Dans le Monde #Europe non francophone #NLQ

Résumé du “Festival grégorien de Watou” en Belgique

Un résumé de Bernard Deheegher pour Pro Liturgia :

A la fin de l’après-midi du dimanche 13 mai, nous avons chanté les vêpres de clôture du Festival, comme un adieu : “Feliciter, Feliciter, Feliciter, Tempora bona habeant.” Ce qui veut dire : “Beaucoup de bonheur, beaucoup de progrès, bonne chance ! Que viennent les temps heureux !” Et nous avons pris congé les uns des autres, remplis d’une émotion sacrée, pleins de joie et de gratitude, avec l’espoir de nous revoir en 2021.
Watou 2018 prenait fin. Nous étions presque silencieux. Mais nous pouvons déjà porter sur cette édition un regard plein de reconnaissance car elle a pu se dérouler en beauté et harmonie, grâce au grand enthousiasme inspirant et porteur, manifesté par chacun.

Avec au total 30 événements, à Watou et dans les villes partenaires, près de 10.000 places ont été occupées. Le soleil de printemps, qui a fait son entrée au début du Festival, nous a accompagnés jusqu’au dernier jour. L’édition 2018 s’est une nouvelle fois révélée comme un moment inoubliable. Le 15 mai, dans les pages nationales du journal flamand “Het Nieuwsblad”, le cœur du festival a été décrit comme suit : “Le chant grégorien connaît une renaissance. Les chants ne sont pas seulement un événement musical, ils possèdent quelque chose de mystérieux qui entraîne les jeunes. C’était plus qu’évident à Watou. La popularité grandissante de ce chant en a aussi augmenté le niveau d’exécution et ce, tant pour les groupes professionnels que les chœurs d’amateurs.”
Cela dit, je voudrais aussi adresser mes remerciements à tous, y compris ceux que j’aurais oubliés.

AUX SCHOLAS ET AUX ENSEMBLES PARTICIPANTS

Leur composition était très variée : des ensembles professionnels et des scholas expérimentées ; des scholas de cathédrales ou des chœurs de jeunes. Ils sont venus d’Océanie, d’Asie, d’Europe et aussi d’Amérique du Sud. Et lors de chaque événement on a pu voir à quel point les chanteurs ont pu montrer leur appartenance au “biotope” de cette musique. Ils savaient, ils sentaient très précisément ce qu’ils faisaient : le chant grégorien était leur langue.

AUX SPONSORS ET AUX DONATEURS

Nous leur sommes très reconnaissants, car ils nous ont permis de financer notre festival.

AUX 125 COLLABORATEURS BÉNÉVOLES

Ceux que l’on pouvait apercevoir, nous les avons reconnus grâce au sourire permanent qu’ils affichaient sur leur visage, mais la plupart d’entre eux ont travaillé dans l’ombre, là où les visiteurs du festival n’avaient pas accès. Certains d’entre eux ont travaillé jusqu’à dix jours de suite à raison de dix heures par jour. Sans cette bonne centaine de bénévoles, il n’y aurait pas eu de festival. Cela aussi, c’est la merveille de Watou.

AUX VILLES PARTENAIRES

Nous avons été les hôtes de Grimbergen, Poperinghe, Coxyde, Anvers, Bruxelles, Wervik, Haringe, Houtkerque et Dunkerque. Les concerts y ont connu une grande affluence, dans des églises parfois pleines à craquer. Si le festival a pu se dérouler dans tous ces lieux, c’est grâce aux responsables et aux collaborateurs locaux qui y ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour faire de ces concerts des événements uniques.

AU PUBLIC ET À CEUX QUI ÉTAIENT DE CŒUR AVEC NOUS

Vous, qui êtes venus pour écouter, nous avons apprécié au plus haut point votre présence et votre sympathie chaleureuse. Notez dans votre agenda que la radio de musique classique KLARA (90,30 FM) diffusera le 29 mai prochain,de 20 heures à 22h30, les deux concerts du 12 mai avec la participation des deux chœurs polonais, de Graces and Voices, de Psallentes et de Vox Clamantis (programme Klara Live).
Enfin, je voudrais remercier tout particulièrement l’Association Saint-Grégoire du diocèse de Roermond aux Pays-Bas qui, en collaboration avec Mgr Lode Aerts, évêque de Bruges, m’a accordé une distinction pour les efforts accomplis sur le plan musical au service de la liturgie. Ce n’était bien sûr pas nécessaire, mais cela unit beaucoup de cœurs.

Le Festival est un événement triennal, ce qui signifie que nous sommes déjà en route pour la quatorzième édition de 2021. Il a traditionnellement lieu autour de la fête de l’Ascension. Comme elle tombera cette année-là le 13 mai, le Festival se déroulera du vendredi 7 au dimanche 16 mai 2021.
Nous vous remercions pour votre sympathie à l’égard du Festival et nous vous prions de bien vouloir accepter l’expression de nos salutations les plus sincères. »

Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Vendredi 4 mai : ouverture de l’édition 2018 du Festival international de Chant Grégorien de Watou (Belgique)

Le vendredi 4 mai prochain, l’édition 2018 du Festival International de Chant Grégorien de Watou débutera par une pré-ouverture, avec la participation de 4 ensembles, à Houtkerque en Flandre française à 3 km à peine de Watou.

L’église possède quelques très beaux retables et un orgue entièrement restauré. Didier Hennuyer, organiste titulaire de la cathédrale et de l’église Saint-François-de-Sales de Boulogne-sur-Mer, professeur d’orgue, viendra faire résonner ce magnifique instrument. C’est une belle façon de découvrir ainsi le petit village de Houtkerque. Après le concert, une rencontre est prévue dans la salle communale.

Ensuite, le Festival continue à Grimbergen, Poperinghe, Coxyde, Anvers, Bruxelles, Dunkerque, Wervik et Haringe pour déboucher pleinement à Watou dès le 10 mai.

Ces dix jours promettent d’être passionnants.

Comme vous le savez, le Festival est un événement qui se déroule tous les trois ans. Veillez donc à être bien présent en 2018.

Il est souhaitable de réserver ses places à l’avance.

Le concert du soir à l’église abbatiale de Grimbergen affiche déjà complet, 450 places ayant été réservées.

Signalons que pour le concert du 8 mai à la cathédrale de Bruxelles des places sont encore disponibles.

Le Festival offre une programmation particulièrement variée aussi bien pour les concerts que pour le déroulement de la liturgie.

Tant les compositions grégoriennes que les compositions qui ont été inspirées par le grégorien y seront programmées.

La psalmodie, chant de l’office monastique, occupe une place importante dans le  programme de Watou.

La psalmodie n’est pas la partie la plus facile du repertoire, mais bien la plus mystique.

Les laudes seront chantées quotidiennement à partir du jeudi 10 mai jusqu’au dimanche 13 mai.

Les vêpres seront aussi chantées à plusieurs reprises.

Le “Psalterium Project” sera  présenté en primeur pendant le Festival. Il s’agit de l’enregistrement par l’ensemble néerlandais ‘’ Hartkeriana”  des 150 psaumes,  réunis dans une boîte de 12 CDs.

À Watou, nous accueillerons le 10 mai, jour de l’Ascension, une délégation de 30 prêtres de Chine.

Le samedi 12 mai, Mgr Lode Aerts, évêque de Bruges, présidera la messe à 9h30. Elle sera chantée par non moins de 12 ensembles.

Il y aura tant de choses à vivre, mais comme dernier point, je voudrais attirer votre attention sur un événement unique, à savoir un drame liturgique du Moyen Âge, avec des dialogues chantés par 10 jeunes filles âgées de 12 à 18 ans, membres de l’ensemble vocal ‘’ Cantamare”  de La Haye. Il s’agit du jeu pascal “Visitatio sepulchri – La visite du tombeau “ , selon les manuscrits de l’abbaye féminine Sinte Marie à Rijnsburg (Pays-Bas) . On pourra assister à cette présentation soit à Wervik le jeudi 10 mai à 20h, soit à Watou le vendredi 11 mai à 16h30.

Vous trouverez plus d’informations sur le programme complet du Festival en consultant le  site www.festivalwatou.be

JPSC

(source)