Turquie : un monastère syriaque-catholique à nouveau consacré à Mardin

Turquie : un monastère syriaque-catholique à nouveau consacré à Mardin

Près de quatre-vingt-dix-ans après son expropriation par les autorités, le monastère de Mardin (actuelle Turquie) a fait l’objet d’une cérémonie de reconsécration par le patriarche syriaque-catholique Ignace Joseph III Younan, le 13 octobre dernier. Une messe a été célébrée après la restauration de cet édifice comme lieu de culte, et ce à la grande joie des fidèles. Le monastère avait été transformé en baraquement militaire au cours de la Première Guerre mondiale, puis en prison, en orphelinat pour devenir enfin un hôpital militaire. Ce n’est qu’au début des années 2000 que des fidèles ont commencé à demander la récupération de ce monastère. La restauration de ce monastère apparaît comme prometteuse.

Outre la présence de beaucoup d’évêques, on a pu noter celle du nonce apostolique en Turquie, Mgr Marek Solczyński, et du vicaire apostolique d’Istanbul Mgr Massimiliano Palinuro, mais aussi des représentants de l’Église syriaque-orthodoxe. Le patriarche syriaque-catholique a fait un déplacement en Turquie où il a notamment rencontré le président du pays.

La première pierre du monastère Mor Efrem de Mardin fut posée en 1881. Le 3 novembre 1883, une vie religieuse put même débuter avec les moines  Ephrémites. Et trois années plus tard, en 1884, la construction fut alors achevée avec la consécration de l’église et son ouverture au culte. Car Mardin est en effet un lieu chargé d’histoire pour l’Église syriaque-catholique. Un patriarche de cette Église, Mgr Ignace-Ephrem Rahmani, y fut élu en 1898, même s’il installa sa résidence habituelle à Charfeh (actuel Liban). Pour tout la mise en place de ce monastère et les différents événements qui survinrent à Mardin à la fin du 19ème siècle, on pourra se reporter à l’ouvrage de Joseph Hajjar, Le Vatican – La France et le catholicisme oriental (1878-1914), Beauchesne, 1979, p. 168-172

Source : AsiaNews

Articles liés

Partages