En France #NLQ

Journée nationale pour la vie : fêter les mères, c’est fêter la vie !

En préparation de la 17° journée nationale pour la vie instituée par les évêques de France le jour de la fête des mères (28 mai cette année 2017), l’association Choisir la Vie, en partenariat avec les AFC, et l’Evangile de la Vie, encourage les familles, paroisses, écoles, mouvements à fêter les mamans.

Cette journée est l’occasion de témoigner de la grandeur de la maternité et de la valeur de la vie humaine dès la conception. 

Il est encore temps de préparer cette belle journée : mettez sur vos réseaux le poster de la journée. Demandez à Choisir la Vie des posters et flyers pour les paroisses, écoles, magasins.


Lors de la Messe, une bénédiction spéciale peut être proposée aux mamans qui attendent un enfant… aux mamans qui avancent devant l’autel et reçoivent une bénédiction spéciale… une intention lors de la prière universelle… une plante offerte aux mamans à la sortie des messes et sur les marchés … une quête est autorisée sur la voie publique pour soutenir les associations au service de la vie : qui aident la mère et l’enfant.

Jamais on ne dira assez MERCI aux mamans pour le don de la vie.

Contact : Patricia de Poncins, responsable de la JNV pour Choisir la Vie

06 62 44 53 72 – pdeponcins@yahoo.fr

Source

A la une #NLH #NLQ #Rome

Pape François – Regina Caeli – Nous sommes appelés à affirmer la vraie valeur de la vie

Chers frères et sœurs, bonjour !

En ce lundi de fête, dit “Lundi de l’Ange”, la liturgie fait résonner l’annonce de la Résurrection proclamée hier : « Christ est ressuscité, alléluia ! ». Dans le passage évangélique du jour, nous pouvons entendre l’écho des paroles que l’Ange adresse aux femmes accourues au sépulcre : « Vite, allez dire à ses disciples : “Il est ressuscité d’entre les morts” » (Mt 28,7). Nous entendons comme adressée à nous aussi l’invitation à “faire vite” et à “aller” annoncer aux hommes et aux femmes de ce temps ce message de joie et d’espérance. D’espérance certaine, parce que depuis le moment où, à l’aube du troisième jour, Jésus crucifié est ressuscité, le dernier mot n’est plus celui de la mort, mais de la vie ! Et c’est notre certitude. Le dernier mot n’est pas le sépulcre, n’est pas la mort, c’est la vie ! C’est pourquoi nous répétons tant : “Christ est ressuscité”. Parce qu’en Lui le sépulcre a été vaincu, la vie est née.

En vertu de cet événement, qui constitue la vraie nouveauté de l’histoire et du cosmos, nous sommes appelés à être des hommes et des femmes nouveaux selon l’Esprit, affirmant la vraie valeur de la vie. Il y a la vie ! Cela c’est déjà commencer à ressusciter !

Nous serons des hommes et des femmes de résurrection, des hommes et des femmes de vie, si, au milieu des événements qui tourmentent le monde – il y en a tant aujourd’hui -, au milieu de la mondanité qui éloigne de Dieu, nous savons poser des gestes de solidarité, des gestes d’accueil, nourrir le désir universel de la paix et l’aspiration à un environnement exempt de dégradation. Il s’agit de signes communs et humains, mais qui, soutenus et animés par la foi dans le Seigneur ressuscité, acquièrent une efficacité bien supérieure à nos capacités. Et c’est ainsi parce que le Christ est vivant et à l’œuvre dans l’histoire par son Esprit Saint : il rachète nos misères, il rejoint tout cœur humain et redonne espérance à tous ceux qui sont opprimés et souffrants.

Que la Vierge Marie, témoin silencieuse de la mort et de la résurrection de son fils Jésus, nous aide à être des signes limpides du Christ ressuscité parmi les événements du monde, pour que tous ceux qui sont dans la tribulation et dans les difficultés ne restent pas victimes du pessimisme et de la défaite, de la résignation, mais trouvent en nous autant de frères et sœurs qui leur offrent soutien et consolation. Que notre Mère nous aide à croire fortement dans la résurrection de Jésus : Jésus est ressuscité, il est vivant ici, parmi nous, et c’est un mystère admirable de salut qui a la capacité de transformer les cœurs et la vie. Et qu’elle intercède de façon particulière pour les communautés chrétiennes persécutées et opprimées qui sont aujourd’hui, en de nombreux endroits du monde, appelées à un témoignage plus difficile et plus courageux.

Et à présent, dans la lumière et dans la joie de la Pâques, nous nous tournons vers elle avec la prière qui durant cinquante jours, jusqu’à la Pentecôte, prendra la place de l’Angélus.

Regina Coeli…

Traduction de Zenit, Anne Kurian