Une éthique des technosciences est-elle possible ?

A l’heure du Transhumanisme, Thierry Magnin s’interroge : « Nous devons être conscients du mode de vie que les technologies engendrent ».

Et le physicien, pour développer une « éthique des technosciences », distingue « l’homme augmenté et l’homme réparé par les nouvelles technologies ». Il constate que la technique peut être un remède à l’homme handicapé qui n’est pas négligeable. Mais les scientifiques ont ensuite cherché à aller plus loin pour dépasser les limites de l’homme en modifiant certaines fonctionnalités biologiques. Le transhumanisme ne veut plus dépasser les limites de l’homme mais les supprimer, jusqu’à « faire sauter la limite extrême, la mort ». Cette vision conduit à « penser l’humain de façon appauvrie. Tout focaliser sur les capacités biologiques revient, en effet, à considérer que ce sont les performances de nos capacités physiques qui fondent notre valeur ».

La position transhumaniste, qui entrevoit de « sauver l’humain », fait des technosciences un absolu. C’est ignorer la riche complexité du vivant que les biologistes ne cessent de découvrir, « et en particulier des liens et interactions entre biologie et psychisme ».

Le transhumanisme veut rendre l’homme invulnérable, et par ce biais, il nie ce qu’est l’humain : un « équilibre dynamique entre vulnérabilité et robustesse ». « Un cyborg invulnérable n’est ainsi plus un vivant mais une machine ». Pour lui, « cette vulnérabilité doit devenir une pierre d’angle de l’éthique ».Vouloir supprimer la vulnérabilité et les limites humaines, « c’est tomber dans le domaine de la violence et du chacun pour soi » alors que les limites sont « ce à partir de quoi l’on se construit ».

Si ces « technosciences sont tout particulièrement précieuses pour ‘réparer’ l’homme, et aussi dans le domaine des soins palliatifs » puisqu’elles permettent de soulager la souffrance, elles n’ont de sens que si « les performances éthiques et humaines » sont intégrées « à l’intérieur des performances technologiques ». 

 

Par Anne Laure Debaecker

Source

Infocatho ne vit QUE DE VOS DONS !

Nous avons besoin chaque mois de trouver x personnes qui fassent un don de 50 €

Pourriez vous, en cette période de carême, être une de ces personnes ?

Votre don de 50 € sera exclusivement utilisé à la rédaction et à la diffusion d’articles positifs sur l’Eglise catholique.

Les clercs et les laïcs ont besoin de partager le bien qui se fait, car le bruit ne fait pas de bien et le bien ne fait pas de bruit.

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Comments are closed.