Une vue sur l’Orthodoxie en France

L’Assemblée des Évêques Orthodoxes de France (AEOF) a fait éditer un Annuaire de l’Église orthodoxe en France (Éd. Monastère de Cantauque, 2017). Il donne un bon aperçu sur l’Église orthodoxe en France et, plus généralement, une perspective sur la présence orthodoxe en France à travers ses différentes structures canoniques.

Il existe, en effet, plusieurs juridictions et paroisses orthodoxes. À ce titre, il existe des paroisses qui relèvent du Patriarcat de Constantinople (la métropole grecque, l’exarchat des églises de tradition russe [il s’agit de la cathédrale située sur la rue Daru, à Paris] et l’archevêché ukrainien d’Europe occidentale), du Patriarcat d’Antioche, du Patriarcat de Moscou (l’évêché russe de Chersonèse et l’archevêché russe hors frontières, dont le siège est situé à Genève), du Patriarcat de Serbie, du Patriarcat de Roumanie, du Patriarcat de Géorgie et du Patriarcat de Bulgarie. Ne sont pas prises en compte les paroisses qui n’ont aucun lien canonique avec les patriarcats mentionnés en sus.

Au total, on note que dix évêques relèvent de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France (AEOF), qui a été instituée en 1997. La France compte 280 paroisses, une vingtaine de communautés monastique et trois écoles de théologie, précise également cette étude. Quant au clergé, il est composé de 300 prêtres et de diacres, majoritairement mariés et qui exercent généralement une activité professionnelle. Malgré une immigration qui a fortement joué sur la présence orthodoxe en France, on constate cependant que les paroisses francophones sont devenues majoritaires.

Autre aspect intéressant : la présence géographique des orthodoxes en France. On note de fortes concentrations à Paris, à Lyon et à Marseille, mais aussi dans les régions de Nice, de Strasbourg et de Lille. Cependant, il existe une douzaine de départements sans présence orthodoxe. Dans ces différentes présences soulignées par la carte, on constate une croissance de la présence du Patriarcat de Roumanie. C’est elle qui comptabilise le plus grande nombre de paroisses (91 au total).

Enfin, on prévoit une progression du nombre de lieux de culte en une génération, ce qui semble plausible étant donné les augmentations récentes de ces dernières décennies.

Mais c’est le nombre de fidèles qui est plus délicat à évaluer. En effet, si l’on se base sur les simples identifications, les visites occasionnelles ou la pratique irrégulière, le chiffre de 500 000 fidèles est avancé. Mais, là aussi, il faut tenir compte, comme chez les catholiques, d’orthodoxes au sens culturel ou festif, pas nécessairement assidus. Le nombre de fidèles réguliers serait donc estimé à plusieurs  plusieurs dizaines de milliers.

SOURCE – Religioscope, 18 août 2017 et site Orthodoxie.com

Comments are closed.