NLQ #Rome

Il y a 40 ans mourrait Paul VI

C’était il y a 40 ans. Le 6 août 1978, le pape Paul VI mourrait. Après un pontificat débuté par la poursuite du concile Vatican II, Paul VI devait traverser une époque tourmentée marquée par les crises et les contestations au sein de l’Église. Outre l’effondrement de la piété, ce fut aussi la remise en cause de points importants de la foi catholique ou le départ massif de prêtres du sacerdoce. À défaut d’endiguer ces phénomènes, le pape Paul VI put les déplorer, quelquefois de manière lucide. C’est de lui que vient l’expression, si actuelle, des “fumées de satan”. Son testament est d’une franchise sur les risques d’une Église qui peut perdre la foi. On peut en retenir cet extrait :

(…) Et à propos de ce qui compte le plus, en prenant congé de la scène de ce monde, et allant au-devant du jugement et de la miséricorde de Dieu : j’aurais tant et tant de choses à dire. Sur l’état de l’Église : qu’elle donne quelqu’écoute aux paroles que, pour elle, nous avons prononcées avec gravité et avec amour. Sur le Concile : qu’on veille à le mener à bon terme et qu’on pourvoie à en exécuter fidèlement les prescriptions. Sur l’œcuménisme : que l’on poursuive l’œuvre de rapprochement avec les Frères séparés, avec beaucoup de compréhension, beaucoup de patience ; avec un grand amour ; mais sans dévier de la vraie doctrine catholique. Sur le monde : que l’on ne pense pas lui être utile en assumant ses pensées, ses mœurs, ses goûts, mais bien en l’étudiant, en l’aimant, en le servant.

L’été 2018 a permis de rappeler certains actes de Paul VI, comme le credo du peuple de Dieu ou l’encyclique Humanae Vitae. Paul VI sera canonisé au mois d’octobre de cette année.

A la une #NLQ #Rome

Rome : révision du paragraphe du Catéchisme de l’Église catholique sur la peine de mort

Le pape François avait demandé la modification du passage du Catéchisme de l’Église catholique (CEC) sur la peine de mort. Le numéro 2267 du CEC a donc été révisé par la Congrégation pour la doctrine de la foi. Si elle reconnaît la légitimité de la peine de mort dans le passé, « dans les cas d’une extrême gravité », la nouvelle version du CEC reconnaît que cette sanction est désormais considérée comme « inhumaine ». Elle précise que l’Église s’engage « en vue de son abolition partout dans le monde ». Cette nouvelle version, approuvée par le pape François, est entrée en vigueur le 1er août 2018.

Cette modification s’inscrit dans le récent refus formulé par le pape François de la peine capitale. La peine de mort n’est donc plus admise, y compris dans certaines circonstances, à titre d’exception.

 

Dans le Monde #NLQ #USA

États-Unis : décès de Mgr Raymond Hunthausen ancien archevêque controversé de Seattle

Il était le dernier des évêques américains à avoir participé au concile Vatican II : Mgr Raymond Hunthausen est décédé le 22 juillet 2018 à l’âge de 96 ans. Né en 1921 et ordonné prêtre en 1946, il fut nommé le 8 juillet 1962 évêque d’Helena (Montana) par le pape Jean XXIII. Ce fut aussi une figure controversée de l’Église catholique américaine en tant qu’archevêque de Seattle, où il fut nommé par Paul VI en 1975. Dans les années 1980, son diocèse avait fait l’objet d’un “bras de fer” avec Rome. La Congrégation pour la doctrine de la foi, alors dirigée par le cardinal Ratzinger, avait mis en cause certaines pratiques pastorales périlleuses pour la foi, allant des communions sacrilèges à des problèmes de formation des séminaristes. Mgr Raymond Hunthausen avait fini par démissionner en 1991, à l’âge de 70 ans, soit plus de cinq ans avant l’âge canonique requis pour présenter une démission. Un évêque auxiliaire nommé en 1985 dans les “zones” litigieuses du diocèse de Seattle, le futur cardinal Wuerl, devint évêque de Pittsburgh en 1988. Mgr Hunthausen fut remplacé par son coadjuteur, Mgr Murphy, qui avait été nommé à cette fonction en 1987. L’archevêque émérite de Seattle est décédé à Helena.

Source Catholic News Agency 

Dans le Monde #NLQ #USA

Le cardinal McCarrick démissionne du Collège des cardinaux

Le 27 juillet 2018, le cardinal Theodore McCarrick, 87 ans, archevêque émérite de Washington, a démissionné du Collège des cardinaux, selon le Saint-Siège qui a rendu cette information publique le 28 juillet 2018. Depuis plusieurs semaines, l’Église catholique américaine était agitée par cette polémique, particulièrement relayée et commentée sur les réseaux sociaux. Outre-Atlantique, cette démission a été suivie au point même de faire l’objet des dépêches de CNN.

C’est donc un “feuilleton” qui s’achève. Le pape François à accepté cette démission, mais il a aussi suspendu ad divinis l’intéressé de l’exercice de tout ministère public. Mgr McCarrick aura donc “l’obligation de résider dans une maison qui lui sera indiquée, pour une vie de prière et de pénitence, jusqu’à ce que les accusations dont il fait l’objet soient éclaircies par un procès canonique régulier”.

L’ancien cardinal était plutôt proche de la frange “novatrice” de l’Église américaine. Il était  même réputé pour une certaine proximité revendiquée avec l’actuel pontificat. Certains n’ont pas hésité à défendre le cardinal et à dénoncer la chasse aux sorcières, comme on peut le voir dans le tweet qui suit, publié par une personnalité assez “bergoglienne” :

Plusieurs faits relatifs à des abus sexuels de la part de Mgr McCarrick ont été confirmés.

C’est la première fois, depuis la démission du cardinal Billot, en 1927, qu’un cardinal renonce à l’exercice de ses fonctions.

L’agence Zenith fait état de plusieurs conséquences possibles, concernant ces douloureuses affaires :

Il pourrait être renvoyé de l’état clérical. Quant aux évêques et aux prêtres qui auraient été au courant de ces agissements présumés et sont restés silencieux, cachant la réalité, ils pourraient également perdre leurs offices.

Enfin, le système du choix des évêques pourrait être reconsidéré.

Source Agence Zenith

En France #NLQ

Mgr Jérôme Beau nommé archevêque de Bourges

Évêque auxiliaire de Paris, Mgr Jérôme Beau a été nommé archevêque de Bourges.

A la une #NLH #NLQ #Rome

La Vatican va publier des directives sur les églises désaffectées

Le Conseil pontifical pour la culture, en partenariat avec l’université pontificale grégorienne et la conférence des évêques d’Italie, lance une conférence internationale qui a pour but d’aider les diocèses à mieux gérer la question du devenir des églises désaffectées. De nouvelles directives en gestation visent à promouvoir la collaboration avec les communautés locales pour trouver des solutions « appropriées » pour les églises désacralisées.

Lire la suite sur réinformation.tv

Infocatho avait intérrogé Mgr Jacques Habert suite à la publication de son rapport sur les églises en France :

NLQ #Rome

Rome : obsèques du cardinal Tauran

Célébrées par le pape François, les obsèques du cardinal Tauran ont eu lieu ce jeudi matin à Rome, dans la basilique Saint-Pierre à Rome.

Elles étaient présidées par le cardinal Angelo Sodano, qui est l’actue doyen du Sacré collège.

Sur la photo, on voit le pape François encenser le cercueil du cardinal Tauran dans le cadre du rite de l’ultima commendatio et de la  Valedictio.

 

 

Dans le Monde #NLQ #USA

Un nouveau supérieur pour la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre

Après un allemand, un français et un américain, c’est au tour d’un polonais d’occuper la fonction de supérieur général de la Fraternité Saint-Pierre (FSSP). L’abbé Komorowski succède ainsi à l’abbé John Berg. Il devient ainsi le quatrième supérieur général de cette fraternité instituée le 18 juillet 1988, il y a presque trente ans jour pour jour.

En effet, le lundi 9 juillet 2018, au séminaire Notre-Dame de Guadalupe (Denton, États-Unis d’Amérique), le chapitre général de la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre (FSSP) a désigné en session plénière l’abbé Andrzej Komorowski comme supérieur général pour une durée de six ans. Aussitôt informée de l’événement, la Commission pontificale Ecclesia Dei a adressé un message de félicitations.

Qui est l’abbé Andrzej Komorowski ?

Entré au séminaire international Saint-Pierre de Wigratzbad, il a été ordonné prêtre au mois de juin 2006. Il a ainsi exercé son ministère en Pologne, en Belgique et aux Pays-Bas. C’est en 2012 qu’il est désigné assistant du supérieur général. Il assume cette fonction à Fribourg (Suisse) tout en exerçant, en parallèle, la fonction d’économe général et en assumant, auprès des fidèles, un ministère.

Asie #Brèves #Dans le Monde #NLQ

Chine : décès de l’évêque de Qingdao

Mgr Joseph Li Mingshu, évêque de Qingdao (province du Shandong), est décédé. Ce n’est que tardivement que l’on a appris ce décès. En effet, le Saint-Siège a annoncé le 6 juillet 2018 que l’évêque était mort le 15 juin dernier, « usé par la maladie et la vieillesse ». Né le 1er décembre 1924 , Mgr Li Mingshu avait été  ordonné prêtre le 11 avril 1949. Après avoir enseigné dans le Shandong, il avait été consacré évêque le 13 août 2000 avec mandat pontifical.

Mgr Joseph Li Mingshu a toujours affirmé sa communion avec l’Église universelle. Il était soucieux de développer des initiatives pastorales dans son diocèse. Comme l’indique l’agence Zenith, « en 2005, il a invité Soeur Nirmala Joshi (1934-2015), supérieure générale des Missionnaires de la Charité, qui a succédé à Mère Teresa, à visiter Qingdao pour étudier la possibilité, alors non acceptée par les autorités civiles, d’ouvrir un foyer pour les pauvres dans son diocèse. » 

Les obsèques de Mgr Li Mingshu ont eu lieu le 18 juin dans l’église de Zhejianglu (Qingdao). Selon une pratique habituelle, les autorités civiles ont imposé des restrictions (limitation du nombre de participants, etc.). Outre les 26 prêtres concélébrants, provenant notamment du diocèse de Qingdao, quatre évêques sur cinq de la province du Shandong  étaient présents aux obsèques :

Quatre évêques sur les cinq de la province de Shandong ont participé aux funérailles – Mgr Fang Xingyao, du diocèse de Linyi, Mgr Zhang Xianwang, du diocèse de Jinan, Mgr Lu Peisen, du diocèse de Yanzhou, et Mgr Yang Yongqiang, du diocèse de Zhoucun.

Le diocèse de Qingdao compterait  45 000 fidèles, une dizaine de prêtres et un nombre équivalent de religieuses, indique l’agence Zenith.

Source Agence Zenit

A la une #NLQ #Rome

Décès du cardinal Jean-Louis Tauran

Il était l’une des grandes figures de la curie romaine : le cardinal Jean-Louis Tauran est décédé. Il était âgé de 75 ans.

D’origine bordelaise, ce Français avait été ordonné prêtre en 1969. En 1975, il entre à la curie romaine où il jouera un grand rôle dans la diplomatie du Saint-Siège. Servant au sein de plusieurs nonciatures, il devient le 1er décembre 1990, sous le pontificat de Jean-Paul II, Secrétaire pour les relations du Saint-Siège avec les États à la Secrétairerie d’État. Il exercera cette fonction jusqu’en 2003. En janvier 1991, il est ordonné évêque. Il sillonnera un grand nombre de pays et portera la voix du Saint-Siège dans le concert des nations, relayant ainsi la volonté du pape Jean-Paul II de peser.

Le 21 octobre 2003, il est créé cardinal par Jean-Paul II. Il devient président du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux le 1er septembre 2007. C’est lui qui prononce, en mars 2013, le traditionnel Habemus papam pour annoncer l’élection du cardinal Jorge Mario Bergoglio. Il était le seul Français à exercer une fonction importante au sein de la curie romaine. Le cardinal Jean-Louis Tauran était malade et souffrait de la maladie de Parkinson.

InfoCatho s’associe aux condoléances et rend hommage à une grande figure de l’Église.