Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Les Journées Mariales de Pontmain (53) le 17 de chaque mois, d’avril à décembre 2019

Cette année, le sanctuaire de Pontmain propose des journées spirituelles mariales le 17 de chaque mois, d’avril à décembre. Chacune peut être vécue indépendamment. De belles journées “oasis” en perspective.

 

Une journée type

8h : Chant des Laudes
11h : Eucharistie suivie de l’Angélus à la colonne de l’Apparition.
15h : Conférence dans la salle Notre-Dame.
16h : Chapelet.
16h30 : Vêpres.
17h : Adoration.

Le programme des journées

 

Mercredi 17 avril : “Marie, Mère de Dieu” Pourquoi le titre « Théothokos » Mère de Dieu, et non pas Mère de Jésus (Christotokos » ? Comment Dieu a choisi une jeune fille de Nazareth pour être la mère de son Fils, Jésus. Cette expression, Mère de Dieu, ne dit pas que c’est Marie qui a par son engendrement donné à Jésus sa divinité. Mais elle dit que Marie a engendré selon la chair celui qui est éternellement engendré par Dieu.

 

Vendredi 17 mai : “La Virginité de Marie”

Marie toujours vierge et pourtant mère d’un enfant… Que nous disent les évangiles et les traditions de l’Egilse ? . (Attention : la conception virginale de Jésus par Marie n’est pas à confondre avec ce que l’Eglise catholique appelle l’Immaculée conception).

 

Lundi 17 juin : “Marie comblée de grâce, conçue sans péché” le 17 juin

C’est l’Ange dans l’annonciation appelle Marie « comblée de grâce ». Très rapidement les chrétiens ont médité sur la vie de Marie en s’interrogeant sur cette question : comment tenir ensemble la réalité pécheresse d’une mère, marquée comme tout être humain du péché originel par sa naissance, et la réalité non pécheresse d’un enfant comme Jésus ? A Lourdes, elle a révélé son nom à Bernadette Soubirous « Je suis Immaculée Conception ».

 

Mercredi 17 juillet : “Marie et la passion du Christ” Le rôle de Marie en ce qui concerne la passion et le sacrifice de la Croix est le prolongement jusqu’au calvaire de la mission maternelle qu’elle a assurée depuis l’incarnation. Le « oui » maternel que Marie prononça, au moment de l’incarnation, en communion avec le « oui » sacerdotal de Jésus, devrait lui aussi être consommé au calvaire : « Près de la croix de Jésus se tenait débout sa mère ».

 

Samedi 17 août : “L’Assomption de Marie”

Comment la vie terrestre de Marie s’est-elle terminée ? La Bible ne dit rien sur ce sujet et les traditions chrétiennes sont diverses. Ce n’est que le 1er  novembre 1950 que le pape Pie XII a solennellement défini, après consultation de tous les évêques qui étaient unanimes sur ce point, que « l’Immaculée Mère de Dieu, Marie toujours vierge, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, a été élevée en corps et en âme à la gloire céleste ».

 

Mardi 17 septembre : “Marie, Mère de l’Eglise”

Les premiers chrétiens ont très vite attaché beaucoup de prix à la présence de Marie au pied de la croix de son fils, Jésus. Ils se souviennent de ces paroles alors dites à Jean : « Voici ta mère » (Jn 19, 27). Mais l’expression Mère de l’Eglise n’a vu le jour qu’à la fin du concile Vatican II. Le pape Paul VI a alors proclamé Marie Mère de l’Eglise, c’est-à-dire Mère de ses fidèles et de ses pasteurs.

 

Jeudi 17 octobre : “Marie, diffusion de grâces ?”

Marie, en devenant la Mère de Dieu, Mère de l’Eglise a coopéré à la réalisation de notre salut. Mais cela ne signifie pas pour autant que Marie soit une seconde médiatrice à côté du Christ, comme si elle ajoutait quelque chose à l’œuvre de celui-ci. Marie est bien, comme nous, du côté des sauvés.

 

Attention : Pas de 17 novembre.

 

Mardi 17 décembre : “Peut-on prier Marie ?”

En toute rigueur, toute prière chrétienne ne s’adresse qu’à Dieu seul : que ce soit le Père, ou Jésus-Christ, ou l’Esprit Saint, ou encore la Trinité en tant que telle. Si nous avons recours à Marie et aux saints dans notre prière, c’est pour demander leur aide, leur intercession auprès de Dieu, en un mot leur prière. C’est ce que nous faisons en demandant dans le « Je vous salue Marie » de « priez pour nous pauvres pécheurs ». Le message de Pontmain est : « Mais priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps, mon Fils se laisse toucher ».

Conférences/Formations #NLQ

“La chasteté ou le chaos ?” Conférence de Stéphanie Bignon à Carnac

La chasteté est la splendeur de l’homme  intérieur. Elle est la force suprême qui ferme le cœur aux choses d’ici-bas et qui l’ouvre aux choses d’en haut” (Jan Van Ruysbroek).
La virginité implique la chasteté mais la chasteté n’implique pas la virginité. L’élévation vers les “choses d’en haut” est possible à tous et à tout moment de notre vie. La chasteté est cette incarnation de la prière qui nous permet de nous oublier pour nous donner pleinement à la Gloire de Dieu à travers notre Prochain.
La chasteté est la liberté du cœur, détachée de tout égoïsme, qui nous met sur le bon chemin. Chacun de nos actes peut être porté par cette maîtrise de soi et il n’est jamais trop tard… Un seul regard sur notre société contemporaine nous permet de constater que nous avons fait le choix inverse : la recherche frénétique d’argent, de possessions et de plaisir. Pourquoi ce choix mortifère et comment contribuer à restaurer notre monde ?

Jeudi 24 août – 21h

Centre Interparoissial de conférence de Locmaria

Stéphanie Bignon est née en 1967 en Bourgogne. Ingénieur spécialisé en interventions sous-marines, elle navigue quinze ans sur presque toutes les mers du globe. Depuis dix ans, elle dirige une équipe d’ingénieurs sur chantiers sous-marins au sein d’un grand groupe multinational et élève, en parallèle, du bétail dans le Charolais. Engagée en politique au niveau local, elle fonde, avec Élisabeth de Malleray, l’association Terre et Famille dont la devise est “s’enraciner pour s’élever”. Stéphanie Bignon est également auteur, avec Anne Brassié, de Cessez de nous libérer (éd. Via Romana), un pamphlet sur la condition de la femme moderne.