NLQ #Rome

Liturgie gréco-catholique dans la basilique Saint-Pierre de Rome

Conformément à ce qu’InfoCatho avait annoncé, une liturgie selon le rite grec-catholique ukrainien devait être célébrée à la basilique Saint-Pierre de Rome pour les 150 ans de la canonisation de Saint Josaphat Kuncewicz. C’est ce qui a été fait, ce dimanche 25 juin 2017.

La célébration a réuni des pèlerins gréco-catholiques d’Ukraine et de Biélorussie. Le pape a les a salués. Il a également salué l’archevêque-majeur de Kiev et de Galicie, Mgr Sviatoslav Shevchuk. En effet, le pape François a déclaré :

Je salue en particulier l’archevêque-majeur, les évêques, les prêtres et les fidèles de l’Église gréco-catholique d’Ukraine, ainsi que les pèlerins de Biélorussie, qui fêtent le 150e anniversaire de la canonisation de saint Josaphat.

Comme le souligne l’agence Zenith :

Josaphat Koncévitch (1584-1623), martyr, est le premier saint de l’Église gréco-catholique ukrainienne canonisé par Rome. En effet, après des témoignages de miracles, le pape Urbain VIII a formé une commission d’enquête, en 1628. Son corps a été retrouvé intact, lorsqu’il a été exhumé, cinq ans après sa mort.

En 1637, une autre commission a mené une enquête sur sa vie et il a été béatifié le 16 mai 1643 par Urbain VIII. Il sera canonisé en 1867 par le pape Pie IX.

Josaphat (Jean Koncévitch) est né en Volhynie, en Ukraine, en 1584. Il était encore très jeune au moment de l’Union de Brest en 1596 quand une partie de l’Église de Ruthénie se rattache à Rome et constitue l’Église gréco-catholique.

À vingt ans, il entre au monastère de la Sainte-Trinité (ordre basilien) à Vilnius (aujourd’hui capitale de la Lituanie), qui se trouvait dans le royaume polono-lituanien. A trente ans, il en devient l’un des supérieurs. Il lutte pour l’union des catholiques et des orthodoxes.

En 1617, il est nommé évêque de Polotsk, une région en proie aux antagonismes politiques et religieux. Alors qu’il effectue une visite pastorale à Vitebsk, il affronte une émeute menée par des paysans : « Si vous en voulez à ma personne, me voici », dit-il. Il est lapidé et atteint par une balle de fusil, puis jeté dans le fleuve, le 12 novembre 1623.

Une figure méconnue. Il est salutaire de voir honorée par le souverain pontife, notamment dans une période où les grec-catholiques ont été diffamés et injuriés.

SOURCE Zenith

 

NLQ #Rome

Un professeur d’économie et d’innovation technologique à la tête de l’Académie Pontificale des Sciences

L’Académie pontificale des Sciences a son nouveau président. Il s’agit de l’allemand Joachim von Braun, professeur d’économie et d’innovation technologique et directeur du Centre de recherche pour le développement de l’université de Bonn (Allemagne). Il remplace le microbiologiste suisse Werner Arber, qui occupait ce poste depuis 2011.

Né en 1950, Joachim von Braun a obtenu un doctorat de recherche en économie agraire à l’université de Bonn avant de devenir professeur de cette matière à l’université de Göttingen. Il a ensuite enseigné dans les universités de Kiel et de Bonn.

Ses domaines de recherche concernent le développement économique international, l’économie des ressources naturelles, la pauvreté, la politique agricole, les politiques d’innovation scientifique et technologique et le commerce international. Joachim von Braun est notamment un expert des problèmes de la faim, de la malnutrition et des politiques liées à leur résolution, en Afrique et en Asie notamment.

Il a été directeur général de de l’Institut international de recherche en politiques alimentaires à Washington (États-Unis), entre 2002 et 2009. Depuis 2009, il était donc professeur à l’Université de Bonn et directeur du Centre de recherche pour le développement, un institut de recherche multidisciplinaire spécialisé dans les thématiques du développement économique et social. Il est également président du Conseil de la bio-économie du gouvernement allemand, de différents conseils consultatifs internationaux et a participé en tant que superviseur au Forum économique mondial de Davos.

Joachim von Braun a reçu plusieurs distinctions comme un doctorat de recherche honoris causa auprès de l’université de Hohenheim, le prix Bertebos de l’Académie suédoise des Sciences agraires en 2009 et le prix Justus von Liebig en 2011 pour ses recherches sur la sécurité alimentaire dans le monde.

 

Source Radio Vatican

un expert en sécurité alimentaire

D’après la biographie publiée par le Vatican, Joachim von Braun est titulaire d’un doctorat de recherche en agronomie. Il est l’auteur de nombreuses publications sur le développement économique international, l’économie des ressources naturelles, la pauvreté, la politique agricole, les politiques d’innovation scientifique et technologique et le commerce international.

Considéré comme l’un des principaux experts des problèmes de la faim et de la malnutrition, il a reçu diverses récompenses, notamment pour ses recherches sur la sécurité alimentaire.

 

Il a été aussi rapporteur au Forum économique mondial de Davos et a participé à divers événements promus par les Nations unies. Il est membre de l’Académie nationale allemande de la science et de l’ingénierie, de l’Académie des arts et des sciences de la région de la Rhénanie du Nord – Westphalie et de l’Association américaine pour le développement des sciences.

NLQ #Orient

Vatican – Le point sur la situation humanitaire en Orient

L’ouverture de la 90e session plénière annuelle de la Réunion des œuvres d’aide aux Eglises orientales (Roaco), le 20 juin 2017, au Vatican, a été notamment l’occasion de faire le point sur la situation en Syrie, en Irak, au Liban.

D’après un compte-rendu publié par L’Osservatore Romano en italien, le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, a évoqué notamment la situation d’Alep (Syrie), « ville massacrée et devenue en bonne partie un tas de décombres ».

Il s’est arrêté aussi sur l’Irak partagé entre « certaines zones libérées et d’autres où le conflit sera encore long ». « L’effort de reconstruction entamé par quelques agences ici présentes est certainement louable », parce qu’il permet de faire « une proposition précise de retour au moins des réfugiés qui sont restés dans le Kurdistan irakien », a estimé le cardinal.

Mais il a souligné les divergences de vue entre ceux qui proposent « la création de zones de sécurité (safe-zone), confiées aux chrétiens » et d’autres qui plaident pour un modèle différent garantissant « la pleine citoyenneté de tous, avec les mêmes droits et devoirs ».

Le préfet a abordé aussi la situation des réfugiés syriens au Liban où « l’on parle désormais de chiffres qui s’approchent des deux millions, sur une population totale de quatre millions ». Des chiffres qui soulèvent des « préoccupations » pour leur avenir, a-t-il noté.

Enfin, le cardinal Sandri a parlé de sa visite aux communautés orientales présentes en Australie, au mois de mai. Il a salué la « synergie profonde entre tous les évêques orientaux présents dans les cinq éparchies » qui ont leur siège à Sydney. Et la collaboration avec les Eglises orthodoxes orientales.

 

Source Zenit

NLQ #Rome

L’homme des audits du Vatican quitte le Saint-Siège

Le Saint-Siège a annoncé mardi 20 juin 2017 la démission de Libero Milone, contrôleur général des comptes du Saint-Siège depuis deux ans. « Nous annonçons que Libero Milone a présenté hier au Saint-Père sa démission de la charge de contrôleur général. Le Saint-Père l’a acceptée. S’achève ainsi, d’un commun accord, sa collaboration avec le Saint-Siège », a indiqué la Salle de presse du Saint-Siège dans un communiqué. Ce dernier précise que le processus de nomination du nouveau responsable du bureau de contrôleur général sera rendu public « dès que possible ».

Ce laïc italien, expert-comptable et financier, avait été choisi par le Pape François en juin 2015 pour occuper ce poste qu’il venait de créer afin de mettre en œuvre un audit annuel des différents dicastères de la Curie romaine et des institutions liées au Saint-Siège, ou s’y référant.  Le cardinal australien George Pell, préfet du Secrétariat pour l’Économie, avait précisé que le contrôleur général serait totalement indépendant et autonome pour mener à bien sa mission, dépendant directement du Pape et étant libre de se déplacer partout au sein de l’État de la Cité du Vatican.

 

Source Radio Vatican

A la une #NLQ #Rome

Vers l’excommunication pour corruption ?

Approfondir la question de l’excommunication pour corruption. C’est l’une des conclusions du premier “Débat international sur la corruption”, organisé au Vatican par le Dicastère pour le service du développement humain intégral, le 15 juin 2017.

Une cinquantaine de magistrats anti-mafia et anti-corruption, d’évêques, de représentants du Vatican, d’Etats et des Nations unies, ainsi que des victimes, journalistes, experts et ambassadeurs, ont participé à cette rencontre au siège de l’Académie pontificale des sciences sociales.

Les participants ont notamment souligné que « la lutte contre la corruption et les mafias est une question non seulement de légalité, mais de civilisation », indique un communiqué du Saint-Siège publié le 17 juin.

Suite à la rencontre, le groupe élaborera « un texte commun qui guidera les travaux ultérieurs et les futures initiatives », indique la note. Parmi ces initiatives : l’approfondissement « au niveau international et au niveau de la Doctrine juridique de l’Eglise », de la question de « l’excommunication pour corruption et association mafieuse ».

Cette question a déjà été abordée par le pape François, notamment lors de sa visite à Cassano all’Jonio, dans la province de Cosenza en Calabre, en juin 2014 : il y avait dénoncé les méfaits de la « N’Drangheta », mafia calabraise, en affirmant que ceux qui pratiquent le crime organisé n’adorent pas Dieu mais « adorent le mal », « ils ne sont pas en communion avec Dieu, ils sont excommuniés ».

Le cardinal Peter Turkson, préfet du dicastère, a expliqué ainsi l’objectif du premier débat de ce genre au Vatican : « Il s’agit de faire face à un phénomène qui conduit à piétiner la dignité de la personne. Nous voulons affirmer qu’on ne peut jamais piétiner, nier, entraver la dignité des personnes … nous cherchons à attirer l’attention sur cette question ».

Le secrétaire délégué du dicastère, Mgr Silvano Maria Tomasi, a insisté sur l’importance de « sensibiliser l’opinion publique, d’identifier des pas concrets qui puissent aider à parvenir à des politiques et à des lois qui préviennent la corruption ». « La corruption, a-t-il ajouté, est comme un ver qui s’infiltre dans les processus de développement des pays pauvres ou dans les pays riches, qui ruine les relations entre institutions et entre personnes ».

 

 

 

Source Zenit

Asie #NLQ

Le Saint-Siège et Israël poursuivent leurs négociations sur le statut juridique de l’Église en Terre Sainte

La commission bilatérale permanente de travail entre le Saint-Siège et l’État d’Israël s’est réunie ce mardi 13 juin 2017 en session plénière, au Vatican, pour poursuivre les négociations sur la base de l’article 10 §2, de l’Accord Fondamental, entre le Saint-Siège et l’État d’Israël de 1993.

La rencontre a été présidée par Mgr Antoine Camilleri, sous-secrétaire pour les rapports avec les États, qui dirigeait la délégation du Saint-Siège, et par Tzachi Hanegbi, ministre de la Coopération régionale de l’État d’Israël, chef de la délégation israélienne.

Les participants ont salué les progrès accomplis par la Commission de travail concernant les négociations qui se sont déroulées dans une atmosphère cordiale. Les résultats de la réunion plénière d’aujourd’hui offrent une espérance pour une rapide conclusion des négociations en cours pour la signature du document. La plénière reconnaît, par ailleurs, les efforts de collaboration des deux parties au sujet de l’application de l’Accord bilatéral de 1997 sur la personnalité juridique.

 

Source Radio Vatican

NLQ #Rome

Vatican – Un séminaire sur les migrants pour les évêques

Les 12 et 13 juin, la Section Migrants et Réfugiés du Dicastère pour le Service du Développement humain intégral tient à Rome un Séminaire de travail destiné aux évêques responsables et Directeurs nationaux des Commissions chargées des Migrants et Réfugiés des Conférences épiscopales des cinq continents. Est attendue la participation de quelques 40 personnes directement concernées par la protection des droits des migrants et des réfugiés et par la lutte contre le trafic de personnes.

Ce Séminaire rentre dans le cadre des engagements de la Section en vue des Impacts globaux sur les migrants et réfugiés qui seront approuvés à la fin de 2018. L’objectif est de partager les principales préoccupations pastorales en termes de migrants, d’évacués, de demandeurs d’asile, de réfugiés et de victimes du trafic d’êtres humains dans les différentes régions du monde. En outre, les travaux auront pour finalité l’identification d’éléments essentiels en vue d’une stratégie pastorale commune et la suggestion de contributions et d’aides pouvant être fournies par la Section.

 

L’ensemble des participants collaborera à la programmation d’une action conjointe en vue des Impacts globaux 2018 et à la rédaction d’un certain nombre de points fondamentaux à présenter au cours de cette même conférence, à soumettre à l’attention du Saint-Père en vue de son approbation.

Source Agence Fides

Dans le Monde #NLQ

Préoccupé, le pape souhaite un synode sur l’Amazonie

Le pape François souhaite convoquer un synode sur l’Amazonie, a indiqué Mgr Salvador Piñeiro García-Calderón, archevêque d’Ayacucho et président des évêques du Pérou, dans L’Osservatore Romano en italien daté du 17 mai 2017.

Après la visite ad limina de la conférence épiscopale péruvienne le 15 mai, il explique dans un entretien au quotidien du Vatican : « Nous avons tourné le dos à l’Amazonie, peu sensibles à la souffrance, à la marginalisation… ce n’est pas une zone facile et le pape est très préoccupé ».

« Aujourd’hui, rapporte-t-il après l’audience pontificale, le Saint-Père nous a dit qu’il voudrait un synode pour les peuples amazoniens au Venezuela, en Colombie, en Equateur, au Pérou, en Bolivie et au Brésil ».

 

Lire l’article sur Zenit

Europe non francophone #NLH #NLQ

Vatican – Un congrès pour “relancer l’Europe”

L’Europe s’est une nouvelle fois invitée au Vatican : mardi 16 mai dans l’après-midi, les responsables de la Comece, (la Commission des Episcopats de la Communauté européenne) ont rencontré le Pape François à la résidence Sainte Marthe, où loge le Saint-Père. Une rencontre pour lui présenter un Congrès international qui sera organisé à Rome du 27 au 29 octobre prochain.

Co-organisé par la Secrétairerie d’Etat et la Comece, ce congrès verra la présence de nombreux leaders européens. Ils s’inscrit dans la dynamique des appels du Pape à Strasbourg et au Vatican, où François invitait à refonder l’Europe selon ses racines.

Une Europe où les chrétiens ont un rôle à jouer rappelle le père dominicain Olivier Poquillon, secrétaire général de la Comece dans cette interview pour Radio Vatican

 

NLQ #Rome

Coup de tonnerre au Vatican – Le cardinal Pell, proche du pape, accusé d’abus sexuels, se défend

C’est un livre enquête qui fait déjà couler beaucoup d’encre puisque dans The Cardinal : Rise and fall of George Pell, le cardinal George Pell, Préfet du Secrétariat pour l’économie du Vatican, est directement accusé d’abus sexuels sur mineurs. La journaliste Louise Milligan y rapporte les témoignages de deux victimes présumées, qui étaient alors enfants de chœur à la Cathédrale de Melbourne dans les années 1990. De nouvelles accusations que le cardinal australien rejette avec force.

Premières accusations en 2013

Le cardinal, qui bénéficie jusqu’ici du soutien du Pape François, avait déjà été accusé d’avoir couvert les abus d’un prêtre pédophile dans le diocèse de Ballarat. Depuis quelques années, l’Église australienne est secouée par des scandales de pédophilie. En 2013, une commission royale d’enquête a été constituée pour faire toute la lumière sur les faits. C’est dans ce cadre que le cardinal Pell a été auditionné à Rome en 2016.

Le cardinal se défend

Juste avant la parution du livre, ce lundi 15 mai 2017, les avocats du prélat ont dénoncé dans un communiqué des accusations « injustifiables, scandaleuses, délibérées et calculées », « ayant pour but de nuire » et d’« influencer l’opinion publique ».

Un personnage clé du Vatican

 

Homme de confiance du Pape François, le cardinal George Pell avait été appelé à Rome pour diriger l’une des plus influents organismes du Saint-Siège, chargé des finances du Vatican et des réformes de la Curie Romaine. Son entourage estime que ces accusations visent à entraver son action.

Source Radio Vatican