Vers une Église “sans Christ”

Lu sur OnePeterFive, traduit de l’italien par G. Pellegrino en anglais et de l’anglais vers le Français par FM :

Dans sa présentation de la conférence du 5 et 6 juillet dernier organisée pour marquer le troisième anniversaire de Laudato Si, le dicastère pour le service du développement humain intégral a annoncé qu’il était devenu “sans plastique” comme pour donner le bon exemple à tous. Est-ce vraiment le témoignage demandé par le Christ ?

La semaine dernière, le 5 et 6 juillet, une grande conférence internationale s’est tenue au Vatican pour marquer le troisième anniversaire de Laudato Si. La conférence organisée par le dicastère présidé par le cardinal Turkson, Caritas International et le Global Catholic Climite Movement avait pour thème “Sauvez notre maison commune et le futur de la vie sur Terre”.
Des politiciens, des scientifiques, des économistes et des représentants d’organisations non gouvernementales y ont participé, tous convaincus ou en quelque sorte les promoteurs de l’écologisme et de la lutte contre le changement climatique.

Je ne vais pas parler du contenu particulier de la conférence car je l’ai déjà fait et, de plus, récemment. Au contraire, je pense qu’il faut s’attarder sur un détail particulièrement curieux qui a été répercuté lors de la conférence de presse donné pendant cet événement. Comme “il est nécessaire de donner le bon exemple”, comme l’a expliqué le chef du dicastère, et aussi parce que la conférence a pris le temps de discuter des “bonnes pratiques” le dicastère pour le service du développement humain intégral a annoncé qu’il était le premier dicastère du Vatican a être “sans plastique”.

Depuis que le plastique est le nouvel “ennemi n°1”, son utilisation a été interdite dans tous les bureaux du dicastère : tous les employés et les fonctionnaires apportent maintenant des contenants en verre, utilisent des couverts en métal… Et depuis que les catholiques sont missionnaires, l’intention du dicastère est d’étendre cette initiative à d’autres dicastères. Mais ce n’est pas tout : grâce à leurs bonnes intentions, le secrétaire du dicastère a aussi annoncé un objectif d’atteindre “la neutralité carbone”, c’est à dire de ne pas produire d’émissions de carbone, dans la ligne de la théorie selon laquelle les activités humaines sont la cause du réchauffement climatique, qui sont supposées être à l’origine des changements climatiques. C’est pourquoi les “Monseigneurs” et employés du dicastère sont priés de quantifier leur émission de carbone pour les réduire. […]

Admettons que le changement climatique est causé par les activités humaines. L’Eglise catholique a-t-elle besoin d’initier des campagnes écologiques ? Est-ce la raison pour laquelle le Christ l’a instituée ? Pour libérer l’humanité du plastique ? Est-ce la mission de l’Eglise de sauver la planète ?

Il est impossible de ne pas sentir le malaise lorsque des cardinaux et des évêques s’expriment devant le WWF ou les agences de l’ONU dans un langage inspiré des néo-païens et des projets politiques maçonniques. Il est décourageant d’entendre le mot “prophétie” utilisé pour éliminer les plastiques, utiliser les panneaux solaires et trier les déchets. Il est troublant de voir le témoignage chrétien réduit aux “bonnes pratiques” et “au bon exemple”.

Il y a une impression qu’à un certain degré, plus qu’une Eglise “sans plastique”, c’est une Eglise “sans Christ” qui est voulue dans laquelle Jésus est regardé comme un obstacle embarrassant pour rencontrer des gens.

Un membre du WWF s’est exprimé dans ce sens dans ses commentaires sur la conférence, le choix de parler de “notre maison commune” et non de la “Création” est révélateur. “Le choix de ne pas user une terminologie religieuse dans le titre de la conférence est le premier signe d’un dialogue avec toutes les personnes de bonne volonté” a-t-il indiqué. En d’autres termes, évitons de parler de la Création et de son ordre, évitons de parler du Dieu Créateur qui est la source de notre responsabilité envers la Création – cela pourrait diviser.  Parlons de biodiversité, de la sauvegarde des animaux et des végétaux et de l’élimination du plastique.

Ce point atteint, L’Eglise est “sans Christ”.

 

Website:

Comments are closed.