ordinaires auraient volontiers traités à part. Vous considérez que notre devoir est de protéger la vie, en particulier lorsque cette vie est sans défense. Entre la vie de l’enfant à naître, celle de l’être parvenu au seuil de la mort, ou celle du réfugié qui a tout perdu, vous voyez ce trait commun du dénuement, de la nudité et de la vulnérabilité absolue. Ces êtres sont exposés. Ils attendent tout de l’autre, de la main qui se tend, de la bienveillance qui prendra soin d’eux. Ces deux sujets mobilisent notre part la plus humaine et la conception même que nous nous faisons de l’humain et cette cohérence s’impose à tous. »

Si je loue cette reformulation par Emmanuel Macron de la cohérence de l’Église au service des fragiles, c’est sans naïveté : car il nous a « en même temps » demandé de « respecter absolument et sans compromis aucun toutes les lois de la République » (comme si une loi gravement injuste ne souffrait ni contestation ni objection), et de renoncer aux postures « injonctives » pour préférer les « questionnantes » (pour ne pas dire relativistes). Peu rassurant pour la bioéthique en débat. Peut-on répondre aux transgressions par des questions ? Qu’on transpose au racisme ou à la peine de mort : adieu la cohérence ! La République peut-elle nous demander l’impossible ?

 

Source RCF

NLQ #Points non négociables PNN

Macron aux Bernardins – Tugdual Derville rappelle le primat de la conscience sur les lois de la république et attend des actes

 

 

Conférences/Formations #NLQ

Conférence – Bioéthique : encourager le progrès, apprécier les limites – à Versailles (78) le 12 avril 2018

A l’occasion des Etats Généraux de la Bioéthique, grande conférence diocésaine « Encourager le progrès, apprécier les limites », le Jeudi 12 avril à 20h30 à la cathédrale St Louis de Versailles.
.
Intervenants :
Père Brice de MALHERBE (Codirecteur du département d’éthique biomédicale aux Bernardins)
Tugdual DERVILLE (Délégué Général d’Alliance Vita)
et le Docteur Anne-Cécile COURAU (Unité de soins palliatifs du Centre Hospitalier de Puteaux)
.
Nous vous attendons nombreux !

NLQ #Points non négociables PNN

“La famille apprend l’art de résoudre des conflits et donc de bâtir paix et unité” Tugdual Derville

Conférences/Formations #NLH #NLQ

Les Nouvelles Attentes Ecologiques – Colloque à Notre-Dame du Chêne (72) : 13-14 et 15 Avril 2018

Prenant conscience de la fragilité de notre monde aux niveaux économique, social, climatique, etc. de nombreuses initiatives alternatives apparaissent. Celles-ci révèlent des nouvelles attentes qu’il est bon de voir et de discerner.

Certains espèrent en la technique qui pourrait augmenter les capacités humaines et proposent de nouveaux choix de vie (transhumanisme) ; d’autres veulent revaloriser le potentiel de la terre et mettre la science au service de la sagesse de la nature. Le souci d’un développement personnel pouvant apporter un bien-être accessible gagne tous les esprits et change le monde de l’entreprise et le discours des politiques. L’essor des réseaux sociaux est l’occasion, pour beaucoup, de dénoncer les injustices criantes du monde contemporain. Alimentation, santé, travail et éducation sont des questions qui rassemblent les jeunes et les moins jeunes qui se sentent responsables de leur avenir et de celui de leurs enfants.

Mais à la recherche d’une efficacité illimitée, d’une satisfaction ou d’une santé quasi permanente, ou d’une concorde quasi universelle, sommes-nous encore dans le vrai monde ? Le monde fragilisé que nous connaissons suscite des attentes peut-être toutes aussi fragiles que lui ! Toutes s’inscrivent cependant dans le légitime souci de l’humanité et de son environnement. Elles peuvent être dites écologiques, mais sont-elles pertinentes, utopiques ou réalistes ?cropped-academie-final-logo-copie-001.jpg

Cette question rassemblera du 13 au 15 avril 2018 des médecins, des agronomes, des philosophes, des paysans, des éducateurs et des théologiens dans un Colloque organisé par l’Académie pour une Ecologie Intégrale, au Sanctuaire Notre-Dame du Chêne, près de Sablé-sur-Sarthe.

Inscriptions / informations / programme

 

 

 

Programme

Conférences/Formations #NLQ

9 mars 2018 : Témoignage de Tugdual Derville, fondateur de l’association « A Bras Ouverts » à Nantes (44)

Vendredi 9 mars 2018, le groupe A Bras Ouverts de Nantes reçoit Tugdual Derville, fondateur d’A Bras Ouverts pour une soirée témoignage sur la création de cette association qui organise l’accueil par des accompagnateurs bénévoles de jeunes porteurs d’un handicap, pour des week-ends ou des séjours de vacances.
L’objectif de cette association est, depuis 25 ans, de permettre la rencontre entre des jeunes et des enfants touchés par le handicap…Ainsi, 24 groupes en France organisent, dans des maisons à la campagne, des week-ends et des séjours de vacances rassemblant une dizaine de jeunes touchés par un handicap et d’accompagnateurs bénévoles répartis en binômes.
La soirée aura lieu le Vendredi 9 mars, à 20h à la Salle de l’Egalité, 6, boulevard Léon Jouhaux à Nantes

NLQ #Tribunes et entretiens

La fécondité méconnue d’à Bras Ouverts, interview de Tugdual Derville

En 1986, à l’âge de 24 ans, Tugdual Derville a fondé l’association À Bras Ouverts, qui organise des séjours de vacances pour des enfants et des jeunes porteurs d’un handicap et de jeunes bénévoles. Il publie aujourd’hui un livre L’aventure à bras ouverts – Un voyage en humanité aux Éditions Emmanuel qui retrace l’histoire de cette association. Le livre fourmille d’émouvants portraits d’enfants, mais c’est sur le mobile de ce livre, le processus de fondation et la fécondité d’à bras Ouverts que nous avons centré cet entretien.

Quel est le premier sentiment qui vous vient quand vous évoquez l’aventure d’à Bras Ouverts ?

Tugdual Derville : Un sentiment de gratitude, pour le cadeau qui m’a été fait, et pour chacun des protagonistes de cette aventure : les enfants, leurs parents, les accompagnateurs, ceux d’hier et d’aujourd’hui. La rencontre avec un enfant handicapé, quand j’avais 20 ans, puis l’émergence d’à Bras Ouverts, quatre ans plus tard, ont coïncidé avec la découverte d’un bonheur profond, un accomplissement à la fois personnel et collectif, et ensuite familial. La rencontre avec des enfants handicapés a donné un sens à ma vie ; elle l’a orientée… Et j’y puise chaque jour des forces.

Lire la suite sur le site de la revue France-Catholique

Commander le livre

Tribunes et entretiens

« Ne pas jeter le père ! » Tugdual Derville

La loi doit-elle ouvrir aux femmes seules ou vivant ensemble, mais ne souffrant d’aucune infertilité pathologique, les techniques artificielles de procréation ? Grave question.

Toute idée de père serait écartée pour les enfants ainsi conçus, le « géniteur » étant réduit à un donneur anonyme de sperme. Le Comité consultatif national d’éthique est divisé : un quart de ses membres s’est désolidarisé d’un avis soutenant ce projet. Cet avis invoque la « souffrance ressentie du fait d’une infécondité secondaire à des orientations personnelles » (il faut entendre sexuelles) et affirme que l’insémination artificielle serait non-violente, contrairement à  la gestation par autrui qui utilise le corps de femmes « porteuses ». Disons-le tout net : on marche sur la tête !

Il n’est pas question de nier la valeur du désir d’enfant, ni sa puissance, ni sa noblesse. Mais une telle pulsion peut-elle légitimer la fabrication d’enfants sans père ? Nos désirs, surtout les plus forts, doivent être régulés. Sinon ils deviennent totalitaires.

Des interdits, posés par la conscience et par la loi, limitent les forts pour protéger les faibles. Bienfaisants, ils pacifient la communauté des hommes. Or, une filiation artificielle qui ignore la parité homme-femme pénalise l’enfant et fragilise la société.(…)

(pour lire l’article dans son intégralité, cliquer ici.)

 

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Pèlerinage des enfants pour la France le 14 juillet à L’Ile-Bouchard

« Demandez aux petits enfants de prier pour la France. »

Pour la seconde fois, nous vous proposons de profiter de la journée chômée du 14 juillet pour effectuer à L’Ile-Bocuhard un pèlerinage des enfants pour la France !

– Pèlerinage des enfants (par chapitres : petits enfants 4 à 6 ans ; enfants 7 à 11 ans ; adolescents – les 0 à 3 ans restent avec leurs parents)

– Pour les adultes, conférence de Monsieur Tugdual DERVILLE (secrétaire général d’Alliance Vita et cofondateur du courant pour l’écologie humaine) : « Le temps de l’homme »

Programme horaire de la journée du 14 juillet

  • 10h30 Chapelet pour la France – 11h15 Messe pour la France
  • pique-nique tiré du sac
  • 14h30 Lancement du pèlerinage des enfants pour la France, jusque 17h30
  • 15h00 Pour les adultes, conférence à l’église saint Gilles : Monsieur Tugdual DERVILLE : Le temps de l’homme
  • Temps de prière silencieux, possibilité de voir le documentaire KTO ou le témoignage de Jacqueline
  • 17h30 Prière mariale finale avec les enfants pour la France
  • 18h00 Fin

Les enfants pérégrineront par chapitre ;  entre 4 lieux différents, avec 4 thèmes : prier pour les dirigeants de notre pays (chapelle d’adoration), prier les saints qui ont fait la France (église saint Maurice), prier pour la paix et pour les soldats en opération (plein air sur l’Ile), prier pour les vocations sacerdotales et consacrée (plein air – ruines du prieuré Saint Léonard)

A APPORTER

pique-nique pour toute la famille, chapeau soleil ou vêtement de pluie, un gouter par enfants (pas du chocolat qui fond !), bonne humeur et désir de prier pour la France !

SECURITE 

Les enfants seront par chapitres, encadré par des adultes, chaque enfant aura un bracelet (fourni sur place) avec son nom et prénom et  le téléphone portable des parents.

COUPON d’INSCRIPTION

pour les enfants : à télécharger ICI

(inscription des enfants obligatoire : par la poste, par mail, ou sur place, mais il est vivement conseillé de les inscrire avant)