Au Vietnam, le représentant du Saint-Siège appelle à la liberté religieuse

Au Vietnam, le sanctuaire de Notre Dame de La Vang a accueilli un congrès marial du 13 au 15 août dernier. Cœur de la foi des catholiques vietnamiens, situé dans une forêt, le sanctuaire de La Vang est l’un des plus connus et fréquentés de tout le continent asiatique. Il est lié à l’apparition de la Vierge Marie à un groupe de catholiques vietnamiens fuyant les persécutions à la fin du 18° siècle. Cette année encore, des centaines de milliers de pèlerins y sont venus pour les fêtes de l’Assomption. Le congrès, centré sur l’évangélisation de la famille, a été marqué par des témoignages de familles venues de plusieurs provinces et issues de milieux sociaux différents.

L’archevêque Leopoldo Girelli, représentant non résident du Saint-Siège au Vietnam – il réside à Singapour –, a été désigné par le pape François pour présider ce congrès marial.

Au cours de son homélie donnée en présence de nombreux évêques, de plus de 200 prêtres et d’au moins 100.000 pèlerins, lors de la messe inaugurale du congrès, le 13 août, l’archevêque a abordé la question de la liberté religieuse au Vietnam : « Dans certaines provinces, les autorités civiles sont inquiètes et se plaignent des catholiques et de leurs actions ». L’archevêque a alors évoqué la sagesse des paroles de saint Pierre, « Nous devons obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes », et de Jésus-Christ, « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ». Paroles que l’archevêque a commenté ainsi : « Je voudrais dire aux Césars vietnamiens : rendez à Dieu ce qui est à Dieu », une déclaration qui a provoqué un tonnerre d’applaudissements…

Plus tôt cette année, les évêques vietnamiens ont critiqué la nouvelle loi sur les croyances et les religions, qui prendra effet au 1er janvier. Pour eux, les formulations abstraites permettront au gouvernement de condamner les organisation religieuses lorsqu’il ne sera pas satisfait.

Source : Cruz, 16 août

Comments are closed.