Un service catholique interdiocésain belge nie “officiellement” la virginité de Marie

Cathobel se présente comme un média catholique, un service inter-diocésains belge. Ce site qui se veut une certaine voix officielle vient de publier, probablement par défaut de formation de ses journalistes, une hérésie tellement énorme qu’on se demande comment elle a pu se forger dans l’esprit du rédacteur.

 

(Reprise d’un article du 23 janvier 2017, dans le cadre de notre mois d’août avec Marie)

Nier la virginité de Marie, après tout pourquoi pas. On comprend aisément que des non-croyants puissent avoir du mal à imaginer un tel mystère. Mais nier le fait que c’est un dogme de l’Eglise catholique suppose l’ignorance du magistère de l’Eglise sur la question.

C’est pourtant ce que vient de constater Arnaud Dumouch de l’Institut Docteur Angélique.

 

Arnaud Dumouch a relevé une énormité dans l’article de Luc Aerens qui se trouve ici 

Luc Aerens commence ainsi (avant de mettre en doute le caractère physique de la virginité de Marie) :

“Précisons tout d’abord que la virginité de Marie n’est pas un dogme. Ce mot ‘dogme’ fait parfois peur et tout figer. C’est au Concile du Latran de 649 (plus de six-cents ans après la vie terrestre de Jésus avec Marie !) que l’Eglise affirma que Marie est demeurée vierge. Mais “cette conviction ne sera jamais érigée en dogme” (Citation de Charles-Eric Haugel).

Rappelons ceci : Un dogme est un repère défini par le Magistère, concernant une doctrine du salut, et engageant la vertu théologale de la foi.

Or la virginité physique de Marie “avant, pendant et après” la naissance de Jésus est un dogme.

Cela fait même partie du Credo actuellement en vigueur, le Credo du Concile Vatican II :

Citation : LE CREDO

Profession de Foi du Pape Paul VI

Le 30 juin 1968, après le Concile Vatican II, le Pape Paul VI proclamait le Credo de l’Eglise Catholique. Les vérités de la Foi Catholique constituent la raison de vivre des chrétiens.

À la gloire du Dieu très saint et de Notre-Seigneur Jésus-Christ, confiant en l’aide de la Très Sainte Vierge Marie et des bienheureux apôtres Pierre et Paul, pour l’utilité et l’édification de l’Église, au nom de tous les pasteurs et de tous les fidèles, Nous prononçons maintenant cette profession de foi, dans la pleine communion spirituelle avec vous tous, chers frères et fils.

“Nous croyons que Marie est la Mère demeurée toujours vierge du Verbe incarné”.

Luc Aerens et Cathobel vont devoir se remettre à la théologie en commençant par les bases.

A propos de la virginité de Marie… – Le site de l’Eglise Catholique en Belgique

www.cathobel.be

Il n’est pas rare, lors d’une retraite dans un monastère par exemple, qu’un adolescent explique que « le dogme de la virginité de Marie, cela fait bloquer la foi de beaucoup d’autres jeunes ». Que faut-il en penser ? Cette question n’intéresse pas que les grands enfants…  Précisons tout d’abord que la virginité de Marie n’est pas un dogme. Ce mot ‘dogme’ fait parfois peur et tout figer. C’est au Concile du Latran de 649 (plus de six-cents… [Lire l’article]

Arnaud Dumouch (Institut Docteur Angélique)

On peut aussi citer le Catéchisme de l’Eglise catholique :

La virginité de Marie

496 Dès les premières formulations de la foi (cf. DS 10-64), l’Église a confessé que Jésus a été conçu par la seule puissance du Saint-Esprit dans le sein de la Vierge Marie, affirmant aussi l’aspect corporel de cet événement : Jésus a été conçu ” de l’Esprit Saint sans semence virile “ (Cc. Latran en 649 : DS 503). Les Pères voient dans la conception virginale le signe que c’est vraiment le Fils de Dieu qui est venu dans une humanité comme la nôtre :

Ainsi, S. Ignace d’Antioche (début IIe siècle) : “ Vous êtes fermement convaincus au sujet de notre Seigneur qui est véritablement de la race de David selon la chair (cf. Rm 1, 3), Fils de Dieu selon la volonté et la puissance de Dieu (cf. Jn 1, 13), véritablement né d’une vierge, (…) il a été véritablement cloué pour nous dans sa chair sous Ponce Pilate (…) il a véritablement souffert, comme il est aussi véritablement ressuscité “ (Smyrn. 1-2).

497 Les récits évangéliques (cf. Mt 1, 18-25 ; Lc 1, 26-38) comprennent la conception virginale comme une œuvre divine qui dépasse toute compréhension et toute possibilité humaines (cf. Lc 1, 34) : ” Ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit Saint “, dit l’ange à Joseph au sujet de Marie, sa fiancée (Mt 1, 20). L’Église y voit l’accomplissement de la promesse divine donnée par le prophète Isaïe : ” Voici que la vierge concevra et enfantera un fils “ (Is 7, 14, d’après la traduction grecque de Mt 1, 23).

498 On a été parfois troublé par le silence de l’Évangile de S. Marc et des Épîtres du Nouveau Testament sur la conception virginale de Marie. On a aussi pu se demander s’il ne s’agissait pas ici de légendes ou de constructions théologiques sans prétentions historiques. À quoi il faut répondre : La foi en la conception virginale de Jésus a rencontré vive opposition, moqueries ou incompréhension de la part des non-croyants, juifs et païens (cf. S. Justin, dial. 66, 67 ; Origène, Cels. 1, 32. 69 ; e.a.) : elle n’était pas motivée par la mythologie païenne ou par quelque adaptation aux idées du temps. Le sens de cet événement n’est accessible qu’à la foi qui le voit dans ce ” lien qui relie les mystères entre eux ” (DS 3016), dans l’ensemble des mystères du Christ, de son Incarnation à sa Pâque. S. Ignace d’Antioche témoigne déjà de ce lien : ” Le prince de ce monde a ignoré la virginité de Marie et son enfantement, de même que la mort du Seigneur : trois mystères retentissants qui furent accomplis dans le silence de Dieu “ (Eph. 19, 1 ; cf. 1 Co 2, 8).

Marie – ” toujours Vierge “

499 L’approfondissement de sa foi en la maternité virginale a conduit l’Église à confesser la virginité réelle et perpétuelle de Marie (cf. DS 427) même dans l’enfantement du Fils de Dieu fait homme (cf. DS 291 ; 294 ; 442 ; 503 ; 571 ; 1880). En effet la naissance du Christ ” n’a pas diminué, mais consacré l’intégrité virginale “ de sa mère (LG 57). La liturgie de l’Église célèbre Marie comme la Aeiparthenos, ” toujours vierge ” (cf. LG 52).

500 A cela on objecte parfois que l’Écriture mentionne des frères et sœurs de Jésus (cf. Mc 3, 31-35 ; 6, 3 ; 1 Co 9, 5 ; Ga 1, 19). L’Église a toujours compris ces passages comme ne désignant pas d’autres enfants de la Vierge Marie : en effet Jacques et Joseph, ” frères de Jésus ” (Mt 13, 55), sont les fils d’une Marie disciple du Christ (cf. Mt 27, 56) qui est désignée de manière significative comme ” l’autre Marie ” (Mt 28, 1). Il s’agit de proches parents de Jésus, selon une expression connue de l’Ancien Testament (cf. Gn 13, 8 ; 14, 16 ; 29, 15 ; etc.).

501 Jésus est le Fils unique de Marie. Mais la maternité spirituelle de Marie (cf. Jn 19, 26-27 ; Ap 12, 17) s’étend à tous les hommes qu’il est venu sauver : ” Elle engendra son Fils, dont Dieu a fait ‘l’aîné d’une multitude de frères’ (Rm 8, 29), c’est-à-dire de croyants, à la naissance et à l’éducation desquels elle apporte la coopération de son amour maternel “ (LG 63).

 Source

 

Cyril Brun

Docteur en histoire et enseignant à l'Université de Bretagne Occidentale , Cyril Brun est rédacteur en chef d'infocatho. Chef d'orchestre de formation, critique musical, historien et essayiste chrétien, il a publié plusieurs ouvrages dont "Pour une spiritualité sociale chrétienne" (Tempora, 2007) et "Le Printemps français : le grand réveil de notre civilisation" (Ed. A. de Saint-Prix, 2013). La Vérité vous rendra libre (Ed Edilivre, 2015) Il est contributeur et ancien directeur de la rédaction de Cyrano.net. Il est également membre du comité éthique pro persona sur la finance et consultant en anthropologie.

Website: http://www.cyril-brun.fr/

Comments are closed.