Conférences/Formations #NLQ

Conférence-témoignage de Laurent Gay le 9 octobre 2018 à Brives-Charensac (43)

Laurent Gay, ancien toxicomane et auteur du livre “Arraché à l’enfer”, donnera une conférence-témoignage sur son parcours le mardi 9 octobre 2018 à 19h au Pôle La Chartreuse de Brives-Charensac (amphithéâtre).

Lorsque Laurent, enfant d’une cité parisienne, goûte à la drogue, il n’imagine pas qu’il sera emporté durant quinze ans dans un engrenage infernal : la déchéance, le vol, les trafics, le SIDA. C’est en prison, alors qu’il est proche du suicide, que Dieu vient le toucher : totalement athée, il vit une incroyable conversion. Commence alors une lente et difficile résurrection.

Réservations par mail : conference.9octobre@pole-lachartreuse.fr
Contact : Pastorale de La Chartreuse 04 71 09 83 09

Dans le Monde #Europe non francophone #NLQ

Angleterre : 21 crânes humains volés dans une église du Kent

Lu sur l’observatoire de la christianophobie :

C’est un vol peu banal et fort troublant qui a  été constaté dimanche 15 juillet dernier dans l’église anglicane St. Leonard de Hythe dans le Kent en Angleterre… En effet, vingt-et-un crânes humains y ont été volés… L’église est célèbre en Angleterre car elle expose dans sa crypte quelque 1 022 crânes (sans compter les ossements) humains, certains très anciens – plus de sept siècles – exhumés d’un vieux cimetière et entreposés dans l’église depuis le XVIe siècle.

Source : The Daily Mail, 18 juillet

En France #NLQ

Tentatives de vol dans la maison diocésaine de Chambéry

Lu sur l’observatoire de la christianophobie :

Double essai mais double échec pour ce cambrioleur qui n’en était pas à sa première tentative de vol dans la Maison diocésaine…

Dans la nuit de lundi à mardi [11-12 juin], vers 3 h 15, un homme a tenté de s’introduire dans les locaux [de la Maison diocésaine], situés sur l’avenue Docteur Desfrançois. Un prêtre l’a surpris et a réussi à le mettre en fuite une première fois. C’était sans compter sur la détermination de l’individu qui est revenu vers 4 h 25 et a de nouveau tenté une intrusion. Cette fois, l’alerte avait été donnée et une patrouille de la brigade anti criminalité l’a interpellé. Placé en garde à vue, l’homme âgé de 46 ans est un sans domicile fixe. Il pourrait être impliqué dans plusieurs tentatives de cambriolages et dégradations au préjudice de la Maison diocésaine ces dernières semaines. Il est aussi soupçonné d’avoir cambriolé un cabinet médical. Présenté au parquet de Chambéry hier, il a été écroué dans l’attente de sa comparution immédiate ce jeudi au TGI de Chambéry.

Source : Le Dauphiné, 14 juin (merci C. B. pour ce signalement)

Brèves

Vols à la Basilique Notre-Dame de Montligeon : 60 000 euros de préjudice

«  C’est une sœur qui venait préparer les lieux pour la messe lundi matin qui a constaté le vol  », explique Marguerite-Marie de Goussencourt, responsable de la communication du sanctuaire Notre-Dame de Montligeon. Dans la nuit du dimanche 2 au lundi 3 juillet, en effet, la basilique de La Chapelle-Montligeon a été cambriolée. « Selon la vidéosurveillance, les faits se sont produits à deux heures du matin. »

«  Un ou plusieurs individu(s) a ou ont dérobé deux couronnes posées sur les statues à l’intérieur de l’édifice, un crucifix et une porte de tabernacle », annonce le lieutenant William Vauloup, commandant la communauté de brigades de Mortagne-au-Perche. « Six gendarmes de Mortagne-au-Perche ont procédé aux premières constatations, accompagnés par un technicien en investigation criminelle d’Alençon ».

Le ou les responsables du cambriolage ont « fracturé la porte pour s’introduire à l’intérieur de la Basilique  ». Le préjudice financier est conséquent : près de 60 000 euros. « Il faut savoir que les répliques qui ont été dérobées avaient un alliage particulier (NDLR : de grande qualité). Ce ne sont pas des vols anodins ». Il n’est pas impossible que ce genre de méfaits réponde à une commande particulière – à destination de marchés nationaux voire internationaux – et que le ou les responsables des vols aient repéré les lieux en amont.

« Le travail d’enquête sera de longue haleine  », conclut le lieutenant.

Sources : Actu et Ouest France