Ville d’Alep : « les français ne doivent pas croire leurs médias ! »

Ce conseil nous a été donné hier matin par Pierre Merjaneh, député syrien indépendant de la ville d’Alep, lors d’un entretien pour Bvoltaire. Resté dans la ville d’Alep durant ces 5 années de guerre, ce parlementaire honorable fait le point sur la situation et nous alerte sur la désinformation que véhicule les médias occidentaux.

          En guise d’introduction, Pierre Merjaneh tient à nous signaler qu’il faut se méfier des appellations systématiques d’ « Alep Est » et « Alep Ouest ». Alep est une seule ville unie nous rappelle-t-il, et les habitants des quartiers « Est » et « Ouest » sont concitoyens et frères dans une seule ville commune.

          Les médias nous informent ces jours-ci que l’armée est en train de reprendre Alep-Est, Bvoltaire interroge donc naturellement Monsieur Merjaneh sur la réalité de la situation. Le Centre russe pour la réconciliation en Syrie aurait même déclaré que 85 % de la ville serait sous contrôle. L’armée syrienne fait son travail nous dit-il, encerclant quartier par quartier et évacuant les rebelles qui y étaient installés. Certains d’entre eux qui tentent de s’enfuir ont été tués, d’autres capturés par l’armée syrienne. Les « rebelles » comme on essaie de les nommer en occident regrette-t-il, mais qui sont en fait des terroristes.

Jusqu’à présent, on a pas pu distinguer les rebelles modérés de ces terroristes, s’indigne-t-il. Peut-on me nommer un seul groupe de ces porteurs d’armes qui soit modéré ? Peut-il y avoir un seul porteur d’armes modéré qui porte ces armes contre son Etat ? C’est vrai qu’on peut parler ici d’ « opposant », toutefois affirme-t-il serein, avec les armes c’est l’Etat qui va prendre les mesures nécessaires pour servir son peuple.

          Ce député de la ville d’Alep décrit la joie des habitants des quartiers Est qui ont assistés à l’évacuation des terroristes de leurs quartiers. Il faut voir nous dit-il, les larmes de joies sur les visages des femmes qui ont pu franchir avec les familles les lignes de confrontation et arriver sur les quartiers ouest. Il faut entendre les pères de famille qui parlent des douleurs qu’ils ont vécues.

          Quelle est votre espérance pour le jour qui arrive, demande à Pierre Merjaneh, la journaliste de Bvoltaire. L’armée syrienne a deux buts, répond-il : Sauver les civils des quartiers Est et chasser les terroristes de ces quartiers. La joie sera complète lorsque la ville d’Alep sera unie debout.

          Lorsqu’on lui demande s’il a un message à adresser aux français, Pierre Merjaneh est catégorique, les français ne doivent pas croire les médias ! Lui-même tente de rétablir la vérité et nous dit aimer inviter les médias occidentaux à visiter la ville d’Alep, et à parler à ces gens qui ont habité les quartiers Est. Je suis à leur disposition pour leur présenter ces personnes nous affirme-t-il, qui peuvent alors leur raconter ce qu’il s’est passé dans ces quartiers occupés par ces terroristes.

Website:

Comments are closed.