Un grand Manitou du contrôle des naissances au Vatican

 

Vatican : la parole est au théoricien de la bombe démographique et de l’avortement forcé

 

L’homme, figure phare du contrôle des naissances, vient donner des leçons au Vatican sur la façon de sauver la planète en sacrifiant les hommes. Cela semble incroyable et pourtant c’est vrai. Nous parlons de Paul R. Ehrlich, biologiste américain devenu célèbre en 1968 avec le livre “The Population Bomb”, la bombe démographique. Ce fut le début d’une gratifiante (pour leurs auteurs) saison de publications éco-catastrophique dans lesquelles l’homme était la véritable cible.

 

En instillant la peur d’une explosion démographique incontrôlée, Ehrlich et combien d’autres qui  l’ont suivi ont incité les gouvernements et les organisations internationales à prendre des mesures drastiques de contrôle de la population : la stérilisation et l’avortement forcé sont depuis devenus normaux dans les pays en voie de développement. Pour ne citer qu’un exemple, on estime à 400 millions le nombre des enfants qui ne sont pas nés en Chine grâce aux suggestions d’Ehrlich et compagnie, et des dizaines de millions de filles ont été victimes d’avortements sélectifs (étant donné le choix, en Chine mais aussi en Inde et dans d’autres pays, où, pour des raisons culturelles et économiques, les familles donnent la préférence aux garçons).

 

S’il y avait une justice, le Dr Ehrlich devrait être jugé pour crimes contre l’humanité mais bien au contraire, 39 ans après, il reçoit l’honneur d’entrer en grandes pompes au Vatican, invité par les Académies pontificales des Sciences et des Sciences Sociales guidées par Mgr Marcelo Sanchez Sorondo. L’occasion est un symposium au sujet de l’extinction biologique : “Comment sauver le monde naturel dont nous dépendons” tel est le titre de ce symposium qui aura lieu du 27 février au 1 mars.

 

Tout naturellement, la présence de Ehrlich au Vatican a déjà suscité des protestations de la part de groupes pro-vie et d’associations américaines pro-famille, et pas seulement pour des raisons morales, mais aussi pour des raisons scientifiques : que pourrait jamais dire de si intéressant un Ehrlich qui a eu tout faux dans toutes les prévisions faites à l’époque avec tant de complaisance ? “La bataille pour nourrir l’humanité tout entière est définitivement perdue”, ainsi commençait le livre “The Population Bomb”, qui annonçait dix millions de décès dûs à la faim, chaque année, aux États-Unis dès les années 70 du siècle dernier, ainsi que des centaines de millions qui auraient dû se produire en Chine et en Inde en raison de l’explosion démographique. Pourtant, si la population mondiale était à cette époque d’environ 3 milliards d’êtres humains, cette population a plus que doublé depuis près de quarante ans ; non seulement ces sombres prédictions ne se sont pas vérifiées, mais on observe également que la population souffrant de malnutrition et de sous-alimentation a diminué en termes absolus et en pourcentage.

 

Un charlatan donc, mais aux yeux des Académies pontificales évoquées ci-dessus, c’est un scientifique qui peut apporter une contribution importante à la sauvegarde de la planète, chose qui semble être maintenant la principale préoccupation des instances du Vatican. Il est donc juste – comme le demande une pétition lancée aux Etats-Unis – d’exiger que le Saint-Siège retire l’invitation adressée à ce sinistre personnage.

 

Mais nous devons reconnaître que le vrai problème n’est pas la présence d’Ehrlich : il est normal qu’il soit sous le feu des critiques en raison de sa notoriété et du fait qu’il est le symbole de certaines batailles menées pour éliminer les hommes de la face de la terre. Mais le vrai problème réside dans le colloque lui-même, dans son approche des problèmes de la création : de telle façon que les autres intervenants sont – plus ou moins – sur la même ligne d’Ehrlich. Certains sont même célèbres au-delà du milieu universitaire, comme Mathis Wackernagel, inventeur avec William Rees de l’empreinte écologique (Ecological Footprint), une tentative pour établir scientifiquement la nocivité de l’homme pour la Terre.

 

On pourrait continuer, et nous allons le faire durant les prochains jours et semaines, pour expliquer qui sont et ce que visent ces personnages qui pontifieront au Vatican pour l’occasion, et nous affronterons également leurs arguments – il vaudrait mieux dire leurs mensonges – qui sont présentés de la part des Académies Pontificales pour justifier la nécessité d’un tel rendez-vous.

 

Il faut cependant être conscient que le Symposium sur “comment sauver le monde naturel” et la présence de Paul Ehrlich et compagnie ne sont pas une surprise. C’est plutôt le résultat d’un processus qui a commencé il y a longtemps au Vatican et qui compte au nombre de ses protagonistes le déjà évoqué Mgr Marcelo Sanchez Sorondo, argentin, et le Cardinal ghanéen Peter Turkson, ancien président du Conseil pontifical Justice et Paix, et aujourd’hui confirmé comme chef du nouveau super-dicastère pour le “Service du développement humain intégral » qui regroupe Justice et Paix, Cor Unum et les Migrants.

 

En mettant l’accent au premier plan sur ladite situation d’urgence environementale et en s’appropriant le concept de « développement durable », on en arrive inévitablement à considérer l’homme comme un invité dangereux sur la planète, et à ruiner l’anthropologie chrétienne. Et c’est ainsi que, en dépit des déclarations contraires dans l’encyclique Laudato Si, sur le contrôle des naissances, on en admet d’abord la possibilité sous certaines conditions, puis l’on s’abstient d’intervenir sur le sujet, pour en devenir enfin des partisans déclarés.

 

Il y a un peu moins de deux ans, en avril 2015, nous avons écrit que “l’Eglise se prépare à accepter le contrôle des naissances”, à l’occasion d’une autre conférence consacrée au thème des changements climatiques. Là aussi la présentation du thème et les intervenants, parmi lesquels l’économiste onusien et théoricien du développement durable Jeffrey Sachs, ne laissaient aucun doute sur la voie que l’on suivait au Vatican. Puis sont arrivées, en décembre 2015, les déclarations choquantes du cardinal Turkson dans une interview à la BBC ; il parlait ouvertement du caractère positif du contrôle des naissances, mais avec des méthodes naturelles (car on ne peut pas éviter un peu de moralisme).

 

L’encyclique Laudate Si, tout en réaffirmant l’enseignement antérieur du Magistère, faisait place précisément, pour la première fois, au concept de « développement durable » qui, dans sa théorisation, voit un rapport conflictuel entre population, d’une part, et développement et environnement, d’autre part. La grande place consacrée à la question du changement climatique causé par l’homme a également donné d’autres armes à ceux qui depuis longtemps poussent l’Eglise vers des positions éco-catastrophique et antinatalistes. Or, cette nouvelle conférence au Vatican, Ehrlich ou pas Ehrlich, marquera une autre étape importante vers la pénétration de l’idéologie néo-malthusienne dans l’Eglise, qui conduira à soutenir les politiques de contrôle des naissances.

 

Scandale au Vatican : une chaire offerte au théoricien de la bombe démographique et de l’avortement forcé

L’homme, figure phare du contrôle des naissances, vient donner des leçons au Vatican sur la façon de sauver la planète en sacrifiant les hommes. Cela semble incroyable et pourtant c’est vrai. Nous parlons de Paul R. Ehrlich, biologiste américain devenu célèbre en 1968 avec le livre “The Population Bomb”, la bombe démographique. Ce fut le début d’une gratifiante (pour leurs auteurs) saison de publications éco-catastrophique dans lesquelles l’homme était la véritable cible.

En instillant la peur d’une explosion démographique incontrôlée, Ehrlich et combien d’autres qui  l’ont suivi ont incité les gouvernements et les organisations internationales à prendre des mesures drastiques de contrôle de la population : la stérilisation et l’avortement forcé sont depuis devenus normaux dans les pays en voie de développement. Pour ne citer qu’un exemple, on estime à 400 millions le nombre des enfants qui ne sont pas nés en Chine grâce aux suggestions d’Ehrlich et compagnie, et des dizaines de millions de filles ont été victimes d’avortements sélectifs (étant donné le choix, en Chine mais aussi en Inde et dans d’autres pays, où, pour des raisons culturelles et économiques, les familles donnent la préférence aux garçons).

S’il y avait une justice, le Dr Ehrlich devrait être jugé pour crimes contre l’humanité mais bien au contraire, 39 ans après, il reçoit l’honneur d’entrer en grandes pompes au Vatican, invité par les Académies pontificales des Sciences et des Sciences Sociales guidées par Mgr Marcelo Sanchez Sorondo. L’occasion est un symposium au sujet de l’extinction biologique : “Comment sauver le monde naturel dont nous dépendons” tel est le titre de ce symposium qui aura lieu du 27 février au 1 mars.

Tout naturellement, la présence de Ehrlich au Vatican a déjà suscité des protestations de la part de groupes pro-vie et d’associations américaines pro-famille, et pas seulement pour des raisons morales, mais aussi pour des raisons scientifiques : que pourrait jamais dire de si intéressant un Ehrlich qui a eu tout faux dans toutes les prévisions faites à l’époque avec tant de complaisance ? “La bataille pour nourrir l’humanité tout entière est définitivement perdue”, ainsi commençait le livre “The Population Bomb”, qui annonçait dix millions de décès dûs à la faim, chaque année, aux États-Unis dès les années 70 du siècle dernier, ainsi que des centaines de millions qui auraient dû se produire en Chine et en Inde en raison de l’explosion démographique. Pourtant, si la population mondiale était à cette époque d’environ 3 milliards d’êtres humains, cette population a plus que doublé depuis près de quarante ans ; non seulement ces sombres prédictions ne se sont pas vérifiées, mais on observe également que la population souffrant de malnutrition et de sous-alimentation a diminué en termes absolus et en pourcentage.

Un charlatan donc, mais aux yeux des Académies pontificales évoquées ci-dessus, c’est un scientifique qui peut apporter une contribution importante à la sauvegarde de la planète, chose qui semble être maintenant la principale préoccupation des instances du Vatican. Il est donc juste – comme le demande une pétition lancée aux Etats-Unis – d’exiger que le Saint-Siège retire l’invitation adressée à ce sinistre personnage.

Mais nous devons reconnaître que le vrai problème n’est pas la présence d’Ehrlich : il est normal qu’il soit sous le feu des critiques en raison de sa notoriété et du fait qu’il est le symbole de certaines batailles menées pour éliminer les hommes de la face de la terre. Mais le vrai problème réside dans le colloque lui-même, dans son approche des problèmes de la création : de telle façon que les autres intervenants sont – plus ou moins – sur la même ligne d’Ehrlich. Certains sont même célèbres au-delà du milieu universitaire, comme Mathis Wackernagel, inventeur avec William Rees de l’empreinte écologique (Ecological Footprint), une tentative pour établir scientifiquement la nocivité de l’homme pour la Terre.

On pourrait continuer, et nous allons le faire durant les prochains jours et semaines, pour expliquer qui sont et ce que visent ces personnages qui pontifieront au Vatican pour l’occasion, et nous affronterons également leurs arguments – il vaudrait mieux dire leurs mensonges – qui sont présentés de la part des Académies Pontificales pour justifier la nécessité d’un tel rendez-vous.

Il faut cependant être conscient que le Symposium sur “comment sauver le monde naturel” et la présence de Paul Ehrlich et compagnie ne sont pas une surprise. C’est plutôt le résultat d’un processus qui a commencé il y a longtemps au Vatican et qui compte au nombre de ses protagonistes le déjà évoqué Mgr Marcelo Sanchez Sorondo, argentin, et le Cardinal ghanéen Peter Turkson, ancien président du Conseil pontifical Justice et Paix, et aujourd’hui confirmé comme chef du nouveau super-dicastère pour le “Service du développement humain intégral » qui regroupe Justice et Paix, Cor Unum et les Migrants.

En mettant l’accent au premier plan sur ladite situation d’urgence environementale et en s’appropriant le concept de « développement durable », on en arrive inévitablement à considérer l’homme comme un invité dangereux sur la planète, et à ruiner l’anthropologie chrétienne. Et c’est ainsi que, en dépit des déclarations contraires dans l’encyclique Laudato Si, sur le contrôle des naissances, on en admet d’abord la possibilité sous certaines conditions, puis l’on s’abstient d’intervenir sur le sujet, pour en devenir enfin des partisans déclarés.

Il y a un peu moins de deux ans, en avril 2015, nous avons écrit que “l’Eglise se prépare à accepter le contrôle des naissances”, à l’occasion d’une autre conférence consacrée au thème des changements climatiques. Là aussi la présentation du thème et les intervenants, parmi lesquels l’économiste onusien et théoricien du développement durable Jeffrey Sachs, ne laissaient aucun doute sur la voie que l’on suivait au Vatican. Puis sont arrivées, en décembre 2015, les déclarations choquantes du cardinal Turkson dans une interview à la BBC ; il parlait ouvertement du caractère positif du contrôle des naissances, mais avec des méthodes naturelles (car on ne peut pas éviter un peu de moralisme).

L’encyclique Laudate Si, tout en réaffirmant l’enseignement antérieur du Magistère, faisait place précisément, pour la première fois, au concept de « développement durable » qui, dans sa théorisation, voit un rapport conflictuel entre population, d’une part, et développement et environnement, d’autre part. La grande place consacrée à la question du changement climatique causé par l’homme a également donné d’autres armes à ceux qui depuis longtemps poussent l’Eglise vers des positions éco-catastrophique et antinatalistes. Or, cette nouvelle conférence au Vatican, Ehrlich ou pas Ehrlich, marquera une autre étape importante vers la pénétration de l’idéologie néo-malthusienne dans l’Eglise, qui conduira à soutenir les politiques de contrôle des naissances.

 

 De Riccardo Cascioli sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana, traduction sur Belgicatho

Comments are closed.