Trump et le pape unis derrière Charlie Gard

Alors que l’affaire Charlie Gard provoque le débat en Grande-Bretagne, le président américain Donald Trump a proposé son aide aux parents, qui s’opposent à l’arrêt de l’aide respiratoire de leur fils.

Un débat de société en Grande-Bretagne et l’intervention… du président américain et du pape. Ce lundi, Donald Trump a proposé sur Twitter d’apporter de l’aide à Connie Yates et Chris Gard, les parents du petit Charlie. Âgé de 10 mois, le bébé est atteint du syndrome de déplétion de l’ADN mitochondrial, une maladie génétique rare qui a endommagé son cerveau. Les médecins du Great Ormond Street Hospital de Londres, estimant qu’il n’y a plus d’espoir pour ce bébé qui ne peut pas voir, bouger, pleurer ou même déglutir, souhaitent arrêter l’aide respiratoire qui le maintient en vie, contre l’avis des parents. « Si nous pouvons aider le petit #CharlieGard, conformément à nos amis au Royaume-Uni et au Pape, nous serions ravis de le faire », a écrit le président américain, rapporte Paris Match

Le Pape François est intervenu une nouvelle fois dans l’affaire du petit Charlie, ce bébé de 10 mois hospitalisé à Londres pour une maladie rare, définie comme incurable par les médecins qui veulent l’euthanasie, afin de mettre un terme à ce qu’ils qualifient d’archarnement thérapeutique.

Exprimant son « affection » et son « émotion », selon les termes du directeur de la Salle de presse, Greg Burke, le Pape « exprime sa proximité » avec les parents de Charlie Gard, et prie pour eux, « en espérant que ne soit pas négligé leur désir d’accompagner et de soigner jusqu’à la fin leur propre enfant ».

Le Pape se met donc du côté des parents dans le conflit qui les oppose aux médecins. Grâce à une collecte internationale, les parents de Charlie voudraient l’emmener aux États-Unis pour le soumettre à une thérapie expérimentale, mais l’hôpital britannique a décider de débrancher le respirateur artificiel qui le maintient en vie. La décision, pourtant approuvé par la CEDH, a toutefois été suspendue.

Le Pape s’était déjà référé à cette affaire vendredi dernier, écrivant dans un tweet que « défendre la vie humaine, surtout quand elle est blessée par la maladie, est un engagement d’amour que Dieu confie à tout homme. »

Source Radio Vatican

 

Comments are closed.