Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Les fêtes de sainte Marguerite-Marie – du 12 au 16 octobre 2018 au sanctuaire de Paray-le-Monial (71)

Les fêtes de sainte Marguerite-Marie auront lieu du 12 au 16 octobre.
Durant ce temps, venez participer à nos ateliers (découverte du Monastère de la Visitation, visites/découvertes touristiques : les vitraux de la Colombière, art et foi, les moines du Moyen-Age etc.)
Voyez, en avant-première, le nouveau film sur le message de Paray-le-Monial et découvrez les “Récits d’un pèlerin Russe”… . A la nuit tombée, vivez la veillée aux flambeaux dans les jardins de la Visitation.

Tous les jours, participez aux offices, écoutez les enseignements et profitez de l’Adoration 24/24.
Emerveillez-vous aussi devant la magnifique exposition pleine de créativité de Mère Geneviève Gallois

Autant de (bonnes) raisons de venir se reposer auprès du Coeur de Jésus le temps d’un week-end, et le laissez vous dire, comme à sainte Marguerite-Marie :

“Ne crains rien, confie-toi en moi : je suis ton protecteur […]
J’ai établi mon règne de paix dans ton âme –
Personne ne pourra la troubler-,
et celui de ton amour dans mon Cœur,
qui te donnera une joie que personne ne pourra t’ôter.”
 
——–

Et pourquoi ne pas profiter de votre venue à Paray-le-Monial pour faire la retraite “M’aimes-tu” avec Mgr Rivière du 15 au 20 octobre ? !

Programme détaillé

Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

La joie de la rencontre – Du 31 mai au 3 juin 2018 à la Basilique de la Visitation à Annecy (74)

Trois jours festifs avec célébration, prière, Adoration, ouverts à tous pour célébrer la fête de la Visitation et enchaîner sur le fête du Saint Sacrement, à la basilique de la Visitation à Annecy. À noter que ce temps fort aura lieu désormais chaque année,viendra désormais se substituer à la Semaine Salésienne (fin août).

Programme

Jeudi 31 mai Fête de la Visitation 18h30 Messe

Vendredi 1er juin, 20h-21h : Veillée de prière animée par les Visitandines et le père Philippe Muller
Samedi 2 juin  9h-17h30 : Journée de recollection sur la prière salésienne
animée par la père Jean-Claude Mutabazi, prêtre de SFS. Journée ouverte à tous, aux familles et aux enfants, une animation particulière est prévue pour les enfants.

9h Accueil – café
9h30 à 16h30 Récollection
Pique-nique
16h30 Messe

Dimanche 3 juin –  Fête du Saint-Sacrement
10h Messe célébrée par Mgr Boivineau
11h à 17h Adoration continue
17h Vêpres et bénédiction du Saint-Sacrement
Lieu : Basilique de la Visitation – 11 avenue de la Visitation – Annecy

Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Sur les pas… … de saint François de Sales dans son diocèse ! Pèlerinage les 2 et 3 juin 2018 – Diocèse d’Annecy (74)

Une proposition de pèlerinage en Haute-Savoie sur deux jours.

1er jour :

Départ d’Annecy à 11h00 pour ceux qui viennent en car.
* 12h00 : Rendez-vous pour tous, à la Bénite Fontaine, pour se mettre ensemble sur les pas de saint François (introduction et présentation du pèlerinage).
* Pique-nique tiré des sacs dans le vallon.
* Départ pour Thorens Glières, visite du château vers 14h00 puis de l’église de Thorens.
* Retour à la Roche sur Foron : visite de la vieille ville (montée à la Tour).
* Repas au Couvent des Soeurs de la Charité , 247 rue Jeanne Antide-Thouret.
* Soirée : Film sur saint François. Nuitée.

2ème jour :

* 8h30 : Départ en car pour Annecy.
* 9h00 : Messe à la Basilique de la Visitation.
* Visite « Sur les pas de François de Sales dans la vieille ville (10h00 à 12h00).
* Déjeuner : Panier pique-nique puis visite de la maison de la Galerie (Soeurs de Saint-Joseph).
Après-midi :
* Visite à Saint-Germain de Talloires : accueil des oblats, topo et temps prière d’envoi.
* 17h30 : Fin du pèlerinage, retour sur la Roche en car

Télécharger le descriptif et le bulletin de réservation ici

 

Conférences/Formations #NLQ

Conférence de Pierre-Yves Le Priol sur Charles Péguy le 13 mars 2018 à Paris

La prochaine conférence – de Pierre-Yves Le Priol sur Charles Péguy – organisée par l’association des écrivains catholiques  aura lieu le mardi 13 mars à 11h au Couvent de la Visitation (Paris XIVe). La conférence est comme habituellement précédée d’une messe à la chapelle du monastère à 10h30.

Qui sommes-nous ?

Des écrivains catholiques, aux horizons très divers (roman, poésie, lettres anciennes, histoire, biographie, ethnologie, sciences, théologie, hagiographie, arts, bandes dessinées), désireux de participer à la mission de l’Eglise dans la fidélité à son enseignement, à travers une association dont le rayonnement contribue à la vie sociale et culturelle, ainsi qu’à la promotion de la langue française.

En savoir plus…

 

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Journée Thérésienne au Carmel de la Visitation de Sens, le 14 octobre

Journée animée par le père Denis-Marie, Carme d’Avon.

10h : messe
11h : conférence12h30 : repas tiré du sac
15h30 : conférence
17h : premières vêpres solennelles de sainte Thérèse d’Avila

  • Carmel de la Visitation (Sens – 149, rue de la Résistance)
  • Qui
  • Téléphone 03 86 65 17 75

Conférences/Formations

Conférence à La Visitation : Quel avenir pour les chrétiens en Orient ?

Samedi 16 septembre
à 17 h. 00

La Communauté des Sœurs de La Visitation de Nevers vous invitent
à une conférence de l’Aide à l’Eglise en Détresse

visitation.nevers@orange.fr

Dans le Monde #NLQ

Buvons à la même source, ensemble, sur un chemin d’espérance. Assemblée générale de l’ordre de la Visitation

LA VISITATION en assemblée

L’assemblée générale est représentée par les fédérales des 17 fédérations du monde et par les déléguées qui sont élues par les monastères du monde entier.
Cette assemblée se déroule tous les huit ans. Elle est organisée pour ressaisir la vie de l’ordre, pour discerner comment actualiser son charisme. Aujourd’hui nous avons 153 monastères à travers le monde.

L’HOMME EST LA PERFECTION DE L’UNIVERS,

L’ESPRIT EST LA PERFECTION DE L’HOMME,

L’AMOUR EST LA PERFECTION DE L’ESPRIT

ET LA CHARITÉ EST LA PERFECTION DE L’AMOUR 


SAINT FRANÇOIS DE SALES

LE CHARISME ?

Nous avons toutes un seul et même charisme mais selon la situation du monastère concerné, notre manière de vivre au milieu des populations peut varier. La Visitation est basée sur la vie communautaire, la charité, l’amour de Dieu et du prochain.

QU’EST-CE QUI GUIDE VOTRE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ?

Cela fait plus de vingt ans que notre ordre n’a pas vécu d’assemblée générale. Nous préparons cette assemblée depuis février 2016, il y a eu tout un travail de réflexion, des questions préparées par notre assistant général le père François Corrignan, ces questions ont été étudiées par tous les monastères et les réponses ont été envoyées au monastère d’Annecy et une commission nommée, pour étudier toutes ses réponses. De ces réponses une synthèse a été faite et le déroulement de l’assemblée a été envoyé à l’ensemble des fédérations.

QUEL CHARISME POUR QUELLES ORIENTATIONS ?

Rappelons que chaque monastère de la Visitation  est autonome, mais les saints patrons ont toujours voulu qu’il y ait une entraide entre ceux-ci. Il faut aussi parler du charisme de la Visitation, ce don gratuit et particulier fait à saint François et sainte Jeanne et l’ordre se demande comment est vécu ce don aujourd’hui. François de Sales ne parla pas de charisme aux soeurs de la Visitation, mais de l’esprit de la Visitation. Il faut savoir quel est l’esprit d’une communauté, d’une congrégation, savoir quelle est la fin pour laquelle elle a été fondée et les moyens pour arriver à cette fin. Ce don reste le même en ce début de siècle dans la manière de le vivre, il s’adapte au temps et aux lieux en gardant l’esprit : humilité et douceur. Il y a une grande attente de la part des différentes Visitations pour ce rendez-vous du mois de septembre, elles sont heureuses et prient pour cela. Les soeurs ont beaucoup travaillé sur le questionnaire préparatoire qui leur a été transmis.

Un slogan a été retenu : buvons à la même source, ensemble, sur un chemin d’espérance. C’est cette dynamique que les organisateurs souhaitent développer pendant l’AG.

Des orientations vont être données, avec une mise en oeuvre par la suite. Du point de vue canonique il y aura quelques modifications dans les constitutions, les statuts, pour être en accord avec le code d’aujourd’hui. Une dynamique nouvelle et un sentiment d’appartenance plus fort devraient s’en dégager, tout particulièrement pour les Visitations éloignées de la France, car Annecy reste pour chacune d’entre elles, le point de référence, la « source ».

Pour finir le père François reprend les mots de Mgr Boivineau à l’occasion des obsèques de Mère Marie- Hélène : « Que serait Annecy sans la Visitation et que serait la Visitation dans le monde, sans la Visitation d’Annecy ».

Propos recueillis par Yannick Angelloz-Nicoud auprès de soeur Marie-Thérèse, vsm et  du Père François Corrignan, prêtre du diocèse de Vannes chargé par le Vatican d’assister l’ordre de la Visitation Catholique 74, septembre 2017

Image : logo réalisé par une soeur de la Visitation pour l’Assemblée générale 2017

 

Doctrine / Formation #NLQ #Théologie

Quand la Visitation éclaire la charité, une application de Caritas in veritate

 

Les Restos du Cœur ont ouvert ces jours-ci leurs portes . L’Armée du Salut fait à nouveau tinter ses clochettes dans nos rues. La trêve hivernale repousse à la saison prochaine les expulsions. Les conférences Saint Vincent de Paul relancent leur campagne pour lutter contre l’isolement . Avec l’approche de Noël, les initiatives de solidarité refleurissent. Noël, au- delà des croyances, reste cette période où  la souffrance paraît encore plus insupportable. On n’a pas le droit de souffrir pour Noël.

(reprise d’un article du 7 janvier 2017, dans le cadre de notre mois d’août avec Marie)

          La magie de Noël semble chaque année ouvrir les cœurs, ouvrir à l’autre. Il y aurait sans doute bien des choses à dire sur l’élan de générosité collectif qui se réveille à Noël. Il reste donc dans l’inconscient collectif quelque chose de la joie de Noël, comme si dans le fond de lui-même le monde entier ressentait, même de façon indicible que « le Seigneur vient ». Et, incroyablement, cette inconsciente perception de la venue du Fils de Dieu, pousse l’homme vers son semblable plus démuni, plus faible, comme Marie vers Élisabeth. En ce temps de solidarité, d’ouverture des prenons un temps d’arrêt pour contempler « La Visitation ».

           L’Évangile selon saint Luc est le plus marial des Évangiles. Il est aussi celui qui insiste le plus sur l’enfance de Jésus et la mission de  Jean-Baptiste. Le premier chapitre, où se situe le passage de la Visitation, est un parallèle entre la vie du Sauveur et la vie du Précurseur. Il est très intéressant de voir que c’est au moment où naît Jésus que Luc fait commencer la vie cachée du Baptiste. « Il faut que je diminue et qu’il grandisse ». C’est bien le message clef de la vie de  Jean -Baptiste et de tout chrétien. Ce n’est pas pour rien que l’évangéliste historien qu’est Luc commence son Évangile avec Jean -Baptiste. Jean-Baptiste représente le monde ancien qui s’achève. Il est membre de la tribu de Lévi, donc de la tribu des prêtres du Seigneur. Or dans l’Ancienne Alliance le culte rendu au Temple par les prêtres est central. C’est l’origine de la libération du peuple hébreu : aller rendre un culte au Seigneur dans le désert. Avec Jean -Baptiste c’est le sacerdoce ancien qui s’efface devant l’unique Grand Prêtre qui vient. Le Christ tant attendu des juifs ne vient pas abolir le monde ancien, mais l’accomplir, le transcender. C’est le sens de la visite de Marie à Élisabeth. Les deux mondes ne s’opposent pas, mais se rejoignent et c’est pour l’Ancienne Alliance l’accomplissement tant attendu, d’où la joie de Jean dans le ventre de sa mère, d’où le Benedictus du père de Jean à sa naissance : « Béni soit le Seigneur car il a visité son peuple » La Visite de Marie à Élisabeth est immédiate, dès la conception par l’Esprit Saint. Le Christ, comme impatient, n’attend pas d’être né pour accomplir la mission que son Père lui confie, il va dès sa conception visiter son peuple.

            C’est triomphante ou fière que Marie aurait pu aller visiter sa cousine. Il n’en est rien, au contraire. C’est humblement et par obéissance à l’ordre de l’ange qu’elle va non pour se faire vénérer ou pour faire adorer l’ enfant qu’elle porte en elle, mais pour servir la femme stérile. Marie qui se reconnaît l’humble servante de son Seigneur devient la servante de sa cousine porteuse de l’Alliance ancienne. Elle qui porte la vie du monde à venir va s’abaisser à servir celle qui porte le monde ancien devenu stérile. Marie fait sienne, par son Fiat la mission de celui qu’elle porte. En visitant sa cousine, femme âgée issue du monde ancien, elle se met au service de ce monde ancien pour lui donner l’espérance et la vie. Elle aurait pu le détruire pour en finir avec lui, mais elle le sert pour lui rendre sa dignité et sa place dans le dessein salvifique de Dieu. Dieu ne va pas détruire le monde comme au déluge. Il a promis qu’il ne le ferait plus. Dieu va œuvrer au salut du monde avec ce monde et à partir de lui. D’où l’immense joie d’Élisabeth qui accueille ce salut. Car s’il s’agit bien de la visite de Marie, et il ne faut pas oublier que Marie a été reçue par sa cousine. Élisabeth accepte donc la venue de son Dieu. Du monde ancien elle s’ouvre au monde nouveau, à la vie nouvelle. Elle ne reste pas figée sur elle-même, elle fait une place au Messie. A cet accueil marqué par la joie et l’espérance répond alors, et alors seulement, le Magnificat de Marie.  Après l’Annonciation, Marie aurait pu exulter de joie pour cette merveille accomplie en elle. Elle aurait pu se réjouir d’être choisie entre toutes les femmes. Mais non ! Ce qui la réjouit au point d’en rendre grâce à Dieu, c’est qu’Élisabeth accueille le Messie, c’est que le monde ancien s’ouvre au nouveau, en un mot se convertit.

            Lorsque Marie porte le Christ ou présente les hommes au Christ, elle refait le chemin montagneux de la visitation pour venir nous donner son fils. Et si nous ouvrons notre cœur pour accueillir son fils, si nous acceptons de laisser derrière nous le monde ancien, c’est à dire nos péchés, nos attachements déréglés à ce monde qui passe, pour nous donner encore un peu plus à Dieu, alors Marie exulte de joie, car « la miséricorde du Seigneur s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent ».

 

            Il me semble qu’il y a là quelque chose de la raison d’être de la Doctrine Sociale de l’Église et de notre agir de chrétien dans le monde d’aujourd’hui. Par la foi nous sommes porteurs du monde nouveau que le Christ a inauguré le soir de Noël. Par notre engagement, nous sommes avec Marie au chevet de ce monde pour lui présenter le Royaume, pour ouvrir ce monde qui ne cesse de s’en aller au monde qui désormais est établi et qu’il nous appartient de porter avec Marie au-delà des montagnes ; ce monde devant lequel nous devons, avec Jean-Baptiste, aplanir la route. Alors notre magnificat pourra retentir et porter au ciel la joie de la conversion des cœurs, à commencer par le nôtre qu’il nous faut sans cesse élargir à la dimension du cœur de Dieu. C’est à cette condition que peu à peu, comme Marie, nous pourrons regarder et aimer le monde avec le regard et le cœur de Dieu.

Doctrine / Formation #NLH #NLQ

Visitation – L’âme juste et religieuse exalte l’image de Dieu – Saint Ambroise

Lorsque l’ange annonce à Marie le mystère de sa maternité virginale, il lui apprend, pour éclairer sa foi par un exemple, qu’une femme âgée et stérile a conçu, ce qui fait comprendre que Dieu peut accomplir tout ce qu’il a décidé.

Dès que Marie l’eut appris, elle partit vers la montagne de Judée. Ce n’était de sa part ni incrédulité en la prophétie, ni incertitude sur cette annonce, ni doute sur l’exemple proposé. Elle partait dans l’allégresse de son désir, pour l’accomplissement d’un service, avec l’empressement de sa joie.

Elle qui était maintenant remplie de Dieu, où pouvait-elle se rendre avec empressement, sinon vers les hauteurs ? La grâce du Saint-Esprit ne connaît pas les hésitations ni les retards. ~ L’arrivée de Marie et la présence du Seigneur manifestent aussitôt leurs bienfaits, car, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle, et elle fut remplie de l’Esprit Saint.

Remarquez les nuances et l’exactitude de chaque mot. Élisabeth fut la première à entendre la parole, mais Jean fut le premier à ressentir la grâce : la mère a entendu selon l’ordre naturel des choses, l’enfant a tressailli en raison du mystère ; elle a constaté l’arrivée de Marie, lui, celle du Seigneur ; la femme, l’arrivée de la femme, l’enfant, celle de l’enfant ; les deux femmes échangent des paroles de grâce, les deux enfants agissent au-dedans d’elles et commencent à réaliser le mystère de la piété en y faisant progresser leurs mères ; enfin, par un double miracle, les deux mères prophétisent sous l’inspiration de leur enfant.

Jean a tressailli, la mère a été comblée. La mère n’a pas été comblée avant son fils, mais, comme le fils était comblé de l’Esprit Saint, il en a aussi comblé sa mère. Jean a exulté, et l’esprit de Marie a exulté, lui aussi. L’exultation de Jean comble Élisabeth ; cependant, pour Marie, on ne nous dit pas que son esprit exulte parce qu’il est comblé, car celui qu’on ne peut comprendre agissait en sa mère d’une manière qu’on ne peut comprendre. Élisabeth est comblée après avoir conçu ; Marie, avant d’avoir conçu. Heureuse, lui dit Élisabeth, toi qui as cru.

Heureux, vous aussi qui avez entendu et qui avez cru ; car toute âme qui croit conçoit et engendre le Verbe et le reconnaît à ses œuvres.

Que l’âme de Marie soit en chacun de vous, pour qu’elle exalte le Seigneur ; que l’esprit de Marie soit en chacun de vous, pour qu’il exulte en Dieu. S’il n’y a, selon la chair, qu’une seule mère du Christ, tous engendrent le Christ selon la foi. Car toute âme reçoit le Verbe de Dieu, pourvu qu’elle soit irréprochable et préservée des vices en gardant la chasteté dans une pureté intégrale.

Toute âme qui peut vivre ainsi exalte le Seigneur, comme l’âme de Marie a exalté le Seigneur, et comme son esprit a exulté en Dieu son Sauveur.

En effet, le Seigneur est exalté, comme vous l’avez lu ailleurs : Magnifiez avec moi le Seigneur. Certes, la parole humaine ne peut faire grandir le Seigneur, mais c’est en nous qu’il est exalté ; en effet, le Christ est l’image de Dieu. Par conséquent, si l’âme agit de façon juste et religieuse, elle exalte cette image de Dieu, à la ressemblance de qui elle a été créée ; et par conséquent, en exaltant cette image, elle s’élève par une certaine participation à sa sublimité.

 

Saint Ambroise, sermon sur la Visitation

(reprise d’un article du 3 juin 2017, dans le cadre de notre mois d’août avec Marie)

Doctrine / Formation #NLQ

Visitation – Là où se trouve Marie se trouve le Christ – Saint Jean-Paul II

Nous concluons devant cette Grotte, qui rappelle à l’esprit le Sanctuaire de Lourdes, le chemin marial accompli au cours du mois de mai. Nous revivons ensemble le mystère de la Visitation de la Très Sainte Vierge Marie, dans ce pèlerinage à travers les jardins du Vatican, qui chaque année voit la présence de cardinaux, d’évêques, de prêtres, de religieux et de religieuses, de séminaristes et de nombreux fidèles.

Je suis reconnaissant au cher Cardinal Noè et à tous ceux qui ont suivi avec soin la préparation de ce rendez-vous de prière aux pieds de la Vierge.

Les paroles de l’évangéliste Luc retentissent dans nos cœurs : « Dès qu’Élisabeth eut entendu le salut de Marie… [elle] fut remplie d’Esprit Saint » (1, 41). La rencontre entre la Madone et sa cousine Élisabeth est comme une sorte de « petite Pentecôte ». Je voudrais le souligner ce soir, désormais à la veille de la grande solennité de l’Esprit Saint.

Dans le récit évangélique, la Visitation suit immédiatement l’Annonciation : la Sainte Vierge, qui porte en son sein le Fils conçu par l’œuvre de l’Esprit Saint, rayonne autour d’elle de grâce et de joie spirituelle. C’est la présence de l’Esprit en elle qui fait tressaillir de joie le Fils d’Élisabeth, Jean, destiné à préparer la voie au Fils de Dieu fait homme.

Là où se trouve Marie il y a le Christ ; et là où se trouve le Christ il y a son Esprit Saint, qui procède du Père et de Lui-même dans le saint mystère de la vie trinitaire. Les Actes des Apôtres soulignent à juste titre la présence de Marie en prière, dans le Cénacle, avec les Apôtres réunis dans l’attente de recevoir la « puissance d’En-haut ». Le « oui  » de la Vierge, « fiat », attire le Don de Dieu sur l’humanité : c’est ce qui se produit à la Pentecôte, comme lors de l’Annonciation. C’est ainsi que cela continue à se produire sur le chemin de l’Église.

Réunis en prière avec Marie, nous invoquons une abondante effusion de l’Esprit Saint sur l’Église tout entière, afin qu’elle prenne le large toutes voiles dehors dans le nouveau millénaire. Nous l’invoquons en particulier sur ceux qui œuvrent quotidiennement au service du Siège apostolique, afin que le travail de chacun soit toujours animé par un esprit de foi et de zèle apostolique.

Il est significatif que le dernier jour de mai soit celui de la fête de la Visitation. Avec cette conclusion, c’est comme si nous voulions dire que chaque jour de ce mois a été pour nous une sorte de visitation. Nous avons vécu au cours du mois de mai une visitation permanente, comme l’ont vécue Marie et Élisabeth. Nous sommes reconnaissants à Dieu que cet événement biblique nous soit aujourd’hui reproposé par la Liturgie.

À vous tous, ici réunis en si grand nombre, je souhaite que la grâce de la visitation mariale, vécue au cours du mois de mai et notamment au cours de cette dernière soirée, se prolonge dans les jours qui viendront.

Célébration mariale pour la conclusion du mois de mai au Vatican

Paroles du Saint Père Jean Paul II Jeudi 31 mai 2001

Visitation de Marie à sainte Élisabeth

 

Source

 

 Notre photo grotte de Lourdes au Vatican