A la une #Articles #En France #NLQ

Université de la vie sous protection policière – Grenoble

Retour sur un événement grenoblois Un cordon policier a protégé, de nouveau, ce 28 janvier 2019, la Maison diocésaine de Grenoble. Pour le troisième lundi consécutif, un appel à manifester a été lancé par « Nous Toutes 38 », un collectif féministe hostile à la tenue de l’« Université de la vie », cycle de conférences retransmis en direct dans les locaux diocésains, comme dans 150 villes de France. La centaine de participants inscrits à cette formation portée par l’association pro-vie Alliance Vita a été ces dernières semaines la cible de violences verbales de la part des manifestants, rassemblés à l’appel d’acteurs associatifs (Planning familial, UNL, etc.) et politiques (France Insoumise, EELV, NPA, PCF). L’ambiance est d’autant plus tendue que la maison diocésaine située en centre-ville, en face du musée des beaux-arts, a été victime de dégradations, les 19 et 20 janvier dernier. Des inscriptions injurieuses ont été bombées sur les murs. Le lendemain, les vitres du bâtiment ont été systématiquement martelées. Le diocèse a porté plainte. Ces dégradations s’inscrivent dans un contexte difficile, après que l’église Saint-Jacques, à Grenoble, a été ravagée par un incendie dans la nuit du 16 au 17 janvier. Si l’enquête privilégie l’hypothèse d’une défaillance électrique, un groupe anonyme a revendiqué le sinistre sur un site de la mouvance anarcho-libertaire. (d’après le site de La Croix) Plus largement, nous sommes les témoins affligés d’une banalisation de la violence et de l’intolérance (actes d’antisémitisme, saccage de tombes, profanations de lieux de culte…) : il est temps de dire collectivement qu’une telle marée montante de haine et de bêtise doit s’arrêter au plus tôt. Notre réponse sera civique mais aussi, nous nous en doutons bien, spirituelle.

 

Source bulletin paroissial Saint-Jean-de-la-Croix

 

Articles #Morale #NLH #NLQ

Alliance VITA – Université de la vie 2019 les 14, 21 & 28 janvier et le 4 février 2019 en visioconférence partout en France

Cette année, les quatre soirées de formation organisées par l’association en visioconférence auront pour thème : La vie, à quel prix  ? Les participants se retrouveront les lundis 14, 21, 28 janvier et le 4 février 2019 dans plus de 140 villes en France et à l’étranger pour suivre en direct exposés, débats et tables rondes sur des sujets d’actualité.

A l’heure où le gouvernement s’apprête à déposer un nouveau projet de loi bioéthique, experts et grands témoins croiseront leurs regards pour aborder des questions cruciales, parmi lesquelles :

Faut-il fabriquer la vie à n’importe quel prix ? Toute vie vaut-elle la peine d’être vécue ? Comment manifester la valeur de la vie fragile ? Peut-on protéger l’Humanité contre les excès du marché ?

Présentant sur son affiche un enfant sur le plateau d’une balance, cette nouvelle session de l’Université de la vie abordera de façon inédite de multiples problématiques : désir d’enfant, procréation artificielle, gestation par autrui, marchandisation du corps, handicap, dépendance, vieillissement, fin de vie, etc.

Parmi les personnalités attendues, outre Tugdual Derville, François-Xavier Pérès,Caroline RouxBlanche Streb et Olivier Trédan, d’Alliance VITA, interviendront :

 

  • Michael Lonsdale, comédien
  • Olivier Rey, philosophe,
  • Clotilde Noël, à l’initiative de la communauté « Tombée du nid« ,
  • Maître Adeline le Gouvello, avocate de « Juristes pour l’enfance« ,
  • Dr. Xavier Mirabel, cancérologue,
  • Benoît Clermont, auteur avec sa femme de « Gaspard, entre Terre et Ciel« ,
  • Bertrand et Gaëlle Lionel-Marie, responsables bioéthique nationaux des AFC,
  • Sophie et Cédric Barut, auteurs de « Je rentrerai avant la nuit« ,
  • Le Général Henri Marescaux, fondateur d’une association d’aide aux prostituées.

 

D’autres invités exceptionnels, témoins ou experts, interviendront au plan national ou local.

Plus de 35 000 personnes au total ont déjà participé aux cinq précédentes éditions nationales de l’Université de la vie d’Alliance VITA en faisant le tout premier évènement bioéthique national.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur ce site.

Ne tardez pas à vous inscrire grâce à ce lien , vous aurez une réduction en vous inscrivant avant le 14 janvier.

 

NLQ #Points non négociables PNN

Présidence Macron – Alliance Vita appelle à la vigilance et à rester mobilisés

Chers amis,

Nous voilà pour 5 ans sous la présidence d’Emmanuel Macron. Après le déplorable quinquennat de François Hollande, cette perspective appelle à la plus grande vigilance. Nous poursuivons notre mise en garde car, avec Emmanuel Macron, plusieurs menaces sont d’ores et déjà d’actualité.

1. DES PRISES DE POSITION DANGEREUSES OU INCERTAINES

À sa façon de traiter les questions de société, Emmanuel Macron pourrait ressembler au candidat Hollande de 2012, même si nous ignorons le calendrier des réformes qui menacent. Nous en avons alerté fortement les Français, notamment en publiant nos baromètres bioéthiques pendant la campagne :

    • Son soutien affiché à la procréation artificielle “sans père” pour les femmes célibataires ou homosexuelles sans problème d’infertilité ;
    • Sa tolérance accrue à la gestation pour autrui (GPA), au travers de la facilitation de la reconnaissance des enfants conçus à l’étranger par l’état civil français ;
    • Son discours ambigu sur la fin de vie ;
    • Ses positions libertaires sur l’avortement.

2. SON ENTOURAGE TRANSGRESSIF

De Pierre Bergé à Jacques Attali, en passant par Bernard Kouchner et Daniel Cohn-Bendit, plusieurs soutiens emblématiques du nouveau prési-dent appartiennent à la nébuleuse libertaire qui a déjà énormément contribué à l’effondrement de notre société. Mais d’autres proches d’Emmanuel Macron ne sont pas sur leur ligne.

3. L’HORIZON CRUCIAL DES LÉGISLATIVES

La première étape de notre action à venir se concentre donc sur lesélections législativesLes équipes VITA rencontrent actuellement les principaux candidats pour les mobiliser et les alerter sur la casse sociétale et les enjeux bioéthiques des prochaines années. C’est notre urgence !

Pendant cinq ans, il faudra peser sur le monde politique, que nous savons fracturé et dispersé, pour éviter les lois transgressives et favoriser les lois de reconstruction ; il faudra aussi être capable de mobiliser dans la rue.

 

 Tugdual derville

NLQ #Points non négociables PNN

Le baromètre biopolitique d’Alliance Vita

Le baromètre est un outil simple, utilisé par de nombreux organismes en cette période d’élection présidentielle. C’est le principe du tableau comparatif, avec des mentions aussi claires que possible pour synthétiser les positions passées ou les engagements futurs des candidats. Cet éclairage contribue à l’information des électeurs et participe donc utilement au débat démocratique.

Depuis l’automne 2016, Alliance VITA a publié plusieurs baromètres, accessibles sur notre site. Un baromètre a été réalisé pour chaque Primaire (celle de la Droite et du Centre, puis celle de la Gauche), et l’actuel que nous mettons à jour régulièrement concerne les 11 candidats officiellement sélectionnés.

 

 

Source

NLH #NLQ #Points non négociables PNN

2017 – Les enjeux bioéthiques de la campagne

Les notations diverses vont bon train ces derniers jours. Les programmes des candidats au château sont passés au crible des différentes associations et autres lobbys.

Alliance Vita qui publie son baromètre remis à jour (voir photo) part également en campagne bioéthique.

baromètre VITA

À 30 jours du premier tour des Présidentielles, Alliance VITA dévoile le Bilan occulté du quinquennat de François Hollande : plus de 30 mesures de casse sociétale ont fragilisé notre société en s’attaquant à la famille et à la vie humaine à tous ses stades.

Cover-bilanFH-website

1 million de tracts dans toute la France 

Alliance VITA lance avec son réseau de volontaires dans toute la France, une campagne nationale de sensibilisation aux enjeux biopolitiques de cette élection.

Pendant 30 jours, les équipes de volontaires d’Alliance VITA iront à la rencontre des Français en invitant chacun à interpeller les candidats sur ces enjeux et à réserver leur vote aux candidats qui s’engageront à réparer ces dégâts et à défendre la vie et la dignité humaine de tous, y compris les plus fragiles.

 

NLQ #Points non négociables PNN

Délit d’entrave – Alliance Vita a déposé un recours devant la justice administrative

La Fondation Lejeune, Les Républicains, Alliance Vita se lancent dans diverses procédures pour sauver ce qu’il reste en France de liberté d’expression.

Alors que l’Assemblée nationale vient de voter définitivement l’extension du délit d’entrave à l’IVG, Alliance VITA dépose une requête devant le tribunal administratif de Paris contre le ministère de la Santé concernant les informations inexactes ou non objectives sur l’avortement qui figurent sur le site officiel dédié à l’IVG.

Le recours concerne particulièrement une vidéo intitulée : « Y a-t-il des conséquences psychologiques après une IVG ? », dans laquelle un gynécologue affirme « qu’il n’y a pas de séquelle à long terme psychologique de l’avortement ». Cette affirmation va à l’encontre du rapport de l’IGAS de 2010, qui souligne le manque d’étude objective sur les conséquences de l’IVG qui « demeure un événement souvent difficile à vivre sur le plan psychologique. » Le déni de toute séquelle à long terme consécutive à un tel événement est susceptible de tromper les femmes, non seulement lorsqu’elles hésitent, mais aussi lorsqu’elles ressentent ce type de souffrance longtemps après une IVG. Dans ce recours, Alliance VITA dénonce également l’inexactitude de certaines informations contenues dans le dossier guide sur l’IVG, qui date de novembre 2014, alors que l’article L.2212-3 du code de la Santé publique impose une mise à jour annuelle.

Compte tenu des atteintes à la liberté d’expression ainsi que du flou de ce nouveau délit au regard du droit pénal, critiques exprimées à plusieurs reprises lors des débats parlementaires, il est fort probable que le Conseil constitutionnel aura à se prononcer sur ce texte.

 

 Source

A la une #NLQ #Points non négociables PNN

Délit d’entrave, il vous reste 24 heures pour interpeller vos sénateurs

Pourquoi agir d’urgence ? 

Le 14 février prochain, le Sénat doit se prononcer sur une proposition de loi qui aggrave considérablement le champ d’application du délit d’entrave à l’IVG (2 ans de prison et 30 000 € d’amende).

La version actuelle du texte qui sera présentée au vote des sénateurs porte une atteinte redoutable à la liberté d’expression et à la liberté d’informationdes femmes sur « les caractéristiques et les conséquences médicales » d’une IVG.

Alliance VITA demande aux sénateurs de refuser ce texte liberticide.

Non seulement l’objectivité de l’information est en jeu, mais également toute prévention des pressions qui incitent à l’IVG, qui sont actuellement niées et passées sous silence.

⇒ Aidez-nous à alerter les sénateurs sur ce texte.

Pour faire entendre votre voix, Alliance VITA met à votre disposition un outil dédié et vous invite à interpeller personnellement vos sénateurs sur cette grave question.

  1. Choisissez votre numéro de département et sélectionnez le sénateur à qui vous voulez écrire.
  2. Après l’affichage du modèle de courrier, saisissez vos coordonnées et cliquez sur l’option « email » ou « courrier ».
  3. Recopier le message dans votre boîte-mail ou imprimer-le, selon l’option choisie, en le personnalisant au besoin.

A la une #NLQ #Points non négociables PNN

Délit d’entrave numérique en commission – 72 % des Français sont contre

Mardi 24 janvier 2017 à 17 heures, la commission mixte paritaire chargée de proposer un texte sur les dispositions restant en discussion de la proposition de loi relative à l’extension du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse se réunit.

Mercredi 7 décembre 2016, le Sénat a adopté avec modifications, par 173 voix pour et 126 voix contre, la proposition de loi, adoptée par l’Assemblée nationale après engagement de la procédure accélérée, relative à l’extension du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse.

C’est donc aujourd’hui, en la fête du saint patron de la communication et des journalistes, saint François de Sales, que le démon qui a le sens du symbole entend mettre la dernière touche à son “travestissement de la vérité en vue de donner la mort”. Ce pourrait-être un motif de condamnation à part entière du reste.

Alliance Vita en profite pour rappeler que non content de truquer les chiffres de ses propres primaires et tromper ouvertement ses électeurs, le parti de la présidence normale piétine la majorité des Français pour qui on devrait davantage aider les femmes à éviter d’avorter.

Voici quelques chiffres de ce sondage de septembre 2016.

– Pour 52 % des Français (55 % des femmes !) le nombre d’avortements est non pas « une situation normale » mais « une situation préoccupante ».

– 89 % d’entre eux pensent « qu’un avortement laisse des traces psychologiques difficiles à vivre pour les femmes ».

– 72 % estiment que « la société devrait davantage aider les femmes à éviter le recours à l’interruption de grossesse ».

– 35 % ne sont « pas d’accord » avec la loi de 2001 « autorisant les jeunes filles mineures à avorter sans que leurs parents soient au courant ».

– Enfin 84 % (contre 16 %) sont favorables à ce que soit « intégré dans le livret officiel remis aux femmes enceintes le détail des aides aux femmes enceintes et aux jeunes mères ».

Les résultats de ce sondage corroborent l’action de terrain effectuée par Alliance VITA auprès des femmes enceintes en difficulté et de celles qui expriment un mal-être consécutif à un avortement.

 

En France #NLH #NLQ

Pensez à vous inscrire à l’Université de la vie 2017

Alliance VITA vous invite à un nouveau cycle de formation sur 4 soirées, les lundis 9, 16, 23 et 30 janvier 2017. Ouverte à tous, cette formation est en direct et en visioconférence depuis Paris dans plus de 100 villes en France et à l’étranger.

Pour cette année, la formation propose un passage de la politique vers la BIOpolitique, une politique au service de la vie.

En effet, l’enjeu clé des années à venir est la place de l’homme dans la société. 
Le thème « Fonder la Biopolitique » permet de s’interroger sur :

 ♦ Qu’est-ce qui fonde la dignité de l’Homme ?

 ♦ En quoi notre regard sur l’embryon fonde-t-il notre regard sur l’humanité ?

 ♦ Quelle est la place de la famille dans le paysage politique ?

 ♦ Comment vivrait le corps social si le corps humain était dépassé par la technique ?

Pour rendre possibles des options biopolitiques humaines, les seules dignes de l’homme, il faut prendre le temps de se former pour agir ensuite de façon ajustée. C’est le but de ces quatre soirées, qui permettront à chacun de réfléchir et de prendre position personnellement face aux défis humanitaires, politiques et culturels à relever.

Renseignements complémentaires et inscriptions : ici

NLQ #Points non négociables PNN

VITA demande au ministère de retirer les informations inexactes de son site IVG

Dans une lettre recommandée adressée à la ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, l’organisation Alliance VITA demande le retrait des « informations inexactes ou non objectives sur l’avortement qui peuvent induire en erreur les personnes qui consultent ce site  » (cf. L’avortement, droit ou drame ?).

L’association explique que « le recours concerne particulièrement une vidéo intitulée ‘Y a-t-il des conséquences psychologiques après une IVG ?’, dans laquelle un gynécologue affirme ‘qu’il n’y a pas de séquelle à long terme psychologique de l’avortement’ ». Selon Alliance VITA, cette affirmation va à l’encontre du rapport de l’IGAS en 2010, qui souligne « le manque d’étude objective sur les conséquences de l’IVG qui demeure un événement souvent difficile à vivre sur le plan psychologique » (cf. Prendre en compte le syndrome post-avortement).

Dans son courrier, Alliance VITA souligne également que « le déni de toute séquelle à long terme consécutive à un tel événement est susceptible de tromper les femmes, non seulement lorsqu’elles hésitent, mais aussi lorsqu’elles ressentent ce type de souffrance longtemps après une IVG » (cf. Les conséquences psychiques de l’avortement mises en lumière).

Alliance VITA demande ainsi la mise à jour du dossier guide contenant les informations sur l’IVG, qui date de novembre 2014. Or l’article L.2212-3 du code de la Santé publique impose « une mise à jour annuelle », d’autant plus nécessaire que les dispositions sur l’IVG ont changé à plusieurs reprises depuis cette date.

L’association a précisé qu’elle se réservait « le droit d’introduire un recours contentieux auprès du tribunal administratif » si le ministère ne lui répondrait pas favorablement.

 

Source Généthique.org