Un nouvel “aumônier des parlementaires”

L’abbé Marc Lambret sera à partir de septembre le nouvel aumônier des parlementaires. Il remplace l’abbé Laurent Stalla-Bourdillon, qui occupait ces fonctions depuis 2012.

Né à Oran (Algérie) au hasard des affectations de son père, l’abbé Lambert vit à Paris depuis l’âge de dix ans. Ordonné prêtre pour le diocèse de Paris en 1983, il a été nommé successivement à Notre-Dame de Passy (16e), Saint Pierre de Chaillot (8e), Saint Hyppolyte (13e), puis deux longues charges de curé (onze années) à Saint François de Molitor (16e) et Notre-Dame de Clignancourt (18e). Il est ensuite devenu curé à Saint Pierre de Montrouge en 2011. Il vient d’être nommé curé de Sainte-Clotilde, voisine de l’Assemblée nationale dans le 7e arrondissement, et aumônier du Service pastoral d’études politiques (SPEP). Il sera, à ce titre, à 67 ans, le nouvel « aumônier des parlementaires ». Le SPEP a été créé en 1992 par le cardinal Lustiger, archevêque de Paris, pour être une « présence de l’Église pour les responsables politiques ».

Dans la vie de l’Eglise, pour le P. Lambret, le conflit entre progressistes et traditionalistes s’apaise.

« Les progressistes des années 1970 se sont assagis. Nous assistons à un rééquilibre. C’est vrai, l’Eglise est fragilisée par la baisse de la pratique, la diminution du nombre de prêtres, notamment en France. D’où une tentation de réassurance, de repli identitaire de certains traditionalistes… qui croyaient que le champ était ouvert, et qui enragent de ne pas remporter le morceau ! »

Marc Lambret est l’auteur d’un livre : « La religion pour la démocratie – Et si nous étions chrétiens ? » Ed. du Cerf, 2007. Une réflexion sur la religion, la démocratie, la foi et la raison.

En janvier 2012, il était invité sur Canal + pour parler de la loi sur la dénaturation du mariage (voir ici).

Comments are closed.